wii-u

Wii U et Nintendo Land : la confirmation

Alors que la Wii fut la dernière des trois consoles de la génération précédente à sortir (après la PlayStation 3 et la Xbox 360), sa petite soeur la Wii U ouvre le bal des machines de nouvelle génération. Il faut dire que Nintendo poursuit sur une lancée bien spécifique, sans s'inscrire dans une course technologique que semblent se livrer sans relâche Sony et Microsoft. À ce titre, la Wii U s'avère à peine plus puissante que ses concurrentes déjà âgées de 6-7 ans, et devrait réitérer le gap habituel avec les futures PS4 et Xbox 3 attendues pour 2013.

Après le tactile sur DS, le gyroscopique sur Wii et la stéréoscopie sur 3DS, c'est l'asymétrie qui est visée par le dernier petit bébé de Nintendo, en s'inscrivant tout de même dans une logique d'évolution. Ainsi, la Wii U est rétrocompatible avec l'ensemble des accessoires connus, à commencer par la Wiimote (Plus) et le Nunchuk qui sont loin de tomber en désuétude. Les possesseurs de matériel Wii apprécieront, tant le fameux Gamepad ne semble l'apanage que du joueur principal, en tout cas pour l'instant.

Parlons-en d'ailleurs, de cette fameuse mablette, pierre angulaire de la console. En relisant mes impressions sur la Wii U publiées juste après l'E3 2012, il est clair que le GamePad m'a séduit. À la maison, le sentiment se renforce : malgré une autonomie relativement courte (quatre à cinq heures), le confort de jeu est inédit en tant qu'écran secondaire, prolongement de l'expérience télé, et comme écran principal si celle-ci est déjà utilisée, ou pour jouer dans le lit (ou ailleurs !). Ses possibilités d'évolution, de toute façon, sont considérables et n'attendent que l'imagination des développeurs pour réellement s'exprimer. On regrettera quand même quelques défauts :

  • une qualité d'écran en demi-teinte, en tout cas face aux concurrents Retina ou PS Vita
  • l'absence de rechargement USB
  • les gâchettes non analogiques
  • la portée du signal vite mise à mal par des murs, portes, meubles, et personnes (jouer dans de bonnes conditions ailleurs que dans le salon relève de la gageure pour certains foyers)

Le reste de l'ergonomie est absolument exemplaire, comme on s'y attendait.

Sur le reste du hardware, la Wii U ne présente pas trop de surprises : Nintendo offre une expérience globalement confortable, améliorant certains points comme les hiératiques codes amis (même si ce n'est pas encore tout à fait ça), ouvrant son système avec le Nintendo Network, imaginant un écosystème amélioré via le MiiVerse / Wara-Wara. On regrette encore quelques petits ratés (en particulier la lenteur étonnante dans les menus) qui seront on l'espère rapidement corrigés à l'aide de mises à jour. Mais l'arrivée de Nintendo dans le monde du jeu social se fait avec un sacré talent et risque bien de se présenter comme une alternative très sérieuse à celui de ses concurrents.

Nintendo Land

L'autre gros morceau de la Wii U, c'est son Nintendo Land, véritable porte d'entrée de la machine à travers ses douze jeux tutoriaux. En cela, il fait office de Wii Sports de la machine ; c'est donc étonnant qu'il ne soit livré qu'avec le pack Premium. Une fois de plus, mes premières impressions se confirment : NintendoLand est un titre de grande qualité qui, comme beaucoup de grands jeux Wii, cache une profondeur étonnante sous cette couche superficielle de fun casual. Ses applications multijoueurs en particulier (Animal Crossing Sweet Day, Luigi's Ghost Mansion ou encore Metroid Blast) sont une source d'amusement inespéré, si l'on parvient à rassembler le matériel et les humains nécessaires.

En solo, c'est un peu plus limité. Certaines applications comme Donkey Kong Crash Course ou Balloon Trip Breeze présentent un intérêt certain pour les gamers à l'ancienne, qui cherchent le score derrière l'habillage mignonnet. Mais leur durée de vue est très limitée. En cela, Nintendo Land se présente comme un enfant logique du schéma de la firme de Kyoto ces dernières années : du logiciel abordable qui cache une profondeur de jeu inespérée et de francs moment de bravoure, seul(e) ou à plusieurs. Tous les douze jeux ne sont pas égaux (ne parlons pas de F-Zero Twister Race ou de Takamaru Ninja Castle), mais certains recellent tout de même de vraies petites perles. À tel point qu'on en redemande !

---

Reste évidemment la question du prix. La Wii U est disponible en trois versions :

  • le pack classique 8 Go avec console et Gamepad blancs (299€ en magasin, ou 269€ sur Amazon.fr)
  • le pack Premium 32 Go en noir, livré avec Nintendo Land, quelques accessoires et un abonnement au Nintendo Network (349€ en magasin, ou 315€ sur Amazon.fr)
  • le pack ZombiU 32 Go en noir, livré avec le jeu éponyme et une manette classique (399€ en magasin, désormais difficile à trouver, ou 389€ sur Amazon.fr !)

A suivre, les tests de New Super Mario Bros. U et ZombiU qui se positionnent comme killer-apps du lancement.

Dernière mise à jour le 08 septembre 2015