Ikebana

L'art floral japonais

L'ikebana est un art japonais qui consiste à arranger dans un pot ou un vase des fleurs et des plantes afin de leur donner une unité visuelle harmonieuse alliant couleurs, tailles et orientations. C'est une œuvre éphémère, qui représente une scène ou un sentiment de l'artiste, un message qu'il veut faire passer, un souvenir.

On dit que l'ikebana a vu le jour au temple Choho-ji à Kyoto.

Pour créer la composition on utilise les fleurs de saison, objet important puisqu'à l'image du haiku (forme de poème japonais), le bouquet allie nature et sentiment du créateur. Bien que reposant sur trois principales règles traditionnelles (asymétrie, vide et profondeur), aujourd'hui l'ikebana revêt des formes modernes, en particulier dans le contenant choisi pour embellir les fleurs.

La base de l'ikebana se compose de fleurs et de plantes, d'un contenant, d'un pique fleur, d'un sécateur et de l'eau.

Styles d'ikebana traditionnels et plus récents

On connaît trois façons de faire, qui expriment aussi bien l'état de la société dans laquelle ils étaient utilisés et la volonté du fleuriste :

  • rikka présente des fleurs verticales ;
  • shoka n'a droit qu'à trois lignes et donc trois types de plantes, c'est une version simplifiée du rikka ;
  • jiyuka est le style libre, le plus récent ; il doit toutefois exprimer lui-aussi une saison.

On utilise différents types de vases pour mettre en valeur les créations. Le rikka utilise des vases grands et fins. Les monbana sont plats et larges et peuvent être utilisés dans les deux autres styles pour créer des compositions allant dans différentes directions, en utilisant par exemple des branches tortueuses de saule. Enfin, le yubana est un vase moderne, qui peut être créé à partir d'un contenant qui n'est pas réalisé pour porter des fleurs. Ainsi on a pu voir des compositions plantées dans une boite à bento laquée, ou dans un vase cassé.

Raffinement de la composition florale

La composition se déroule en plusieurs parties. On installe tout d'abord la fleur ou plante principale, appelée shu. Pour être en totale harmonie avec le vase, elle doit faire deux ou trois fois sa taille. Si la tige est trop épaisse pour tenir sur le pique-fleur, il faut couper sa base. Il faut ensuite ajouter les plantes plus petites, elles aussi au minimum de la même taille que le vase ; on les appelle kyaku. Dans une composition, la balance entre la fleur la plus haute et les autres est très importante, tout comme l'agencement et la mise en avant littérale des plantes : dans l'histoire l'ikebana a démarré pour servir d'offrande à Bouddha, l'élévation recherchée de la composition servait ainsi à montrer sa dévotion et à lui rendre hommage à travers la beauté finale du bouquet.

De nos jours, bien que l'aspect religieux puisse être toujours de mise, l'intérêt est aussi (et surtout ?) porté sur le zen : c'est un art qui repose l'esprit, le bouquet doit refléter l'état d'âme de la personne qui le compose. La pratique et le temps qu'elle demande amènent le compositeur dans un état de contemplation où tout ce qui importe est de réaliser l'œuvre parfaite selon son sens de l'esthétique. Même s’il ne plaît pas à tous, il en ressortira du point de vue du spectateur une harmonie qui flattera l'œil. Il est donc très important que celui qui compose s'investisse entièrement dans sa création. On regarde un bouquet d'abord du bas vers le haut en suivant les lignes et l'élévation des plantes vers le ciel.

La composition finie est souvent présentée devant un dessin ou une peinture représentant une scène de la nature. Elle permet de garder le lien qu'il y a entre la représentation faite par le bouquet et la nature toujours vivante, alors que le bouquet est lui-même une création humaine. Chaque plante peut être utilisée selon son aspect esthétique, mais elles ont aussi aux yeux des Japonais des significations qui ajoutent de la valeur à la composition.

Le hanakotoba (littéralement langue des fleurs) peut aider à créer un bouquet qui parle aussi bien à la vue qu'à l'esprit. On retrouve dans la signification des fleurs japonaises le camélia jaune qui représente la nostalgie, le narcisse pour le respect ou encore la pivoine pour le courage.

Article intéressant ?
4.69/5 (13 votes)

Informations pratiques

Tarif

Retirez vos Yens sans frais avant de partir

En japonais

生け花

  • ikeru : "vivre" ou "faire vivre"
  • hana : "fleur"

Hébergement

Réservez votre hôtel via Booking ou Hotels.com

Accompagnement privé

Assurance

Soyez couverts en cas d'accident

Thématiques associées

Ressources

Photo via

Kanpai vous suggère également ces articles