donkey-kong-country-returns

Donkey Kong Country Returns (test)

Pour les plus jeunes, le Donkey Kong Country original date de 1994 sur Super Nintendo. C'est une petite merveille indémodable du jeu de plate-forme 2D, à l'apogée de son essence après un Super Mario World triomphal. DKC signait les débuts des Anglais de Rare qui ont perdu peu à peu de leur aura depuis, après 2 Banjo-Kazooie sur Nintendo 64 assis comme des bijoux du "plateformer adventure" 3D. Plus récemment, leur retour sur Banjo 360 s'est fait dans la douleur, jusqu'à l'intervention sur Sports Champions Kinect. Et aujourd'hui, leur avenir semble plus qu'incertain. Ça, c'était pour la petite histoire.

C'est donc Retro Studios, une autre équipe protégée de Nintendo (responsable du retour de Metroid sur le devant de la scène avec les Metroid Prime), qui s'est occupée de dépoussiérer le macaque Donkey Kong. Oublions volontiers les tristes épisodes Donkey Konga et Donkey Kong Jungle Beat pour revenir à la pureté du remake amélioré, qui nourrit la vie de la Wii depuis qu'elle a pris ce pendant. New Super Mario Bros. Wii, étalon du genre, se présente très précisément dans cette case dont Punch-Out fait lui aussi partie : une communication casual, un habillage chaleureux mais derrière se cache un pur jeu gamer, impitoyable et sec comme un coup de trique, mais tellement précis pour peu qu'on s'y investisse. Donkey Kong Country Returns est de ceux-là, un bijou du jeu de précision, du "die and retry", tellement dur et tellement complet que beaucoup de joueurs occasionnels n'en dépasseront même pas la moitié, sans parler de chercher le 100% même chez les gros joueurs. Et ça, ce n'est pas marqué sur la boîte.

Au lancement, c'est d'abord une petite déception qui s'installe. En effet, le jeu n'est pas compatible avec le pourtant parfait Classic Controller Wii (la Wiimote n'est pas confortable à l'horizontale sur la longueur) et modifie quelques paternes pourtant terriblement traditionnelles de la série Donkey Kong Country. A part à deux en coopération, il n'est plus possible de tagger / séparer Donkey et Diddy, il n'y a plus cette roulade/attaque sur le bouton de course et la Wiimote demande un peu trop souvent à être secouée. Pourtant, on retrouve très vite ses marques : précision diabolique, innombrables trésors cachés et excellente pondération de la variété des environnements, animations fabuleuses et plein de petits clins d'œils dans les décors - on jurerait parfois les premiers Crash Bandicoot. Et sur un cri primate, il a ajoute ses propres touches comme le jeu parallaxe (sur plusieurs niveaux de profondeur), le jet-pack de Diddy ou les sublimes levels en ombre chinoise. Quand aux niveaux sous-marins, ils sont remplacés par les impitoyables tonneaux-fusées. Oh, quand vous y serez, vous comprendrez, et vous ne serez plus jamais le/la même..!

Il faut alors finalement se rendre à l'évidence : Donkey Kong Country Returns est un pur hommage au level design du jeu de plate-forme 2D old school, parfaitement rôdé et terriblement accrocheur. Je m'y investis beaucoup plus que dans ce NSMBW dont j'étais ressorti mitigé. Et je le conseille définitivement à tous, tellement il prouve que Nintendo et Retro Studios maîtrisent leur sujet sur le bout des pattes.

Dernière mise à jour le 16 septembre 2015