Welcome to the NHK

N.H.K. ni Yôkoso!

Ça fait un bout de temps qu’on n’a pas parlé de manga sur Kanpai. Hormis l’analyse sur le genre dojinshi, les derniers articles en date ont été consacrés à Naruzozo et 666 Satan (par le frère de l’auteur de Naruto). Ici, on est dans un registre beaucoup moins mainstream, puisque Welcome to the NHK s’attache à la culture otaku. Un sujet déjà abordé dans ces pages : très tôt, Otaku no Video en faisait une analyse et plus récemment, certains drama nous ont permis de les observer dans leur milieu presque naturel.

Sans grande originalité, Welcome to the NHK nous propose de suivre les tentatives de resocialisation d’un de ces asociaux du dernier degré : le hikikomori. Pire que l’otaku à la Densha Otoko, soit un fan ayant peu de vie sociale, le hikikomori vit reclus dans sa chambre ou son studio, coupé du monde et de toute relation. On en a déjà vu dans des dramas japonais tels qu’Akihabara @Deep ou Ikebukuro West Gate Park. De même l’animé Genshiken en montrait une facette très portée sur les jeux vidéo et autres conventions de fans. Welcome to the NHK, lui, se base sur une nouvelle de Tatsuhiko Takimoto illustrée par Yoshitoshi ABe. Le manga, étalé sur 8 volumes sortis entre 2004 et 2007, a été adapté en animé par le studio Gonzo dans une version, paraît-il, très censurée (nous reviendrons sur ce point).

Le protagoniste, Tatsuhiro Satô, est en proie à des crises de délire et de paranoïa dues à son statut asocial. Ainsi, il croit que le groupe NHK (le service public japonais) signifie « société des reclus japonais » et pense que l’entreprise en question en a après les hikikomori. L’histoire suit ses plongées et remontées sociales alors que, d’un côté, son voisin otaku l’entraîne dans le développement d’un jeu vidéo érotique et que, de l’autre, la mignonne Misaki Nakahara tente de lui faire suivre son programme spécial de réinsertion. En fermeture du quatuor, Hitomi Kashiwa, une autre belle donzelle qui s’accroche elle aussi à Tatsuhiro.

Le style graphique est plutôt bon, en tout cas très propre et efficace bien que pas du tout original. Les enchaînements sont parfois un peu longuets et l’on note quelques baisses de rythme (et une difficulté à démarrer) mais le reste de la mise en scène est clairement dans la moyenne haute du manga. C’est plutôt dans les thématiques abordées que Welcome to the NHK joue l’inédit. S’il se permet de parler de sujets un peu tabous, il franchit parfois des limites que seule la culture japonaise comprend et accepte. Ainsi, le manga a tendance à euphémiser la pédophilie passive sous le terme de « lolita complex », c'est bien pratique pour l’œuvre mais parfois assez dérangeant de notre point de vue. Dès les premiers chapitres du manga, le protagoniste se cache dans les buissons pour fantasmer en prenant en photo des gamines de 10 ans… Ailleurs, ils recherchent sur Internet des photos nues de femmes-enfants. Personnellement, j’ai du mal.

Certaines pages de NHK ne peuvent tout simplement pas être publiées en France sans censure. Je suis généralement à l’encontre de toute entrave à la liberté, mais on touche ici à des disparités d’opinion d’ordre culturel. D’ailleurs Soleil, l’éditeur français, ne s’y est pas trompé et livre une version tronquée du manga. Quand certaines scènes dépassent en effet allègrement le fan-service pour pencher vers l’immoral, il vaut mieux faire attention. Reste que Welcome to the NHK a le mérite de traiter de thèmes difficiles comme le suicide collectif, entre autres choses qu’on aime taire au Japon (et dont on aime trop parler à son sujet en occident, chacun sa croix !). Sa cible restera une niche, certes, mais ce genre de manga gratte au moins un peu la couche de vernis SD aux grands yeux, gros seins et cheveux violets. C’est déjà un premier pas. Bienvenue à la NHK, donc.

Article intéressant ?
5/5 (3 votes)

Galerie photos

  • welcome-to-the-nhk
  • Welcome To Nhk

Informations pratiques

Thématiques associées

Pour aller plus loin

Kanpai vous suggère également ces articles

Commentaires

popolon
03 Mars 2009
12:46

Soleil Manga n'a absolument pas censuré le Manga original (du moins pour les 3 volumes déjà sortis à ce jour)

D'autre part, comparer le "lolicon" a de la pédophilie (même déguisée) relève quand même d'une vision judéo-chrétienne forcément déformée du phénomène...

Anon
17 Avril 2009
22:28

Soleil a mis en noir des images où on voyait la silhouette de filles nues ou supposées nues. La traduction est bourrées d'erreurs et de fautes d'orthographe. L'édition globale est de médiocre qualité.

+1 pour le lolicon

sykopanzani
21 Avril 2009
18:10

L'article est plutôt bon quand il compare le lolita complex à de la pédophilie passive . Il suffit de feuilleté certain manga dans un rayon japonais pour se rendre compte que ce genre de chose ne peut pas etre édité en France et heureusement d'ailleurs . C'est sur que ça fait mal quand on apprécie ce genre d'"oeuvre" . Autant appelé un chat un chat .

xenofab00
06 Juin 2009
10:27

Ben oui, techniquement le lolicon (sexuel) est assimilable à de la pédophilie passive, c'est ainsi.
Le gros problème, c'est justement que le terme "pédophilie" a atteint un stade tellement péjoratif en occident depuis une trentaine d'années, et que l'on est tellement conditionné socialement à le diaboliser quel que soit sa forme, que ce terme parait tout de suite "trop fort" étant donné la gravité apparemment peu élevée des faits en question dans le manga.
Les déviances sexuelles (disons ce qui sort du cadre dit "naturel") sont partout et sont le propre de l'Homme, enfin de certains: que l'on parle d'homosexualité, de fétichisme, de scatophilie... la seule différence se situe ici dans le fait que pédophilie se rapporte à celui qui fait du mal à son prochain, un VIOLEUR, c'est à mon sens ça le vrai point notable et à différencier.
Après, photographier des gamines c'est pas être très passif... sûrement le plus gros tort du mec.

Par contre j'étais pété de rire quand j'ai lu le passage de la critique sur la justification de la censure sur des oeuvres (je parle d'oeuvres hein) dites "immorales", ce qu'il faut pas lire comme bêtises quand même...

hana
18 Avril 2010
15:53

pour le personnage de l otaku je ne crois pas qui soit vraimentpedophile car il est amoureus d'une fille de soon ecole de seiyu et il a l air en realite timide et embarass en plus le mangaka aborde le viol de la jeune fille quia veut aide notre hero et il le montre sous un angle tres realiste doncmettre de la pedophilie comme anecdote de manier aussi superficiel et parler d inceste et de viol sur une gamine de maniere aussi serieuse et adulte ça me parait un peu decalle! je pese que le passege pedophile de l otaku voisin du hero est juste pas à prendre au serieux et il fait juste marche notre hero en lui refourgant un cd rom! c est un peu comme dans gto ou le hero mette les cullotte des lyceennes mais en realite il est pas si obsede et encore puceau! enfin c'est une maniere de penser assez japonais je pense! sinon, je trouve ta note un peu severe ce manga est tres complexe bien plus que les autres oeuvre que tu as cite, il parle de themes graves sous un angle comique parfois mais c'est juste une faette! en fait les personnages paraissent fou car ils cherchent des trucs lubriques ou virtuel pour echappatoire à leur vie mais en realite c'est des personnes complètement depressif qui ont une vrai phobie, le hero malgres ses defaut et sa feniantise reste attachant car il a une reelle blessure et une phobie des gens et de l'exterieur qui est represente par les voix de la nhk les creatures qui lui parlent et là on a de la pitie pour lui d'ailleurs tout ces passages me rappelle un peu le perso de shinji d'evangelion qui lui aussi à le phobie des gns et d'etre rejette! vraiment c est à lire
c'est un manga complexe et mature pas un truc pour obsede et les personnages ne sont pas se qu'ils paraissent au premier abord

loy
18 Avril 2010
16:06

TU MELANGES TOUT LE HERO N EST PAS UN OTAKU IL EST FAN DE RIEN IL PASSE PAR DIFFERENTE PASSION et il s'en lasse assez vite aussi pour eviter de penser à sa vie miserable et à se suicider ! il aura sa phrase otaku certes poussé par son copain mais il n'est pas un vrai fans car il va passer par sa phrase hentai puis sa phrase geek roliste puis il va meme rentrer dans une secte! donc c'est pas un otaku! il y a aussi la phrase clochart c'est un type qui en a rien à foutre de sa vie qui decede de tout essaiyé pour voir du moment qui reste entre ses murs! enfin comme il tombe sur des gens allume mais pas mechants il va pas ans des trucs extremes comme l'alcool ou la drogue car ici c'est les fantasme et le virtuel qui sont mi en avant!

zdig1
21 Décembre 2013
01:34

jai vu cet anime en 2006 ( sur 24 semaine) et je viens tous juste de le revoir (en 3 jours)
un pur chef d'oeuvre :-)

je viens de trouver la nouvelle origine de cet anime qui semble a premiere vue plus riches en scene (trop de sang, etc ...)

je commence ce soir a lire les 256 pages

je suis amateur de ce genre de manga qui taite les pb de la sociétes ( GTO ...)
vous me conseillez quel autres animes ( de preference ceux avant 2010 car les recents ca craint )

Ajouter un commentaire