abdel-bounane

Interview d’Abdel Bounane (magazine Amusement)

Après l’article sur le magazine Amusement, j’ai cherché à en savoir plus sur ses créateurs et en particulier son rédacteur en chef, Abdel Bounane. Le monsieur, ancien chef de projet chez PlayStation (et à qui l’on doit le portfolio ArtCade), a notamment écrit dans feu Gamism.com. Pour la création d’Amusement, il s’est accompagné de Jean-Baptiste Soufron (ancien conseiller juridique de Wikimedia Foundation) et d’une poignée de journalistes émérites. Nous avons posé quelques questions à Abdel Bounane pour chercher à en savoir plus sur sa démarche.

Kanpai : Comment se positionne le magazine Amusement ? Quel sont ses objectifs ?

Abdel Bounane : AMUSEMENT est le magazine lifestyle des loisirs numériques. Notre objectif est de concevoir un magazine qui traite des jeux vidéos, gadgets numérique et de toutes les filiations dans la culture contemporaine en art, design, graphisme... Le magazine regroupe des intervenants extrêmement variés (professeur d'université, rédacteurs de magazines lifestyle, curateurs d'art contemporain, journaliste hi-tech, chroniqueur du NY Times...) pour témoigner d la diversité des loisirs numériques. Au cœur d'AMUSEMENT se pose une vision : celle que les jeux vidéo ne sont que la première version d'un ensemble de loisirs interactifs, beaucoup plus larges et variés encore.

On ne trouve pas beaucoup de publicité dans le magazine, qui est pourtant un très beau produit dont le coût de revient doit être élevé ? Quelle est la monétisation d’Amusement ?

Le magazine vit surtout d'opérations spéciales montées avec des marques. Par exemple le prochain numéro d'AMUSEMENT sera le premier magazine de l'ère de l'internet 📶 des objets : une puce RFID collée au magazine donnera accès à du contenu artistique numérique exclusivement pour les possesseurs du magazine. C'est une opération sponsorisée par une grande marque de sportswear.

Quels sont les chiffres de ventes pour les 3 premiers numéros ? Correspondent-ils aux attentes ?

Nous vendons entre 40 et 46% de ce que nous mettons en place, ce qui est supérieur à la plupart des magazines technologiques actuels.

Plus généralement, quel est le bilan que vous tirez de ces 3 premiers numéros sortis ?

Je retiens que, si AMUSEMENT ne convient évidemment pas à la plupart des joueurs, il commence néanmoins à être très lu par les gens de la profession ainsi que les leaders d'opinion (bloggeurs, journalistes, créatifs numériques...) pour qui le magazine représente une bouffée d'air.

Vous avez travaillé pour PlayStation France, écrit dans Technikart, Dedicate, été chef de rubrique JV chez Max… d'où vous vient cet attrait pour la presse papier ? En quoi se différencie-t-elle du net selon vous ?

J'ai travaillé très tôt pour des sites internet, pendant la bulle internet et bien avant même. A cette époque j'ai participé à la revente d'un site de jeu vidéo à un grand groupe de luxe... À partir de là j'avais envie de me frotter à un autre média, un média dont on dit qu'il est sur la descente (je dirai plutôt qu'il se réorganise) et qui irait vers une lente morte (alors que je pense qu'il trouvera toujours une place).
Ce qui m'intéresse dans le papier, c'est la capacité unique qu'il a à transmettre une ambiance, des images, une maquette... Et que contrairement au net, l'élaboration de son code génétique est si importante.
Enfin, le magazine de jeu vidéo classique a toujours été proche de l'actualité, a toujours collé aux contraintes du papier : news/previews/tests. Il me semblait important d'aborder cette culture sous un angle plus posé et avec une vision plus large.

Vous avez été de ceux qui ont lancé Harcore-gamers.com, et vous avez notamment participé à Gamism ? Quel est votre rapport au média Internet ? Quels sont vos sites de chevet ?

Le site dont je parle plus haut est en effet celui-là. Je trouve beaucoup d'informations essentielles sur les blogs ou les pro-blogs qui pour moi ont beaucoup contribué à désenclaver notre vue sur les jeux vidéo.

Avez-vous un mot à dire sur le reste de la presse papier spécialisée jeux vidéo ?

Pas particulièrement.

Que peut-on souhaiter à Amusement et à votre équipe pour la suite ?

Que notre lancement à l'international se déroulera aussi bien qu'en France, et que nous continuerons à émuler des talents d'horizons variés, sensibles à notre approche.

Merci Abdel pour vos réponses.

Merci à vous.

Dernière mise à jour le 16 septembre 2015