Ascension du Mont Fuji


Témoignage et guide pour gravir la montagne sacrée

L'avis Kanpai
Notez cette destination
48 votes | moyenne : 4.63

2 dans Mont Fuji

Celui qui gravit le Mont Fuji une fois est un sage, celui qui le fait deux fois est un fou.
-- proverbe japonais

Après Tokyo, le Mont Fuji est probablement l'attraction touristique la plus connue au Japon. Son rayonnement au niveau international est tel que le "Fuji San" suscite beaucoup de légendes et de fantasmes. Dans son Ni d’Ève ni d'Adam, Amélie Nothomb explique qu'en le gravissant, on devient Japonais. Loin de nous cette volonté d'y prétendre, mais lors d'un passage au Japon en été, il nous fallait nous attaquer à sa plus haute montagne (3776 mètres d'altitude).

Compte-rendu complet accompagné de photos et de conseils si vous souhaitez faire de même.

Saison et horaires pour gravir le Fuji-san

Une première précision pour couper court à certaines fausses informations : gravir le Mont Fuji est loin d'être une promenade de santé. Cela demande une condition physique, de la volonté et surtout une bonne préparation. L'ouverture de la montée est limitée à une saison courte qui dépend des sentiers d'ascension. Par Yoshida, le sentier le plus couru, la période officielle couvre un peu plus de deux mois en été : généralement juillet, août et début septembre. Par les autres sentiers (Subashiri, Gotemba, Fujinomiya et Ohachi-Meguri), la saison est un petit peu plus courte.

Le reste du temps, c'est à vos risques et périls et, de toute façon, les accès sont plus difficiles. Globalement, on peut considérer qu'il y a deux créneaux pour monter le Fuji San qui consistent à contempler, de son sommet, soit le lever soit le coucher du soleil. Pour notre part, c'est la première option que nous avons choisie. 

Après tout, 日本 / "Japon" signifie "origine du soleil", d'où l'expression de "pays du soleil levant". 

Pour cela, il nous a donc fallu grimper de nuit et redescendre au matin. Depuis Tokyo, un bus fait la navette plusieurs fois par jour dans un sens comme dans l'autre. Il est conseillé de réserver ce bus à l'avance ; c'est faisable via cette page web, puis le paiement se fait sur place (en face de Yodobashi Camera) jusqu'à quelques minutes avant le départ. Le bus dépose les randonneurs à la cinquième station, lieu de départ de la randonnée pour la majorité des grimpeurs.

Conseil pour la montée et matériel à prévoir

En effet, le Mont Fuji est constitué de dix stations en plus de ses huttes-relai, la première étant sa base et la dixième son sommet. Cette cinquième station "Kawaguchiko" se situe à 2305 mètres d'altitude, le dénivelé à monter s'étale donc sur près de 1500 mètres, pour six kilomètres de marche. Quelques infos toutefois : si la montée est déjà un petit challenge, sans non plus relever de l'escalade, sachez qu'elle peut devenir infernale en cas d'embouteillage. Il faut donc éviter à tout prix de se planifier le Fuji San en week-end, encore moins pendant les vacances scolaires japonaises (à partir de mi-juillet) et surtout pas pendant Obon (un festival bouddhiste qui se tient du 13 au 15 août). Pendant toute la saison officielle en tout cas, inutile de louer les services d'un guide-accompagnateur pour l'ascension. 

Nous avons pris le dernier bus de la journée, un jeudi de la première quinzaine de juillet. Départ de Tokyo à 19:30, arrivée à 22:00. Il fait encore près de 30°C à Tokyo, facilement dix de moins à la cinquième station de Fuji. Au sommet, souvent 0°C et les vents rajoutent une sensation glaciale. Prévoyez donc de quoi vous couvrir : un pantalon dans lequel vous êtes à l'aise accompagné éventuellement d'un caleçon long, de grosses chaussettes et plusieurs épaisseurs en haut ainsi qu'un coupe-vent. Le bonnet ou la capuche ne sont pas de trop. On transpire beaucoup pendant la montée mais le corps se refroidit très vite et lorsque vous attendez l'aurore au sommet, du coup vous serez bien content d'avoir multiplié les épaisseurs.

Note de mars 2015 -- Suite au douloureux épisode de l'éruption meurtrière (plus de 60 décès) du Mont Ontake fin septembre 2014, situé à seulement 120 kilomètres au nord-ouest, les autorités japonaises incitent désormais les grimpeurs du Mont Fuji à porter un casque, des lunettes protectrices et un masque anti-poussière, en plus d'un imperméable, une lampe frontale et des vêtements chauds. Ces consignes ne sont pas suspensives à l'ascension du Mont Fuji, mais rappellent le risque de voir le volcan un jour entrer en éruption. --

Le montée du Fuji San est un certain challenge. Nous sommes plutôt sportifs donc ça n'a pas été trop difficile mais tout le monde ne pourra pas en dire autant. Maintenant, c'est évidemment la volonté qui prime puisque beaucoup de personnes âgées Japonaises arrivent à son sommet. Pas aussi vite, certes, mais pour qui l'a décidé ce n'est pas infaisable. Nous avons mis 5h15 à grimper en nous aménageant des temps de repos de quelques minutes et en comptant des embouteillages sur la dernière heure.

La randonnée Yoshida commence simplement par un sentier facile, puis ça se corse sérieusement dès la septième station avec une montée très rocailleuse qui vous excitera le palpitant. Les chaussures de randonnée sont indispensables. N'envisagez même pas de grimper le Mont Fuji en baskets ! Nous conseillons aussi très fortement la lampe frontale ainsi que les gants grippants, trouvables facilement dans un 100¥ Shop au Japon. Tout le long de la montée, les stations et des huttes-refuges vous accueillent et vous vendent, à prix croissant au fur et à mesure de l'avancée : boissons, ramen / miso, et bouteilles d'oxygène (l'arnaque-touristes ; si vous veniez à en avoir besoin, vous seriez probablement déjà équipé en Ventoline). Il est même possible de dormir dans certaines de ces grandes huttes.

Faire l'ascension du Mont Fuji est une expérience fascinante : des échanges cordiaux voire camaradesques du début et des pauses aux relais, jusqu'aux souffles d'effort appuyés par tous les grimpeurs lors des passages difficiles. Près du sommet, le sentier se ressert, le silence devient aussi irréel que l'ombre majestueuse du Fuji San dessinée par la pleine lune. Des responsables du parc national nous encouragent et nous donnent le temps restant avant le sommet.

Puis l'on traverse ce dernier torii et nous voici en haut admirant, à mesure que l'horizon s'élève, la région de Hakone jusqu'à la baie de Tokyo entourées d'une mer de nuages. Spectacle merveilleux et étrangement calme du lever du soleil, entre les "banzai!" des Japonais, leur fier drapeau qui flotte au vent et l'hymne national joué en fond à travers des hauts-parleurs sans âge. Comment ne pas, dans cet ensemble, aller ramasser fièrement un bout de roche volcanique dans son cratère ?

Le moment de la descente

La descente est d'un autre style. Amusante au départ car très abrupte et plus sableuse, elle est étonnamment plus exténuante. Avec la fatigue de la montée qui a mobilisé tous les muscles des jambes, c'est au tour des articulations d'être sollicitées, notamment les chevilles et les genoux. Les quadriceps vont de nouveau travailler et je vous conseille absolument de forcer sur ces étirements une fois en bas. Il nous a fallu 2h30 pour effectuer la descente, mais celle-ci paraît étonnamment plus longue sans doute à cause de la fatigue, de la chaleur et de sa répétitivité.

Arrivés en bas, en attendant le premier bus de la journée à 10h, la touristique cinquième station déroule son ensemble de magasins de souvenirs et de restaurants. S'y croisent alors les randonneurs frais prêts à monter et ceux avec des valises sous les yeux. Autour de ce balai, les cars de touristes asiatiques vont et viennent pour dévaliser les magasins et se prendre en photo devant tout et n'importe quoi. Monter le Mont Fuji, en chemise et chaussures croco, est pour eux hors de propos.

Dommage pour eux : ils évitent une expérience exceptionnelle, indispensable à tout voyageur au Japon.

Le Mont Fuji rejoint l'Unesco mais devient payant ?

Note de juin 2013 -- Ce samedi 22, l'un des monuments les plus emblématiques du Japon, à une centaine de kilomètres à l'ouest de Tokyo, a enfin rejoint la liste du Patrimoine Mondial. La zone classée par l'Unesco s'étend du cône du volcan, souvent enneigé, jusqu'à sa base, incluant ses sentiers de randonnée ainsi que sept sanctuaires. Le Mont Fuji, inscrit au titre de "lieu sacré et source d'inspiration artistique", en rejoint seize autres sur la liste des biens culturels et naturels japonais.

Cette reconnaissance de l'Unesco intervient alors que les préfectures japonaises responsables du Fujisan, Shizuoka et Yamanashi, s'apprêtent à mettre en place des frais d'ascension. Celle-ci, gratuite jusqu'à présent, demandera une "donation" de 1.000¥ (~7,60€) (sur la base du volontariat) à celles et ceux qui souhaitent le gravir, à partir de courant juillet. Le caractère payant, sous forme de test grandeur nature cet été, devrait être entériné en mars 2014 et ainsi s'appliquer à tous les randonneurs à partir de l'été prochain, mais son montant n'a pas encore été arrêté. Ceci afin de préserver l'environnement du Mont Fuji, le plus haut sommet du Japon. Jusqu'à 300.000 randonneurs foulent le volcan chaque été, et une limitation du nombre de randonneurs a même été évoquée.

Cette prochaine tarification ne nous choque pas outre mesure, vu le caractère sacré du volcan, bien au-delà des huttes payantes, des magasins disséminés à chaque étape ou des distributeurs automatiques. Si ces 1.000¥ par randonneur peuvent contribuer à la préservation et la majesté du lieu, cela ne paraît pas délirant puisque la plupart des temples et sanctuaires visités au Japon réclament des frais d'entrée allant généralement de 3 à 600¥ (~2,30€ à ~4,60€). Et que dire d'exceptions comme le temple des mousses, qui demande pas moins de 3.000¥ (~22,90€) !

Excusez-nous pour la piètre qualité de certaines photos. On ne prend pas tout l'équipement (notamment le trépied) et les conditions de la randonnée ne facilitent pas la prise de vue.

Galerie photos de Ascension du Mont Fuji

Ascension du Mont Fuji par la communauté Kanpai

Kotaete (questions-réponses)

Poser une question

Isshoni (demandes de compagnons)

Rechercher des compagnons

Kakikomi (blogs membres)

Publier votre article

Autres sorties dans Mont Fuji

-- Voir toute la carte du Japon
Météo du jour à Mont Fuji
-8 | 2°C
-- Consulter les prévisions météo du Japon
Comment se rendre à Ascension du Mont Fuji

En bus -- 2h20 de Keiô depuis Shinjuku (sortie ouest de la gare, en face du magasin Yodobashi Camera)

Jours et horaires d'ouverture

Saison officielle :

  • sentier principal (Yoshida) : du 1er juillet au 14 septembre
  • autres sentiers : du 10 juillet au 10 septembre

Ascension très déconseillée le reste de l'année, à cause de la dureté des conditions météorologiques et de l'absence de sécurité

Durée / période de visite

Depuis Tokyo, une petite journée aller-retour au total

Tarif

5.200¥ (~39,70€) aller-retour en bus

Ascension gratuite, donation de 1.000¥ (~7,60€) minimum suggérée

En japonais

富士山 (Fujisan)

Autre(s) nom(s)

Fujiyama (ou Fuji-yama) est une erreur de lecture du kanji "montagne"

Ressources

Site officiel 1 (en anglais) 

Site officiel 2 (en anglais)

Liste des refuges (en japonais)

Changer ses Euros en Yens
Seulement ~3%
de commission
Pour en apprendre plus sur le Japon, consultez les eBooks Kanpai

Cet eBook aborde les 12 situations les plus courantes rencontrées par les voyageurs au Japon, au cours desquelles la méconnaissance de la langue japonaise peut gêner, bloquer voire jouer de mauvais tours. Pour chaque situation, l'ouvrage vient donc fournir un ensemble de phrases et chaque traduction de phrase s'accompagne d'une prononciation audio indépendante et intelligible, enregistrée par une interprète bilingue (plus de 300 fichiers audio).