pluto-manga

Pluto : le plus mauvais Urasawa ?

Même si la bibliographie de Naoki Urasawa ne s'y limite pas, le triptyque Monster / 20th Century Boys / Pluto reste pour beaucoup la partie émergée de son iceberg. Et pour cause, chacun de ces trois manga repose sur un traitement similaire : une intrigue policière basée sur des phénomènes parfois paranormaux, aux frontières de la psyché humaine.

Pour sa dernière grande série en date (excepté Billy Bat), Urasawa a voulu imaginer une trame autour d'Atom, le célèbre robot Astro Boy né en 1952 sous le trait d'Osamu Tezuka, celui qu'on appelle le "dieu du manga". Plus exactement, Pluto s'avère être un remake très allongé du chapitre Le Robot le plus fort du Monde dessiné à l'époque par son papa. À travers huit volumes publiés en parallèle de 20th Century Boys entre 2003 et 2008, Pluto relance donc une nouvelle uchronie, futuriste cette fois, dans un univers de science-fiction qui n'oublie pas son éternelle enquête policière.

Mais, alors que ses deux chefs-d'œuvre les plus connus parvenaient à tenir le lecteur en haleine sur une vingtaine de volumes, Pluto semble souvent à la peine avec pourtant deux fois moins de pages. L'univers cohérent et l'intrigue initiale servent un démarrage habile mais très vite, le déroulement perd en rythme et en lisibilité, beaucoup de personnages semblent sous-exploités ou manquent de réelle profondeur, et les séquences de combat se révèlent fouillies et presque étriquées.. En lieu et place des points d'orgue attendus, les révélations tardives retombent finalement comme des soufflés.

En achevant l'histoire de Pluto, je n'ai pu m'empêcher de lâcher un "tout ça pour ça ?". C'est d'autant plus dommageable que le trait d'Urasawa est toujours aussi léché, son découpage aussi acéré et sa maîtrise du suspense quasi intacte. Mais lorsque le fond ne suit pas, difficile de faire des miracles. Et surtout lorsqu'on s'attaque à un genre aussi subtil que celui d'Asimov, sans parvenir à effleurer sa complexité. La réflexion sur l'intelligence artificielle, par exemple, est totalement tuée dans l'œuf presque sans le vouloir, alors que j'en attendais beaucoup plus de ce côté-là.

L'envie de découvrir Billy Bat s'est du coup évaporée. Urasawa a-t-il perdu de sa superbe, usant et abusant toujours de ses mêmes ficelles que l'on commence à connaître par cœur, ou simplement de son envie ? Quoi qu'il en soit, si vous souhaitez découvrir le travail du maître, je vous suggère de ne pas commencer par ce Pluto qui manque clairement du supplément d'âme habituel chez le mangaka.

-- Note de juin 2017 : une adaptation en animé est prévue pour 2020.

Dernière mise à jour le 15 juin 2017