Love Hotel

Amour et sexe à la japonaise

Les Love Hotel sont une de ces curiosités japonaises qui amusent ou intriguent. Comme le phénomène n’existe pas ou très peu en occident et que les Japonais n’en parlent pas trop, même dans leurs drama, je vous propose de les aborder dans cet article. On regroupe sous le terme de Love Hotel des établissements d'hébergement réservés aux couples, dans lesquels on peut réserver une chambre pour quelques heures (« rest ») ou à la nuit (« stay »). L’intérêt est de pouvoir faire tranquillement ses petites affaires avec sa copine ou sa maîtresse, à l’abri des regards… Idéal compte tenu de la petitesse des logements nippons ou, par exemple, pour les jeunes couples dont les parents habitent une maison dont les murs sont épais comme du papier à rouler.

Durée et prix de location d'une chambre

Le « rest » ou « kyûkei » dure généralement entre une et trois heures. Les tarifs varient souvent : après 22h on passe en tarification de nuit. Il faut compter en moyenne entre 3.000 et 5.000 Yens pour le « rest » (entre ~26,26€ et ~43,77€), et la nuit est facturée entre 7.000 et 15.000¥ (entre ~61,28€ et ~131,31€). On trouve évidemment des hôtels plus chers mais l’intérêt n’est a priori pas dans le luxe et de toute façon, pour ces montants, la prestation est généralement plus que correcte. À noter qu’il existe également des chambres moins chères, mais elles servent plutôt à la prostitution ou au tournage de films pornographiques pour les gangs de yakuza.

Accessoires dans les love hotels

Les chambres de Love Hotels ont généralement une décoration caractéristique. C’est également ce qui les différencie des établissements classiques (dits « business hotels ») ou encore des capsule hotels. On trouvera donc des Love Hotels à thème : animé avec un Hello Kitty géant au-dessus du lit, ambiance gothique ou SM, reconstitution d’un cabinet gynécologique, miroirs au plafond, esprit de Noël (qui a au Japon une connotation romantique et non religieuse), inspiration Walt Disney, années ’60, ’70, heroic-fantasy, etc. Comme toujours avec les Japonais, pas de limite à l’imagination ! Le room-service peut vous livrer à manger dans certains de ces hôtels.

Toutes les chambres disposent d’une salle de bains, ainsi que d’accessoires plus ou moins érotiques. On trouvera donc un éventail allant de la télé japonaise LCD (avec chaînes pornos, DVD érotiques, console de jeu ou karaoké) au frigo en passant par le four à micro-ondes. Mais on pourra également utiliser un fauteuil de massage, des accessoires SM voire de bondage, toute une gamme de lubrifiants et produits pour le corps, des préservatifs bien entendu, des cigarettes, ou encore des costumes pour faire du cosplay. Tout dépend du tarif de la chambre et de votre budget en accessoires supplémentaires, parfois payants dans des distributeurs. On peut également louer une caméra pour filmer ses ébats.

Situation des love hôtel

À Tokyo, il existerait plusieurs milliers de Love Hotels. Ailleurs au Japon, ce genre d’établissement est généralement situé dans les périphéries de villes ou près des voies rapides. On reconnaît un Love Hotel à sa plaque lumineuse à l’entrée, qui indique les tarifs et prestations. Car le personnel est limité dans ces établissements pour ne pas gêner le consommateur. Sans réception ni accueil, tout est automatisé et l’on choisit sa chambre sur écran parmi celles qui sont disponibles. Inutile de préciser que les vendredis et samedis soirs, il ne restera que les chambres les moins prisées.

On paye donc, soit en entrant dans la chambre, soit en y sortant, suivant les hôtels et la consommation d’accessoires non compris dans le tarif de base. À ce titre, le Love Hotel n’est pas seulement réservé aux jeunes adultes ou aux couples illégitimes, mais peut également servir de fantasme ou d’expérience amusante pour les couples de plus longue date. 5.000¥ (~43,77€) pour un délire sexy sur un grand lit rond, avec miroir au plafond et autres accessoires, ça reste bon marché !

De plus nombreux Love Hotels depuis le séisme de mars 2011

Note de juin 2011 via -- Par un concours de circonstances, une des conséquences intéressantes du terrible combo séisme / tsunami / crise du nucléaire est le traitement nouveau apporté aux love hotels. Les "rabuho" comme on les appelle parfois, sont des établissements dont le but premier est de fournir de l'intimité aux couples (légitimes ou non) pendant une, quelques heures ou toute la nuit.

Fin 2010, on comptait environ 3.700 love hotels déclarés au Japon. Mais il en existe beaucoup d'autres qui opèrent et proposent des services équivalents sans avoir le titre officiel (on les appelle "gisou love hotels"). En décembre dernier, les changements dans la "loi sur l'amusement pour adultes" visaient notamment ce genre d'établissements qui passent outre les restrictions administratives sur leur position géographique : près des écoles ou des quartiers résidentiels.

Depuis le 1er janvier 2011, les hôtels qui proposent au minimum un de ces services ont donc dû être officiellement reclassés comme love hotels :

  • option "rest" en plus du "stay" (possibilité de louer la chambre pour 1 heure, par exemple)
  • entrée ou lobby caché de l'extérieur
  • mode de paiement possible via une machine
  • utilisation de panneaux d'indication plutôt que du personnel et évitement manifeste des interaction entre clients et staff

On compte donc, depuis le début de l'année, 2.700 love hotels supplémentaires dans le registre au Japon. On ne sait pas encore dans quelle mesure leur nouvelle situation administrative peut gérer la compatibilité avec leur interdiction de se trouver hors des zones d' "amusement pour adultes" clairement délimitées. A priori, s'ils se sont déclarés avant le 31 janvier 2011, l’État japonais n'engagera pas de poursuites. C'est ce qui énerve d'ailleurs les associations de défense qui craignent que cela encourage les déviances telles que l'enjo-kosai (la prostitution de lycéennes).

Mais il faut noter également que ces love hotels constituent des abris en cas de séismes, puisque construits sur des cahiers des charges exigeants. Certains s'amusent même du fait qu'il est difficile de déterminer si la secousse est globale, ou provient de mouvements plus intimes voire du lit vibrant ! Plus sérieusement, l'après 11 mars semble avoir donné un coup de fouet aussi bien à la création de nouveau couples qu'aux mariages. On peut s'attendre à ce que la natalité très faible du Japon connaisse un bond sensible dans les mois ou années à venir.

Transformations en hôtels classiques

Note de mai 2016 -- Avec les Jeux Olympiques de Tokyo 2020 en ligne de mire, le gouvernement réfléchirait à transformer certains love hotels en hébergements classiques, afin de faire face à la pénurie de chambres d'hôtel lié à l'affluence touristique. Nombre de ces établissements de charme connaissent en effet un remplissage de moins de 50% en semaine.

Notez cette destination
4.6/5 (20 votes)
L'avis Kanpai

Galerie photos de Love Hotel

  • Love Hotel 0
  • Love Hotels Shibuya

Informations pratiques

Comment se rendre à Love Hotel

À Tokyo :

  • colline Dôgenzaka à Shibuya
  • quartiers Uguisudani, Shinjuku, Ikebukuro...

Destination non accessible avec le JR Pass

Tarif

Généralement plusieurs milliers de Yens, en fonction de la durée et des établissements

Retirez vos Yens sans frais avant de partir

Jours et horaires d'ouverture

Ouverts 24h/24, ou seulement le soir (en fonction des établissements)

Durée / période de visite

D'une heure à la nuit entière !

En japonais

ラブホテル (Love hotel)

Hébergement à Love Hotel

Réservez votre hôtel via Booking ou Hotels.com

Restez connectés avec un Pocket Wifi (10% de réduction)

Assurance

Soyez couverts en cas d'accident

Thématiques associées

Ressources

Application iPhone / Android Tonight for Two : trouve les love hôtels proche de votre localisation et offre un bon de réduction de 2.000¥ (~17,51€)

Pour aller plus loin

Guide de conversation audio au Japon

Que voir depuis Love Hotel (À travers le Japon)