first-kiss

First Kiss

Dans le cadre de leur occidentalisation, les Japonais ont tendance à dire « first kiss » en parlant de leur premier baiser. Ce drama raconte l’histoire de Mio Fukunaga (Inoue Mao de Hana Yori Dango), dont le first kiss a été donné par son frère lorsqu’elle était petite. Elle est aujourd’hui une nénette de 20 ans, qui vit aux États-Unis depuis 10 ans, atteinte d’une maladie de cœur dont-on-tait-mystérieusement-le-nom. Alors qu’elle doit faire face à une opération du genre quitte ou double (50% de chances qu’elle s’en sorte – le reste pour qu’elle crève sans avoir vu le loup), elle revient au Japon le temps d’un été pour retrouver son frère qu’elle n’a pas vu depuis 10 ans. Mais, de petite mistinguette toute kawaii, elle est devenue une sacrée peste égocentrique.

Pour coller au script, First Kiss a été diffusé au cours de l’été 2007, sur Fuji 🗻 TV comme d’hab. Mio a donc une saison (de calendrier et de drama) pour profiter de sa vie japonaise, entourée de son frère Kazuki Kano. Une belle lopette d’ailleurs, qui passe son temps à crisper le spectateur tant il s’excusera cent fois par épisode. Dans la même veine, ses potes (qu’on a déjà vus dans Densha Otoko), sont tout aussi irritants et d’un manque de charisme assez « feu-de-l’amour-esque ». En fait, peu d’acteurs ont vraiment une présence à l’écran dans ce drama, exceptée peut-être Mao Inoue qui remplit à merveille son rôle de purge, pour peu que ses mimiques ne vous hérissent pas le poil. Comme la plupart des autres protagonistes, elle aura tendance à en faire trop pour combler son personnage de coquille vide.

Inutile de tourner autour du pot, First Kiss est chiant comme un dimanche d’octobre sous la pluie. L’histoire tourne en rond et tente vaguement de s’axer sur une relation frère/sœur particulièrement inintéressante. Au bout d’une demi-heure, vous aurez vraisemblablement pigé tout le scénario et découvert qui couchera avec qui quelles seront les amourettes du dernier épisode pour Mio et Kazuki. Cela pourra éventuellement toucher les jeunes adolescentes en fleur, mais moi, tant de mièvrerie maniérée, ça me laisse un arrière-goût de fond de tiroir. Beurk !

Dernière mise à jour le 09 septembre 2015