dance-central

Dance Central (test Kinect)

La mode des jeux de danse ne date pas d'hier. Dès les années '90, la folie Dance Dance Revolution s'empare du monde arcade, et débarque tant bien que mal sur console (l'accessoire nécessaire ne peut pas être reproduit avec qualité et bon marché en même temps). Depuis, il y a eu quelques velléités, mais rien de bien concret, à part l'épiphénomène Just Dance sur Wii qui risque bien d'être balayé par cet époustouflant Dance Central. Le titre Kinect est en effet le premier à réellement capter les mouvements du corps, les mouvements de *tous* ses membres et pas seulement soit les pieds, soit les mains.

Et avec pas mal d'ironie aussi, il est pour moi le titre le plus impressionnant du lancement Kinect alors qu'il est le seul dans lequel le joueur reproduit les mouvements à l'écran, et non l'inverse.

Si j'attendais beaucoup Dance Central, c'est d'une part parce que j'aime bien gesticuler, mais aussi pour l'équipe de développeurs qui s'y est affairée. Car des jeux de danse sur Kinect, on va en bouffer et il en existe même déjà plusieurs. Mais celui-ci a quelque chose de plus : Harmonix, une team de 'zicos à l'origine de Guitar Hero et responsables de Rock Band. C'est vous dire la qualité du CV et leur maîtrise du rythme. S'ils ont su faire de RB un travail d'orfèvre, je ne pouvais que leur faire confiance pour Dance Central.

Et j'ai bien fait ! Le jeu est un bonheur pour tous les amateurs de danse, un petit bijou de précision également pour un titre de sortie sur une technologie pourtant parfois hésitante. Certes, on peut lui reprocher d'être un peu "sec" dans son approche : très peu de modes de jeux, une playlist limitée à environ 35 morceaux... Mais son déroulement est délicieux : l'habillage graphique claque méchamment, la navigation est super intuitive, le jeu évidemment très convivial, didactique et varié en styles.

Comme tous les jeux Harmonix, on pourra s'y amuser quasi-instantanément mais il ne dévoile son potentiel que dans la difficulté la plus aiguisée. C'est là même qu'apparaît la véritable satisfaction de jouer. Et que l'addiction débute alors, vice vite poncé par les titres téléchargeables. On ne change pas un business model gagnant... Mais en attendant, Dance Central fait le boulot, et il le fait avec panache.

Alors vire tes meubles, allume les spotlights, échauffe tes articulations et commence à remuer ton petit boule !

Par Kanpai Publié en novembre 2010 - mis à jour en septembre 2015