azumanga01

Azumanga Daioh

Cela m’arrive rarement. Tellement rarement que j’ai oublié la dernière fois. Pour cet article, j’ai vraiment du mal à démarrer. Les idées ont de la peine à se bousculer dans ma tête, et je n’ai pas de fil conducteur particulier pour écrire un avis sur Azumanga Daioh. Mais l’animé m’apprend au moins une chose : il faudra que je me méfie de trois sites à l’avenir.

  • un
  • deux
  • trois (nan, là je déconne, je le savais, hein)

Bref, Azumanga avait été vendu comme l’un des meilleurs animés existant, et surtout comme l’un des plus drôles. Alors je m’y suis plongé avec intérêt, et pas que pour trois ou quatre épisodes. Non monsieur, j’ai de la témérité, moi, face à une délectation qui peine à se pointer. Car Azu est lent, mou du genou, et pas franchement drôle. Ou plutôt il l’est, mais à une fréquente déplorable. Il faut parfois supporter la lenteur et des freezings pendant plusieurs épisodes entiers, avant de suivre certains passages à hurler de rire. Ces moments-là sont malheureusement trop rares, et dans le genre comique de situation mettant en scène des protagonistes clichés, d’autres animés avant lui ont fait mieux. Love Hina, par exemple, était plus régulier. C’est d’autant plus regrettable qu’Azumanga Daioh est plutôt bien fichu techniquement, même si l’animation se veut sporadique.

L’on pourra donc visionner un épisode par-ci par-là, mais pas trop à la suite sous peine de prendre racine. Et ça, quoi qu’on en dise, c’est lourd.

Par Kanpai Publié en septembre 2005 - mis à jour en août 2015