confessions-classe

Confessions (film)

Kokuhaku de Tetsuya Nakashima

Une fois qu'on y prête un peu attention, la délinquance juvénile est un sujet traité avec une fréquence presque surprenante par le cinéma japonais. On peut citer l'omnipotence de Battle Royale, rejointe par le diptyque Crow Zero de Takashi Miike, mais les exemples de films sur l'ultra-violence des adolescents japonais sont légion. Tetsuya Nakashima (Kamikaze Girls) s'attaque donc avec Confessions à une thématique difficile, s'appuyant sur un roman de Kanae Minato.

Il y a plusieurs originalités dans l'approche du film. J'ai été particulièrement marqué par cette séquence d'introduction d'une demi-heure, construite autour d'un monologue à l'intensité graduelle. Tout converge à immerger le spectateur dans cette perversité enveloppante qui donne le ton horrifique de Confessions : la recherche habile de vengeance de Moriguchi, une professeure dont la fillette de quatre ans a été tuée par deux de ses élèves.

Le reste du film dévoile un cruel et subtil effet domino planifié comme aurait pu l'initier le tueur de Seven. Toute la recherche de Moriguchi se construit en fonction des lois de protection juvénile qui rend irresponsables pénalement tous les enfants de moins de quatorze ans, leur crime fût-il d'avoir assassiné une enfant. En présentant les divers points de vue des protagonistes, Confessions offre une vision assez inédite jusqu'à l'acmé très cinématographique du final.

En résulte un long-métrage fascinant, spectaculaire et maîtrisé de part en part, non seulement de par son scénario taillé à la serpe, mais également par une approche visuelle extrêmement travaillée qui répond aux codes esthétiques du drame voire du gore japonais. La photo est construite en écho à la bande sonore, mélange de notes électriques lentement élevées en tonalités, et de morceaux rock lancinants signés notamment par Radiohead.

Comme quoi, contrairement à l'idée reçue tenace, les Japonais savent livrer des productions cinématographiques de grand soin, très éloignées de l'usine drama ou animé. Malheureusement, Confessions ne devrait pas sortir en France. Il est toutefois possible de l'obtenir en le commandant en import, en DVD ou en Blu-Ray.

Dernière mise à jour le 26 juin 2020