doubutsu01

Animal Crossing Wild World

Oideyo Dôbutsu no Mori ++

Bien avant que la « Nintendo Difference » ne soit matraquée à tout va depuis deux ans, Dôbutsu no Mori débarquait sur Nintendô 64 dès 2001. Après un épisode GC qui se classe sans difficulté parmi les titres les plus vendus de la machine, la version DS suit les traces de son aîné. Animal Crossing appartient désormais à la catégorie des vaches à lait : avec bientôt trois millions d’exemplaires écoulés rien qu’au Japon, Wild World fait figure de maillon dans une chaîne. Et cette chaîne, rien à faire, je n’y adhère pas. Abordons déjà l’aspect technique, plan sur lequel le titre est à peine passable. Tout est crade, des graphismes à l’animation en passant par la bande-son les affreux bruitages criards. Rien qu’à déambuler dans ce monde vide, et plus laid que la version 64, j’ai mal aux yeux et aux oreilles. Et lorsque après avoir montré rapidement le jeu à un ami, j’ai éteint la machine sans sauvegarder, j’ai fait l’une des grandes erreurs de ma vie. Ma rencontre avec le fameux M. Resetti a valu à ma DS une presque rencontre directe avec le double-vitrage…

C’est bien ça, pour moi, le problème : Animal Crossing ne se positionne pas en tant que jeu vidéo mais en tant que « vie supplémentaire ». J’ai horreur de ça. Au moins, The Sims a un humour un minimum intelligent et décalé. Ici, tout est lent, appuyé jusqu’à en devenir lourdingue, pour un intérêt finalement proche de l’inexistant. Les communiqués de presse avancent que le jeu « vit » même sans vous, mais c’est de l’onanisme mal placé : le village fait 200m² à tout casser et compte trois habitants et demie ! Seul véritable ajout de cette version DS : les possibilités réseau, qui vous permettront d’aller échanger une poire ou de visiter le village d’un ami, tout aussi seul que vous, rencontré hier sur un forum. Animal Crossing prétend vous offrir la liberté ; en fait il est ultra dirigiste, n’offre qu’une poignée de possibilités différentes et vous oblige à rembourser une maison que vous n’avez même pas demandée. Dans Le Capitalisme pour les Nuls, le jeu sera sans doute cité en deuxième de couverture.

Je range définitivement ce titre dans la catégorie Nintendogs : du côté obscur des nouveaux concepts, plutôt destiné à un public plus jeune voire féminin. Mesdemoiselles, préférez-lui plutôt les Sims. Attention, je ne réfute pas les qualités sans doute exemplaires de ce Dôbutsu no Mori sur la durée, ni sa capacité à amuser un grand nombre de joueurs de par le placement stratégique qu’il occupe, mais tout à fait personnellement, je crois ne pas être fait pour ce petit village. Ironie suprême : Nintendô m’enlève tout plaisir d’espérer que mon avatar d’Animal Crossing crève un jour sur l’étagère à côté de Waf, mon Nintendog. L’immortalité made in Mario, ça n’a définitivement pas que du bon.

Dernière mise à jour le 02 octobre 2014