Koto

Le Koto japonais

La harpe traditionnelle au Japon

Le koto est un instrument traditionnel à cordes pincées au même titre que le shamisen. En forme de longue cithare, il est communément appelé la "harpe japonaise" en référence au son mélodieux qu'il produit. Il s'agit d'un art musical typique du Japon.

Importé de Chine entre le VIIe et le VIIIe siècle pour être joué à la cour impériale de Nara (710-794), il appartient d'abord au gagaku, le répertoire officiel de la musique de cour au Japon. Au fil des siècles le koto se démocratise, notamment grâce à Yatsuhashi Kengyo, qui au XVIIe siècle devient le premier musicien de shamisen à jouer du koto pour le grand public et de manière moderne. Il participe à la composition de Rokudan no shirabe, l'un des morceaux les plus emblématiques.

Pour sa musicalité douce et sensible, les Geisha l'ajoutent à leur registre lors des soirées de divertissement. Aujourd'hui, la harpe japonaise s'enseigne à l'école et compte parmi les instruments historiques les plus populaires et pratiqués.

Le koto se compose de la manière suivante :

  • des dimensions d'environ 1,80 mètre de longueur pour une vingtaine de centimètres de large ;
  • 13 cordes tendues en soie (il existe des types de koto jusqu'à 32 cordes) ;
  • une caisse de résonance légèrement courbée fabriquée à partir de bois de Paulownia ;
  • des hauts chevalets mobiles en ivoire qui permettent d’accorder l'instrument.

Jeu horizontal

Traditionnellement, le koto se joue assis en position formelle à genoux (posture dite seiza), avec l’instrument posé horizontalement au sol. Cependant, depuis l’occidentalisation du Japon à l'ère Meiji (à partir de 1868), le koto s'appuie maintenant sur deux petits chevalets ; ainsi le musicien, toujours assis, bénéficie d'un angle plus large d’environ 45 degrés entre sa cuisse droite et l'objet.

Pour pouvoir pincer les cordes, il est nécessaire d’accrocher des grattoirs en ivoire au pouce, à l'index et au majeur de la main droite. La main gauche sert alors à pousser les cordes vers le bas afin de modifier la tonalité de la note. Les gauchers doivent jouer du koto avec la main droite ; il n'existe pas de version adaptée, à l’instar de guitares ou autres appareils à cordes.

Partition de koto pour débutants

Les partitions contiennent les notes, mais aussi le nom de la corde à pincer. Après une numérotation de 1 à 10, les cordes 11 à 13 s'appellent respectivement 斗 to, 為 i et, 巾 kin.

L’un des morceaux les plus joués lors d’une initiation au koto s'intitule "Sakura 🌸". Simplifiée, la partition utilisée ne contient que les cordes 3 à 9. De cette façon, seul le pouce droit travaille le pinçage des cordes tandis que la main gauche se repose car il n'y a aucune modification de tonalité.

Avec un peu de concentration et de connaissances en solfège, il est possible de jouer correctement cette première mélodie après seulement trente minutes de pratique, ce qui surprend agréablement l'élève. Instrument difficile à maîtriser dans son intégralité, le koto s'avère ainsi rapidement accessible aux débutants, qui peuvent réellement ressentir la beauté du son en quelques notes.

Le cours que l'on peut voir dans la vidéo ci-dessus a été donné à Fukuju Kaikan, un espace culturel désormais fermé dans la ville de Fukuyama dans la préfecture d'Hiroshima, l'un des berceaux de fabrication de ce charmant instrument traditionnel. Pour ceux qui souhaitent tenter l’expérience, d'autres possibilités existent dans tout le Japon avec des prix moyens à partir de 4.000¥ (~31,01€) par personne.

Cet article a été réalisé dans le cadre d'un séjour organisé et financé par l'Office du Tourisme de la préfecture d'Hiroshima. Kanpai a été invité et guidé mais conserve une liberté totale dans sa publication éditoriale.
Mis à jour le 02 juin 2021 - Japanese Koto