Les licences LLCER/LEA japonais conduisent-elles à autre chose qu'au chômage ?

8 réponses

Salut !

Je sais que cette question a été posée maintes et maintes fois, mais j'avoue commencer à désespérer. Mon projet, mûrement réfléchi, est de vivre au Japon.

Naturellement, il faut se rendre employable en obtenant un diplôme recherché dans ce pays. Or, après cinq années de ma vie perdues à errer de licence de droit en formation d'informatique, j'ai bien du me rendre à l'évidence. Je suis lamentable en maths, exécrable en sciences, navrant en histoire, désespérant en art... Je ne vais pas toutes vous les faire, mais les seules matières dans lesquelles je suis à l'aise sont les langues. J'ai une certaine aisance en français (ma langue maternelle), un niveau proche de bilingue en anglais, et je commence bientôt des cours particuliers en japonais. Les deux seules formations qui semblent donc convenir à mon amour de la linguistique, c'est LLCER et LEA.

Le problème, c'est que j'ai beaucoup trop tendance à lire les forums. Il vaut mieux être trop préparé que pas assez, c'est vrai, mais je commence à faire une indigestion d'informations après avoir lu des milliers de pages. Or, elles semblent toutes converger vers une seule conclusion : Ces deux licences ne donnent pas un bon niveau de japonais, ne sont pas reconnues au pays des libellules, et ne préparent globalement qu'au chômage longue durée.

Je ne sais pas dans quelle autre formation me lancer, et pourtant j'ai déjà une très mauvaise image des seules qui me semblent abordables. Néanmoins, j'aimerais ne pas tout de suite baisser les bras. Après tout, les gens laissent plus facilement des avis négatifs que positifs sur internet.

D'où mes questions : Quelle est votre expérience avec la LEA/LLCER en tant qu'étudiant ou en tant qu'employeur ? Y a t'il un peu d'avenir dans ces filières autre que le chômage ? Quels métiers sont envisageables en sachant que je suis prêt à poursuivre jusqu'au master si c'est nécessaire ?

En vous remerciant d'avance pour vos réponses,
Kveldssang

Question intéressante ?
4,67/5 (3 votes)
Cette question et les réponses ci-après sont proposées par la communauté des membres Kanpai dans le cadre du module Kotaete. Elles ne reflètent pas nécessairement le point de vue de la rédaction de Kanpai.
Par Kveldssang Publié en janvier 2020 Thématiques associées :

Articles liés

Réponses

21 janvier 2020
07:16

Licence seule en France sans doute sinon un smic au macdo, en couplant ça y’a d’autre études de master ça peut être un plus. Espérer bosser au Japon avec ça aussi y’a genre 1-2 élèves par promo qui y arrivent. Je suis le seul le seul de ma promo y avoir arrivé et je connais des gens dune autre promo (2 seulement et ils ont un master que j’ai pas ) qui y sont mais leur salaire est loin du mien et ça galère un peu et les taches au boulot sont loin d’être intéressantes J’ai la chance d’être en marketing à voyager au Japon et à l’étranger (usa Allemagne Italie...) et être dans un bureau à faire du Photoshop illustrator et à gérer des salons et l’image d’une grande boîte cotée en bourse juste avec ma petite licence de japonais. Mais beaucoup de ma promo ont soit changé de filière( Prof par exemple) ou soit au smic à hm, Uniqlo ou orange en conseiller clientèle. C’est possible mais faut trouver des postes à non concurrence sinon t’auras des étrangers mort ms de faim avec des bagages de malade qui te prendront tout. Et faut pas chercher un visa mais une boîte avec un métier intéressant c’est la que tu te fais exploiter pour un salaire de misère.

Réponse utile ?
5/5 (2 votes)
N-chan
21 janvier 2020
09:35

J'ai obtenu ma licence LEA en 2015 après un bac S et c'est le seul diplôme d'études supérieures que j'ai. Quasi toutes mes expériences professionnelles significatives se sont passées au Japon. Je ne suis spécialisée dans absolument aucun domaine en particulier et tout ce que je sais faire c'est parler le français, l'anglais et le japonais. J'ai travaillé comme employée d'hôtel, comme coordinatrice des relations internationales pour le programme JET, comme coordinatrice pour une entreprise française mais qui travaillait avec le Japon dans le domaine du divertissement et depuis l'été dernier je suis de nouveau dans l'hotellerie parce que c'est où je m'épanouis le plus au final. Donc non, la licence LEA ne mène pas qu'au chômage. Je pense même qu'elle permet d'ouvrir les portes de très nombreux domaines si on daigne y frapper.

Réponse utile ?
5/5 (5 votes)
21 janvier 2020
22:24

C'est très rassurant, merci beaucoup !

Réponse utile ?
5/5 (1 vote)
Xia
23 janvier 2020
23:13

Avec la licence seule, ça dépend ce que tu veux faire. Si tu veux travailler dans le tourisme ou bien l'hôtellerie/restauration, c'est suffisant, mais si tu veux faire autre chose, que ce soit au Japon ou en France, ça peut être un peu juste. Surtout qu'en LLCE tu n'as pas de stage, histoire d'avoir une première expérience professionnelle.
Personnellement, j'ai fait une LLCE japonais et j'ai pu partir un an en échange au Japon. Sans ça, j'aurai mis plus de temps pour avoir mon niveau actuel et surtout la confiance en moi pour parler sans avoir peur de faire des fautes. Après, comme je voulais avoir une formation plus professionnalisante, j'ai fait un master en management et commerce international (avec une mention échange avec l'Asie). C'est dans ce master que j'ai pu voir les opportunités qui s'offraient à moi et surtout cela me permet d'avoir une mention très intéressante sur mon CV (j'ai donc un bagage à la fois culturel et commercial en rapport avec le Japon).
Pour moi, une licence seule peut être un peu juste que ce soit en France ou au Japon.

Réponse utile ?
5/5 (1 vote)
23 janvier 2020
23:24

Çà commençait à me paraître évident qu'une licence seule ne suffisait pas, merci de venir confirmer ça ! Je ne connais pas le système des masters en France, il y a vraiment un choix important après une LLCE ? Ca ne se limite pas qu'à des masters linguistiques ?

Réponse utile ?
/5 ( vote)
Xia
27 janvier 2020
10:11

Après une LLCE, le choix est assez restreint si tu veux avoir une partie commerciale, en management ou en marketing. Il y a quelques master (je dirai 4 ou 5 Masters) qui prennent quand même mais ceux qui font LEA vont pouvoir y accéder plus facilement. L'avantage de la LLCE, c'est la formation plutôt culturelle et aussi plus poussée au niveau de la langue tandis que la LEA propose une formation plus économique mais moins poussée au niveau de la langue (de mon point de vue).
Certaines écoles de commerce aussi sont accessible si on a fait une licence LLCE/LEA. J'ai pu postuler à des écoles de commerce en alternance "facilement", ma motivation et mon intérêt pour le marketing et la communication m'ont permis de m'inscrire mais malheureusement ce n'était pas suffisant pour trouver une alternance me permettant de suivre la formation. J'ai donc suivi un cursus universitaire alliant culture et langue asiatique, marketing, management et commerce international.

Réponse utile ?
5/5 (1 vote)
Na
01 février 2020
03:21

Bonjour :)

J'ai fais une Licence LEA avec un an en échange universitaire et un stage au Japon. Puis j'ai continué sur un master en management interculturel/communication (toujours avec une spécialisation Anglais et Japonais). Récemment diplômée, je travaille maintenant dans le domaine de communication interne pour un groupe international a Tokyo qui m'a embauchée a la suite de mon stage de master.

Dans mon cas, je ne regrette pas la licence, elle fait partie des outils qui m'ont permis de réaliser certains de mes objectifs : partir en échange universitaire, obtenir un premier stage au Japon, pouvoir avoir un petit boulot à côté pour financer ces objectifs et l'accès a un master. Mais si on regarde le cas de ma promo, statistiquement parlant, très peu de personnes issues de ma licence travaillent aujourd'hui au Japon ou dans un métier en lien avec ce pays. Je crois que c'est souvent volontaire, tout le monde n'a pas nécessairement l'envie de s'expatrier, certains se désintéressent après avoir suivi les cours etc. La difficulté, c'est qu'à lui seul le diplôme de LEA n'a pas beaucoup de valeur en France.
Je crois qu'il est intéressant d'avoir conscience de cette réalité et d'avoir des objectifs ou une vision assez motivante de ce que l'on veux faire lorsqu'on se lance dans ce type d'étude pour ne pas se perdre en chemin. Puis surtout profiter de ce temps pour développer des compétences, méthodes de travail, relations, expériences professionelles à côté des cours.
Pouvoir mentionner bac+5 sur mon cv et un joli titre de master c'est ce qui me permet de passer certains (premiers) filtres dans le processus de recrutement. Mais, ça n'est pas suffisant pour décrocher une offre. Ce qui m'a aussi beaucoup aidée a trouver des stages et avoir des opportunités d'emploi à la fin de mon master, ce sont des petits boulots que j'ai fais à côté, un forum de l'emploi avec des entreprises Japonaises auquel j'avais participé en début de master, un intérêt personnel pour le graphisme, un concours d'expression, des stages etc... et bien sur un peu de chance aussi, il a souvent une histoire de timing. Rencontrer la bonne personne au bon moment.
Lorsque j'observe le parcours d'amis issu de LEA ou LLCE et travaillant au Japon, je constate souvent la même chose. Certains ont rencontré leur employeur actuel au cours d'un petit boulot sur un salon, d'autres après un stage... Au final, je pense qu'il faut un peu cultiver sa chance. La LEA ne mène pas a un métier en particulier, de même pour le master que j'ai fais. Ce sont plutôt les expériences que l'on forme autour de ces étude et la façon dont on choisi de façonner son profil qui lui donnent du sens.

Réponse utile ?
5/5 (3 votes)
Na
01 février 2020
03:25

J'ai fait* (Pas bien réveillée ce matin...)

Réponse utile ?
5/5 (1 vote)

Ajouter un commentaire

Inscrit sur le site ? Identifiez-vous, sinon inscrivez-vous !
Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
La publicité est interdite. Un lien vers votre site / blog est autorisé uniquement s'il se justifie dans votre réponse, auquel cas un lien retour vers Kanpai.fr est exigé.