asura-wrath

Asura’s Wrath (test)

Les Japonais de chez CyberConnect 2 semblent vouloir montrer qu'ils savent faire autre chose que du Naruto. Alors que le dernier volet de leur série, Naruto Shippuden Ultimate Ninja Storm Generations, est en pleine sortie mondiale, on découvre en parallèle Asura's Wrath qui se présente comme une nouvelle licence.

Titre très étonnant comme seul les Japonais peuvent en pondre, Asura's Wrath met en scène la colère d'un demi-dieu, Asura, pris au piège dans une machination de pouvoir. Dans la forme, le jeu est à la croisée de références telles que Bayonetta ou Dragon Ball.

Très percutant visuellement, Asura's Wrath n'en est pas moins une énorme débandade de gameplay dans lequel on s'endort devant d'interminables séquences cinématiques vaguement QTE, ponctuées de rares séquences de combat redondantes. C'est un peu le mot-clé de l'histoire, tant les mouvements de caméra, impressionnants au débuts, ne surprendront plus personne au bout de deux heures.

Construit comme un générique (parfois) jouable, le titre se pose à la croisée d'une filiation shônen manga très forte, et d'un héritage obsolète de game design. Certains passages touchent à la grâce et à l'explosion des sens, mais la plupart prennent une tournure bancale voire ridicule, dans lesquels il n'est quasiment pas possible de voir un Game Over.

Après sept heures de générique dans lequel je suis intervenu pour 10 à 20%, je n'arrive pas encore à déterminer si Asura's Wrath est un mauvais jeu vidéo 🎮, ou alors un bon film d'animation japonais vaguement interactif.

Dernière mise à jour le 14 septembre 2015