Débouchés au Japon pour un étudiant en droit ?

18 réponses

Bonjour,

Après une première année de sciences politiques ( validé avec une mention bien) j'ai décidé de mé réorienter dans le droit ou je vais rentrer directement en L2 car ces études me semblent avoir bien plus de débouchés.

J'avoue être un peu perdu dans ma vie.😄

J'ai fait après le bac une L1 des math-info que je n'ai pas terminée par manque d'intérêt. Et je me retrouve aujourd'hui à me poser pas mal de questions sur mon avenir professionnel. Je ne suis pas un grand passionné du droit mais j'ai toujours été intéressé par la dimension international, le travail à l'étranger, les grandes multinationales, les ONG et grandes instances internationales...
Rien de très clair j'en conviens.

Cependant ce qui me pousse à écrire sur ce forum, et vous vous en doutez bien c'est ma passion pour le Japonais. J'ai en effet étudié la langue sur place pendant deux mois et j'ai poursuivi l'apprentissage avec des cours. J'ai un réel amour pour cette paix (et pas simplement une passion pour le traditionnel combo manga / cosplay ? ? ) et je me rends de plus en plus compte que ce qui me rendrait heureux est de travailler au Japon.

J'ai vraiment du mal à cerner les débouchés au droit et comment je pourrais à terme travailler au Japon. Mon niveau en Japonais n'est actuellement pas des meilleurs ( bien que je travaille sérieusement), et je ne vois pas de master qui pourrait à terme me permettre de travailler au Japon ( là encore ma connaissance des débouchés des droits n'est pas des plus bonnes).

Le projet professionnel le plus abouti que j'ai est de finir un master en droit international / droit des affaires et essayer après de me faire embaucher dans une société Japonaise. Le droit n'étant pas passion absolue, je chercherais quelques années un emploi d'enseignant dans une université pour enseigner l'anglais ( et pourquoi pas le Français).

Cependant je me rends bien compte qu'effectuer des études de droit sans véritable passion est quelque chose de risqué.

Et j'ai l'impression que l'informatique m'offrirait des meilleures chances d'emplois au Japon tout en m'assurant un salaire décent.
( C'est pourquoi j'hésite à tout plaquer pour faire Epitech)

Je sais que tout cela n'est que peu cohérent...

Je suis cependant quelqu'un de très travailleur, mais il m'est vraiment difficile de faire des études pour faire des études. C'est pourquoi un projet d'installation au Japon un minimum fiable m'aiderait grandement dans la poursuite de mes études.

N'hésitez pas à me donner votre avis. Je vous remercie d'avance pour vos réponses...

Par Golden wings Publié en juillet 2020 Thématiques associées :
Question intéressante ?
4,50/5 (4 votes)
Cette question et les réponses ci-après sont proposées par la communauté des membres Kanpai dans le cadre du module Kotaete. Elles ne reflètent pas nécessairement le point de vue de la rédaction de Kanpai.

Les 18 réponses à la question posée

Bewi
04 juillet 2020
08:42

Hello, alors mon commentaire ne t’apportera rien par rapport au Japon mais j’ai relevé un autre point de ton message.

Je te déconseille vraiment de te lancer à Epitech si tu as déjà lâché une licence d’informatique (même si c’était mélangé aux maths) par manque d’intérêt.
Je ne sais pas si tu t’es déjà renseigné sur le mode d’enseignement d’Epitech ou de 42 mais c’est vraiment particulier. J’ai plusieurs amis qui ont fait leurs études là bas et les seuls qui sont restés sont ceux qui étaient vraiment passionnés par le développement. Les autres ont lâché en cours de route a force de se taper des - 40 a leurs exams, a aller taffer jusqu’a des heures improbables voire a dormir à l’école dans un couloir à même le sol pour finir un projet.

Je suis comme toi quelqu’un qui n’aime pas faire des études pour faire des études, et franchement, se retrouver dans un environnement comme celui d’Epitech alors que tu n’as pas la motivation de le faire, c’est un peu risqué surtout quand on connait le prix de l’école.

Si j’étais toi je me pencherais d’abord sur ce que tu aimerais faire, sur les orientations qui peuvent te motiver et d’ici tu pourras voir comment tu pourrais appliquer ça pour partir au Japon ! :)

Après bien sûr mon avis n’est pas universel et plein d’autres gens te dirons peut être qu’Epitech est une super école et qu’ils ont réussi sans êtres passionnés donc ne te fie pas qu’a un seul commentaire dessus haha

Réponse utile ?
4/5 (11 votes)
Alan
04 juillet 2020
09:54

Vous pourriez, pourquoi pas, tentez un PVT . Évidemment il vous faut quelques économies et semble t il pas a court terme . Le PVT vous donne droit a avoir un baito ( pas l’Amerique mais mieux que rien). Et puis être plongé dans la vie japonaise de façon journalière est le mieux pour décider si oui ou non on veut rester dans ce pays, de plus votre japonais s’en trouverait que meilleur. Bien sûr pour un visa de travail il vous faudra (ait) une licence mais vous n’en êtes pas loin. Par expérience l’ IT est un domaine ou il
y a beaucoup d’offres d’ emplois ( mais si ça ne vous branche pas je comprends :)
Que dire d’autre? Ma réponse est similaire à Bewi, engagez vous dans ce qui vous plait , ensuite les choix seront il me semble plus faciles. Bon courage !

Réponse utile ?
3,50/5 (2 votes)
04 juillet 2020
14:44

Salut,

Je vous remercie pour vos réponses. En effet, je suis arrivé à un moment dans ma vie ou il faut faire un choix. Partir au Japan sans qualification et survivre grace à un baito n'est pas le meilleur moyen de s'intégrer et c'est pour cela que suivre des études me parait d'abord une nécéssité.

Le droit est une matière me plaisant modérément, et je vois mal les débouchés du droit au Japon. Il existe cependant la possibilité de faire une école de commerce après une licence de droit ( mais alors pour déboucher sur quel travail concrètement ).

De l'autre coté je suis tout a fait d'accord que l'épitech ne fait réussir qu'un public particulier et que se lancer est quelque chose de risqué. C'est pourquoi j'ai pensé à l'efrei Paris qui donne un diplome d'ingénieur reconnus. J'ai de bonnes conaissances en informatique et je pourrais m'y plaire. Cependant l'école est très chère ( et je ne parles pas du prix du logement ) et meme si l'informatique est un milieu interresant pour travailer au japon, je me vois difficilement travailer dedans.

J'ai fait de la science politique pendant une année et ca m'a beaucoup plus, j'ai réussis à avoir de très bonnes notes dans l'ensemble des matières, mais cependant le droit est une discipline avec pas mal de différence. Je penses qu'au stade ou j'en suis, il ne faut plus que je fasse des études par passion mais que j'adopte une démarche pragmatique. Je suis mal informé sur les débouchés du droit à l'étranger et surtout au Japon..

J'imagine que mon message est assez confus, et je m'en excuse. Je pense qu'il y a des débouchés au droit à l'international que ce soit par les écoles de commerces ou par des master en droit avec une visé international ( droit international, affaire international, commerce international ). Mais j'ignore si il y a des réels débouchés derrières. D'un autre coté l'informatique, me parrait avoir des applications " plus concrètes " pour exercer un métier au Japon.

C'est un dilemne cornélien, qui génère beaucoup de stresse, mais je me rassure en me disant que les deux ouvres des perspectives de travail au Japon, et que dans les deux cas rien ne m'empeche après avoir un peu exercer en France de partir au Japon et exercer le métier de professeur de langue ( j'ai un très bon niveau en Anglais ) qui est très demandé au Japon.. ( après un salaire de 200k-250k yen est il suffisant pour avoir un niveau de vie décent ? ).

Réponse utile ?
3,50/5 (2 votes)
C4t
04 juillet 2020
18:48

Au bout d'un moment, dans le domaine informatique, ce n'est pas le diplôme qui compte mais tes compétences et expériences. Il y a des gens qui sont fait école 42 (gratuit) et qui sont payés tout autant, voire plus, que d'autres ayant fait Epitech ou Efrei... Donc 7k/an pour faire une formation dans un domaine qui ne t'attire pas vraiment, c'est très cher payé.
Les connaissances informatiques ne font pas tout. Il faut aussi être bon en algorithmie...

Je te conseille de te renseigner sur les partenariats de ta fac avec des facs japonaises pour peut-être avoir la possibilité de faire un échange universitaire.
Tu peux aussi voir du côté des écoles de commerces. Il peut y avoir des débouchés intéressants dans le commerce international (communication, marketing, import-export, achat, cession de droits...), dans le secteur culturel, les relations diplomatiques... en lien avec le Japon/marché japonais.

Il y a le PVT comme déjà cité plus haut.

On n'en parle peu mais il y a aussi le VIE. Par exemple cette offre https://www.civiweb.com/FR/offre/142352.aspx dont le profil recherché est quelqu'un qui a fait école de commerce. Il n'y a pas que l'informatique dans la vie pour réussir.

Réponse utile ?
4,25/5 (4 votes)
04 juillet 2020
19:27

Salut,

Je sais que faire une école à 7k/an est quelque chose de pas souhaitable si je n'ai qu'un intéret que modéré pour cette matière. Cependant, cette option et la licence de droit, je ne vois pas trop quoi faire.

La licence de droit offre des perspectives en école de commerce, mais je n'ai pas de passion pour le commerce ( enfin pas plus que le droit ou l'informatique me direz-vous ). Après il existe une différence entre Epitech / 42 etc... et l'Efrei. Une catégorie de détermine plus en effet à " pisser du code ".

N'ayant pas de réel passion, le choix est en effet compliqué.

Je suis par ailleurs assez mal informé sur les débouchés du droit, mais apparament le droit des affaires internationales et le droit international me semble etre des secteurs assez bouchés ( forte concurence avec les juristes Anglo-saxon ). Le droit me semble à prioris etre un secteur beaucoup moins porteur au niveau international que l'informatique. Après c'est seulement mon avis ( et je suis comme je l'ai dis très mal informé ).

Faire des études pour faire des études n'est effectivement absolument pas une bonne solution. Cependant j'arrive à un point ou il va falloir que je laisse mes désidératas de cotés..

Réponse utile ?
4,33/5 (3 votes)
C4t
04 juillet 2020
20:10

Ayant des personnes dans mon entourage qui ont fait Efrei / Epitech / 42, c'est surtout la méthode (la rigueur) d'apprentissage qui est différente. Même si au final, TOUT LE MONDE "pisse" du code, la qualité du code et la réflexion en amont qui a amené à la production de ce code ne seront pas les mêmes...

J'ai un ami qui a fait 2 ans de prépa puis l'Efrei en 3 ans. Après avoir fait obtenu son diplôme, il a suivi des cours de japonais à Akamonkai pendant 1 an pour atteindre un niveau N2. Il a trouvé du travail en informatique mais pas très bien payé ni même intellectuellement stimulant. Malgré son diplôme d'ingénieur, il n'est pas à un poste "d'ingénieur", mais plutôt d'exécutant (parce qu'au Japon, c'est l'ancienneté avant tout, c'est un étranger etc. donc il commence en bas de l'échelle). Mais bon, ça lui permet d'avoir le visa travail et de rester au Japon...

Mais franchement, au lieu de dépenser des milliers d'euros dans une école d'informatique, tu devrais finir ta licence de droit pour valider un niveau bac+3. Je ne sais pas quelle est la quantité de travail perso à fournir dans ce cursus mais si tu as du temps, tu peux apprendre le japonais à côté.
Si ni l'informatique ni le droit ne te passionne, autant choisir ce qui coûte le moins cher et qui te laisse le plus de temps libre.

Une fois la licence en poche, prendre une année sabbatique et faire un PVT. Ça te permettra de passer un 1 an sur place, peut-être t'inscrire aussi dans une école de langue pour améliorer ton niveau de japonais, ou même avoir un petit boulot et voir si la vie là-bas te plait. Peut-être que tu te découvriras une passion pour l'enseignement de l'anglais ou du français. Cette pause pourra peut-être également te permettre d'avoir les idées un peu plus claires sur ta poursuite d'étude à ton retour.

Réponse utile ?
2/5 (1 vote)
04 juillet 2020
21:02

Salut, le problème des études c'est qu'il faut bien un jour poser ces bagages. J'imagine que prendre une année pour étudier le Japonais pleinement doit etre super enrichissant, mais une fois revenus, j'aurais à candidater pour un master ( but de toutes licence ), et une intérruption de 1 an pourrait m'etre défavorable.

Par ailleurs je ne suis pas débutant en Japonais et je fais des bon progrès en travaillant par moi-meme. J'ai déja fais de l'informatique ( C++ et python ) et c'est pas quelque chose qui me déplait. Cependant je me vois mal " piser " du code toute ma vie.

Je me demande par ailleurs si les études de droit, ne m'éloignerait pas de mon objectif, par la faible dimension internationale qu'elles ont. Par ailleurs j'ai un bon niveau en japonais et enseigner l'anglais ou le francais est quelque chose qui m'interesserait. Mais avec le salaire tournant autour des 250k yen mois je me demande si on peut vraiment " vivre " au Japon et s'installer durablement ..

C'est donc un problème insoluble.. par contre je serais interessé par connaitre plus en détail le parcours de votre ami, comment il a rencontré des difficultés dans sa recherche d'emplois, ce qu'il fait comme métier etc..

Réponse utile ?
3,50/5 (2 votes)
C4t
04 juillet 2020
22:05

La dimension internationale de tes études peut s'acquérir par les échanges universitaires ou les stages à l'étranger.

Si tu suspends tes études pendant 1 an et que tu fais des choses intéressantes durant ce laps de temps, cela ne te sera jamais défavorable ! Une expérience longue à l'étranger ne peut qu'être un atout dans le CV. Cela fait preuve d'ouverture d'esprit, d'une grande capacité d'adaptation et d'autonomie.

Je n'ai pas les détails de la recherche d'emploi de mon ami mais il travaille dans une sorte de SSII. Son entreprise l'envoie en mission pour une durée variable (au moins 6 mois) chez des clients. Les langages (développement logiciel) dépendent des projets sur lesquels il est greffé.

Réponse utile ?
5/5 (2 votes)
C4t
04 juillet 2020
22:13

Quelqu'un avait posé une question similaire il y a quelques mois. Je t'invite à lire ce sujet : https://www.kanpai.fr/societe-japonaise/questions/travailler-japon-doma…

Réponse utile ?
5/5 (3 votes)
05 juillet 2020
00:10

La dimension du droit , que ce soit au Japon ou a l'international reste quelque chose avec peu de débouchés et très élitistes.

Je penses que je dois abandonner l'idée de faire des études par passion et revenir a une démarche plus pragmatique.

L'informatique me semble plus concret et je penses y trouver un intérêt. En consultant bon nombre d'article et de forum j'ai vu que c'est quelque chose qui s'exportait très bien au Japon avec de bon salaires.

Tout en m'offrant de bons débouchés en France. Enfin voilà je pense qu'il faut me décider un moment où je finiras réellement sans rien et la ça deviendra un même problème.

Cependant je reste toujours mitigé ... J'imagine que c'est le lot de nombreux jeunes qui comme moi se retrouver un peu perdus..

N'hésite pas a continuer de donner ton avis car il m'aide beaucoup 😄

Réponse utile ?
/5 ( vote)
06 juillet 2020
15:22

Le codage informatique me paraît pas mal car te laisse une chance de performer à peu près aussi bien que des Japonais, alors que dans les fonctions « front » (commerce, droit, communication etc.) où tu es exposé directement aux clients et partenaires japonais, tu es contraint d’adopter tous les codes de leur société shadok pour espérer jouer dans la même cour, en plus de devoir baisser ton froc pendant 20 ans pour ne pas dire pendant toute ta carrière. En fait je pense que c’est strictement impossible sauf à avoir eu le cerveau formaté sur place depuis l’âge de 3 ans.
Il faut savoir que les clients et anciens sont déjà absolument infects avec les Japonais eux-mêmes ; alors en plus de tomber à longueur de journée sur des gens pas contents de devoir traiter avec des gaijins, c’est pas mal dissuasif.
Je pense que les Français qui s’en sortent durablement sur place sont soit dans des métiers d’art et de bouche, soit dans des fonctions « back » type développeur, soit dans des entreprises internationales, ou encore ont réussi à créer leur propre bulle (monté leur boîte, travail dans la PME familiale de leur partenaire, etc.).
Mais je serais quand même intéressé de savoir s’il y a des membres de ce forum qui s’éclatent dans des fonctions « font » au service d’une boîte japonaise au Japon.

Réponse utile ?
5/5 (2 votes)
Alan
06 juillet 2020
17:37

Oui, moi . Je n’irais pas jusqu’à dire je me suis éclaté mais franchement ma situation n’était pire qu’elle aurait pu être en France. Et pourtant j’étais chef de projet et j’avais un client japonais pure jus. Effectivement j’ai eu pas de stress pas mal de coup bas ( mais c’était à moi de mieux comprendre comment fonctionne l’interaction entre le client « le roi » et son fournisseur . En fait il y’a un avantage d’être gaijin en tant que fournisseur ( le client sait qu’il ne peut vous traiter comme il traiterait un des leurs) , j’ai parfois eu des réunions très houleuses, et bien le client appréciait, et pour cause j’y suis resté 11 ans , ce qui est important pour les clients japonais c’est la confiance, ça met du temps mais une fois qu’elle est acquise ça va beaucoup mieux dans les relations ( si c’était à refaire je le referais)

Réponse utile ?
4,50/5 (2 votes)
06 juillet 2020
18:55

Donc pour revenir au sujet, l'informatique est quelque chose permettant de s'intégrer facilement à la vie Japonaise ?

J'ai vu un peu les annonces et globablement ce quir recrute le plus, c'est des professeurs de langues et des jobs dans l'IT. Cependant je pensais aux masters en droit commercial ( international ) qui peuvent aussi ouvrir de bons débouchés à l'étranger. Couplés à un LLM ou une école de commerce j'imagine qu'il est tout a fait possible de trouver un travail dans une boite international ou bien dans une boite Japonaise ( meme si dans les deux cas ca me semble assez compliqué ).

Je suis assez mal renseignés sur les débouchés possible du secteur, et si il y a une demande au Japon sur les métiers << front >>. Pense-tu qu'un master en commerce international ou en droit des affaires internationales pourrait etre quelque chose de bon en terme de débouchés et de recherche d'emploie. Si je reste dans la filiaire du droit quels autres voies penses-tu plus interessante pour réaliser mon projet ?

Réponse utile ?
/5 ( vote)
07 juillet 2020
16:35

Difficile à dire. "S'intégrer à la vie japonaise" est un vaste projet :D .... quand pouvoir survivre sur place est déjà pas mal. A cet égard, le dev informatique me paraît au minimum plus prometteur que prof de langues. Quant au droit ou au commerce international, pourquoi pas à condition d'avoir une motivation en acier trempé, et sans doute en testant d'abord auprès d'une boîte japonaise en France ou d'une boîte française au Japon. Des exemples (basés sur mon expérience actuelle dans une grosse PME japonaise à Tokyo) qui peuvent mobiliser un juriste international : expertise ("due diligence") pour les opérations de fusion acquisition à l'étranger, rédaction/traduction de contrats commerciaux, gestion des contrats avec les fournisseurs étrangers, partie administrative des réponses aux appels d'offres, dépôt de brevets à l'étranger, etc.

Réponse utile ?
/5 ( vote)
07 juillet 2020
16:57

Donc plus s'orienter sur un master management / commerce international ?

Réponse utile ?
/5 ( vote)
08 juillet 2020
02:22

Je donne des pistes, pas de recommandation. Les vraies questions à se poser sont à mon avis d'un autre ordre : y a-t-il réellement un avenir au Japon ? (société vieillissante et sclérosée, agressivité croissante de la Chine, réponse au changement climatique qui va imposer de limiter sérieusement les voyages longue distance en avion, etc.), et est-ce supportable à long terme au plan personnel ? (isolement, abrutissement, négation de l'individu, brimades, xénophobie, etc). Si oui, comment trouver un métier utile en province plutôt que d'être coincé dans un bullshit job sur Tokyo pour être dégagé du pays à la prochaine crise ? Je ne veux pas faire de Japan-bashing sur ce forum (y'a de bons aspects et de beaux restes), mais en ces temps troublés, à chacun d'être extrêmement lucide sur ses objectifs.

Réponse utile ?
4,33/5 (3 votes)
08 juillet 2020
11:41

Il y aura 5 ans ou plus qui seront passés avant que je m'installe au Japon. Je ne nie pas les aspects négatifs de la société Japonaise, cependant la société Japonaise évolue, et qu'elle le veuille ou non. Je penses effectivement que certain aspect de la société Japonaise sont très difficiles à appréhender pour des européens comme nous, et personnellement c'est plus la culture du travail et le fait qu'il n'y ait pas barrière vie privé / travail. Sur le plan de l'avenir du pays, n'importe quel économiste dirait que le Japon est un pays très stable.

Je me suis déja posé la question sur le fait d'etre jamais totalement intégré à la société Japonaise et dans les voyages que j'ai effectués j'ai pu échanger avec des Francais expatriés. Effectivement il y a bien un problème à ce niveau là et ton orgine t'es souvent rappelé.

Cependant j'aimerais bien savoir comment toi, tu t'es " intégré " à la vie Japonaise, le job que tu effectues, ce que tu penses de ta vie social etc...

Par ailleurs j'ai été accepté dans des IUT GEII. C'est moitié electronique / informatique, c'est gratuit, je penses que ca pourrait faire une bonne alternative.

Réponse utile ?
/5 ( vote)
08 juillet 2020
12:38

Je veux pas nécessairement étaler ma vie sur un forum en accès public, par contre tu peux toujours me contacter via le twitter attaché à mon profil.

Réponse utile ?
5/5 (1 vote)

Ajouter un commentaire

Inscrit sur le site ? Identifiez-vous, sinon inscrivez-vous !
Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
La publicité est interdite. Un lien vers votre site / blog est autorisé uniquement s'il se justifie dans votre réponse, auquel cas un lien retour vers Kanpai.fr est exigé.