nan-muzukashii-kanji

5 conseils pour apprendre le japonais plus facilement

A fortiori depuis les années 1990 et l'explosion du soft power nippon, nombreux sont celles et ceux qui démarrent leur apprentissage de la langue japonaise, quelle que soit la méthode :

  • par soi-même
  • via des cours du soir
  • à l'université

Toutefois, certain(e)s ne mesurent pas forcément la difficulté d'apprentissage du japonais et peuvent se trouver découragés plus ou moins rapidement. Dans cet article, nous vous proposons donc cinq conseils simples et concrets pour faciliter votre progression en japonais.

Avoir une forte motivation à long terme

C'est une constante à tout apprentissage, à plus forte raison celui des langues et peut-être plus encore lorsqu'il s'agit du japonais : votre motivation doit être forte dès le départ et ne pas s'éroder sur la longueur. Si vous prévoyez de ne pas pouvoir vous mettre au calme régulièrement pour travailler, ou que votre motivation va faire les montagnes russes, ce n'est sans doute pas le bon moment pour commencer votre formation.

Apprendre la langue implique de le vouloir réellement et de ne pas se décourager face aux difficultés qui surviendront de toute façon. Si vous pensez pouvoir les affronter, redoubler d'efforts pas forcément rétribués immédiatement et faire preuve de rigueur pendant une longue période, alors vous avez déjà parcouru une partie du chemin !

Connaître les kana par cœur / apprendre sérieusement les kanji

Les kana (hiragana / katakana) sont la base la plus évidente du japonais écrit. Pourtant, ce socle indispensable est parfois rushé pour passer directement à la suite de l'apprentissage. C'est une erreur grossière qui se paiera cher ! Vous devez connaître l'intégralité des kana sur le bout des doigts, pouvoir les lire et les écrire sans réfléchir, en une fraction de seconde. Sans blague. Tant que vous ne les maîtrisez pas à 100%, inutile de commencer à apprendre le japonais écrit.

Une fois les kana connus par cœur, commence le long (voire interminable ?) apprentissage des kanji. Si les kana n'étaient au final qu'un jeu d'enfant, les deux mille kanji et leurs innombrables lectures et acceptions sont la cour des grands, mais aussi le véritable cœur de la langue japonaise. Cette phase est passionnante et offre des découvertes inégalées, sans cesse renouvelées. Mais elle est également une torture de l'esprit : confusante, parfois sans pitié et décourageante. Soyez rigoureux notamment avec les clés et l'ordre des traits, et ne vous découragez pas ; le jeu en vaut la chandelle !

Trouver son rythme

Nous ne sommes pas tous égaux devant l'apprentissage. Certes, la motivation fait beaucoup, mais certain(e)s absorbent plus vite que d'autres. Toutefois, ce ne doit pas être une excuse ! Si vous le voulez vraiment, vous deviendrez bilingue japonais au bout du compte, peu importe si cela prend plus ou moins de temps que pour votre voisin.

Une donnée capitale est le temps que vous pourrez consacrer à apprendre le japonais. Peu importe si vous n'avez qu'une demi-heure chaque jour à y accorder. Ce sera forcément mieux que huit heures d'affilée une fois toutes les deux semaines. En consacrant très régulièrement même un petit peu de temps à l'apprentissage, votre cerveau établira un lien avec le japonais, s'adaptera à sa logique et digérera les informations avec une meilleure organisation pour en faire un bon usage.

Échanger avec d'autres autour du japonais

Quelle que soit votre méthode d'apprentissage, nous vous conseillons très fortement de vous confronter à d'autres apprenants. Échangez votre ressenti, partagez vos difficultés mais également vos galvanisations, demandez un éclaircissement sur vos doutes ou posez vos questions (par exemple sur Kotaete) sur des points moins compris. Et prononcez à voix haute pour habituer votre palais et votre langue à des sons pour certains inexistants en français !

Passez du temps à apprendre à deux ou plusieurs, comparez votre niveau avec celui des autres (et trouvez-y éventuellement une source de motivation supplémentaire) ou tentez d'expliquer les rudiments de la langue à un néophyte. Tout cela participe d'une phase d'agrégation plus ou moins passive qui ne pourra que vous rendre service en vue de votre objectif.

Mettre en pratique pour mieux parler

Toute cette théorie et cet emmagasinage de connaissances, c'est bien beau mais il ne faut jamais oublier la finalité : pratiquer ! Si vous apprenez le japonais, c'est pour le parler et l'écrire. Très tôt dans votre progression, il est possible de trouver de nombreux moyens pour converser à l'oral comme à l'écrit. Vous pouvez par exemple vous trouver un correspondant japonais, pour échanger par e-mail ou autour d'un verre, ou encore évaluer votre niveau en passant le test international de japonais : le JLPT.

Mais vous pouvez également laisser le japonais venir à vous, par exemple en regardant des animés, des drama ou des films japonais. Ou encore en lisant des manga ou des livres (d'abord pour enfants, puis d'un niveau de plus en plus élevé).

Enfin le voyage au Japon, voire s'y installer, n'est-il pas le moyen ultime de mettre en pratique votre apprentissage du japonais ? En immersion totale dans le pays d'origine, vous n'aurez d'autre choix que de le parler et le lire quotidiennement !

---

N'hésitez pas à partager vos propres conseils pour apprendre le japonais plus facilement.
Bon apprentissage du japonais à tou(te)s !

Par Kanpai Publié en avril 2013 - mis à jour en décembre 2015