Être enceinte en voyage au Japon : informations et conseils

Il peut arriver qu'un voyage au Japon soit prévu et réservé de longue date, puis qu'une surprise vienne s'ajouter au tableau : la grossesse. Ou encore que vous soyez déjà enceinte mais que vous choisissiez tout de même de partir séjourner sur l'archipel. Tout d'abord, félicitations, une grande aventure commence !

La femme enceinte est abreuvée d'informations diverses, parfois fantasmatiques et souvent anxiogènes, qu'il convient de démêler à l'aide d'une bonne dose d'esprit critique et d'écoute de soi. Le voyage à l'étranger n'y fait pas exception, a fortiori dans un pays éloigné et peut-être plus encore lorsqu'une catastrophe écologique majeure l'a frappé quelques années en arrière.

Or, avec un minimum d'attention et de bon sens, il est tout à fait possible de partir au Japon en étant enceinte. Et puisqu'il sera sans doute difficile d'y retourner pendant les quelques années à suivre, autant en profiter !

En japonais, la grossesse se dit 妊娠 ninshin'. À noter que les femmes japonaises ne prennent en moyenne que 8kg lors de leur grossesse.

Les évidents qu'il est parfois bon de rappeler

Le fonctionnement de la grossesse est trimestriel. On peut le schématiser ainsi :

  • 1er trimestre : fatigue intense donc peu d'endurance, risque de fausse couche plus important et pour certaines, nausées
  • 2ème trimestre : énergie retrouvée, risques les moins élevés
  • 3ème trimestre : retour de la fatigue, plus de difficultés à se déplacer, risque d'accouchement prématuré

L'idéal est de partir pendant les quatrième et cinquième mois, éventuellement le sixième. À compter de la fin du septième mois, certaines compagnies aériennes refuseront de vous faire embarquer. Dans l'avion, n'oubliez pas de suivre les conseils habituels, en insistant sur les bas de contention et l'hydratation. Prévenez également l'équipage cabine après l'embarquement, qui vous surveillera et pourra vous épauler au plus vite en cas du moindre souci.

Bien entendu, ne prévoyez pas de trop grosses journées de voyage ou de longues randonnées sans pause. Profitez de la sécurité, du calme et de la propreté des transports au Japon, en particulier les trains et les taxis. Portez des vêtements amples et confortables, n'alourdissez pas inutilement votre sac au quotidien, utilisez l'excellent système takuhaibin pour ne pas traîner vos bagages et hydratez-vous fréquemment (eau et thé, ce dernier avec un peu plus de modération à cause de la théine).

Enfin, notez et gardez sur vous les coordonnées des hôpitaux qui utilisent les langues que vous maîtrisez. À Tokyo par exemple, St. Luke est l'hôpital international et il possède des urgences 24h/24 (coordonnées : 9-1 Akashi-cho, Chuo-ku / station Tsukiji sortie 3 puis 7 minutes à pied / téléphone 03-5550-7166 en anglais). Aussi, votre assurance ou votre carte bancaire vous couvrent probablement avec une assistance à l'étranger que vous pouvez appeler n'importe quand. Conservez également les contacts de l'Ambassade de France au Japon.

Alimentation japonaise pendant la grossesse

Le gros de la vigilance va se jouer sur le plan de l'alimentation. Il y a deux infections principales dont il faut de toute façon se méfier pendant la grossesse, où que l'on soit dans le monde.

D'abord la toxoplasmose (トキソプラズマ症 toxoplasma-shô), d'une infection parasitaire contre laquelle plus de la moitié des femmes enceintes ne sont pas immunisées. Elle peut se transmettre au fœtus et lui provoquer de graves lésions (environ six-cents cas par an en France). Pour se prémunir de l'infection par le toxoplasme, outre les griffures de chat, le nettoyage de sa litière ou encore le contact avec la terre, il est fortement conseillé d'éviter les aliments suivants :

  • viandes crues, fumées ou marinées, donc insuffisamment cuites (par exemple bleue ou saignante, attention aux seules cuissons en surface) ;
  • salades, crudités, légumes et fruits non pelés ou mal lavés.

Ensuite la listériose (リステリア症 listélia-shô), d'une bactérie qui peut elle aussi se transmettre au fœtus et causer la naissance prématurée, des infections au bébé et jusqu'à la mort du fœtus dans 30% des cas. Pour éviter la listeria, vingt fois plus courante chez la femme enceinte (mais heureusement limitée à une cinquantaine de cas par an en France), évitez strictement les aliments suivants :

  • poissons ou crustacés crus ou fumés, donc la plupart des sushi ;
  • la charcuterie, peu souvent cuite, pâtés et produits en gelée ;
  • laitages crus et/ou non pasteurisés (lait, beurre, crème) ;
  • une bonne partie des fromages, en particulier les croûtes et ceux à patte molle (bien que le Japon ne soit pas le plus fourni sur ce plan) ;
  • les produits qui ont dépassé la date limite de consommation.

La pasteurisation peut s'écrire パスチャライゼーション (prononciation à l'anglaise) ou 低温殺菌 téion' sakkin' (sakkin étant la stérilisation), mais toutes les étiquettes ne portent malheureusement pas ces mentions.

D'autres aliments et boissons sont également à proscrire :

  • la consommation d'alcool, du saké jusqu'aux bières japonaises peu fortes ;
  • le soja en trop grande quantité, lié à son taux d'hormone, mais aucune inquiétude à avoir pour les courts voyages ;
  • les œufs crus ou peu cuits, qui peuvent contenir des salmonelles ;
  • l'ingestion excessive de sel, qui pourrait favoriser la pré-éclampsie.

Malgré toutes ces interdictions, la cuisine japonaise est suffisamment variée pour vous laisser du choix et de bons petits plats à déguster !

Si vous ne connaissez pas la préparation ou la cuisson d'un aliment, notamment au restaurant ou dans un stand de nourriture à l'extérieur, et que vous ne pouvez pas vous en assurer formellement : vous pouvez vous abstenir par sécurité. L'hébergement dans un appartement ou une maison dans laquelle on peut préparer ses propres repas est plus que jamais conseillé. Avec l'utilisation maligne de boîtes à bento, on peut ainsi s'éviter une bonne part de stress. Privilégiez également l'eau en bouteille plutôt que celle du robinet, même si au Japon son traitement reste globalement excellent.

Pour celles d'entre vous qui se méfient des produits potentiellement contaminés en provenance des zones touchées par l'accident nucléaire de mars 2011, recherchez les kanji 福島 (Fukushima) et 宮城 (Miyagi) généralement suivis de 県 (ken, la préfecture).

Pour toute question médicale ou si vous avez besoin d'éclaircir certains points, n'hésitez pas à contacter votre médecin généraliste, gynécologue et/ou obstétricien avant de partir, voire sur place en l'appelant (tenez compte du décalage horaire).

Spécificités japonaises

On ne choisir bien sûr pas la saison pendant laquelle voyager au Japon enceinte. Les conseils donnés pour tous les voyageurs restent valables, accompagnés d'encore plus de vigilance. Quoi qu'il en soit, l'été reste déconseillé car très chaud et humide. En hiver, il est possible de se protéger le ventre en portant un 腹巻 haramaki, une ceinture rembourrée dont l'origine remonterait au temps des samuraïs ! En toute saison, il est fortement conseillé d'éviter les onsen dont la température de l'eau dépasse souvent allègrement les 40°C, ce qui est très mauvais pour le cœur et la circulation. À petite dose, les sentô offrent en revanche plus de choix dans le type de bains proposés. Dans tous les cas, évitez les bains trop longs et/ou à plus de 37°C.

Le Japon étant un pays de service, ses avantages au quotidien sont un plus évident pour les périodes de grossesse. Ainsi, on trouvera des konbini et autres distributeurs automatiques à tous les coins de rue, en particulier dans les zones urbaines, permettant de se ravitailler en en-cas ou boissons en quelques secondes à peine. Beaucoup d'escalators sont accessibles, par exemple dans les gares, et il ne faut pas hésiter à utiliser les ascenseurs au cours de vos sorties. Les Japonais restent une population organisée et serviable qui prévient souvent des durées d'attente ou de visite. Évitez également les trajets répétés et/ou trop longs en bus de ville, puisqu'on n'y trouve pas forcément de place (par exemple à Kyoto) et parce que leurs mouvements parfois secs peuvent brasser et déranger la future maman.

Autre petit bémol dans les transports : les places en bout de voitures dans les trains et métros, réservées aux personnes âgées / handicapées / accompagnées de jeunes enfants ou enceintes, ne sont pas souvent respectées. Une entorse étonnante à la supposée toute puissante politesse japonaise. Si vous vous sentez fatiguée, n'hésitez pas à imprimer le logo officiel apparu en mars 2006 (l'image à la une de cet article) et à demander à ce qu'on vous cède la place, par exemple : すみません、妊娠していますから。。。 Sumimasèn', ninshin' shitéimass' kala ("excusez-moi, je suis enceinte").

Enfin, n'oubliez pas vos affaires personnelles, en particulier vos trousses de médicaments et de produits cosmétiques : crème hydratante et protection solaire (en particulier l'été), soins du visage, crème anti-vergeture. Le Japon est bien sûr largement fourni dans toutes ces gammes, mais ce ne sera sans doute pas le moment de déchiffrer les compositions en japonais ou de tester de nouveaux produits en naviguant entre les allergies et autres intolérances.

Si vous envisagez de rester plus longtemps voire d'accoucher au Japon et que vous parlez anglais, le site Tokyo Pregnancy Group vous accompagnera dans la plupart de vos démarches. Et pour les curieux, ce long témoignage d'un expatrié à Osaka raconte la grossesse de son épouse japonaise mois après mois.

Article intéressant ?
4.96/5 (23 votes)

Informations pratiques

Comment s'y rendre

Commandez vos Japan Rail Pass (dès ~240€)

Découvrez les promos vols Japon

Tarif

Retirez vos Yens sans frais avant de partir

Hébergement

Choisissez un logement Airbnb (~30€ offerts)

Restez connectés avec un Pocket Wifi (10% de réduction)

Accompagnement privé

Assurance

Soyez couverts en cas d'accident

Thématiques associées

Pour aller plus loin

Bien préparer son voyage au Japon

Guide de conversation audio au Japon

Kanpai vous suggère également ces articles