Le mercredi, c’est Ghibli ! Nouveau rendez-vous sur Kanpai.fr

Analyse des films de Miyazaki et Takahata

J’ai toujours été fasciné par l’univers du Studio Ghibli.

Ma première rencontre avec leurs films s’est faite en 1996, lorsque la chaine Canal+ a eu la riche idée de diffuser Porco Rosso (une révélation) le 28 décembre, alors que la plupart des enfants goûtaient au Disney annuel : Le Bossu de Notre-Dame. Près d’un an et demi plus tard, le 30 mai 1998, je découvrais sur cette même chaîne Mon Voisin Totoro. Et encore quelques mois après, en mai 1999, Le Tombeau des Lucioles toujours sur Canal.

Porco, Totoro et Lucioles : trois chocs culturels qui ont non seulement encouragé mon amour pour le Japon, mais également suscité un intérêt pour le studio Ghibli si immense, qu’il ne s’est plus jamais tari.

Depuis la fin d'année dernière, j'ai mûri ma volonté de retracer cette aventure fantastique à travers les récits de création et des analyses complètes de chacun des films signés Ghibli, en particulier ceux de Hayao Miyazaki et Isao Takahata, mais pas que. Je me suis donc organisé une longue rétrospective de toutes leurs oeuvres, afin de vous offrir un point de vue inédit sur leurs créations.

Cela aura été pour moi une plongée extraordinaire dans un univers que je pensais connaître, qui a su me surprendre à nouveau et, surtout, qui ne cessera jamais de m’émerveiller.

A partir de la semaine prochaine, je vous propose donc de retrouver chaque mercredi sur Kanpai, pendant plusieurs mois, un long article d'informations et analyses sur les films produits par le Studio Ghibli, dans l'ordre chronologique de leurs sorties :

En amont de la création du Studio en 1985, je vous propose l'analyse de quatre films qui me paraissent éminemment importants dans la filmographie préalable de Hayao Miyazaki et Isao Takahata :

Ce qui devrait, au rythme d'une publication chaque mercredi, nous pousser jusqu'en décembre !

Pour cette rétrospective analytique, je me suis replongé dans chacun de ces films pour étudier en profondeur la signification des messages passés, des informations parfois très discrètes, j'ai analysé le rapport de l'auteur à la création et essayé de comprendre le sens réel des films. Il ne s'agira pas d'effectuer un commentaire linéaire d'explications, mais plutôt de s'arrêter sur les points-clés des longs-métrages qui en sont le coeur du contenu, par exemple : que représente réellement Totoro, Porco redevient-il Marco, Dame Eboshi est-elle vraiment néfaste, pourquoi Chihiro doit-elle travailler, etc ?

Du point de vue occidental, il n'est pas forcément évident de tout déchiffrer si l'on ne possède pas les clés de lecture offertes par la connaissance de la langue et la culture japonaise. Mes analyses s'appuieront généralement sur des points de détails cruciaux distillés dans le texte original japonais et les références mythologiques ou sociétales spécifiques.

Chacun des articles ira donc assez profondément dans le processus de création et notamment dans l'analyse. Il est donc conseillé, pour une meilleure appréciation, de se (re)plonger dans chaque film avant de lire ce que je publierai, afin de partager la réflexion, d'en saisir toutes les nuances et d'en discuter. Pour cela, la collection Ghibli est disponible en DVD (et Blu-Ray pour certains) notamment sur Amazon.fr à prix intéressants.

Une fois tous ces articles d'analyses publiés, il est probable que je propose des articles de traitement plus transversal sur des thématiques communes à plusieurs films du studio, tels que : la place de la femme, la relation à la nature, la marque de la spiritualité, le rôle des animaux, le sens du vol, etc.

Vous noterez que j'ai volontairement écarté certaines des oeuvres spéciales (courts notamment), en particulier les séries pré-Ghibli sur lesquelles ont travaillé Hayao Miyazaki et Isao Takahata, telles que Conan, Fils du Futur (1978) et Sherlock Holmes (1982). Elles feront peut-être l'objet d'analyses un peu plus tard.

J’espère que vous prendrez autant de plaisir à découvrir ou redécouvrir la magie procurée par les films du Studio Ghibli, dans les futures analyses que je vais vous proposer sur Kanpai dès mercredi prochain, en commençant avec Horus Prince du Soleil.

En attendant, si vous souhaitez (re)lire mes avis critiques sur chacun de ce films et vous (re)plonger un peu plus dans l'univers du Studio, n'hésitez pas à consulter mes articles portant le tag "Ghibli".

Article intéressant ?
4.56/5 (9 votes)

Kanpai vous suggère également ces articles

Commentaires

A.D-G.
29 Juin 2012
15:46

Quelle belle et splendide entreprise critique !
Quel travail titanesque que cela représente - quelle passion aussi.
Je serai là, tous les mercredi, à lire votre production. C'est mon petit magasin otaku qui va être content ; je vais lui prendre tous les Ghibli dans l'ordre duquel vous allez nous en faire l'analyse.

Commençant à connaître votre regard et votre sens de la critique, je suis d'autant plus impatient que je les estime de qualité.

Allez hop - c'est partagé !
A mercredi prochain.

29 Juin 2012
18:39

Excellente nouvelle !
Le premier choc a été pour moi "Le tombeau des Lucioles" qu'Arte avait diffusé
Quel choc !
C'est un film tellement simple et puissant à la fois. Je n'ai reussi à le voir que 3 fois en 20 ans tellement il est émouvant et touche quelque chose de profond.
Depuis ce film j'ai embrayé sur les anims avec un deuxième choc : Ghost in the Shell.
L'été dernier nous avons (et oui toute la famille est contaminée) concrétisé notre passion Ghibli en visitant le musée à Mitaka.

Manu
29 Juin 2012
22:11

Idée géniale,
Je confirme les chocs Porco Rosso, Mon voisin Totoro et le Tombeau des lucioles qui ont éveillé ma sensibilité à d'autres choses que les Disney et ont contribué par la suite à renforcer ma passion pour le Japon. Des oeuvres à haute valeur que tout le monde devrait connaître.
J'attends avec impatience les analyses d'autant que je pense qu'il y a beaucoup de chose à dire sans doute même trop pour un seul aticle . Bon courage au rédacteur qui va devoir faire des choix difficiles.
Dans le même ordre d'idée des films comme Ghost in the shell (1&2), autre choc ou Akira mériteraient qu'on s y attarde également, ne serait-ce que pour leur côté postapocalyptique ou d'anticipation. Aspect que l'on retrouve également dans des oeuvres littéraires (La submersion du Japon oeuvre ancienne mais qui a su garder toute sa valeur).
Je ne peux que souhaiter bon courage au rédacteur qui a du pain sur la planche.

Benares Skulligton
30 Juin 2012
17:50

Merci de cette initiative. Je partage ton amour pour ce studio depuis mon adolescence. J'ai connu le manga en vacances en Italie, quatre ans avant qu'Akira amène cette bouffée d'air pur à la France. A cette époque les magazines italiens parlaient avec chaleur de la sortie attendue d'une certaine Nausicaa, et je me disais que jamais je ne pourrai le voir. Quelques années plus tard, j'empruntais une cassette vidéo de mauvaise qualité: "les guerriers du vent" à un ami. La version américaine (amputée de vingts minutes >, S'il reste mon film préféré des studios Ghibli, nostalgie oblige, j'ai vu pour ainsi dire tout ce qu'ils ont sorti depuis, et je suis ravi de ton initiative: retracer les archétypes dans la pensée japonaise me semble vraiment utile pour comprendre ces oeuvres exceptionnelles.
Merci à nouveau du temps que tu y consacreras. :)

Pauline
01 Juillet 2012
17:06

Formidable !!

Comment ne pas être passionné par ces films magnifiques du point de vue des images comme des histoires si riches ?
C'est une idée super de nous donner les clés pour comprendre les subtilités qui échappent à nos cultures occidentales ! Merci.

Ajouter un commentaire