E3 2010 : bilan des conférences et du salon

Nintendo 3DS, Xbox Kinect, PlayStation Move

Comme chaque année à cette période, le petit monde du jeu vidéo se rencontre du côté de Los Angeles pour faire rêver les joueurs et rassurer leurs actionnaires au travers de fastueuses conférences, cocktails onéreux et stands extravagants. Pour fêter les 5 ans de la génération actuelle, cette édition devait être particulièrement impressionnante, en nous présentant une certaine maîtrise dans l’exploitation des hardware HD et de nouveaux périphériques pour révolutionner notre manière de jouer. Mission accomplie ?

Si on se place du côté de nos vendeurs de machines HD, j’ai envie de dire bof, pour l’un comme pour l’autre. Si au contraire on se place du côté de nos vendeurs de nouvelles façons de jouer en HD (ah, tiens, ce sont les mêmes), j’ai encore plus envie de dire bof. Par contre, si on se place du côté de la seule entreprise capable de réussir à faire fondre mon cœur de glace de joueur blasé et me tirer des larmes sur des présentations de nouveaux jeux à la fois familiers et inattendus, là par contre, oui, c’était incroyablement réussi.

Vous l’aurez compris, Nintendo s’est facilement mis loin, très loin, devant tout le monde, en jouant à fond sur la corde sensible de se plus vieux fans et en excluant définitivement l’insupportable Cammie Dunaway ainsi que quasiment tout le matériel de télé-achat de ces dernières années. Non, cette année, Nintendo a fait du Nintendo, du vrai, celui qu’on ne peut qu’aimer. Du Mario, du Zelda, du Kirby, du Donkey Kong et surtout, après environ 20 ans d’attentes et quasiment plus aucun espoir... du Kid Icarus ! Ou comment s’assurer encore quelques bonnes ventes de Wii et un bon wagon de 3DS à son lancement. 3DS qui a d’ailleurs fait ses premiers pas et qui a clairement mise sur les fesses pas mal de monde. Avec un support de tous les gros éditeurs et la présence de quelques unes des plus prestigieuses licences (MGS, Resident Evil, Kingdom Hearts, Assassin’s Creed, etc.), il ne fait aucun doute que la nouvelle portable de Nintendo est bien née. Quelques exclusivités des tiers sur Wii ont enfin également été montrées, comme un nouveau Goldeneye et surtout Epic Mickey, dont la présentation a été des plus intéressante et rassurante.

Bien entendu, cette présentation n’était pas non plus parfaite. En fait, le principal reproche que l’on pourrait faire est sa principale qualité. Nintendo a fait du Nintendo, et si vous êtes allergique à leur univers, ce fut sans doute le pire moment de l’E3 pour vous. Également, on a eu une prédominance du genre plateforme, ainsi que de l’action aventure et finalement pas grand chose d’autres. Du coup, côté variété, on repassera. J’ai aussi quelques craintes sur le fait que les nouveaux joueurs arrivés grâce au concept Wii n’arrivent pas à adhérer à ces jeux plus traditionnels. Côté 3DS, je reste quand même un petit peu sur ma faim compte tenu des maigres détails donnés, principalement sur la fenêtre de sortie et les prix. Le fait qu’il n’y ait aucun moyen de nous faire vivre l’expérience au travers du net est également un gros handicap, dont je suis curieux de voir comment Nintendo y remédiera avec le temps. Dernier bémol, la présentation du nouveau Zelda qui a connu bien des soucis dans la reconnaissance de mouvements. Peut-être aurait-il mieux fallu “simuler” la démo, comme certains concurrents...

Comme par exemple lors de la soirée de présentation de Kinect (nom définitif décidément bien pénible du Project Natal), où Microsoft aura malencontreusement brillé par le fait de présenter le premier périphérique à détection de mouvement qui anticipe les mouvements des acteurs. Blague à part, cette démonstration totalement simulée aura sans doute causé plus de tort que de bien à Kinect, en tout cas du côté de la presse spécialisée. Heureusement, Microsoft s’est rattrapé le lendemain avec des démos plus correctes de ses jeux, sans pour autant totalement convaincre. En fait, il y avait déjà ce côté quelque peu bipolaire de Microsoft qui dérangeait. D’un côté, on nous montre de gros jeux gamer plutôt violents, pour qu’à la seconde suivante, une gamine toute mignonne vienne nous démontrer un Kinectimals, mignon, mais juste à l’extrême opposé de la clientèle actuelle de Microsoft. Ensuite, les autres jeux Microsoft (Kinect Sports, Kinect Adventures, Kinect Joy Ride ou Forza Motorsport) on plutôt déçu par leur côté déjà vu sur Wii, ou l’aspect ridicule du gameplay (la conduite bras en avant, bonjour les crampes). Heureusement, comme souvent côté Xbox, les tiers ont fait deux bonnes présentations de produits Kinect. Your Shape Fitness Evolved d’Ubisoft, bien que surfant sans honte sur la vague >Wii Fit, s’est montré beaucoup plus varié et abouti et surtout assez impressionnant dans sa captation du corps, même si l’espèce de blob représenté à l’écran est un peu déroutant. Le meilleur restera sans doute Dance Central, de Harmonix. Un jeu de danse tout simplement impressionnant et dont on peut raisonnablement penser qu’il a tout en main pour être à la danse ce que le Guitar Hero (des mêmes géniteurs, à l’origine) fut à la guitare. Reste juste à ne pas avoir peur de se couvrir de honte, ce qui sera sans doute mon plus gros problème avec ce titre.

Un autre problème que j’ai, avec Kinect en lui-même cette fois, c’est que cette technologie me semble suffisamment intéressante pour proposer autre chose que des extensions de concepts vus avec l’Eye Toy ou la Wii. Or c’est exactement ce que Microsoft à proposé. C’est limite si on ne voyait pas une conférence du Nintendo de ces dernières années. Je ne doute toutefois pas que ces jeux trouveront leur public, mais en ce qui me concerne, j’ai déjà une Wii, donc en l’état, ça sera sans moi. Messieurs de chez Microsoft, vous avez un objet en or qui peut bousculer complètement la manière d’appréhender le jeu vidéo, alors s’il vous plait, faites des jeux qui brisent les codes et bouleversent les habitudes et là je signerai.

Du côté du line-up gamer de Microsoft, ce n’est pas tant la qualité qui posait problème, mais plutôt l’absence complète de surprise et de coup majeur. Microsoft avait eu l’habitude de marquer un gros coup chaque année, genre GTA IV et ses DLC, FFXIII, MGS Rising. Cette année, ils ont bien été les premiers à montrer MGS Rising, mais il reste quand même un jeu multi-support. Je ne suis pas convaincu non plus du fait qu’avoir les DLC des trois prochains Call of Duty en priorité par rapport aux autres supports soit réellement un avantage décisif sur le reste de cette génération. Le reste du line-up s’articulait principalement sur Halo Reach, Gears of War 3 et Fable 3, les trois piliers de Microsoft pour fin 2010, début 2011, qui, à n’en pas douter, cartonneront, mais ils étaient malheureusement déjà connu. En ce qui me concerne, entre ces jeux gamer et les produits ultra casual de Kinect, il y a également un véritable vide qui me dérange un peu. Comme chez Nintendo, on regrettera finalement une certaine concentration de jeux et un manque de variété.

On retiendra quand même l’annonce du nouveau design de la 360, plutôt particulier mais finalement pas dégueulasse (en tout cas moins désuet que l’actuel). Sauf que chat échaudé craignant l’eau froide, j’attendrai quelques tests de fiabilité avant d’investir... A titre personnel, alors que la 360 fêtait là les cinq ans de sa présentation, j’aurais préféré voir la génération suivante arriver à la place. Ca serait certes plonger l’industrie à sa perte, mais sérieusement, et cette conférence, ainsi que celle de Sony n’ont fait que le confirmer, je commence à avoir la sensation d’avoir fait le tour de ces machines.

Même constat donc chez Sony. Malgré un line-up de qualité, avec des jeux first party tout à fait corrects, des exclus de DLC ou d’édition limitées chez des tiers, ça manquait cruellement de surprises. En fait, tous les gros jeux first party, à l’exception de Twisted Metal, avaient déjà été présentés ces dernières semaines. Je pense que la conférence aurait eu plus d’impact si l’on avait découvert pour la première fois les nouveautés Sony. Côté first party, on notera aussi la grande absence de The Last Guardian. Le nouveau Fumito Ueda avait fait sa première apparition l’an dernier, mais il semblerait que cette année, Sony ait préféré s’adresser principalement au public américain (d’où Twisted Metal comme “clou” du spectacle) et que ce titre attendra peut-être le TGS. Du moins, on l’espère vivement. Enfin, GT5 a enfin une date américaine. J’attendrai de voir pour y croire, mais il semblerait bien que l’on va tous pouvoir se prendre pour le Stig sur le circuit de Top Gear dès novembre prochain.

Côté “temps forts”, on retiendra quand même l’apparition de Gabe Newell, de Valve, plus gros (dans tous les sens du terme) hater de la PS3, venu faire un simili mea culpa, annoncer Portal 2 sur PS3, montrer le premier trailer et vanter le fait que la meilleure version console sera sur PS3. Assez énorme, bien que ce nouvel amour ressemble plutôt à une provocation adressée à Microsoft et sa politique de contrôle totalitaire sur le Xbox Live.

Quant au Move, pour terminer, comme ils avaient fait du Nintendo à la GDC, Sony a eu la bonne idée de ne pas remontrer les mêmes jeux et de choisir deux jeux 2011, et un jeu déjà ou bientôt sorti (selon territoire) à patcher. Enfin, pas si bonne idée que ça, vu que même si Sorcery avait de bonnes idées, il n’était vraiment pas assez abouti et séduisant dans cet état. Tiger Woods faisait du Tiger Woods... Pas grand chose à dire, si ce n’est que ça sera sans doute plus poussé qu’un Wii Sport Golf, tout en étant sans doute aussi beaucoup plus chiant pour les profanes. Enfin, Heroes on the Move était présenté juste en vidéo, donc dur d’imaginer une utilisation intelligente ou pas du Move. Reste qu’une petite compilation de jeux à mascotte, comme Nintendo aurait pu le faire, est plutôt bienvenue de la part de Sony. Rare, si tu m’entends, prends en de la graine...

Au final, on se retrouve donc avec un line-up sur machines HD de qualité, mais déjà connu à l’avance et un combat Move - Kinect qui n’a pas vraiment évolué depuis l’an dernier. Move risque fortement de faire office d’alternative confortable au pad pour certains jeux (FPS, TPS, party games), sans pour autant s’imposer comme incontournable, et Kinect, si en plus les rumeurs de jeux assis difficile (voir impossible ?) se confirment, pourrait bien finir comme un second Eye Toy ou une seconde Wii, qu’on sort de temps en temps entre amis mais qu’on préfère laisser rangé dans l’armoire. Dans cette configuration-là, le Nintendo que l’on craignait dépassé par le Motion Control HD a une fois encore su nous montrer son savoir faire, nous émouvoir et nous faire rêver. Et c’est ça le jeu vidéo que j’aime. Donc merci Nintendo. Sony et Microsoft, s’il vous plaît, faites mieux l’an prochain (ou en tout cas, n’annoncez pas tout quelques semaines avant).

Article intéressant ?

Informations pratiques

Kanpai vous suggère également ces articles

Commentaires

Ajouter un commentaire