La Colline aux Coquelicots (critique)

Alors qu'Arrietty n'est même pas encore sorti au cinéma en occident (ce sera le cas le 12 janvier en France), le studio Ghibliannoncé hier son prochain film qui sortira sur les écrans japonais à l'été 2011 : Kokuriko Zaka Kara (en japonais, コクリコ坂から ce qui signifie "depuis la colline aux coquelicots" ou "sur la descente des coquelicots").

Ce prochain film Ghibli est une adaptation du shôjo manga éponyme de Chizuru Takahashi et Tetsurō Sayama, paru en 1980 dans le magazine Nakayoshi (éditions Kodansha) et très apprécié de Hayao Miyazaki. Il a été réédité par Ghibli et Kadokawa en juillet 2010 - cf. le visuel ci-contre.

L'histoire de Kokuriko Zaka Kara se passe en 1963 (38 de l'ère Showa), l'année précédant les Jeux Olympiques d'été de Tokyo. Le scénario s'articule autour de la vie quotidienne d'une lycéenne, Komatsuzaki Umi, qui gère une chambre d'hôtes à l'occidentale sur la côte. Sa mère étant souvent partie, c'est elle qui s'occupe également de son frère et de sa sœur. L'histoire se focalise également sur sa vie ("heureuse et remplie") de lycéenne, avec à ses côtés Kazama Shun, membre du journal du lycée, et Mizunuma Shiro, président du conseil des élèves.

Le studio Ghibli semble définitivement vouloir mettre ses nouvelles recrues sur le devant de la scène, puisque la réalisation de Kokuriko Zaka Kara a été confiée à Goro Miyazaki, le fils du réalisateur phare du studio, déjà responsable des moins éblouissants Contes de Terremer sorti en 2006. La supervision du projet est cependant confiée à Hayao Miyazaki, qui a d'ailleurs co-écrit le scénario avec Keiko Niwa. Côté bande-originale, exit Joe Hisaishi, c'est le jeune Satoshi Takebe qui s'occupera des musiques du film. A la production, comme toujours, l'éternel Toshio Suzuki. L'héroïne Komatsuzaki est doublée par Aoi Teshima, qui interprétait déjà Therru dans les Contes de Terremer. Enfin, c'est la chaîne de conbinis Lawson (déjà partenaire du Musée Ghibli) qui est partenaire du film.

Personnellement, je regrette un peu la direction prise par les derniers Ghibli, à savoir des films plus axés sur la vie quotidienne de protagonistes plutôt que sur une aventure grandiloquente. Je ne nie pas que Totoro soit une des excellences du studio, mais certaines productions un peu plus ambitieuses (à l'image de Princesse MononokeLe Tombeau des Lucioles ou Laputa) ne feraient certainement pas de mal à la réputation de Ghibli qui prend un risque de s'empaffer légèrement depuis Ponyo.

Espérons que Kokuriko Zaka Kara remonte par la même occasion la réputation de Goro Miyazaki.

Critique (juillet 2011)

En arrivant au Japon il y a quelques jours, je me suis aperçu que La Colline aux Coquelicots / Kokuriko Zaka Kara, le dernier Ghibli en date, sortait le 16 juillet pendant mon récent séjour. J'ai donc eu l'opportunité de le voir au cinéma dès le lendemain de sa sortie. J'ai réservé ma place dans un grand complexe cinéma de Kabukichô (près de Shinjuku à Tokyo) où la séance était quasiment pleine.

Pour ceux qui ne sont jamais allés au cinéma au Japon, l'expérience est très proche de ce qu'on trouve dans beaucoup d'autres pays, le service japonais en plus. Le prix de la place n'est pas aussi cher qu'on veut bien le dire. En l'occurrence, nous avons payé 1800¥ par personne (~13,40€). Au moment de la réservation, il est possible de choisir son siège. Dans le cinéma se trouve une boutique de souvenirs qui propose des goodies hors de prix autour des films à l'affiche actuellement. Évidemment, la salle est très propre et très sombre et les spectateurs totalement calmes, ce qui participe d'une excellente expérience de cinéma.

Penchons-nous à présent sur La Colline aux Coquelicots. Comme vous le savez si vous lisez Kanpai, j'ai vu tous les Ghibli et je ne leur voue pas systématiquement un culte. Certains de leurs films sont des merveilles, évidemment, mais ces dernières années, j'aurais du mal à dire qu'ils ont eu une production exceptionnelle, excepté avec Ponyo et Le Royaume des Chats. Sachant qu'en plus La Colline aux Coquelicots a été confié à Goro Miyazaki, le fils d'Hayao dont le seul film Les Contes de Terremer n'était pas des plus intéressants, on peut partir pour la projection avec une crainte légitime. D'autant que le manga de 1980 dont il est issu n'a pas laissé une empreinte indélébile dans l'histoire.

Pourtant, j'ai été assez agréablement surpris par ce dernier Ghibli. Pour être tout à fait clair, il ne s'agit certainement pas du meilleur film du studio. Mais La Colline aux Coquelicots fait partie de ces Ghibli un peu contemplatifs dans lesquels il ne se passe pas forcément grand chose, qui présentent une tranche de vie d'un protagoniste sans grande aventure ni vilain méchant. En l'occurrence, les personnages principaux sont Umi (interprétée par Masami Nagasawa) et Shun, deux lycéens qui se découvrent un premier amour mutuel. En parallèle, cela réveille leurs interrogations sur la disparition de leur père, qui pourrait être le même géniteur. L'action se passe en 1963 dans la ville portuaire de Yokohama, à quelques kilomètres de Tokyo.

On n'est absolument pas perdus pendant le film, la filiation Ghibli est évidemment très forte et le character-design tout comme l'ensemble de la brique technique ne sortent absolument pas du cadre habituel auquel nous a élevés le studio japonais. Certains décors dépassent toutefois un peu du lot, tels que les tableaux de ciel ou d'horizon sur la mer, ou encore évidemment la grande bâtisse du Quartier Latin, dessinée par Hayao Miyazaki et regorgeant de petits détails adorables dans les décors. L'animation, en revanche, est assez faible. Il y a peu d'images par seconde et l'ensemble du film est assez statique. Ce n'est pas forcément un mal dans son contexte mais un peu de mouvement dans les détails n'aurait pas forcément été de trop.

Musicalement, la bande originale a une coloration assez française, avec pas mal d'accordéon, mais aussi et surtout quelques touches de piano bien senties qui viennent accompagner le mouvement et le déroulement de l'intrigue. Le compositeur star Joe Hisaishi n'a pas participé au film, mais le niveau reste très correct. Quant à la chanson thème du film, douce et mélancolique, elle est totalement adaptée. Pour info, il s'agit d'une reprise de Ue wo muite arukô interprétée par Sakamoto Kyû, l'une des chansons japonaises les plus célèbres de son histoire.

Certes, La Colline aux Coquelicots n'a rien de très audacieux mais je n'ai pas vu le temps passer (1h45 environ), ce qui est bon signe tant j'ai une propension étonnante à m'endormir devant les films un tout petit peu ennuyeux. Il ne s'y passe pas forcément grand chose, mais on sent que Goro Miyazaki a tiré les leçons de son essai raté avec Les Contes de Terremer et c'est tant mieux. D'ici à ce qu'il atteigne le niveau de son père ou d'Isao Takahata, il y a encore un chemin assez long à parcourir.

Je m'amuse quand même du signal symbolique partagé par ce film. Dans cette atmosphère pré-Jeux Olympiques de 1964, les Japonais rasent l'ancien au profit de la toute-puissance du neuf et du futur. Mais ce qui a une histoire ne doit pas toujours être évincé ou détruit. Forcément on imagine un lien avec les deux cadres historiques du studio Ghibli, Miyazaki et Takahata qui semblent avoir du mal à passer le flambeau, en particulier le premier. Son fils, en l'occurrence, offre peut-être là un point de vue en filigrane.

La sortie de La Colline aux Coquelicots n'est pas encore annoncée officiellement en occident, mais on peut s'attendre à une diffusion au cinéma début 2012 (mise à jour : La Colline aux Coquelicots sortira au cinéma le 11 janvier 2012 en France, une avant-première a lieu lundi 14 novembre à Paris - UGC les Halles, en présence du réalisateur). Dans l'intervalle, vous pouvez toujours (re)voir Arrietty ou Ponyo en DVD/ Blu-Ray, ou vous préparer à Ninokuni.

Galerie photos

Dernier film Ghibli / Goro Miyazaki
Publié le
29 commentaires
Publié par Gael
Rédacteur en chef
Gael est le fondateur et responsable de la publication sur Kanpai. Amoureux de la culture japonaise au sens large, il voyage au Japon régulièrement depuis 2003 et partage ses infos, bons plans et un certain regard sur l'archipel nippon.
Kanpai vous suggère également ces articles
Pour en apprendre plus sur le Japon, consultez les eBooks Kanpai

Débuter l'apprentissage du japonais est indispensable pour tout un tas de raisons qui appartiennent à chacun.

Les eBooks de la collection "Apprendre le japonais" de Kanpai sont parus indépendamment, mais se répondent entre eux. Ce pack les réunit en toute cohérence et vous offre ainsi l'ensemble des informations requises pour débuter votre apprentissage du japonais en toute sérénité et vous débrouiller en arrivant au Japon.

29 commentaires
fr4nz
16 Décembre 2010
09:59

bah au moins c'est pas une suite à porco rosso ... ouf!

vybyvy
16 Décembre 2010
16:04

Quelle malheur ! ce n'est pas la suite de Porco Rosso...

Le pitch de ce nouveau Ghibli ne me fait pas particulièrement envie, et je regrette d'autres productions (qui me semblaient éminemment) plus ambitieuse du point de vue de l'univers ou du scénario...
Heureusement (pour moi), Arriety semble plus emprunt de magie et de fantastique... J'espère aussi un ton un peu plus mature ou du moins permettant plusieurs degrés de lecture, ce qui (selon moi) faisait cruellement défaut dans Ponyo...

Hugo
05 Mars 2011
23:25

Je saute les paragraphes qui pourrait dévoiler des infos sur ce nouveaux Ghibli. Le titre me suffit, un Ghibli se découvre avec surprise ! C'est un cadeau, un évènement. Et si, comme tu le souligne très bien, Ghibli à tendance à perdre de son génie pur à cause du temps et de l'état de Maître Miyazaki qui préfère désormais délégué la réalisation des films à ses jeunes, les Ghibli restent d'une qualité et d'une profondeur unique. Je n'ai retrouvé cette magie, cette poésie que dans très peu d'autres perles rares. Ghibli est un condensé de perles, il brille ce studio. Et pour longtemps encore je l'espère :) Merci pour l'info, je jubile déjà. Arriety s'est montré si beau que je reprend confiance !

PS : Laissez moi espérer que Myazaki nous prépare un monstre encore plus époustouflant que Mononoké comme cadeau d'adieu. AH ! Parle pas de malheur Hugo, parle pas de malheur...

pitchan
24 Mars 2011
21:49

J'ai l'impression que ce ghibli va sans doute plus plaire aux japonais qu'aux occidentaux . J'attend la bo avec impatience j'étais restée sur l'idée que ce serait la même chanteuse que celle qui avait fait Gedo Senki. J'espère qu'il va sortir en juillet parceque sinon je vais le rater au Japon , snif !!!!

Damien
18 Juillet 2011
11:32

"Le prix de la place n’est pas aussi cher qu’on veut bien le dire."
Pas aussi chers ??? En France c'est toujours 10€ (12€ pour la 3D) et déjà c'est très chers par rapport à avant. Alors 16€ o_O

pof
18 Juillet 2011
11:47

Je me suis fait Arrietty hier... même si c'est pas du très grand Ghibli, j'ai bien aimé l'ambiance et les jolis personnages. Vivement les coquelicots :-)

Grimer
18 Juillet 2011
12:06

J'ai trouvé trouvé déjà Arriety super bof (trés joli mais avec un scénar statif au possible et il ne s'y passe rien)

Je crois que je vais arréter d'esperer des choses de Ghibli :/

Rames
19 Juillet 2011
04:15

Hum, j'attend de voir ça de mes propres yeux ! :)

Dide
20 Juillet 2011
12:47

Ouach 16 euros !!! Le double d'un ticket en Belgique ... et c'est déjà énorme !
Pour le film, personnellemen t il ne me tente pas des masses.....

Chiboudi
24 Juillet 2011
00:17

C'est aussi lent et "tranche de vie" qu'omohide poroporo ? Enfin de toute façon par grande curiosité je le regarderai ^^.

24 Juillet 2011
02:41

16€ c'est peut-être cher en soi, mais un peu comme pour le Shinkansen, on paye une qualité de service : réservation de la place, qualité technique, propreté, personnel, calme, etc. Personnellement, je préfère payer 16€ et aller voir un film de manière impeccable, plutôt que 10€ ou plus en France dans une salle dégueulasse, un personnel détestable avec un public bruyant et des loupiotes "issue de secours" disposées en guirlande autour de l'écran. Pour rentrer dans un film, il n'y a pas photo.

@Chiboudi : non, c'est un peu plus intéressant qu'Omohide Poroporo, quand même ;-)

2fois2cinq
27 Juillet 2011
14:26

tu vas où au cinoche toi ? ça ressemble plus à un ciné porno de quartier qu'autre chose ta description...
j'habite en france (LYON) et je vais au cinoche tout le temps.. je paye 3/4 euros et j'ai les même services que tu trouves dans ton cinoche japonnais...

donc oui, 16 euros c'est de la roule absolue...

Bokudanya
30 Juillet 2011
20:42

Ca serais étonnant que tu aies le même résultat que dans un ciné japonais, j'ai jamais fait un seul ciné en Europe qui soit la moitié de la qualité du ciné japonais que j'allais (celui a 10min a pied d'akihabara)

Les sièges était super confortable, un accoudoir double (ta vraiment tes accoudoir, tu dois pas partager 10cm avec tes voisins) pause gobelet, de la place pour tes jambes, une qualité du projecteur très nete, serte des basse qui tuerait un cardiaque mais ca restait vachement mieux que ce que je trouve ici (maintenant , chaque ville est différente ! ).

2fois2cinq
01 Août 2011
12:27

Ah des doubles accourdoirs... ok... j'en ai jamais vu (encore que j'ai pas spécialement envi d'être dans un canap' non plus)... mais jusqu'à faire une généralité sur les cinoches français en disant qu'ils sont tous sales et pourris.. c'est ridicule ! Idem sur le personnel... complètement ridicule... la complainte de "le japon c'est mieux que la France" est d'une niaiserie autement débile....

Place pour les jambes j'ai vu souvent, projection de qualité (pratiquement tous les cinémas maintenant)

Alors je persiste et signe..; 16€ c'est cher... surtout si c'est juste pour avoir des accoudoirs doubles et un porte gobelet (manger et boire dans un cinoche rien de plus emmerdant)... Moi dans le mien de cinoche, c'est interdit.. et c'est beaucoup plus agréable !

pitchan
04 Août 2011
12:10

Mais pour nous les filles la place de ciné ne coûte QUE 1000 yen le mercredi !!!
Je l'ai vu aussi et j'ai trouvé ça vraiment intéressant même si c'était vraiment compliqué à comprendre et j'ai hâte de le revoir pour comprendre la partie liée à leur club le quartier latin. Du coup j'ai pris le CD du film (un parmis les trois disponibles, celui avec le soundtrack donc les morceaux qui sont chantés par les membres du quartier latin. Il y a les paroles des chansons en plus).

2fois2cinq
04 Août 2011
14:36

Moins cher pour les filles... tiens tiens... un bien drôle de pays qui fait en plus dans l'inégalité des sexes...

Non vraiment la grande classe...

Merci de balayer devant sa porte avant de parler de la porte du voisin !

pitchan
04 Août 2011
14:42

Oh un champion de la cause masculine... c'est vrai que c'est une éNORme injustice !! t'inquiètes, pendant longtemps certaines montagnes japonaises étaient interdites aux femmes parcequ'on est impures...
Et toi, tu reverses quand la part de ton salaire à ta collègue femme qui fait le même travail pour 10% de moins ?

2fois2cinq
04 Août 2011
19:01

Du tout... ce n'est pas parce qu'il y a des inégalités envers les femmes qu'il faut accepter le contraire !

Et non, là où je travaille il n'y a pas d'inégalité de salaire. Je travaille pour l'état avec environ 80% de femmes.

Et je répète que dire que le cinéma au japon c'est mieux qu'en france parce que c'est propre et qu'on a droit à un porte gobelet c'est ridicule ! Et ça ne justifie pas un prix exorbitant !!

Akihabara
04 Août 2011
21:47

Merci pour cet article, je me suis permis d'en parler sur mon site en renvoyant ici pour les détails.
Je n'ai pas vu de lien vers la bande son, donc si ca intéresse quelqu'un, voici un le trailer : http://www.youtube.com/watch?v=c2hBnA-R4uw

04 Octobre 2011
14:09

Article mis à jour avec la date de sortie française (le mercredi 4 janvier 2012) ainsi que le titre officiel : La Pente des Coquelicots.

21 Octobre 2011
15:12

Le nom officiel du film vient de changer pour "La Colline aux Coquelicots"

fabien
12 Janvier 2012
07:24

je trouve regrettable que par rapport à d'habitude peu de promotion ai été faite. Mais en visionnant ce nouveau Ghibli j'ai compris pourquoi: ce n'est pas trop accessible pour le grand public. Il est préférable d'avoir quelques connaissances de la culture japonaise pour comprendre les tranches de vie qu'on trouve dans ce film et aussi de comprendre quelques faits historiques en rapport à l'époque où il se déroule. J'ai été porté par ce film mais j'ai trouvé la musique plus répétitive que d'habitude même si elle est très bien. Bref je pense que ca restera un Ghibli confidentiel qui intéressera les curieux et les passionnés des production du studio mais il ne peut pas faire l'unanimité comme le voyage de Chihiro, Princesse Mononoké ou mon voisin Totoro

Akihabara
14 Janvier 2012
10:12

Peu de promotion ? Je suppose que ca doit dépendre des villes mais pour ma part à Nice il y a des affiches partout.
Je vais essayer de le voir ce weekend ;)

fabien
14 Janvier 2012
10:19

Ce qui m'a surpris c'est qu’habituellement on en parle beaucoup à la télé et cette année je n'ai quasiment rien vu.

Reynald Weislo
19 Janvier 2012
09:10

Hélas pas encore vu, le boulot ne me laisse pas de temps pour aller au ciné et dés que je suis en vacances, direction le Japon...
Mais mon ami GÛnter l'a vu et a adoré !

Lophy
19 Janvier 2012
10:35

J'ai adoré la coquille aux coquelicots!! Un doux et agréablement moment qui m'a fait revivre plein de souvenirs lors de mon séjour au Japon!!!!
Effectivement, c'est vrai qu'on le savoure un peu plus quand on connait un peu le pays et son histoire, mais après c'est une belle histoire qui se laisse regarder!!! Bien que la problématique des différents pères peu perdre les plus jeunes au bout d'un moment (d'ailleurs un petit bout de chou, pendant la séance, a demandé à sa maman : " alors c'est celui là son papa???") ^^
Même s'il y a moins de monde imaginaire, j'ai tout autant aimé ce dernier Ghibli, une jolie histoire bien mise en scène avec des dessins magnifiques, la Ghibli touch!!!!!

Je le conseille à tout le monde!!!

Christel
19 Janvier 2012
11:49

Je suis allé le voir malgré quelques a priori négatifs dans mon entourage (dû au précédent échec de TerreMer), et je l'ai bien aimé ! L'histoire est simple mais efficace. Si certains peuvent regretter un manque de magie ou de fantastique, moi je trouve que cette tranche de vie est une belle histoire, émouvante. On y retrouve quand même l'ambiance de Ghibli, même si effectivement l'animation est plus statique. Je vous conseil d'aller le voir par vous-même pour vous faire votre propre opinion. En tout cas pour ma part je suis allé le voir dans un cinéma de quartier en vost, je n'ai payé que 5 euros la place, alors, peut-être même qu'à ce prix là, j'irais le revoir !

21 Janvier 2012
11:53

Je viens d'aller voir la Colline aux Coquelicots : J'ai beaucoup aimé !
Normal :
J'ai découvert Ghibli par le Tombeau des Lucioles et j'ai été bouleversé par le réalisme d'Isao Takahata (le cofondateur des studios Ghibli)
J'aime les mangas de Jirō Taniguchi qui savourent le quotidien avec douceur

Je suis donc content que Goro prenne ce chemin
J'ai particulièrement aimé la peinture de la vie Japonaise en 1963 au bord de la mer.
C'est d'ailleurs une grosse lacune de mon voyage au Japon (on ne peut pas tout faire non plus et ni Tokyo ni Nagoya n'ont un front de mer buccolique) : il me faut découvrir le Japon des côtes et des petits ports.

Kmi
20 Août 2013
16:06

J'ai recemment regarder "La coline aux coquelicots", et contrairement a se que tu en dit dans l'article j'ai énormément appréciée le film. Même si la "différence d'histoire" avec les films d'Hayao Miyazaki est perçus dans "La coline aux coquelicots", c'est à dire comme tu le dit dans ton article c'est "une tranche de vie d’un protagoniste sans grande aventure ni vilain méchant". Mais je trouve que ça a du bon. J'ai donc personelement trouvée se film touchant et magnifique, même à comparé des film d'Hayao Miyazaki sont spendide.

Ajouter un commentaire