Travailler au Japon dans le domaine du droit ?

16 réponses

Bonjour, je me présente j'ai 17 ans et je suis en terminal ES. Avec pour projet de travailler dans le droit, une licence de droit pour l'instant. J'aimerais au mieux lorsque j'aurais fini cette licence m'orienter dans vers un master qui me permettrait de travailler au japon. Je vous rassure je ne suis pas le genre de personne qui souhaite y aller car elle est fan de manga/drama... J'ai déjà commencé lentement l'apprentissage en parallèle chez moi. Le projet c'est au bout de trois 3 ans de partir au japon aprés ma licence pour apprendre réellement le japonais et le parler couramment et ensuite revenir en france pour un master. Mais quel master, c'est la question. J'ai entendu parler de droit international... L'idéal serait de me servir de mon français et japonais, par exemple une entreprise japonaise qui souhaite s'exporter au japon. J'aimerais savoir si y'a des personnes qui ont déjà des expériences similaires ? Si ma vision de partir semble réaliste? Et ou des renseignement car il en manque cruellement sur le net ?

Par VisiBro Publié en Mai 2020 Thématiques associées :
Question intéressante ?
4,25/5 (4 votes)
Cette question et les réponses ci-après sont proposées par la communauté des membres Kanpai dans le cadre du module Kotaete. Elles ne reflètent pas nécessairement le point de vue de la rédaction de Kanpai.

Les 16 réponses à la question posée

PaulEmploi
14 Mai 2020
22:33

Ton projet paraît cool, bonne chance.
Je pense également que des grandes entreprises ont besoin de spécialistes pour s'implanter ailleurs car les japonais ne connaissent pas le droit qui s'applique dans les autres pays, donc ça me paraît tout à faire valide.

Le hic, c'est que je ne pense pas pas que rester au Japon juste pour étudier le japonais entre une licence et un master soit rentable, à ce moment-là, autant faire directement ton master au Japon si tu as les ressources nécessaires. Car faire des études au Japon coûte très cher, et ce temps que tu passerais entre ta licence et ton master ne te donnerait pas accès à un diplôme reconnu alors que tu pourrais essayer de viser une bourse mext pour justement étudier pleinement le droit au Japon si tu es très fort.

Réponse utile ?
4,50/5 (2 votes)
15 Mai 2020
09:52

Bonjour, déjà merci de t’as réponse. Si je comprend bien lorsqu’on fait son masteur au japon les frais de scolarité peuvent être pris en charge par une bourse ? ça parait idéal car je ne dispose pas de grandes ressources financières

Réponse utile ?
3,33/5 (3 votes)
PaulEmploi
15 Mai 2020
13:19

La bourse mext peuvent prendre en charge tes frais de scolarité au Japon mais c'est extrêmement difficile.

Réponse utile ?
3,50/5 (2 votes)
Binsan
15 Mai 2020
07:36

Bonjour,
Je pense aussi que ton projet est viable et qu'un tel parcours peut intéresser des entreprises. Si tu es très motivée et que tu t'en sens capable, tu peux essayer de faire une licence de japonais en même temps que ta licence de droit, c'est quelque chose qui est assez difficile mais totalement faisable avec de la motivation étant donné que la licence de japonais ne demande pas une charge de travail considérable. Je connais plusieurs amis qui ont réussi à le faire et le conseil donné par les professeurs est de décaler les licences d'un an, c'est à dire par exemple, de commencer la L1 de japonais lors de la L2 de droit, cela pourrait te permettre de profiter des partenariats de ton université pour faire ta L3 de japonais au Japon et donc d'étudier la langue sur place sans avoir à payer un école (qui sont très chères au Japon). En tout cas je te souhaite bonne chance et beaucoup de réussite !

Réponse utile ?
4/5 (8 votes)
15 Mai 2020
09:58

Bonjour, merci de m’avoir répondu. Ce que tu dit m’a l’air très intéressant même idéal. Après reste à savoir si j’ai le niveau.Ensuite par exemple si je fais ma licence de droit à Aix En Provence. Après ma L1 de droit je commence ma L2 de droit tout en commençant ma L1 japonais, mais comment est ce possible d’organiser les emplois du temps? Je parle des TD qui sont obligatoires par exemple ?

Réponse utile ?
/5 ( vote)
Binsan
15 Mai 2020
15:01

Je pense que tu pourras juger de ton niveau au cours de ta première année de droit. Ensuite pour les cours qui se chevauchent il existe différents systèmes en fonction des universités, à Bordeaux les emploi du temps prennent en compte autant que possible les double cursus et les étudiants qui les suivent sont dispensés d'assiduité en cas de chevauchement. Seule la présence aux évaluations est obligatoire.

Réponse utile ?
2,67/5 (3 votes)
F
15 Mai 2020
12:20

@Binsan,
Je ne sais pas où vous avez étudié le japonais, mais à l'Inalco la charge de travail est plus que conséquente...
Pour répondre à l'OP, je n'ai pas exactement compris si vous souhaitiez aider les entreprises japonaises à s'implanter en france ou l'inverse ?
Dans tous les cas il va sans dire qu'en plus d'une maitrise dans le domaine juridique concerné, un très bon niveau de japonais sera nécessaire. Faire en parralèle japonais et droit et probablement très exigeant, mais je connais une ou deux personne qui l'ont fait. Le projet est viable, et ce genre de double compétence peut fortement interesser les grosses entreprises, mais également des organismes comme les chambres de commerces.
Bon courage !

Réponse utile ?
3,67/5 (3 votes)
Binsan
15 Mai 2020
15:04

En effet, j'ai entendu dire que le niveau à l'Inalco est extrêmement au dessus des autres universités en ce qui concerne la licence de japonais. Ceux qui étudient en dehors de l'Inalco n'ont pas la chance d'accéder à un tel niveau mais d'un autre côté cette charge de travail réduite leur laissent du temps pour autre chose.

Réponse utile ?
3,50/5 (2 votes)
東大生
15 Mai 2020
14:04

Bonsoir,

Votre projet est possiblement viable, mais va demander une immense charge de travail personnel, les études de droit n'étant pas des plus reposantes... Et l'apprentissage du japonais ne l'est clairement pas non plus. Et inutile de dire que vu votre projet, il ne faudra pas se contenter d'un "petit" niveau de japonais, mais bien de tendre vers les sommets. Surtout si vous voulez candidater après à des bourses type MEXT. Ne négligez pas également l'apprentissage de l'anglais.

Il existe des possibilités, selon les universités, pour ne pas avoir à assister à certains cours si vous avez des chevauchements dans votre emploi du temps. En règle générale, cela implique que vous sacrifiez la possibilité de passer par le contrôle continue, et vous devrez valider vos matières durant un examen final.

Vous pourriez être intéressé par contacter Madame Isabelle Konuma, qui est enseignante-chercheuse à l'INALCO et spécialiste de droit japonais. Ou tout du moins, rechercher quel parcours elle a suivie, et vous en inspirer. Si d'aventure vous décidez de la contacter, faites un mail court et qui va à l'essentiel.
Il est à noter que l'université Paris-2 a signée un accord avec le département de droit de l'Université de Tokyo. Je n'en connais pas le détail, mais on peut imaginer que cela ouvre la porte à des échanges universitaires, en licence et/ou en master. Renseignez-vous à ce sujet, mais cela pourrait vous donner une première piste de parcours "droit japonais" : une licence de droit à Paris 2 tout en suivant une licence LLCER à l'INALCO. Beaucoup d'efforts à fournir en perspective, mais il faut ce qu'il faut. Bon courage !

Réponse utile ?
3,75/5 (4 votes)
F
15 Mai 2020
16:10

De mémoire, Mme Konuma est plus spécialisée en droit des familles que dans le droit des entreprises, mais elle peut effectivement être de bon conseil. :)

Réponse utile ?
5/5 (1 vote)
16 Mai 2020
10:31

Merci beaucoup pour cette réponse compléte.

Réponse utile ?
/5 ( vote)
Hakiko
17 Mai 2020
20:08

Bonjour a toi,

Ton message m'a intéressé car j'ai exactement le même profil que toi. En effet, j'apprend le japonais avec un professeur depuis maintenant 2 ans et je viens tous juste d'être diplômé d'une licence de droit ce mois-ci. Je pars donc a la rentrée, en septembre 2020, durant 1 an et demie au Japon dans une école privée afin d'apprendre de façon intensive le japonais. Une fois cette formation en langue terminée, je compte m'inscrire réaliser mon master au Japon pour y travailler, dans le domaine du droit. Ton projet ressemble donc fortement au mien. Dans un premier temps je te conseille de bien travailler en droit et d'exercer ton japonais. De plus, le droit est un milieu difficile et une matière nouvelle pour toi, et énormément d'étudiants abandonnent ou se réoriente en première année, j'espère que la matière te plaira. Si tu as la moindre question, n'hésite pas à me contacter.
Très Cordialement

Réponse utile ?
4,67/5 (3 votes)
17 Mai 2020
21:04

Bonjour,

Oui j’aimerais fortement te contacter !
Ce serais un plaisir d’avoir des informations surtout que tu es encore en pleine formation.
Envoie moi un mail : matteofetypro@gmail.com
Ou si tu veux via les réseaux sociaux.

Cordialement

Réponse utile ?
/5 ( vote)
Soline
19 juin 2020
22:41

Bonjour,

Il me semble que personne ne l'a mentionné mais la faculté de droit d'Aix-en-Provence propose un master en droit des affaires spécialité Asie, avec en M2 le parcours Droit des affaires franco-japonais. Le dernier semestre s'effectue au Japon il me semble. Un très bon niveau en japonais est demandé (JLPT 2), mais c'est totalement faisable surtout si vous partez vivre là-bas pendant un an.

Cordialement

Réponse utile ?
5/5 (1 vote)
BJapon
25 septembre 2020
12:27

Bonjour a toi, vous,

Je me permet de te repondre car je suis actuellement juriste travaillant au Japon, j'ai donc pense que mon retour sur experience peut etre valable.

Je suis titulaire d'un master 2 en droit international, oriente business, l'un des plus reputes en France. J'ai decide d'emmigrer au Japon a la fin de mes etudes pour poursuivre la voie qui est la tienne, et je dois t'avouer que le parcours est seme d'embuches quasiment insurmontables, que je n'ai pu surmonter que par chance extreme, et une implantation familiale au Japon.

Il est certain que des entreprises japonaises ont besoin de juristes capables de s'exprimer en anglais (le francais ne servant a presque rien dans la plupart des cas), la connaissance donc du Japonais a un niveau JLPT N1 doit donc etre ajoutee a une connaissance parfaite de la langue anglaise.
Ensuite, l'un des murs qui est pour moi le plus difficile dans la recherche d'un emploi au Japon est le systeme Shinsotsu (nouveau diplome) Chuuto Saiyou (changement d'emploi). En tant que personne qui n'aura pas d'experience, tu dois obligatoirement passer par le systeme des Shinsotsu. Or, pour pouvoir beneficier de ce systeme, il te faut necessairement etre diplome selon la temporalite japonaise, c'est-a-dire etre pret a rentrer en entreprise, le premier avril de l'annee. La selection se faisant en cours d'universite, l'annee precedente, la plupart du temps de juin a septembre. Tu ne pourras pas etre recrutee en Chuuto Saiyou si tu n'as pas d'experience en France. Tu devras donc necessairement etudier dans une fac japonaise, de la meme facon qu'un japonais.
L'autre raison est que, quand bien meme tu serais diplomee de la meilleure universite francaise, les entreprises japonaises ne les connaissent pas. Et, le systeme de recrutement des Shinsotsu au Japon est essentiellement base sur la renommee de ton universite. Calcul simple donc: ils ne font pas confiance/ne comprennent pas tes etudes, quel que soit ton potentiel ils ne t'embaucheront pas.
Le passage par une universite Japonaise en fin de cursus est donc une absolue necessite, un prerequis imperatif a la recherche d'un travail au Japon, si tu souhaites entrer dans un service juridique. Sinon, tu auras toujours des possibilite de travailler, avec une enorme chance, dans un service commerce international pour parler anglais avec les clients etrangers.

Un autre chemin pourrait etre d'obtenir ton concours d'avocat en France, de travailler plus de 5 ans de facon continue, et d'emigrer au Japon. La, tu auras la capacite, si tu es capable de parler Japonais, de faire reconnaitre ton diplome et ton experience et d'obtenir l'equivalence du barreau. Tu serais alors avocat etranger, capable de plaider.
J'ai eu l'occasion de discuter avec des avocats francais au Japon qui m'ont bien fait comprendre (je n'ai pas passe mon barreau, car je n'ai jamais ete interesse par la profession d'avocat, mais par la simple technique du Droit), que mon parcours ete voue a l'echec, car meme si je rentrai dans un cabinet d'avocats au Japon, ils ne me feraient faire que de la traduction anglaise, ce qui a ete la tombe des espoirs de nombreux etrangers juristes au Japon. Je te le conseille moi aussi vivement.

Ensuite, la vision des japonais vis-a-vis du Droit est encore tres differente de notre vision occidentale. Les japonais ne considerent pas les contrats comme etant essentiels, c'est un pays d'industrie ou les relations ne sont pas legales mais de confiance. De nombreuses grandes entreprises n'ont encore pas de contrats avec leurs fournisseurs historiques. La place du droit est donc a relativiser grandement dans la vie des entreprises.
Il est en autrement pour les relations avec les pays exterieurs, mais la encore, d'un point de vue cout des entreprises, il est preferable, plutot que de payer a l'annee un employe, de faire appel a un avocat qui sera specialise en droit du pays dans le pays en question. D'autant que, meme avec les meilleurs efforts possibles, il te sera impossible d'ecrire le Japonais aussi bien que un Japonais(e), et donc tes contrats seront de moindre qualite.

Pour resumer donc, et cela se base sur ce que je vois et vis tous les jours:
- le travail de juriste d'entreprise est tres difficile a viser, car tu seras un cout pour une entreprise par rapport a un cabinet d'avocat et que ton domaine d'action sera uniquement limite pour les liens avec l'etranger. Le moyen d'y echapper et d'obtenir un diplome universitaire au Japon de la meme facon que n'importe quel etranger.
- le metier d'avocat te permettrait de travailler plus sereinement dans des conditions que tu serais capable de definir, mais apres au minimum une experience de 5 ans en France, dans des cabinets a portee internationale de preference. Une orientation a donner a tes etudes donc: fais de ton mieux, travaille dur, plus dur que quiconque, fais tout pour realiser tes reves.

Car, en j'en temoigne, cela en vaut la peine.

Meilleure réponse à la question posée

Réponse utile ?
5/5 (2 votes)
BJapon
25 septembre 2020
12:28

"- le travail de juriste d'entreprise est tres difficile a viser, car tu seras un cout pour une entreprise par rapport a un cabinet d'avocat et que ton domaine d'action sera uniquement limite pour les liens avec l'etranger. Le moyen d'y echapper et d'obtenir un diplome universitaire au Japon de la meme facon que n'importe quel etranger."
Je voulais dire, japonais

Réponse utile ?
/5 ( vote)

Ajouter un commentaire

Inscrit sur le site ? Identifiez-vous, sinon inscrivez-vous !
Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
La publicité est interdite. Un lien vers votre site / blog est autorisé uniquement s'il se justifie dans votre réponse, auquel cas un lien retour vers Kanpai.fr est exigé.