Limbo : l’indé magique

Test XBLA

A en croire les médias spécialisés, Limbo est la nouvelle petite perle immanquable du Xbox Live Arcade. Décidément, la production indépendante y prend ses marques, dont acte, renforcé par le désormais prisé Summer of Arcade. Minimaliste, simplissime dans son approche, mystérieux voire étrange et presque angoissant, le titre semble cacher des intentions plus profondes comme Braid l’avait fait en son temps avec brio.

Car le marketing autour du jeu, comme ses premiers instants, ont eu tout pour me plaire. L’écran noir de départ laisse délicatement apparaître une esthétique noir & blanc très éthérée, comme à cheval entre l’animé court She and her Cat et le mythique ICO, saupoudré de Tim Burton. Dans son plus simple appareil, dans la violence, dans la pudeur.

En tout cas, le travail graphique est sublime, enveloppé d’une aura secrète qui met en valeur ce protagoniste de gamin presque inquiétant d’anonymie. L’ambiance générale, floutée, n’est pour moi ni triste ni mélancolique, mais clairement sombre dans son impression, et dévoilant une atmosphère insaisissable quoi que saisissante.

Dans l’interaction du jeu, on parle de plate-forme / réflexion, comme un héritier en temps moderne des vieux Prince of Persia ou des Oddworld en 3D, l’aspect tableaux en moins. Pensez progression par l’échec, pensez adaptation au jeu et ergonomie de la construction. Mais, si on trouvera deux-trois puzzles un peu plus retors sur la fin, en règle générale les énigmes ne seront pas très compliquées. Comprenez que mon petit cerveau n’a jamais bloqué dessus plus de 5min.

Au bout de ses 3 à 4 heures de jeu, vous trouverez sans doute Limbo frustrant. Mais son absence totale de scénario est terriblement excitante. Car c’est l’une des plus grandes forces de sa construction générale. Autant Braid était minimaliste en apparence mais au message très profond, avec des niveaux de lecture et une réflexion corollaire qui poussaient à des théories importantes (d’ailleurs Jonathan Blow, son créateur, en a livré une explication concrète), autant ce Limbo est effacé, fluctuant et ouvert.

Je vous mets au défi de savoir le commencer sans y accrocher jusqu’à la fin, jusqu’à son âme, jusqu’à ce beau miroir qu’est sa conclusion. Limbo n’est pas un donneur de leçon bobo, mais plutôt une expérience de jeu vidéo dans ce qu’elle peut être de plus vierge.

En tant que joueur, on s’y voit, on s’y retrouve. Et c’est bon.

1200 MS Points, soit environ 10€.
Limbo est exclusif au Xbox Live Arcade mais il est en rumeur sur PSN et PC.

Article intéressant ?
5/5 (1 vote)

Galerie photos

  • Limbo Xbox
  • limbo
  • Limbo 360

Informations pratiques

Thématiques associées

Kanpai vous suggère également ces articles