Maigrir en s'inspirant du régime japonais

La mise à jour récente des chiffres de l'espérance de vie mondiale confortent une fois de plus l'excellente place du Japon dans cette frange statistique. Sans toutefois faire la nique à une dépopulation très entamée, l'archipel conserve ici son rythme de progression. Ainsi en 2014, selon le ministère de la santé nippon :

  • les femmes japonaises avaient une espérance de vie de 86,83 années (premier rang à l'international) ;
  • leurs homologues masculins vivraient 80,5 ans (troisième place derrière Hong-Kong et l'Islande).

Une longue durée moyenne de vie repose en grande partie, il va sans dire, sur la bonne santé et en matière d'hygiène de vie, les Japonais ne sont pas en reste. Bien que l'on ressente une propension récente à grossir, en particulier auprès de sa jeune population, le Japon invite plus facilement les métabolismes à rester minces.

À cela, deux principales causes vertueuses :

  1. un régime alimentaire traditionnel pauvre en mauvaises graisses et en sucres ;
  2. de l'exercice physique à un certain niveau, plus ou moins imposé tout au long de l'enfance et parfois poursuivi à l'âge adulte.

Et cela s'en ressent jusqu'auprès des voyageurs au Japon ; bien que profitant de la cuisine japonaise délicieuse et variée, ils reviennent avec parfois même plusieurs kilos de moins ! Un témoignage d'ailleurs souvent à l'opposé de celles et ceux ayant séjourné aux États-Unis.

La loi Metabo

Depuis 2008, le gouvernement japonais a mis en place une loi appelée "Metabo" (en référence au "syndrome métabolique") pour réduire les dépenses de son système de santé. Cette fameuse législation est censée sanctionner les entreprises qui embauchent des salariés en surpoids soit, selon ses critères, 85 centimètres de tour de taille pour les hommes et 90 pour les femmes.

D'après la campagne officielle, au-delà de cette circonférence, les risques d'hypertension, de cholestérol, d'accident vasculaire cérébral ou de diabète justifient une correction de la part du patient, afin de réduire son surpoids aussi bien que de prévenir ces menaces sur sa santé. Les hommes seraient plus touchés que les femmes.

Pour cela, une visite médicale annuelle de dépistage a été rendue obligatoire dans la plupart des entreprises afin de cibler les potentiels à risque, soit l'ensemble des salariés âgés de 40 ans et plus. Ceux-ci ressortent avec des conseils explicatifs voire une formation sur la manière de corriger efficacement leur tangente, essentiellement basée sur l'amélioration de leur hygiène de vie autour des habitudes de repas et d'activité.

Pourtant, seules 46,2% des personnes concernées ont été contrôlées en 2012, en lente progression depuis la mise en application de la loi. Parmi les sujets à risque, seuls 16,4% étaient ensuite suivis, des chiffres encore très éloignés des objectifs officiels pour 2017 : respectivement 70 et 45%.

Pas sûr également que le seul tour de taille soit un indicateur pertinent pour préjuger des risques.

Un régime sain-ple

Au pays des Sumo, la diète de monsieur et madame tout-le-monde repose ainsi sur une émulsion pertinente entre régime alimentaire sain et activité physique régulière.

Alimentation

Certes, le Nippon n'est pas un ascèse qui se nourrit exclusivement de sushi raffinés. Car la tentation est bien présente ! Il convient donc de ne pas se gaver négligemment, entre :

  • les distributeurs de sodas disposés à tous les coins de rues ;
  • les konbini tout aussi présents et leurs plats préparés plutôt gras ;
  • des pâtisseries et desserts tous plus alléchants les uns que les autres ;
  • la prolifération des fast-foods (par exemple McDonald's ou Mos Burger) en particulier dans les mégapoles ;
  • les alcools divers, en particulier la bière, qui coulent à flots pour accompagner ou non les repas ;
  • ou même des recettes traditionnelles chargées comme les okonomiyaki et autres donburi.

En revanche, des aliments de base dans la cuisine japonaise apportent une source de protéines peu riche en matières grasses, tels que le poisson (plutôt que la viande), le riz ou le tofu, accompagnés de thé vert.

Il convient de les compléter par beaucoup de fruits et légumes (bien que chers au Japon), en particulier au petit déjeuner, pour un apport énergétique qui sera brûlé tout au long de la journée. Pour des préparations rapides, le mixeur s'avère idéal.

La dernière plante à la mode en occident semble être le konjac, mais il n'a sans doute pas plus de vertus miraculeuses qu'un bon équilibre alimentaire global.

Comportement

Ces derniers temps, les Japonais se montrent plus vigilants face à l'apport en graisses de leurs plats et, d'ailleurs, les calories sont de plus en plus souvent marquées sur les étiquettes de bento préparés dans les supermarchés.

Dans une culture de l'umami, on n'aime pas saucer pour diluer le goût, au profit des bouillons le cas échéant. De même, on n'ajoute que très peu de sel, de sucre, de crème ou de lait.

Plus surprenant, l'utilisation des baguettes pour manger permettrait aux Japonais d'absorber les aliments par plus petites quantités, permettant ainsi une meilleure brûlure des graisses. Aussi, on évitera de manger en trop grande abondance quitte à se remplir la panse.

L'histoire ne dit pas si le fait de "slurper" bruyamment ses pâtes encourage également un meilleur équilibre !

Enfin, le stockage des graisses se faisant en priorité au cours des périodes d'inactivité, il reste très important de ne rien avaler au cours des deux à trois heures précédant le coucher.

Exercice physique

La tradition de ラジオ体操 radio taiso, une chorégraphie de gymnastique japonaise à la musique caractéristique, accessible à tous et effectuée chaque matin, semble doucement se perdre après l'école.

Mais au Japon, les clubs de sport coûtent cher ; il faut compter autour de 10.000¥ (~88,25€) par mois d'abonnement dans les grandes villes comme Tokyo ou Osaka.

Dans les nombreux espaces verts ou parcs naturels, on croisera fréquemment des joggueurs. Brûler des graisses peut tout aussi facilement se faire à vélo, omniprésents au Japon, sur le chemin de l'école ou du travail.

Car maigrir, c'est avant tout trouver son poids de forme idéal à une bonne santé aussi bien mentale que physique.

Article intéressant ?
4.64/5 (44 votes)

Informations pratiques

Thématiques associées

Kanpai vous suggère également ces articles