Manzai : le duo comique japonais

Le manzai est une forme d'humour japonais en duo, très typique, qui fait fureur dans le pays. C'est une institution au Japon, relativement proche du stand-up à l'occidentale mais accompagné de codes précis, et nombreux sont ceux qui rêvent de devenir manzai-shi (humoriste de manzai). Il existe beaucoup de scènes officielles où ils peuvent se produire, bien qu'il leur faille accepter une concurrence féroce avec un grand nombre d'autres groupes.

Conversation théâtrale

Historiquement, le manzai n'avait pas d'aspect comique. Il s'agissait d'un spectacle de rue où un duo, affilié à un temple, imitait la conversation entre les dieux et les esprits sur terre, dans leurs vœux de prospérité envers la race humaine. L'un des deux membres imitait les dieux, il était la voix posée et sage ; l'autre remettait en cause ses paroles. C'est l'une des premières formes théâtrales japonaises, qui servira de base au manzai que l'on connaît aujourd'hui.

Dans un documentaire que l'on peut retrouver sur la plateforme Netflix, l'Américano-Japonais Stephen Tetsu présente le manzai. Il souhaite devenir manzai-shi et pour cela, il se rend dans une école spécialisée (où enseigne l'acteur Yuichi Kimura, connu notamment pour son rôle dans Nobuta wo produce). À travers différents cours allant de la création à la chorégraphie, les élèves apprennent à travailler aussi bien leur talent d'écriture que l'occupation d'espace et la maîtrise de leurs capacités physiques et vocales.

Deux personnages opposés : boke et tsukkomi

Le duo manzai ressemble peu aux duos comiques que l'on connaît en occident. Son idée de base est simple : deux comédiens font face au public, ils parlent dans le même micro et chacun joue son propre rôle / personnage :

  • Le boke est celui qui incarne un personnage irrationnel, absurde ; il va parler de choses qui n'ont pas de sens, faire des bêtises, exagérer au possible.
  • Son partenaire, le tsukkomi, est la voix de la raison et va réagir de façon rationnelle aux élucubrations du boke ; il représente également le public.

C'est parce que le duo sait faire la différence entre le monde réel et celui que le boke va s'inventer qu'il peut réussir à plaire au public.

Si le boke dit qu'il a vu quelque chose filer dans le ciel, le tsukkomi va acquiescer ou lui demander de quoi il s'agit. Pour l'instant tout semble normal. Mais lorsque le boke se met à divaguer sur l'arrivée imminente d'aliens sur le sol japonais, le tsukkomi va alors le regarder avec des yeux ronds, lui demander s’il a bien toute sa tête, etc. L'humour se situe entre ces deux limites, ces deux voix qui ne perçoivent pas le monde de la même façon, dans tous ces instants de la vie quotidienne où arrive tout ce qui peut permettre une digression absurde : quand l'absurde affronte le rationnel.

À découvrir également :

Hibana : Spark (drama)

Le comique de mots dans un seul micro

Un autre aspect de cet humour est la vitesse d'élocution qui, si elle est placée dans un jeu aux tons et au rythme parfait, permet au sketch de faire mouche. L'alchimie entre les deux comiques est donc très importante et de nombreuses heures d'entraînement se cachent derrière chaque scénette. Enfin, Les manzai-shi utilisent souvent l'accent kansai-ben (de la région d’Osaka notamment, d'où serait originaire l'exercice).

L'intérêt de n'avoir qu'un seul micro pour deux personnes vient de l'histoire du manzai. Quand elles se sont popularisées par leur aspect comique, les performances étaient surtout écoutées à la radio, rendant les gestuelles et expressions faciales caduques. Le duo devait alors surtout travailler sa langue, ses jeux de mots et les tonalités afin de faire rire le public. Face à un seul micro dans les studios de radio, la pratique s'est transposée à la scène où elle reste l'un de ses éléments-clés.

Popularité et compétition élevées au Japon

Les comiques de manzai, parfois grâce à leur jeunesse, sont très populaires et peuvent avoir autant de fans qu'un groupe de musique. Comme Stephen Tetsu l’évoque dans son documentaire, la compétition est rude entre les apprentis et ils ont plus de chance de parvenir sur les planches des concours télévisés s’ils sortent d'une école spécialisée.

Il y a évidemment un aspect médiatique et économique très présent dans le manzai d'aujourd'hui. Toutefois, le Japon continue par-là même de célébrer une pratique vieille de plusieurs siècles.

Article intéressant ?
4.71/5 (17 votes)

Informations pratiques

En japonais

漫才

Cuisine japonaise

Découvrez les confiseries japonaises (5% de réduction)

Thématiques associées

Pour aller plus loin

Guide de conversation audio au Japon

Kanpai vous suggère également ces articles