callofduty201

Call of Duty 2 - démo

J’étais tout de même relativement impatient de découvrir le gameplay des premiers jeux Xbox 360. Après force vidéos et autres annonces marketing version Microsoft, rien ne vaut la valeur subjective d’un bon essai manette en main. C’est Call of Duty 2 qui se présentera à moi le premier, à travers sa version de démonstration sur borne promotionnelle. N’ayant pas prévu d’acheter le jeu en version complète (choix préliminaire mais renforcé par l’essai), vous tenez donc le premier papier de critique Xbox 360 sur Kanpai!... avant le grand saut dès vendredi !

La version testée n’est pas particulièrement longue, mais elle donne une idée relativement précise du système de jeu. Au sein d’une équipe alliée, vous devez effectuer diverses missions de la seconde guerre mondiale, avec en point d’orgue une énième revisite du débarquement en Normandie. La démonstration met en scène les attaques au Maghreb après une courte introduction. Rapidement, les commandes sont prises et ne présentent pas grand-chose de bien original : les deux sticks sont utilisés pour les déplacements du personnage et de l’arme, R sert à tirer, L à zoomer, etc. Rien d’inédit non plus concernant la progression : tout est doublé, sous-titré, appuyé par un radar et des indications à l’écran, bref, bien scripté pour laisser place à de l'action bourrine vite ennuyeuse. Avec un tel manque d’innovation dans le gameplay, CoD2 est-il simplement un beau jeu ?

Curieusement, pas tant que cela. Malgré le joli écran Samsung 16/9 Haute Définition ornant les bornes, le jeu ne m’a absolument pas impressionné techniquement non plus. Ses allures de jeu PC se retrouvent encore dans le rendu graphique : simplicité des éléments, crénelage des arrêtes, problèmes de jointures entre polygones, tromperies sur certaines modélisations, flou ahurissant de nombreuses facettes, animation très limitées, manque de réalisme flagrant, etc. En-dehors de l’absence de clipping (encore heureux), rien dans ce qui est présenté ne rend hommage au terme de « nouvelle génération », bien au contraire. J’imagine à peine le jeu tourner sur un écran de définition standard…

Autre problème plus moral : Call of Duty 2 présente la période 39-45 non comme une grande guerre, mais plutôt comme un grand spectacle héroïque sur fond d’envolées musicales épiques, voué à la gloire des américains comme sauveurs du monde libre, à grand renfort de citations de Franklin ou Napoléon. Conséquemment, le jeu est bourré d’enrobage patriotique à des fins d’éjaculation américaine, mais plus dérangeant pour le reste du monde et particulièrement les pays qui ont pris une part importante dans le conflit. Mine de rien, ajouté au manque d’innovation et au rendu technique très faiblard pour une machine aussi puissante de la 360, pour moi cela joue clairement en défaveur du jeu.

Par Kanpai Publié en novembre 2005 - mis à jour en septembre 2015