oppai01

Oppai Slider 1.5

Dans une conversation avec un(e) Japonais(e) par ordinateur interposé, au lieu de « ippai » (qui signifie « plein »), il arrive souvent que l’on tape « oppai » par mégarde, ce qui entraîne des situations parfois gênantes avec son interlocuteur. Et pour cause, ce dernier signifie les nénés, les tétés, les nichons, bref les seins, mais dans une connotation un peu perverse voire un peu puérile. Puéril, Oppai Slider l’est un poil (!). Pervers, il l’est complètement, et a au moins pour lui le mérite de le revendiquer pleinement. Pas comme tous ces autres jeux, Soul Calibur II et autres Dead or Alive Xtreme Beach Volleyball inclus.

Dans les faits, il s’agit pour le joueur (je préfère parler d’utilisateur, pour le coup) d’interagir avec tout un tas de paramètres qui détermineront les seins de la donzelle représentée en 3D. En détails, vous pourrez donc régler le tour de poitrine et le bonnet par la même occasion, l’écartement des seins, leur direction de pointage, leur forme (plus ou moins), etc. Une fois la petite pépée décorée à votre convenance, libre à vous de la faire interagir dans des situations relativement ridicules, au bord ou dans la piscine. Si vous lui palpez la poitrine ou lui titillez un téton, tout vicieux que vous êtes, vous aurez l’immense joie hentai 🔞 de voir ses petits yeux se plisser, ses joues se rosir, puis de l’entendre gémir ses « dame ! » (« non ! »), « ikenai ! » (« non plus ! »), voire un pas bien méchant « doko miteta no » (« tu t’emmerdes pas pour mater, saloperie d’enfoiré », ou quelque chose dans le genre). Pas d’inquiétude, elle n’oppose aucune résistance.

Dans Oppai Slider, donc, celui qui tient la souris a le choix. Le choix de dessiner sa poupée virtuelle avec des seins, des gros seins voire des mamelles. Mais aussi le choix de la regarder se dandiner avec son hoola-hoop ou se préparer à une levrette qui n’arrivera pas. Le choix, également, d’emmerder les Chiennes de Garde pour s’amuser un peu avec les possibilités loufoques voire délicieusement odieuses proposées. Et puis surtout le choix de quitter le jeu au bout de cinq minutes devant le peu d’intérêt qu’il suscite au final. Et ce, même si la version complète nous propose d’enlever le déjà peu présent haut du maillot, rendez-vous compte. Non sérieusement, on le ressortira pour faire marrer les copains et faire râler leurs fiancées, mais à part ça, j’ai peur d’imaginer qui pourrait lui trouver de réels attraits sur la durée…

Ressources officielles :

Dernière mise à jour le 09 septembre 2015