Paper Mario The Thousand Year Door

La vidéo de présentation de Paper Mario 2, diffusée lors de son officialisation à l'E3 cette année, m'a déboussolé tant il m'a semblé avoir affaire à une conversion de l'épisode Nintendô 64. Après la confirmation qu'il s'agissait bien d'un nouvel opus, et pendant toute la période précédant la sortie du jeu, j'ai eu l'impression de l'avoir déjà parcouru. Malheureusement, cette impression s'est confirmée quasiment tout au long de l'aventure de la porte millénaire.

En effet, dès le début du jeu, tout ou presque nous rappelle le Mario Story de la N64. Même habillage graphique très pera-pera, personnages comme clonés, même système de jeu (combats, badges, alliés), même type de quête en sept caps, etc. Tout reste très traditionnel à la série des Mario RPG, et a fortiori calqué sur son grand frère, à l'image du Koopa qui n'est pas le principal opposant. Il se payera même le luxe, cette fois, d'être jouable une fois ou deux en clin d'oeil, bien qu'hormis cela ses apparitions restent redondantes et un peu lourdes.

Il va sans dire, le scénario n'est pas identique en tous points et la quête reste "originale". Pourtant, de trop nombreuses choses semblent avoir été vues : dans les villages traversés ou personnages non-jouables rencontrés, notamment, mais aussi plus en détails : l'éternel personnage francophone qui écorche l'Anglais, le trivia quizz en guise de boss, etc. Plus pénibles sont les dernières heures du jeu, qui flatulent un dernier donjon copié-collé, ses boss énervants, et un level-up mal fichu.

C'est d'autant plus regrettable que certains des nouveaux environnements restent un régal pour les yeux, à l'image des Boggly Woods qui sentiraient presque l'Ookami de chez la crémerie d'en face. Car Paper Mario RPG bénéficie de la puissance technique de la GameCube, ce qui lui confère des possibilités graphiques relativement impressionnantes, telles que l'affichage d'un grand nombre de personnages simultanément. Cette fonction sera, pourtant, globalement utilisée à un escient douteux.

Malheureusement donc, de telles possibilités semblent avoir été sous-exploitées, non pas qu'elles fussent incompatibles avec la charte graphique du titre. Pire encore : certains passages feraient presque blêmir, tel que les plans larges sur le château de Koopa ou la Lune, quasiment du niveau d'une GBA. L'on se contentera globalement d'un titre graphiquement stylé, mais trop simple bien que très propre.

A la case "reproches", j'ajouterai encore un humour trop peu présent, en tout cas beaucoup moins que dans l'épisode GBA, même si la multiplication des petites bulles en arrière-plan prête parfois à sourire. Il manque également les petites phrases débiles en pseudo-Italien que les frères blablataient sur portable. D'ailleurs, où est passé Luigi ? Il ne fait que des apparitions éclaires régulières, bien qu'assez drôles.

Musicalement, Paper Mario RPG ne laissera pas de souvenirs impérissables, à part pour deux ou trois pistes (ce serait même plutôt l'inverse). Encore plus énervant : l'on passe son temps à se demander pourquoi le titre est compatible Dolby Pro-logic II, dans la mesure où les trente heures de jeu, qui vous sépareront des ralentissements de fin, rappellent plutôt des pistes midi...

Intrinsèquement, le titre souffre également d'une certaine redondance dans les actions et dans l'assemblage de l'aventure. Il faut toujours discuter avec le professeur, se rendre devant la porte millénaire pour découvrir un nouveau lieu, puis discuter avec des personnages non-jouables, ajouter un allié à son équipe, parcourir un donjon et enfin vaincre son boss. Presque ad vitam. Et puis le jeu s'avère vraiment dirigiste, facile, et se surprend à beaucoup de bavardages, notamment après avoir recueilli chacune des étoiles.

L'un dans l'autre, au Paper Mario RPG suite de Mario Story, j'ai préféré Super Mario RPG et Mario & Luigi RPG. Et si ce n'est pas assez clair, gardez bien à l'esprit que pour les habitués, The Thousand Year Door laissera une désagréable impression de déjà-vu. Son univers cohérent et homogène restera bien sûr, sous l'efficace sceau Nintendô, et malgré ses quelques défauts, une valeur sûre. Mais il est à conseiller en priorité aux puceaux du Mario RPG.

Article intéressant ?

Informations pratiques

Thématiques associées

Kanpai vous suggère également ces articles