beyond-two-souls

Beyond Two Souls : David Cage est un mauvais Kojima

Je fais partie de ces joueurs à avoir salué l'aventure Heavy Rain, non sans signaler ses défauts de jeunesse, mais j'avais globalement apprécié et passé un bon moment avec le jeu. J'attendais donc le nouveau titre de David Cage et son équipe de Quantic Dream pour savoir de quelle manière ils avaient cherché à explorer et surtout faire évoluer les mécaniques dans Beyond Two Souls, sur la base de l'expérience imaginée il y a bientôt quatre ans. Autant dire qu'en ayant choisi de rester vierge de toute promotion depuis son annonce, la déception s'avère à la hauteur de mes attentes.

Pourtant l'expérience démarre plutôt bien, au moins visuellement avec ce rendu graphique impressionnant qui exploite bien les capacités d'une PS3 en fin de vie, dans des environnements certes plus restreints que The Last of Us, mais sans rougir face à lui. C'est beaucoup plus timoré sur certains détails, mais le polissage de l'ensemble fait au moins illusion. La présence (officielle cette fois) d'Ellen Page, accompagnée de Willem Dafoe et Eric Winter, n'est pas sans gêner non plus. Le bât blesse pourtant très rapidement avec cette désagréable impression que David Cage, le créateur de Beyond qui aime (un peu trop ?) la lumière, joue à la poupée avec ses acteurs et s'engage dans des coupes trop franches sur tous les tableaux pour l'amour de (sa propre vision de) l'émotion.

D'un gameplay limitatif à un scénario cliché

En fait de jeu vidéo immersif et prenant scénaristiquement, Beyond Two Souls dévoile vite un titre d'une pauvreté ludique confondante qui masque à peine une course technologique en avant à la recherche de l'émotion, alors que celle-ci est maltraitée par l'écriture pauvre, son montage catastrophique et les poncifs qu'ils distribuent sans arrêt. Manette en main, Beyond se révèle extrêmement faible et coercitif, éminemment limité dans l'intervention du joueur et son impact réel sur les QTE, voire quasiment injouable et maladroitement punitif. On a ainsi régulièrement cette sale impression d'être le petit frère à qui l'on a donné une manette non branchée, sans incidence réelle sur le déroulement.

Et lorsque Beyond nous demande d'intervenir, à force d'avoir le cul entre le jeu vidéo et le cinéma, on en vient presque à râler. Du coup, au lieu même d'un jeu dont vous êtes le héros, cette fausse suite s'avère non seulement moins bonne que Heavy Rain, mais marque en sus un vrai retour en arrière tant sur le plan du gameplay (il fallait le faire) que de la narration. Derrière l'écran d'une nouvelle façon de jouer, on se retrouve finalement devant un titre qui a malignement évité de développer du level design ou encore de l'intelligence artificielle.

Il fallait donc que l'histoire sache compenser les boulets ludiques traînés par le "jeu". Las ! Fièrement écrit par David Cage, le scénario pathos de Beyond Two Souls ne parvient pas à dépasser le statut de script pétri de bonnes intentions mais griffonné sans beaucoup d'imagination, souvent consternant, ennuyeux voire soporifique et qui n'a certainement pas peur du ridicule ni des clichés. En cela, il m'a parfois rappelé les plus mauvaises heures et la grandiloquence des très relatifs récents Metal Gear, dont le soufflé charismatique s'effrite à mesure que son auteur Hideo Kojima se prend (lui aussi) au sérieux. Au moins, contrairement à Beyond, les MGS savent y faire dans la mise en scène.

L'échec d'une vision du jeu vidéo

À mon sens, il est urgent que Cage prenne un peu de hauteur sur son travail et s'entoure de véritables auteurs qui maîtrisent leur sujet, tant sur les plans scénaristique que ludique. En l'état son dernier titre, très loin de réussites sensiblement plus humbles telles que Nomad Soul ou Fahrenheit, se contente de jeter de la poudre aux yeux puis de s'écouter parler (en endormant son patron). Le propre du jeu vidéo est de faire croire au joueur qu'il contrôle son déroulement alors que tout y est balisé ; le travail du game designer est donc de faire oublier ce schéma inexorable. Beyond Two Souls, dans sa négation du jeu vidéo, échoue constamment à cet exercice le plus fondamental en écartant plus ou moins involontairement le joueur de son expérience interactive.

Il y a vingt ou trente ans, Dragon's Lair ou Road Avenger faisaient déjà mieux que Beyond en matière d'interactivité. Plus récemment, nombreux sont les titres plus indépendants et moins grandiloquents qui l'exterminent avec une maîtrise bien plus mesurée, à commencer par Braid ou Journey. Sans se gargariser sur l'émotion, ce qu'ils distillent est infiniment plus fort. Beyond est sans doute bel et bien au-delà du jeu vidéo, mais en tout cas rarement dans la bonne direction.

En marge de cette critique, il y a également l'inquiétant copinage et un possible conflit d'intérêts entre certains membres du Fonds d'Aide au Jeu Vidéo du CNC, en particulier David Cage et Julien Chièze (présenté comme journaliste alors qu'il clame haut et fort ne pas en être). Que penser alors du fait que, d'une part, Beyond Two Souls ait bénéficié de ces aides publiques, et que d'autre part, Gameblog soit quasiment le seul média francophone "indépendant" à avoir encensé le titre avec toute la retenue que l'on connaît de son nouveau rédacteur en chef ?

Par Kanpai Publié en octobre 2013 - mis à jour en juin 2014