Oppai Volleyball

J’allais dire que le titre du film ne fait pas dans la dentelle, mais en fait… si, dans un sens. Pour ceux qui ne connaissent pas la traduction du mot « oppai », je crois qu’une requête de Google Images vous renseignera très vite.

Basé sur un roman de Munenori Mizuno, Oppai Volleyball suit l’arrivée de Mikako, une jeune professeure de 23 ans, dans un nouveau collège de Kita-Kyushu au sud du Japon. On lui demande de gérer le club de volley masculin de l’établissement, laissé à l’abandon avec ses 5 membres (une équipe en compte normalement 6 sans les remplaçants) tous plus obsédés les uns que les autres. Suite à un malentendu, Mikako se voit promettre de leur montrer ses seins si les loustics gagnent un match au prochain tournoi local. Questionnement numéro 1 du film, donc : Mikako tombera-t-elle la chemise ?

Pour interpréter la prof (bien) roulée, Ayase Haruka qui, comme cela tombe bien, est une gravure idol au tour de poitrine avantageux. Comme c’est justement, dans le film, ce qui intéresse beaucoup nos pervers nouvellement pubères, on se dit que le casting hasard fait bien les choses. Seulement, loin de ce qu’on pouvait attendre d’une telle entrée en matière, Haruka est finalement un excellent choix d’actrice. Sa prestation n’est certes pas inoubliable, mais elle a cette présence étonnante, cette drôle de mélancolie dans le regard qui la fait largement dépasser le cadre du personnage écrit. Son physique parfait est, étonnamment, assez étranger au charme qu’elle dégage dans son interprétation, comme quoi une gravure idol peut avoir autre chose qu’un bikini. On en apprend tous les jours, hein.

Ce qui appuie le travail d’Ayase Haruka, ce sont également les touches de réalisation bien senties, comme la faible vibrance chrominante liée au fait que le film se passe dans les années ’70. Eiichiro Hasumi, le réalisateur, exploite clairement ce prétexte pour servir en sus une soupe de chansons pop légères et bien calibrées. De même, ce côté rétro donne à Oppai Volleyball une approche moins brut de pomme et donc facilement plus distinguée. De l'angle pervers lourdingue auquel on s'attendait, l’ambiance du film passe donc au gentiment innocent.

Mais cela nous renvoie indiscutablement au fait que cette technique maîtrisée et le premier rôle de qualité ne servent que trop un scénario juste inexistant. Donc, le film reste malheureusement très flottant sur la longueur.

Petit bonus tout de même : Oppai Volleyball remporte haut la main l’award du film qui cite le plus le mot « oppai » en sa centaine de minutes. C’est toujours ça de pris.

Article intéressant ?
5/5 (2 votes)

Galerie photos

  • oppai-volleyball
  • Volley Oppai
  • Volleyball Oppai

Kanpai vous suggère également ces articles

Commentaires

didier
11 Novembre 2010
19:37

Merci pour cet article, il m'a permis de découvrir un film vraiment sympa. C'est vrai que malgré le titre, il n'y a rien de ecchi : ce n'est clairement pas un film à la American pie par exemple, les garçons sont curieux des oppaïs mais ça en reste là. L'ambiance est amusante aussi, je pensais que ça passait plus dans le années 50-60 mais bon ce n'est qu'un détail mais ça donne un charme au film. Je le conseille à tous ceux qui cherche un film sans prise de tête et qui permet de voir un peu le quotidien au Japon.

Ajouter un commentaire