Kitano Kobe 4

Kitano

La vitrine internationale de Kobe

L'avis Kanpai
Ajouter à mes lieux favoris
Déjà visité

Kitano est le quartier des étrangers à Kobe, adossé au pied de la chaîne des monts Rokko. Il se déploie essentiellement autour de la rue Kitano et des avenues Yamamoto et Oranda-zaka. Une vingtaine d'anciennes résidences diplomatiques, à l'architecture occidentale, sont aujourd'hui transformées en musée et ouvertes au public ; certaines sont classées Biens Culturels Importants du Japon.

Ouverte sur le monde depuis la fin du XIXe siècle, Kobe est tout naturellement devenue un port d'attache pour les étrangers. À l'époque essentiellement Chinois, Américains et Européens, ils se sont confortablement installés sur les hauteurs de la ville, avec vue sur la baie et les montagnes en arrière-plan. Nostalgiques de leurs terres, ils ont chacun édifié un bâtiment au style de leur pays d'origine. Ainsi est né le quartier pittoresque de Kitano Ijinkai.

La première résidence date du début de l'ère Meiji (1868 - 1912) mais ce n'est qu'à partir de 1887 que les constructions se multiplient. Jusqu'à la Seconde Guerre mondiale, on comptait pas moins de deux cents maisons. La plupart ont été détruites sous les feux puis lors du grand séisme de 1995. Il reste actuellement vingt et une résidences conservées, que l'on peut visiter.

Devenu un site touristique phare de la ville, ce quartier s'avère tout aussi historique que divertissant. Le parcours bien rôdé emmène les visiteurs d'un musée à l'autre, en passant par des boutiques de souvenirs ainsi que des maisons transformées en restaurant ou café. On y croise même les enseignes Starbucks et Tully's habillées aux couleurs locales ; on ne peut s'empêcher d'être un peu déçus de voir de telles grandes chaînes installées au cœur du patrimoine japonais. Enfin, en clin d'œil, des statues de mélomanes disposées ci et là rendent hommage à la musique jazz, l'un des emblèmes de Kobe.

Chaque résidence ouverte au public est payante. Comme la visite débute dès la contemplation des jolies façades colorées, certaines se cachent derrière des hauts murs afin d'encourager les passants à y entrer. Il faut donc prévoir un certain budget, sachant qu'il existe des tarifs préférentiels pour découvrir plusieurs bâtiments, dont voici une sélection des plus intéressantes à notre goût :

  • Kazamidori no Yakata, belle maison surmontée d'une girouette et qui se dresse comme le symbole de Kitano
  • Uroko-no-ie, aux accents fortement occidentaux ;
  • Yokan Nagaya, la résidence française ;
  • Sakanoue-no-Ijinkan, ancien consulat chinois ;
  • The English House, décorée à la Sherlock Homes.

Tandis que les Asiatiques, à commencer par les jeunes Japonais, apprécient Kitano pour son atmosphère exotique et décalée, les visiteurs occidentaux, et c'est bien compréhensible, n'y voient pas autant de dépaysement. De cette façon, l'on conseille de grimper jusqu'au sanctuaire Kitano Tenman, attrait japonais des lieux et d'où la vue plongeante vaut largement la montée abrupte des marches.

Très valloné, il faut de bonnes chaussures de marche pour arpenter le quartier, qui peut simplement servir de passerelle depuis le centre-ville de Kobe pour accéder au téléphérique du parc Nunobiki.

Cet article a été réalisé dans le cadre d'un séjour financé par la préfecture de Hyogo. Kanpai a été invité mais conserve une liberté totale dans sa publication éditoriale.
⬇️ Plus bas sur cette page, découvrez nos conseils de visite à Kitano et autour.
Par Kanpai Dernière mise à jour le 04 décembre 2019