Bayonetta (test)

C'est un fait difficilement réfutable : Sonic n'en finit pas de crever dans les abîmes de la médiocrité. En 12 ans, Sega n'a toujours pas compris que la greffe 3D est ludiquement rejetée par le hérisson. Pour s'en sortir, la firme capitalise donc sur ses licences passées (les horreurs Sega Superstars Tennis ou All-Stars Racing, les multiples ressorties de jeux rétro sur consoles virtuelles…) et développe, de temps à autre, une nouvelle franchise qui sort la tête de l'eau. C'est le cas de Yakuza par exemple, MadWorld également et on devine que Bayonetta souhaite en faire partie. Rien qu'à voir la com’ déployée autour du jeu pour sa sortie, au Japon comme en occident, on comprend que le coup à jouer est important pour Sega. Alors, vraie brillance ou coup fourré ?

La grande force de Bayonetta, c'est sa protagoniste Bayonetta, justement. Un érotisme ambiant entoure le personnage via sa démarche féline, dominatrice et lascive au postérieur enroulé, ses yeux qui sentent la braguette et les lunettes de secrétaire salope, sa souplesse déjà légendaire et ses mouvements fluides défiant la gravité, ses postures affriolantes et des gimmicks mi-naïfs / mi-aguicheurs. Pendant féminin d'un Dante carrément ringardisé, Bayonetta emmène l'ambiance du jeu par le travail réalisé autour de son personnage et ses actions. À ce titre, les cinématiques très "Devil May Cry", justement, n'en finissent pas de valoriser la belle. Bref, elle est un élément clé de la réussite du jeu.

Car aussi poseur soit-il, et malgré toutes ses qualités, Bayonetta ne réinvente pas le genre beat'em all. Pour visualiser la comparaison, on pourrait même le rapporter à DMC autant que God of War III surplombe Dante's Inferno. Là où Capcom et Devil May Cry s'encroûtaient dans des racines obsolescentes, Sega sort la grosse artillerie et nous sert un gameplay racé et violent, rythmé et varié, quoi que peu innovant. Mais il faut de toute façon louer une efficacité qui ne s'essouffle pas au long du jeu, sauf à n'éviter parfois une certaine redondance sur la longueur. Et on ne remercie pas non plus les interminables temps de chargement.

Il faut, alors, prendre finalement Bayonetta pour ce qu'il est : un petit plaisir de Hideki Kamiya, au ridicule typiquement japonais (ses musiques d'ascenseur infernales, son scénario pathétique, ses PNJ grotesques, ses séquences cinématiques à faire gerber un caméraman) et qui offre son lot de fun sans gueule de bois. Mais sans souvenir mémorable non plus, hein. Platinum Games a fait mieux, mais ce serait con de bouder son plaisir : qui refuserait de prendre une donzelle aussi charmante entre ses doigts ?

Article intéressant ?
5/5 (2 votes)

Galerie photos

  • bayonetta
  • Bayonetta Ps3
  • Bayonetta X360
  • Bayonetta Ass
  • Bayonetta Com

Informations pratiques

Kanpai vous suggère également ces articles

Commentaires

manit4c
18 Janvier 2010
09:18

J'ai entendu parler de ce jeux mais il me semble bien loin d'un futur god of war 3.
Personnellement je vais attendre l'exilé de l'olympe avec impatience et la belle bayonetta restera dans les bacs des revendeurs :)

Anylith
28 Janvier 2010
11:09

Etant une grande fan de Hideki Kamiya (Okami, Resident Evil 2 et Viewtiful Joe), je trouve que ce Bayonetta est une assez bonne surprise.

Le jeu mise avant tout, sur le concept du scoring. En effet je pense que Kamiya voulait renouer avec les anciennes "traditions" du jeu vidéo au Japon.

Alors, certes le scénario n'est pas son point fort (quoique surpassant la majeure partie des BTA), mais la qualité artistique du soft, le nombre conséquent de combo et la multitude de détail affichée à l'écran et ceci, sans ralentissement, en font un très bon jeu en ce début d'année 2010. Et je le conseille à tous, ne serait-ce que pour son héroïne, un peu cliché, mais diablement attachante.

Ajouter un commentaire