20th-century-boys-films

20th Century Boys, les films

Comme beaucoup, j’apprécie la lecture des œuvres de Naoki Urasawa. Ses longs récits policiers (« seinen »), à la frontière entre manga et BD à l’occidentale, offrent une vision plus mature d’un genre manga qui a tendance à s’encrasser dans une certaine médiocrité. Oh, ses séries ne sont pas dénuées de défauts, notamment de récurrents problèmes de rythme une fois arrivé à la moitié du récit, mais il est incontestable qu’Urasawa soit une figure du genre.

Après Monster dans les années ’90, le mangaka a explosé aux yeux du monde à travers sa série 20th Century Boys. Cette adaptation en films live intervient à la fin de la publication chaotique du manga, via 21st Century Boys. Les 3 chapitres sont ainsi sortis au ciné au Japon entre 2008 et 2009. Pour ma part, j’ai attendu que les 3 films soient disponibles pour m’avaler les 7 heures d’affilée ou presque.

Ça tombe bien, j’avais justement arrêté le manga peu avant la fin de l’arc 20th Century Boys, donc je n’avais jamais vraiment eu de certitude quant à l’identité réelle de Tomodachi / Ami et, surtout, la fin de l’histoire. Le premier film couvre les tomes 1 à 5 du manga, le second poursuit jusqu’au 15ème en prenant quelques libertés, et le troisième film termine l’histoire en incluant 21st Century Boys.

Évidemment, puisqu’on parle d’adaptation réalisée par des Japonais, la précision dans la reproduction est juste mimétique. C’en est parfois même renversant. Le casting, le maquillage et la mise en scène convergent vers une représentation captivante des personnages du manga en acteurs réels. Sur ce point, aucun problème, le contrat est rempli. Tous sont parfaits et je n’ai même pas besoin de citer ceux qui sortent du lot tant le rendu est impeccable de part en part.

Le scénario est lui aussi bien retranscrit, du moins tant que faire se peut. Car on sent des sacrifices inévitables de l’adaptation, notamment sur la construction difficile de montées en suspense (pourtant très chères à Urasawa) ou le développement de certains personnages secondaires. Il va sans dire que si vous connaissez la trame du manga dans le détail, vous profiterez plus de la progression rapide, alors qu’en tant que néophyte vous pourrez passer à côté de certains petits détails.

Les films 20th Century Boys remplissent quand même leur contrat : ils livrent une adaptation fidèle et réussie qui convient à tous les publics et respecte le travail sur le manga réalisé par l’auteur (presque jusque dans certaines chutes de rythme). Je vous les conseille en tout cas, d’autant qu’on les trouve facilement en DVD et Blu-Ray, en tout cas beaucoup plus qu’au cinéma en France.

Et moi, je vais retourner m’intéresser à Pluto, la dernière série d’Urasawa actuellement en cours de publication.

Par Kanpai Publié en avril 2010 - mis à jour en septembre 2015