desmond-orbe

La fin d'Assassin's Creed 3

Analyse, explications et théories sur Assassin's Creed 4

Nous revoici avec le traditionnel article de fin d'Assassin's Creed, avec explications et analyses comme je le fais depuis quelques épisodes. Évidemment, de très gros spoilers sont à prévoir sur le scénario d'Assassin's Creed III, donc terminez le jeu avant de commencer à lire cet article. Pour ceux qui souhaiteraient se replonger dans la saga, retrouvez les articles :

Mais avant d'entrer dans le vif du sujet, une fois n'est pas coutume, on va commencer par un...

Coup de gueule sur la fin d'AC3

Je ne m'attendais pas à râler sur la manière dont se termine Assassin's Creed 3 mais la déception est pourtant à la hauteur de mes attentes passées. Pour comprendre, il faut remonter au premier Assassin's Creed sorti en 2007, dont la fin inaugurait une nouvelle saga fascinante. Car c'est bien de la méta-histoire dont il s'agit. À travers Altair, puis Ezio, puis Connor, on suit surtout la progression de Desmond et sa capacité à contrer Abstergo avant la fin du monde calée au 21 décembre 2012.

Devant les succès critique et surtout commercial, ce qui devait n'être au départ qu'une "simple" trilogie s'est transformé pour Ubisoft en une poule aux œufs d'or. L'annonce de Brotherhood en 2010 a surpris bon nombre de fans, rapidement rejointe par Revelations l'année suivante. Depuis AC2, on nous sert désormais un épisode par an, avec la justification que l'histoire d'Ezio nécessitait plus de profondeur qu'un seul jeu. En point d'orgue Assassin's Creed 3, longuement développé en parallèle avec des moyens supposément dantesques, devait marquer la fin importante d'un arc, d'un scénario, d'une génération. Sans naïveté, je me doutais bien que la saga n'allait pas s'arrêter avec cet épisode, mais j'attendais au moins de vraies réponses et une fin en forme de première conclusion digne de ce nom.

Las ! Ce qui passait au départ comme des petites maladresses de narration ou des ellipses de confort s'est transformé, au fil des épisodes, en un ensemble de petites méthodes pernicieuses pour vendre des DLC, ou de divers cliffhangers pour tirer la méta-histoire en longueur. Résultat : Assassin's Creed 3 délivre presque moins de réponses que Revelations, l'épisode précédent ! On aura passé près de quinze heures à suivre Connor, ainsi que Desmond en pointillés, pour finalement ouvrir cette fichue porte du temple et... se voir livrer trois courtes minutes de blabla, balayant cinq ans d'attentes d'un revers de main et ouvrant surtout sur de nouveaux opus. La cash-machine a parlé une nouvelle fois.

Desmond meurt, la Terre est sauvée, Junon est la nouvelle menace... Rideau ! Devant ma télé, j'ai presque lâché ma manette de surprise. Quoi ? Cinq ans et plus de cent heures de jeu passées avec Desmond et ses ancêtres (et 300€ dépensés) pour quelques dizaines de secondes d'atermoiements et de simagrées, puis expédier la protection de la Terre avec une image fixe, une voix-off et treize minutes de générique ? Et ce, sans même laisser au joueur la liberté d'un choix aussi crucial. Et l'arc Desmond, qui devait être l'entièreté d'Assassin's Creed, ne serait finalement qu'une introduction à la saga ?

On lit à droite à gauche, sur les forums, que cette fin est équivalente à celle de Mass Effect 3 en terme de déception. N'ayant pas fait ME, quelqu'un pour confirmer ? En tout cas Ubisoft, fais bien attention à ne pas trop tirer sur la corde en prenant les joueurs pour des vaches à lait... Tu pourrais bien finir par tomber à la renverse ! Ce n'est pas que ta fin est inintéressante, juste que ça traîne en longueur plus que de raison. L'image de ta grande saga est, elle, déjà écornée.

La mort de Desmond et l'épilogue

Voici une vidéo qui dévoile toute la fin : Connor qui assassine le Templier Charles Lee après avoir tué son père Haytham, Desmond qui ouvre la porte du temple et écoute Minerve et Junon se crêper le chignon, sa mort puis le générique de fin et enfin, l'épilogue dans l'Animus.

Note : cette vidéo n'est disponible qu'en anglais pour l'instant. Si quelqu'un la trouve en version française ou sous-titrée, qu'il /elle donne le lien en commentaires !

L'histoire de Connor est relativement simple. En libérant les Américains du joug des Templiers, il s'aperçoit que ce n'est toutefois pas une fin en soi, en témoigne la vente d'esclaves qui perdure après le générique.

Arrêtons-nous plutôt sur la méta-histoire de Desmond dans le présent. En récupérant les trois sources d'énergie, il ouvre la porte du temple et en apprend plus sur les essais de "ceux qui étaient là avant" pour protéger la Terre de l'éruption solaire il y a 75.000 ans. Six méthodes (toutes infructueuses) ont été essayées :

  • canaliser l'énergie dans une tour
  • construire un bouclier autour du monde, puis un continent, une ville
  • rassembler la force intellectuelle des êtres vivants grâce aux fragments d'Eden
  • prévoir l'avenir et prévenir les prochaines générations
  • modifier leur corps à l'aide de bio-ingénierie
  • séparer l'esprit du corps (transcendance) : c'est que réalisera le sujet 16 (et sans doute ce qui arrive à Desmond à la fin)

En franchissant la porte du temple grâce à la clé (le médaillon caché par Connor dans la tombe du fils d'Achilles), Desmond, William, Shaun et Rebecca arrivent devant Junon et un globe qui représente la Terre. Ils sont au 20 décembre, à quelques heures seulement de l'éruption solaire. Junon explique à Desmond que lui seul peut sauver l'humanité en touchant l'orbe. Minerve apparaît alors en lui précisant qu'en faisant cela, il libérera Junon, jusqu'ici coincée dans le sanctuaire, et ses plans de domination du monde.

Minerve détaille alors à Desmond sa solution alternative : ne pas toucher l'orbe. En faisant ce choix, Junon ne sera pas libérée. La Terre subira l'éruption solaire et la majorité de l'humanité sera décimée. Mais elle s'en relèvera, comme elle l'a fait la fois précédente. Protégé dans le temple, le groupe survivra au cataclysme. Desmond deviendra un symbole, leader naturel de la reconstruction et mourra vieux. D'inspiration de son vivant, il deviendra un héros, une légende puis sera érigé au rang de dieu, comme l'ont eux-mêmes été les Anciens. Ses mots seront transformés, corrompus et serviront d'excuses pour de nouvelles guerres. Le cycle se répètera.

Mais Desmond, ne pouvant se résoudre à tant de destruction sur l'instant, choisit de protéger l'humanité même si cela implique de libérer Junon. Selon lui, ils trouveront un moyen de la combattre. Son geste est effectué en connaissance de cause : il mourra en touchant l'orbe, devenant donc une sorte de martyr. Son groupe s'est enfui, Desmond est mort et Junon a tout le champ libre pour conquérir la Terre, les Ancêtres ne pouvant a priori plus intervenir.

Dans l'épilogue, la conscience de Desmond permet de continuer à jouer les souvenirs de Connor, dans lesquels il est possible de placer des pivots pour augmenter ses capacités d'assassin.

Analyse de la fin

La partie de prévision sur le colportage des paroles d'un héros est intéressant car les précédents Assassin's Creed étaient très marqués par la religion (Islam puis Christianisme) alors qu'AC3 reste seulement politique. Les divinations de Minerve expliquent comment, selon elle, l'histoire fait ériger un homme en prophète et en dieu et déforme ses propos pour servir des luttes de pouvoir.

Cela affaiblit le déterminisme du choix à terme, et brouille plus encore les frontières déjà manichéennes entre Assassins et Templiers. Cette fracture, déjà mise à mal par le twist des trois premières séquences de jeu d'Assassin's Creed III, me semble au cœur de sa fin. Ce qu'explique Minerve pour guider Desmond est simple : soit l'humanité survit mais sous le joug de Desmond, soit beaucoup sont tués mais la reconstruction du monde se base sur le libre arbitre. Le choix de Desmond de sacrifier la liberté de l'Homme pour sa sauvegarde apparaît alors comme celui d'un Templier, à l'encontre des préceptes libertaires formulés depuis cinq jeux par les Assassins.

Pour aller plus loin, on pourrait penser que Minerve se pose en précurseur de la pensée des Assassins, alors que Junon celle de la vision des Templiers. Haineuse, belliqueuse, rancunière, cette dernière maudit le genre humain qui a tué son père (et nombre de ses pairs) au cours de leur rébellion, et aurait pu conduire à la mort de son mari. En touchant l'orbe, l'acte de Desmond serait alors comparable à celui de passer du côté obscur et valider la pensée de Junon, donc de l'idéologie des Templiers.

Il y a également un questionnement autour de la mort de Desmond. Vue l'absorption exothermique de l'éruption solaire, son corps n'a pas pu supporter le flux d'énergie. Toutefois, l'épilogue post-générique dévoile clairement que sa conscience est retournée dans l'Animus. La voix qui le précise nous est inconnue. Il est probable qu'elle provienne d'un des Erudito (des hackers, anciens employés d'Abstergo qui y sont désormais opposés) qui pourraient faire perdurer l'âme de Desmond dans cet univers informatique.

Assassin's Creed 4 ?

Reste maintenant à savoir ce qui nous attend dans le prochain Assassin's Creed, que nous appellerons AC4 sans savoir s'il portera ce titre ou un nouveau suffixe. Il est assez évident que le némésis sera Junon. Reste un certain nombre de questions en suspens :

  • quand se déroulera l'histoire d'Assassin's Creed IV : dès la fin 2012, ou plus tard dans le futur ?
  • quel sera le protagoniste : Desmond qui a été sauvé grâce à son ADN, ou son éventuel fils, ou encore un nouvel assassin (sujet 18) ?
  • Connor va-t-il faire son retour pour voir plus loin que sa jeunesse et développer sa personnalité ?
  • quel sera le rôle de l'Animus : devra-t-on retourner dans les mémoires d'un ancêtre, et qui se cache vraiment derrière cette voix qui explique les pivots à la fin d'AC3 ?
  • et donc, quel sera l'éventuel assassin à rejouer : Adam et Ève auront-ils un rôle, Atlantide, la seconde Guerre Mondiale ?
  • les Templiers et les Assassins vont-ils s'associer pour lutter contre la menace commune Junon ?

On attend également un nouveau moteur physique, sur les consoles de prochaine génération (PlayStation 4 et Xbox 3). Beaucoup espèrent aussi un jeu multijoueurs en coopération.

On ne devrait pas avoir d'informations officielles sur Assassin's Creed 4 avant l'E3 2013, mais il est possible que le jeu ne sorte pas avant la fin 2014. Alors, comme d'habitude, la patience est la meilleure alliée des fans.

Par Kanpai Publié en novembre 2012 - mis à jour en novembre 2016