gow01

Gears of War

Je ne sais pas par quel tour de force cela a pu se produire, mais je suis complètement passé à côté de la sortie de Gears of War. Oh, on trouvera bien une explication ou deux : la sortie de la Wii dans les mêmes eaux, la communication très guerrière autour du jeu, etc. Plus récemment, j’ai (re)trouvé un intérêt pour le titre, perdu depuis… toujours, en fait. Le soft a été présenté il y a bientôt deux ans, à l’e3 2005, si mes souvenirs sont bons. Mais le genre jeu de guerre apocalyptique bourrin, où des soldats chargés de créatine buttent, dans des grands râles, des extra-terrestres assoiffés de sang, ce n’est pas trop ma came. Et puis, un jour, comme ça, on va faire un tour sur Metacritic, et puis on ravale ses préjugés. Car GoW est bon, très bon même, et renvoie très loin tous les a priori négatifs qu’on a pu avoir.

Bon d’accord, le design n’est pas toujours des plus délicats. Nos quatre ou cinq protagonistes sont tellement gonflés aux hormones qu’il n’est pas la peine d’essayer de leur ressembler, même en ingurgitant de la protéine pure par brouettes entières. Leurs biceps feront toujours trois fois vos cuisses ! Pour le charisme, en revanche, ce n’est pas encore ça. Vaguement idiots, souvent revanchards, toujours très américains dans leur façon de voir les choses. 11 septembre, tout ça. Reste que le scénario les met en valeur dans cet esprit « Rambo du XXIè siècle » et que, finalement, tout cela s’avère plutôt cohérent, à défaut d’être original.

Et puis il y a les graphismes. Ce qui a valu au jeu le titre tout officieux (mais bien réel) de plus beau jeu vidéo 🎮 à l’heure actuelle. Je ne sais même pas si l’on peut dire qu’il a encore été détrôné. Il faut admettre qu’en HD, on atteint un niveau assez sidérant. Textures, profondeur de champ, animation, effets de lumière : tout cela est géré au millimètre et ne faiblit jamais. Non, vraiment, c’est du grand art dans son genre. Après, Gears of War est peut-être un peu répétitif, mais il y a une ambiance du tonnerre, un mélange curieusement quasi parfait entre Half-Life 2 et Bio Hazard 4.

Tout seul, vous en prendrez pour votre grade : GoW est intense et juste pas assez long pour éviter de lasser. A plusieurs, c’est l’éclate, que ce soit en coopération ou en multi joueurs. Le Xbox Live va chauffer : Halo 2 a enfin trouvé son successeur, pour de bon, et probablement pour un moment.

Dernière mise à jour le 09 septembre 2015