aita-roberts-fin-ac4

La fin d'Assassin's Creed 4

Explications et analyses du scénario d'Assassin's Creed IV

Comme d'habitude avec mes analyses de fin des jeux Assassin's Creed, cet article est construit sur des spoilers en pagaille. Ne consultez cette page (ni texte ni images) que si vous avez terminé AC4 ou si vous êtes certain(e) de ne pas vouloir le faire. On n'en apprend pas beaucoup à la fin du jeu, c'est d'ailleurs très déceptif pour les joueurs de longue date, mais cet article vous permettra de connaître des explications et mon analyse des évènements du scénario.

Avant de démarrer la lecture, vous pouvez également (re)lire ma critique d'Assassin's Creed 4, mes explications de la fin d'Assassin's Creed 3 ou celles des épisodes précédents.

Voici donc la vidéo complète de la fin, en version originale sous-titrée :

Sauf erreur, cette vidéo n'est pas disponible en VOSTFR ou VF pour l'instant. Si vous la trouvez, n'hésitez pas à la partager en commentaires.

La partie Animus avec Edward Kenway

Caraïbes - XVIIIe siècle.

Edward Kenway est le père d'Haytham et le grand-père de Connor joués dans Assassin's Creed 3. C'est un Britannique devenu pirate qui vogue sur les mers des Antilles et devient capitaine de son propre bateau au début du jeu. Il est amusant de constater qu'Edward a déjà toutes les capacités des assassins, notamment le parkour et la vision d'aigle, sans jamais avoir connu leur entraînement.

Même sans appartenir à l'ordre, sa bataille contre les templiers de l'époque (notamment Laureano Torres, Woodes Rogers, Benjamin Hornigold et Julien du Casse) est le cœur du scénario. Mais sa recherche principale est celle de l'Observatoire, un lieu construit par la première civilisation (ceux qui étaient là avant) qui permet de connaître la position de toute personne sur terre et voir en direct à travers ses yeux.

Son principal opposant est John Bartholomew Roberts alias Black Bart ou Aita, lui-même appartenant à la première civilisation (le mari de Junon pour être plus précis, sur lequel elle avait effectué ses expériences), qui recherche également l'Observatoire et indique ne pas y être retourné depuis quatre-vingt-mille ans. Kenway se bat aux côtés d'Edward Thatch / Barbe Noire, Anne Bonny, Mary Read / James Kidd ou encore Jack Rackham.

À la fin d'Assassin's Creed IV, Edward tue les templiers et Roberts, et scelle l'Observatoire en sécurisant l'ordre des assassins qui doit retrouver un nouveau sage pour le protéger. Il découvre qu'il a une fille (Jennifer / Jenny) de huit ans avec feue son épouse Caroline Scott, et retourne en Angleterre où il y restera jusqu'à la fin de sa vie. Il se mariera une nouvelle fois et aura un deuxième enfant : Haytham.

La méta-histoire Abstergo au présent

Montréal - fin 2013.

Comme la partie "obligatoire" du scénario ne divulgue que le strict minimum pour faire avancer l'histoire, il est intéressant d'aller creuser par soi-même pour se mettre un peu d'informations sous la dent. Les actions du joueur dans le présent étant relativement limitées, la seule latitude d'intervention sera de pirater les trente-trois ordinateurs des différents étages du bâtiment d'Abstergo, les templiers modernes.

Concrètement on joue un(e) nouvel(le) employé(e), dans un service qui utilise l'Animus pour déterrer les souvenirs dans l'ADN du sujet 17 / Desmond (récupéré sur son cadavre tout frais) afin de sortir des jeux vidéo 🎮 destinés au grand public. Dans Assassin's Creed 4, Abstergo Entertainment est donc une représentation peu inspirée d'Ubisoft qui se paye même le luxe de faire intervenir le ctOS de WatchDogs. L'intérêt de la mise en abîme est parfois délicat à saisir, surtout lorsque des e-mails dans le jeu affirment que le marché est prêt à acheter facilement un nouveau produit majeur par an... On y traiterait directement les joueurs de moutons que ce serait à peine plus direct.

Quoi qu'il en soit, l'identité du personnage que l'on incarne n'est pas dévoilée ; j'ai trouvé cela dommage car cela aurait permis un twist intéressant (faire revenir Lucy par exemple), ainsi que balayer le personnage de Desmond dont le charisme est retombé comme un soufflé à la fin d'AC3. Manifestement Ubisoft n'était pas prête à le laisser tomber aussi vite et, au-delà de l'utilisation de son ADN à tout va, on récupère beaucoup de ses souvenirs, notamment photo et audio. Assassin's Creed 4 agit donc comme un épisode de transition.

On note également le retour de Shaun Hastings et Rebecca Crane, respectivement réceptionniste dans le lobby d'Abstergo et coursière. Sous les ordres d'un certain Gavin qui a repris les rennes de la confrérie des assassins depuis le navire Altair II, ils fomentent la récupération d'une fiole dont on devrait en apprendre plus dans le prochain opus.

Le cœur de la méta-histoire d'Assassin's Creed 3 tourne autour de Junon, encore et toujours l'opposante principale, que l'on aperçoit quelques secondes au moment du piratage du serveur principal d'Abstergo, manipulé par son mari Aita / John (qui sera finalement tué à la fin du jeu). Elle se trouve désormais dans le cloud, en tant que données dans le réseau Internet 📶, et ne possède pas encore assez de puissance pour se rematérialiser en investissant un corps humain.

Pour en savoir plus, il faudra donc une nouvelle fois attendre...

Assassin's Creed 5 ?

Puisque la saga AC est une poule aux œufs d'or et que chaque nouvel épisode canonique s'écoule en moyenne à dix millions d'exemplaires, il n'y a pas de raison pour qu'Ubisoft arrête de prendre les joueurs pour des vaches à lait.

Dans le présent d'Assassin's Creed 4, on nous donne la possibilité de pirater l'ordinateur d'Olivier Garneau, responsable des studios d'Abstergo Entertainment. On y découvre un long échange d'e-mails entre Garneau et ses collaborateurs, dans lequel ceux-ci expliquent qu'il est possible de piocher dans n'importe quelle mémoire génétique pour remonter dans les souvenirs d'ancêtres.

Les époques évoquées pour de prochains épisodes d'Assassin's Creed (non utilisées précédemment) sont les suivantes :

  • Égypte et Afrique du Nord - XIIIe siècle
  • Shogunat Ashikaga au Japon - XIVe siècle
  • Empire Ottoman - XVIe siècle
  • Révolution Française - XVIIIe siècle
  • Guerres Napoléoniennes ; Taiwan - XIXe siècle
  • Nouvelle Angleterre et Mid-West des États-Unis - XIXe siècle
  • "Summer of Love" et Côte Pacifique Américaine - XXe siècle

D'autres projecteurs sont également braqués vers Jeanne d'Arc, la montée du nazisme ou encore le mythe d'Atlantide. De nombreuses rumeurs soulèvent encore un épisode entier consacré à la première civilisation. En revanche, certaines suppositions sont déjà balayées par cet e-mail qui indique ne pas vouloir exploiter d'époques où les voitures 🚙 existent déjà.

Puisqu'AC IV est le premier épisode à revenir en arrière dans la timeline, plus aucune barrière n'est imposée et les projecteurs semblent se braquer de plus en plus précisément vers des périodes plus anciennes que les derniers opus de la saga. La possibilité la plus probable serait un Assassin's Creed Osiris qui se déroulerait en Égypte sur les traces des pharaons, un projet à rapprocher du Prince of Persia Zero 2 dont une image (ci-dessus) avait déjà fuité il y a quelques mois.

Le prochain épisode le plus sûr est Assassin's Creed Rising Phoenix, aperçu dans les locaux d'Abstergo dans AC4, qui serait probablement un nouveau jeu sur PS Vita.

À suivre, puisqu'il y a de fortes chances pour qu'Ubisoft crache le(s) morceau(x) dès début 2014.

Dernière mise à jour le 21 juin 2014