naruto

Naruto

Critique du manga Naruto et des épisodes de l'animé

D'aucuns imposeraient quasiment l'idée que Naruto représente, de par une pléiade d'aspects techniques et scénaristiques, le "nouveau" Dragon Ball. Et si nous nous basions plutôt, au lieu d'une comparaison fort mal à propos, sur un postulat plus objectif selon lequel la série serait à aborder juste intrinsèquement ?

Car au-delà de l'effet de mode et de l'engouement suscités, ne nous le cachons pas, en partie face à une production de japanimation plutôt faiblarde ces derniers temps, Naruto recèle de nombreuses qualités qu'il convient de noter. De prime abord, partant, l'anime semble recéler peu de chances de nous séduire. Jugez plutôt. Il ne s'agit que d'un shônen de plus, porté de manière très mercantile et sans doute trop rapidement à l'écran, doublé d'un enrobage technique de qualité fort discutable.

La série se montre en effet très loin de ce que l'on serait en droit d'attendre en cette fin d'année 2002 lorsque l'anime commence sa diffusion, face à des studios montants voire très à l'aise (à l'instar de MadHouse), habiles dans la mise en oeuvre d'une forme irréprochable pour appuyer un fond solide. Ce n'est malheureusement pas le cas ici. Tout du moins dans un caractère homogène. Car l'on pourrait finalement tisser un parallèle rapide entre le manga papier de KISHIMOTO Masashi et le portage animé réalisé par le Studio Pierrot : un trait rapide et peu précis pour le gros du travail que contrebalancent quelques superbes planches/passages, imposants et racés, servant une dramaturgie plus profonde et temporaire.

Il en va de même pour l'intérêt porté à l'animation. La plupart du temps, elle ne proposera que le minimum syndical. Pour les passages très importants ou les génériques, par exemple, elle semble s'emballer pour offrir un résultat nettement plus à la hauteur des attentes contemporaines. Itou pour ce qui concerne la bande sonore signée MASUDA Toshiro. C'est de l'entendu et du réentendu maintes fois dans n'importe quel shônen. Peu importe : le classique reste efficace.

Ce qui permet toutefois à l'anime de proposer des bases techniques si faiblardes reste indubitablement la qualité de sa matière première : le manga papier, ses personnages fort, son univers cohérent, son synopsis alléchant, son scénario passionnant et son humour ravageur. Rien de très inédit, mais une affaire rondement menée. Tellement bien d'ailleurs que l'on en redemande constamment !

Les rares petits défauts à relever concernant l'anime Naruto, hormis ses quelques déboires techniques, concernent plutôt le rythme, corollaire d'une adaptation réalisée trop tôt. Pour laisser une marge au mangaka, le dessin animé doit ralentir son déroulement, en particulier lors des affrontements. En conséquence, plusieurs épisodes semblent bien vides, et certains combats s'étalent sur de nombreuses dizaines de minutes.

En dépit de ces défauts, Naruto, s'appuyant sur les bases très solides du manga, s'avère un anime particulièrement efficace, à cheval entre un shônen de plus pour certains, et LE shônen pour d'autres. Il n'en reste pas moins que la série démarre juste, et qu'elle nous réserve encore bien des surprises. A suivre !

Dernière mise à jour le 31 mars 2015