L'avertissement "Anti Stalking Act" au Japon est-il une ordonnance restrictive ?

18 réponses

Bonjour,
J'ai reçu un avertissement par mail de la police de Tokyo qui m'empresse d'arrêter de contacter une ex-amie japonaise.
C'est une très longue histoire, mais sachez que moi et mon entourage (professeurs compris) trouvons injuste cette décision qui se base sur des plaintes non fondées. Je n'ai été en aucun cas menaçant.
Mais l'idée de porter un jugement à la décision de mon ex-amie et de la police n'est pas l'objet de ma question.
Je souhaiterais savoir si cet avertissement (ils écrivent "It's a Warning 警告です " et invoquent l'Anti Stalking Act) est ce que l'on appelle un "Restraining Order" et si de fait, je risque de futures poursuites au Japon. Cela peut-il m'empêcher d'obtenir un VISA ?
Merci pour vos éclairages !

Par Jean Jacques Publié en mars 2020 Thématiques associées :
Question intéressante ?
4,50/5 (2 votes)
Cette question et les réponses ci-après sont proposées par la communauté des membres Kanpai dans le cadre du module Kotaete. Elles ne reflètent pas nécessairement le point de vue de la rédaction de Kanpai.

Les 18 réponses à la question posée

PaulEmploi
26 mars 2020
22:05

Les japonais(e)s qui ne donnent plus aucun signes de vie ne datent pas d'hier, il n'y a rien à faire si ce n'est les oublier, vous auriez-dû arrêter de la contacter avant que cela remonte à la police.
Pour savoir si les procédures d'obtention de visa seront compliquées, je vous invite à contacter l'ambassade.

Réponse utile ?
3,25/5 (4 votes)
JJ
27 mars 2020
00:15

Merci pour votre réponse. Si j'avais su que ça irait si loin, il est clair que je n'aurais pas insisté. En amont, si j'avais su qu'elle aurait pris des décisions désastreuses (abandonner ses études en France pour fuir au Japon), j'aurais tout de suite arrêté. Il aurait été bien plus sain qu'elle me dise tout clairement. Je suis conscient que ce genre de comportement est classique au Japon. Honnêtement, j'ai peur que me tourner vers l'ambassade m'expose à de nouveaux problèmes mais à défaut, je pense plutôt me tourner vers l'organisme "NPO Humanity" qui apparemment vient en aide non seulement aux "victimes" mais également aux "stalker" pour les aider dans ces moments difficiles.

Réponse utile ?
3,33/5 (3 votes)
26 mars 2020
22:38

Quand un japonais ne donne plus de signe de vie c’est qu’il ne souhaite plus vous parler et donc vaut mieux pas demander des explications vous n’en aurez pas. Et une japonaise face à un étranger c’est perdu d’avance on se fiche si vous avez été menaçant ou pas le simple fait qu’elle est où se sentir envahi suffit pour qu’elle aille voir la police. Le Japon c’est pas la France, les japonais quittent leur emploi car le patron leur a gueuler dessus une seule fois par exemple, quand ils sont dans le moindre inconfort ils se braquent direct et n’ont aucune volonté à faire face jamais elle ne vous donnera d’explication. Et au Japon vous aurez tort à tous les coup. Si vous coupez les ponts avec elle immédiatement vous ne devriez avoir aucun problème. Les japonais pour rompre ils coupent les ponts d’un coup ils ne disent pas en face c’est fini.

Réponse utile ?
5/5 (1 vote)
JJ
27 mars 2020
00:40

Merci pour votre réponse. Demander des explications, j'ai bien compris que ce ne sera plus possible. Par contre, je me demande réellement quelle est la valeur de cet avertissement car il n'est fondé sur rien qui ne relève du stalking: pas beaucoup de messages envoyés (une dizaine en deux mois), elle ne m'a pas demandé une seule fois d'arrêter, je ne l'ai jamais menacée -ce qu'avoue la police-.
J'ai cru voir qu'après un avertissement non respecté, la police crée une ordonnance restrictive à l'encontre du "stalker" qui elle seule peut entrainer une condamnation en cas de non respect. Vous dites qu'en tant qu'étranger, je ne bénéficie pas des mêmes droits et que je n'aurais aucune chance de me défendre ? Est-il possible qu'on m'interdise même l'accès sur le territoire sur la base de cette simple déclaration, tout autant injuste qu'elle soit ?
L'idée n'est pas de reprendre contact avec la victime, mais de poursuivre mes rêves indépendamment au Japon et éventuellement dans son Université car j'ai déjà travaillé dans un laboratoire, et c'est sur le campus que je l'ai rencontrée. Pour cette dernière option, je crains fort que cela ne soit déjà plus possible...

Réponse utile ?
5/5 (1 vote)
Pluto
27 mars 2020
01:27

Bonjour,
j'ai été dans le même cas que vous l'année dernière: j'ai essayé de recontacter mon ex 1 mois et demi aprés qu'elle ait rompu tout contact .Résultat convoqué au commissariat de mon quartier .J'ai juste reçu un avertissement de la part du flic et ai dû écrire ( en japonais ) sur papier que je n'essaierai plus de la contacter au quel cas j'aurai des poursuites judiciaires .Dans mon cas on m'a rassurer que seul était au courant ma prof principale de mon école de japonais et le flic en charge et je n'ai eu aucun problème avec mon visa en cours si cela peut vous aider ^^
Ca fait bizarre de se retrouver chez les flics alors que vous essayer juste de préter attention à quelqu'un et de prendre des nouvelles mais c'est malheureusement la vérité de ce pays

Réponse utile ?
4/5 (6 votes)
JJ
27 mars 2020
02:49

Bonjour, merci pour le partage de votre histoire.
J'imagine que cela a été très dur et humiliant et espère que vous avez réussi à passer à autre chose, car pour moi il est extrêmement douloureux de ne pas pouvoir seulement lui dire au revoir... Vous n'avez pas pu le faire non plus, n'est-ce-pas ? J'aurais aimé une vraie conclusion -avec une franchise propre à notre culture française- mais il m'est interdit de l'écrire. Impossible de faire un deuil dans de telles conditions.
Pour ma part on ne m'a pas demandé d'écrire quoi que ce soit et seul le mail acte de leur implication. Je trouve étrange de recevoir un e-mail qui était de plus perdu dans mes spams, sans lettre écrite ou cachet officiel. Ma prof de japonais et mes ami(e)s japonais(es) sont aussi surpris... Je me demande si je serai convoqué à ma prochaine visite du Japon...

Réponse utile ?
5/5 (1 vote)
Pluto
27 mars 2020
04:12

Humiliant non mais un choc oui surtout quand on s'y attend pas et qu'on est considéré comme un criminel alors qu'on pense faire bien en s'inquétant pour quelqu'un .Le plus dur c'est en effet de ne pas pouvoir dire aurevoir ; pas même un mot d'excuse de sa part, rien, comme si la personne était morte ou n'avait pas existé .
Dans le cas d'un avertissement on m'a bien rassuré que personne d'autre n'était au courant à part les personnes concernées et qu'il n'y aurait aucun probléme pour mon visa .Dans votre cas il n'y aura probablement aucune conséquence non plus ;)

Réponse utile ?
4,67/5 (3 votes)
JJ
27 mars 2020
14:24

Dans mon cas ils ont écrit mon nom complet avec deuxième prénom etc; cela signifie t'il qu'ils sont en lien avec les autorités d'immigration ? A vrai dire je ne comprends rien à ce système, mais je comprends pas comment ils auraient pu l'obtenir autrement (ou alors, l'université est au courant ???)

Réponse utile ?
3/5 (3 votes)
Anonyme
27 mars 2020
04:36

Bonjour,
Il est difficile, voire impossible de porter un jugement sur le comportement de la femme, ou sur votre récit. Car on ne connait l'histoire qu'à travers votre récit ici.

Au Japon, il se passe des choses que les occidentaux ne peuvent imaginer. Rappelez-vous l'histoire de Carlos Ghosn dans un cas si médiatique. Sans aller jusque là, regardez les histoires déchirantes des hommes non japonais qui perdent le droit (ou la possibilité) de voir leur enfant dont le droit de garde a été confié à la femme japonaise.

Il y a le site de la police de Tokyo et celui de la police de Kanagawa qui expliquent en japonais des choses qui vous permettent peut-être de comprendre un peu ce qui se passe (utiliser le google traduction) :

https://www.keishicho.metro.tokyo.jp/smph/kurashi/higai/dv/kiseho.html
https://www.police.pref.kanagawa.jp/ps/79ps/79mes/79mes011_2.htm
dont : https://www.police.pref.kanagawa.jp/ps/79ps/79pic/79011-02-1.pdf c'est en anglais pour une fois (ce qui veut dire que ce genre de problème est courant au japon avec un gaijin alors?)

Sans être spécialiste en la matière, je peux comprendre que le fait d'envoyer des emails, après la demande de la supposée victime de cesser d'envoyer des emails, peut être considéré comme un acte de stalking (dont tsukimatoi et assimilés). A mon avis, elle peut simplement dire qu'elle vous a demandé de cesser de la contacter même si ce n'est pas vrai. La police va plus facilement supporter un japonais face à un gaijin.

Il serait facile à la femme d'aller voir la police et expliquer, sans débat contradictoire, qu'elle est harcelée par vos emails (en français que la police ne cherche même pas à comprendre) . La police va, tout au plus, relever votre adresse email qui est toujours la même et qui va être utilisée pour vous envoyer un avertissement que vous avez reçu (si c'est bien authentique)
Elle vous fait alors envoyer par la police un avertissement, qui permet de stopper, les emails qu'elle ne désire pas.

En France, on dit, pas de nouvelle, bonne nouvelle. Au Japon, pas de nouvelle, pas envie de continuer.

Soyez déjà heureux que vous n'avez pas eu d'enfant avec elle, ce serait plus déchirant.

Votre convocation à la police ? Je ne pense pas tant que la machine judiciaire ne rentre pas en fonctionnement.

Je pense que votre ex avait le choix entre 1) 警 告 2) 告禁止命令等
2) est judiciaire, contradictoire, donc convocation à la police, mais l'ex devra aussi prouver qu'elle est victime de ce qu'elle prétend.

https://www.police.pref.kanagawa.jp/pdf/d0025_01.pdf
http://www.gender.go.jp/kaigi/senmon/boryoku/siryo/pdf/bo73-2.pdf

A vos amis de vous aider maintenant.

Le plus simple, c'est de laisser tomber!

Réponse utile ?
5/5 (6 votes)
JJ
27 mars 2020
14:32

Je suis conscient qu'il est impossible de porter jugement sur ma version subjective des faits. D'ailleurs je n'ai presque rien dit, car ce n'est pas l'objet de la discussion. Je suis évidemment ouvert à donner plus de détails, mais je sais que cela n'intéresse personne. il est inutile d'essayer de me justifier, je veux juste aller de l'avant. A contrario, je trouve injuste que de telles affaires soient traitées par la "justice" selon un seul son de cloche, celui du/de la plaignant(e).
Vous avez l'air d'en connaître un rayon ! J'ai lu avec attention les documents. S'il existe un document réservé aux gaijin, peut-être y a t'il une chance qu'ils soient traités en justice de la même manière que les natifs ? C'est à dire qu'une peine serait applicable seulement après non respect d'une ordonnance restrictive, l'avertissement n'en étant pas une d'après ces documents ?

Réponse utile ?
3,50/5 (2 votes)
Van
27 mars 2020
07:07

XD en même temps c'est une drôle d’idée pour un Français se maquer avec une JAP "sérieusement" lol.

Réponse utile ?
3,17/5 (6 votes)
Anne-Marie
27 mars 2020
20:12

Mon fils est avec une japonaise depuis environ deux ans. Elle vit là-bas, lui ici. Il va y aller. Ils pensent se marier et avoir des enfants. J'i déjà eu droit au "caractère" de la jeune fille. Je vois venir la catastrophe inévitable surtout s'ils vivent au Japon : mon fils n'aura aucun droit étant considéré comme "étranger" quoi qu'il arrive.

Réponse utile ?
5/5 (2 votes)
27 mars 2020
10:09

Comme répondu précédemment, je fais qu'ajouter un message pour te rassurer.
J'ai été dans le même cas, vraiment pas de quoi s'affoler. C'est humiliant et difficile a comprendre parfois.
Surtout évidemment, faire en sorte de ne pas la croiser (même sans faire exprès) et pour limiter tout autres risques, supprimer contacts, relations sur des réseaux sociaux..etc
C'est simplement la logique, et ce que te demande la police..
Après dans les trucs moins logique tu devra ne pas lui envoyer de la merde par la poste... (Ça doit être a la mode au Japon ^^)
Mais pour ton visa, pas de soucis, puisque c'est juste une mise en avertissement et non qqch de répréhensible.

Réponse utile ?
4,67/5 (3 votes)
JJ
27 mars 2020
14:42

Cela m'attriste et en même temps me réconforte de voir que d'autres personnes ont été dans le même cas.
C'est assez ambigu comme situation, car nous faisions partie d'un même cercle et avons des amis en commun -donc aussi sur les raisons sociaux-.
Elle m'a bloqué de partout comme le veut la logique, mais n'a pas quitté un album google photos que nous partagions.
Ma question va certainement susciter une violente polémique: lui dire au revoir et merci en trois courtes phrases sur cet album pourrait-il me porter préjudice ? Au-delà du simple acte égoïste, je pense qu'il est mieux pour elle de savoir que je ne lui en veux pas, et qu'elle n'a pas à avoir peur à l'avenir car je ne l'embêterai plus. Aussi, c'est pour moi l'unique manière de débuter mon deuil... Je m'excuse par avance si cela vous choque.

Réponse utile ?
/5 ( vote)
MarioKart9
27 mars 2020
17:36

T'es complètement dingue ou quoi ??? Ne prends pas le risque si tu as de futurs projets au Japon !!!!
Elle semble s'en foutre totalement de toi, passe à autre chose ça va passer ! Courage !

Réponse utile ?
5/5 (7 votes)
PaulEmploi
27 mars 2020
22:02

C'est pas une grosse perte, vu combien elle semble prétentieuse de ne porter aucune attention aux gens autour d'elle, comme la plupart des filles fashion, trouvez-vous plutôt une vraie nana qui en a dans le crâne.

Réponse utile ?
3,50/5 (4 votes)
29 mars 2020
10:55

Surtout réponds pas!! T'es fou ! Ça va pas être drôle après !!! Là ça sera baille baille le visa dans le pire des cas !
Et on parle pas de la case mise en examen !

Réponse utile ?
/5 ( vote)
JJ
30 mars 2020
16:18

Je vois, je ne ferai pas cela donc. Mais svp cette jeune femme ne mérite pas votre colère, pas plus qu'elle ne mérite la mienne. Après tout, c'est elle la victime. Merci en tout cas à tous de m'avoir apporté votre soutien (alors que je m'attendais à me faire lyncher) !

Réponse utile ?
/5 ( vote)

Ajouter un commentaire

Inscrit sur le site ? Identifiez-vous, sinon inscrivez-vous !
Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
La publicité est interdite. Un lien vers votre site / blog est autorisé uniquement s'il se justifie dans votre réponse, auquel cas un lien retour vers Kanpai.fr est exigé.