drama-japonais

Drama japonais : définition et analyse

Séries TV du Japon

On parle beaucoup de drama sur Kanpai, en témoigne le nombre d’articles consacrés à ces séries japonaises, mais sans vraiment en faire une définition complète. Cet article sert à poser les bases explicatives d'un genre prépondérant à la télé japonaise. Le terme de drama vient de « home drama » (« homu dorama ») qui désigne au Japon les séries TV. Avec l'ouverture et les exportations culturelles nippones, le mot peut parfois délimiter l'ensemble des séries asiatiques, auquel cas on parlera de « j-drama » (série japonaise), « k-drama » (série coréenne) ou encore « t-drama » (série taïwanaise). L'explosion des dramas s'est fait, comme beaucoup de phénomènes culturels japonais, après la seconde Guerre Mondiale. Une encyclopédie (The Dorama Encyclopedia) recense même plus de 1.000 occurrences entre 1953 et 2003 !

Caractéristiques des dramas / séries télé japonaises

Le format des dramas est assez particulier. Contrairement aux séries américaines qui tournent jusqu'à une chute d'audience, le cadre d'un drama est clairement défini. Il y a généralement un début et une fin fermés (c'est le format « renzoku ») et l'histoire se déroule sur 10 à 12 épisodes de 40~45 minutes - soit 1h avec les publicités. Les premier et dernier épisodes peuvent parfois durer 1h pleine voire plus, de même que les épisodes spéciaux / SP ou bonus qui peuvent durer jusqu'à 2h. La diffusion est hebdomadaire et s'étale donc sur environ 3 mois, au rythme des saisons du calendrier. Il y a rarement des rediffusions. On constate des audiences qui tournent généralement entre 8 et 13%, et qui peuvent monter jusqu'à 20~30% lors des premiers et derniers épisodes. Il semble également que pour certaines séries non adaptées de manga, seuls les premiers épisodes sont filmés et les scénaristes revoient l'histoire si leurs premières audiences sont trop basses. Le tournage est réalisé à peine quelques semaines avant la diffusion, souvent à Tokyo, ce qui permet aux fans de rencontrer leurs idoles. Les dramas à succès sont l'occasion d'une seconde saison voire d'une adaptation cinématographique. C'est le cas par exemple des célèbres Ring ou de GTO, lui-même issu d'un manga. La diffusion peut se faire sur toutes les chaînes, mais certaines s'en sont fait une spécialité. On retrouvera le plus souvent Fuji 🗻 TV / Fuji Terebi, TBS, Wowow, TV Asahi, NTV ou encore NHK. Sur cette dernière, on trouvera même un format de renzoku particulier, à la Plus Belle la Vie : un épisode de 15 minutes chaque matin de la semaine, qui dure une année entière. Dernier format majeur ; le « tanpatsu drama », qui peut être vu comme un téléfilm, tant dans sa durée que dans son fonctionnement.

J-Dramas par genre

Un certain nombre de dramas sont des adaptations de manga, mais d'autres sont scénarisés ex-nihilo. Les thématiques abordées sont bien sûr variées : amour / « ren'ai » en priorité, mais aussi enquêtes policières, fantastique, comédie, mélodrames, horreur, etc. Toutefois, le genre qui surnage est le « trendy drama » qui tente de se focaliser sur un quotidien, sur des protagonistes crédibles. Ceci, évidemment, pour faciliter l'identification du spectateur. Ainsi, on trouvera pléthore de dramas dont l'action se déroule au lycée, à l'université, au bureau, ou d'autres qui déroulent des tranches de vie sociale caractéristiques du Japon : émancipation de la femme et sa carrière professionnelle, vie de famille, existence dans la société, bande de potes, gangs de quartier, mariage et divorce, pression sociale voire écrasement professionnel, et parfois même un peu sexy 🔞 / ecchi. Le but étant de partir d'une situation normale pour s'extirper de son caractère maussade : dans Papa to Musume no Nanokakan par exemple, un père et sa fille qui ne se parlent plus échangent leurs corps involontairement. En comparant les scripts originaux et le texte final déclamé dans les séries, on s'aperçoit que le tournage d'un drama laisse place à pas mal d'improvisation pour les acteurs. En-dehors de quelques gimmicks et tics de langage propres à chaque protagoniste, le tournage semble se faire par séquence avec plusieurs caméras, là où un tournage occidental coupe à chaque scène voire à chaque plan.

D'autres informations sur les dramas japonais

L'exportation des dramas ne se fait quasiment pas, en tout cas pas de manière légale. Même les séries les plus rémunératrices au Japon ne dépassent pas les frontières de l'archipel. Avant la démocratisation d'Internet 📶, la diffusion se faisait, notamment en Chine, grâce à des VCD sous-titrés plus ou moins pirates. Certaines chaînes locales, en Californie (KTSF) ou à Hawaii, diffusent certains dramas sous-titrés en anglais, après avoir porté le boom de la location de VHS dédiées dans les années '90. Mais c'est bien l'explosion des temps de transfert en ligne qui a permis aux occidentaux de découvrir le genre. Grâce aux équipes de fansubs (des sous-titrages non officiels allant du très médiocre à l'excellent), de nombreux dramas sont sous-titrés, souvent même en français. La « concurrence » est tellement rude entre teams qu'il se traduit souvent des séries de qualité plus que moyenne.

Comme pour les animés, les génériques sont confiés à des groupes à la popularité naissante voire confirmée, pour bénéficier aux deux parties. Mais c'est surtout au niveau de ses acteurs et actrices qu'un drama peut gonfler facilement sa popularité. Des « talento » voient, comme les idols de j-pop, leur popularité exploser en quelques semaines. On pourrait presque dire que le drama est la phase obligatoire avant de devenir acteur de cinéma au Japon. Bien sûr, il y a un turn-over important, mais lorsqu'on regarde plusieurs séries, on s'aperçoit vite que les mêmes acteurs reviennent souvent. C'est le cas, chez les hommes, de Jun Matsumoto ou Oguri Shun. Chez les jeunes femmes, on retrouvera souvent Mao Inoue, Ito Misaki ou encore Yui aragaki. Consultez mes articles sur les différents dramas si les acteurs vous intéressent, car je détaille souvent le casting, photos et petites anecdotes à l’appui.

Pour en savoir plus sur les dramas, classiques ou récents, vous pouvez consulter le très complet Drama Wiki, qui permet également de télécharger des épisodes sous-titrés (pas franchement interdit, car non licenciés sous nos latitudes, le download est juste toléré).

Par Kanpai Publié en avril 2008 - mis à jour en septembre 2015