monster02

Monster

Manga de Naoki Urasawa

Sept ans. C’est le temps qu’il aura fallu à URASAWA Naoki pour achever ce qui est considéré aujourd’hui par beaucoup comme sa plus grande œuvre : Monster. Un jeu de cache-cache haletant, dans lequel les rôles du chat et de la souris sont constamment intervertis. Une enquête aux ramifications gigantesques, tirées sur quatre mille pages, au cours desquelles on se demande toujours comment l’auteur a fait pour rester aussi cohérent.

Monster est reconnu pour sa montée graduelle en puissance. Pas franchement passionnant dans ses premiers volumes, le scénario dévoile un univers extrêmement vaste. L’histoire fonctionne par arcs, s’éloignant parfois plus d’une centaine de pages de ses personnages principaux. La quantité de protagonistes du manga est impressionnante, mais la maîtrise de la mise en scène permet au lecteur de ne jamais perdre le fil et de tisser rapidement les liens.

Le fait qu’il y ait un réel protagoniste, TENMA Kenzo, permet au lecteur de s’y identifier. Son personnage évolue réellement, on le sent vieillir, prendre de la maturité. Tous les autres personnages sont également très travaillés : ils ont leurs propres motivations réelles, et peu d’actions paraissent tirées par les cheveux. Tout est d’une telle cohérence que c’en est parfois assez impressionnant.

D’autant que le souci du détail d’URASAWA ne s’arrête pas au script. Si le graphisme reste encore un peu chancelant au début, bien vite il trouve ses marques et le tout devient homogène et très propre. L’architecture précise rappelle le travail de documentation sérieux de l’auteur, qui aurait effectué plusieurs voyages en Allemagne et en Europe de l’Est.

Ce qui ne renforce qu’encore plus l’atmosphère oppressante de l’intrigue, qui se complexifie petit à petit, tout en éclaircissant minutieusement certains points. Le manga happe littéralement son lecteur dans un scénario suspensif, incroyablement accrocheur. Un must du genre manga, indubitablement.

Dernière mise à jour le 09 septembre 2015