E3 2012 : la désillusion ?

Conférences : Wii U, PS3, Xbox 360 Kinect et Watch Dogs

Jamais avec Gael on aura été aussi près de réserver notre petit voyage à l’E3. Et pourtant, après que Sony et Microsoft aient montré des signes allant dans le sens d’un non dévoilement de leurs nouvelles machines, on a fait marche arrière. Un choix judicieux ?

Microsoft : Xbox 360 et Smart Glass

En faisant les comptes, on se rend compte que mine de rien, c’est le huitième E3 de la Xbox 360. Dur à croire, et pourtant, Microsoft a bien réussi son pari d’imposer sa machine et même de rappeler qu’elle a été la machine la plus vendue au monde l’an dernier. Certes, d’une courte tête et dans une des pires années de cette industrie, mais il n’y a pas de petites satisfactions.

Toutefois, symptôme de cette longévité, la 360 ne surprend plus. Les jeux sont de très haute qualité et on a rarement eu autant de bons jeux à la fois, mais aucun ne se hisse vraiment au-dessus des autres. Aucun ne sort ce petit plus qui pourrait me faire vibrer. Et même si je n’attendais pas beaucoup de la part de Microsoft cette année, c’est bel et bien cette lassitude, pour ne pas dire ennui, qui a prédominé lors de cette conférence. Oui, Halo 4 est soigné et devrait cartonner. C’est d’ailleurs sans aucun doute la présentation la plus rassurante de la conférence. Pour le reste, force est de constater que les déjà maigres équipes internes de chez Microsoft bossent sans aucun doute sur la prochaine génération, tant leur catalogue exclusif first party est famélique. Il y a certes du lourd, entre Gears of War, Forza et Halo, mais en terme de diversité, ce n’est vraiment pas ça. Alors on compte sur les éditeurs tiers qui, malgré des démos convaincantes (mention spéciale à Tomb Raider, malgré son côté torture porn presque dérangeant), offrent finalement la même chose sur d’autres machines. Encore que tous les éditeurs tiers n’ont pas nécessairement brillé, j’en veux pour preuve la démonstration de cette relique de la fin des années 90 qui se cherche toujours, Resident Evil 6. Par rapport au reste, il s’est montré clairement en dessous des autres.

Pour se distinguer Microsoft mise tout sur les autres services de sa console. Les différentes apps pour les ligues de sport dont tout le monde se foutra hors USA, Xbox Music et leur nouveau Xbox Smart Glass. Ce dernier vient d’ailleurs sans aucune gêne marcher sur les plates-bandes de la Wii U, en proposant de faire interagir son PC, son Smartphone ou sa tablette avec sa 360 pour du contenu additionnel. S’il s’avèrera sans doute utile pour les films, ou la musique, je suis un peu plus réservé quant à son utilisation en situation de jeu, où le simple fait de lâcher sa manette pour passer à la tablette et y revenir me semble moins confortable que sur Wii U. Reste que si on a déjà la tablette et déjà la console, ça risque de refroidir certains à investir dans une nouvelle machine. D’autant plus que Microsoft admet sans trop de réserve son échec sur le marché des Smartphones et tablettes en proposant cette application également pour iOS et Android. On a aussi vu Nike nous présenter l’intégration de Nike+ avec Kinect et EA nous proposer les “améliorations” qu’apporte Kinect à FIFA et Madden. A voir si le public visé n’est pas déjà lassé de déménager son salon pour profiter de la caméra de Microsoft. Et je passerai sous silence la pathétique prestation de Usher ou le pseudo Angry Birds médiéval Kinect...

Reste que pour ce genre d’annonce, il y a un autre salon qui existe. Ca s’appelle le CES et le public y serait sans doute plus réceptif. Ca aura toutefois eu le mérite d’inspirer à Trey Parker, co-créateur de South Park, une tirade bien sentie, mais sans doute très préparée, pour insuffler un peu d’humour a ce voyage profond dans l’ennui. On sentait clairement Microsoft jouer les prolongations et ne pas réellement avoir la matière nécessaire pour tenir son heure de conférence. Mais le pire, au fond, c’est la manière dont la prestation s’est terminée, avec Call of Duty Black Ops 2. Une présentation qui m’a semblé plus longue que celle des titres maison et qui m’aurait sans doute vexé si j’avais fait partie de 343 Industries. Voir l’incarnation de tout ce qui va pas dans le jeu vidéo prendre une place plus importante que la plus grosse production maison, d’autant plus qu’elle était vraiment soignée, il y aurait presque de quoi s’offusquer. Mais j’imagine que le contrat d’exclusivité temporaire sur les DLC doit stipuler une présence inutilement longue du COD annuel à chaque conférence de Microsoft.

Bref, pas de quoi s’enthousiasmer chez Microsoft. Juste le même flot de même bons jeux, avec une technologie qui commence à montrer son âge et une palette de services au mieux gadgets, quand on aura la chance de les avoir par ici, et cette très amère sensation de les voir jouer les prolongations.

Sony : pas de PS4

Vous avez aimé vous ennuyer avec Microsoft, vous allez adorer la conférence de Sony. Comme chaque année, Jack Tretton se charge de la présentation et, comme chaque année, il parle de son ton monocorde et a vite fait d’endormir son assemblée. La retransmission étant à 3h du matin, et compte tenu de la conférence de l’an dernier et du fait que Microsoft n’ait tiré aucun cartouche cette année, j’ai fait le choix de ne pas suivre la conférence en direct. Grand bien m’en a pris, puisque je ne pense pas que j’aurais tenu l’heure et demie de présentation.

Chez Sony, on aime les montages. On adore tellement qu’il doit y en avoir bien 5 minutes en début de conférence. On voit tout ce qui est dispo maintenant et prochainement sur PS3 et PSVita à coup d’une à deux secondes par jeu, ce qui fait qu’au final on ne regarde pas grand chose d’autre que sa montre, en espérant que ça s’arrête vite. Passé l’interminable montage et les auto-congratulations d’usage, on passe enfin au jeu. Dommage que Beyond : Two Souls ait fuit plus tôt dans la journée. Il aurait pu constituer une des rares surprises de cette événement. C’est toutefois un choix intéressant comme jeu d’ouverture, dans la mesure où malgré tout mon respect pour le travail de Quantic Dreams et le plaisir que j’ai eu à faire Heavy Rain, je ne considère pas leurs oeuvres comme des jeux vidéo. Plutôt une forme de cinéma interactif balbutiant. Venant d’une entreprise active autant dans le jeu que dans le cinéma et la musique, c’est avec ce genre de produits que je pense qu’ils pourraient (enfin) se forger leur identité et faire leur différence. Même si, bien évidemment, il y a plus d’un core gamer qui aura profondément détesté Heavy Rain.

Là où le drame vient, c’est que droit derrière, on nous propose le déjà connu Smash Bros. de Sony. Alors forcément quand un coup on cherche a faire quelque chose d’unique et le suivant on plagie sans vergogne son ex-principal concurrent, dur de se forger une identité. Le jeu a toutefois l’air solide, même si le casting PlayStation n’est clairement pas celui de Nintendo, même avec Nathan Drake et Big Daddy. Point positif par contre, le jeu sort sur Vita et PS3, avec la possibilité pour les joueurs, quelle que soit la console, de jouer ensemble.

Je passerai assez vite sur les prestations des tiers, où on constatera surtout qu’Ubisoft bouffe décidément à tous les râteliers, pour m’attarder sur la présentation de Wonderbook, la seule vraie surprise du show. Sony continue à investir dans la réalité augmentée et son livre n’est qu’une étape de plus. Avoir J. K. Rowling et son Book of Spells a clairement de quoi attirer le grand public, avec l’utilisation amusante du PlayStation Move en baguette magique, encore faudra-t-il que cela fonctionne. Parce que la démo, n’a pas franchement été convaincante. Et quand on sait que comme Eye Pet ou Kinect, ça fonctionne généralement encore moins bien à la maison, je demande à voir. Et puis au risque de me répéter, il y a le Salon du Livre pour ce genre de produits...

Du coup, forcément, on se consolera avec les démonstrations de God of War Ascension, ou comment donner à une série bientôt plus de préquelles que de séquelles, et The Last of Us, tous deux beaux, brutaux et efficaces. Comme chez Microsoft, on aurait aimé plus de surprise, plus de variété et au final, on se contentera de ce qu’on nous donne, de certes très bons jeux, mais rien, en dehors peut-être de Beyond : Two Souls, qui ne sorte de l’ordinaire. Et en même temps, quand on entend la salle s’enflammer quand le héros de The Last of Us éclate la tête d’un ennemi sur une commode, je ne suis finalement plus si sûr que le public et cette industrie soit réellement prêt pour autre chose.

Vous aurez également vu que je n’ai pas beaucoup parlé de la Vita. Un peu comme Sony, qui aura offert le service minimum à sa portable, avec la confirmation d’un Call of Duty via un logo (ouais...), une courte vidéo d’Assassin’s Creed 3 - Liberation et quelques références au cross-play, via par exemple un DLC de LittleBigPlanet 2, mais sans plus de détail. Juste un beau gâchis, tant cette console a vraiment tout pour elle, à part le contenu qu’elle mérite. Pas grand chose à se mettre sous la dent du côté du PlayStation Move non plus, bien que Sony continue à ratisser plus large que Kinect et la Wiimote en proposant la compatibilité sur de nombreux titres, dont le très prometteur Bioshock Infinite.

Côté fidélisation de la clientèle, le PlayStation+ continue son bonhomme de chemin, en offrant un nombre incalculable de jeux gratuits auquel le joueur n’aura bien sûr plus accès s’il stoppe son abonnement. De quoi le tenir donc bien en laisse, une fois qu’il a goûté au service. En définitive, comme Microsoft, Sony joue les prolongations avec ses studios américains pendant que les japonais brillent par leur absence, luttant certainement toujours à nous proposer ce qu’ils avaient promis il y a quelques années (le no-show de The Last Guardian en étant le parfait exemple).

Nintendo : Wii U et 3DS

Ne restait donc plus que Nintendo. Après avoir laissé un public dubitatif l’an dernier avec sa Wii U, ils devaient repartir à zéro et faire le nécessaire pour convaincre. Sauf que ça ne fonctionne pas toujours en un claquement de doigts. Ils avaient pourtant bien commencé les choses, en mettant un Nintendo Direct avant les autres conférences, afin de laisser Iwata et son anglais en faible, mais constante, amélioration nous faire sa traditionnelle présentation produit et mettre en avant le GamePad, nom officiel de la manette-tablette, et le Miiverse, l’interface utilisateur de la console. Cette dernière va d’ailleurs sans doute donner du fil à retordre niveau censure à Nintendo. Ca serait donner trop de crédit au genre humain que d’imaginer que tous les commentaires des Miis seront tous bien polis et écrits dans un langage châtié. Point par contre intéressant, Nintendo s’ouvre un peu au monde extérieur en proposant également son Miiverse via browser et donc par le biais smartphone et tablette (même s’il ne faut pas prononcer ce mot en leur présence). La fidélisation du joueur dans un écosystème est donc définitivement le gros sujet d’actualité chez nos trois constructeurs et la confrontation dans ce domaine ne va que s’intensifier. Le Nintendo Direct terminé, et débarrassé de la contrainte de la présentation produit, Reggie n’avait plus qu’à se concentrer sur les jeux.

Et c’est ce qu’il a fait, en abondance. Il faut dire que suite aux conférences de Microsoft et Sony, on se demandait presque si on était encore à un événement de jeu vidéo. Le seul problème, sous cette avalanche, c’est qu’une bonne partie de jeux des éditeurs tiers sont déjà disponibles sur Xbox 360 et PS3 dans le commerce et que non, malgré ses ajouts, Batman Arkham City Armored Edition n’est pas un nouveau jeu. S’ils le vendent plein prix, je vois déjà un gros bide pour la Warner. Pareil avec Mass Effect 3. Qui voudra y rejouer en novembre, décembre ? Ubisoft joue un peu plus jeu, avec Just Dance 4, ZombiU, Assassin’s Creed 3 et Rayman Legends. En espérant juste que ZombiU ne finisse pas comme Red Steel et que la Wii U soit disponible assez vite pour pouvoir voler quelques ventes d’AC3 aux version PS360. Malgré sa bouille sympathique, Scribblenauts Unlimited et son look de jeu flash ne semblait pas vraiment à la hauteur de la machine. En tout cas pas en comparaison du sublime Rayman Legends. Quant à Lego City Undercover, dans le registre surexploitation de licence, on a rarement fait pire, même si au final, pour les enfants, ça devrait le faire.

Il fallait donc compter sur Nintendo pour mettre en avant sa machine et convaincre. Honnêtement, ça commençait plutôt bien avec Pikmin 3. Rien de révolutionnaire, mais c’est un jeu qui peut profiter de la HD, du GamePad et puis ça doit faire environ 10 ans qu’on ne les a pas revus, donc dans l’ensemble, c’est plutôt solide. New Super Mario Bros. U fait par contre lui figure de déception. Nous vous méprenez pas, j’adore la franchise Super Mario et les jeux de plateformes 2D. Sauf que pour le coup, le jeu montre vraiment que Nintendo a joué la carte de la sécurité la plus totale, avec un Super Mario dans son expression la plus basique. Un jeu qui ne montre pas de réels avantages liés au GamePad et qui ne réussira donc pas, comme un Super Mario 64 en son temps, à simplement expliquer le concept de la manette à tout le monde. Pour la réalisation de cet objectif, Nintendo nous offre NintendoLand, une compilation de mini-jeux façon Wii Play avec la licence de leurs principales séries. Pour le coup, c’est relativement décevant, en espérant juste qu’il soit au moins offert avec la machine. Game & Wario, nouvel opus de la série Made In Wario / Wario Ware devrait également remplir ce rôle de grosse démo du GamePad, pour le coup d’une manière plus décalée, mais sans doute quand même relativement limitée.

Côté télé-achat, Nintendo aura été sage cette année et ne se sera contenté que de montrer SiNG (nom non définitif), un obscur Karaoké pour l’instant sans intérêt utilisant le GamePad pour afficher les paroles, et son Wii Fit U. Ce dernier utilise intelligemment le GamePad en substitut de télévision, afin de ne plus avoir à déménager son salon pour faire son entrainement. N’espérez pas finir comme les deux modèles de la vidéo de présentation (il y a plus que Wii Fit pour avoir un corps comme ça, et pas que du sport à mon avis...), mais ça permettra quand même de sortir le jeu beaucoup plus souvent. En parlant de recyclage d’accessoires, c’est agréable de voir que Nintendo permettra bien de récupérer ses Wiimotes, Nunchuck et Balance Board sur la Wii U, même si je ne cracherais pas sur une nouvelle WiiUMote, avec batterie intégrée. Les piles, ça tient quand même du passé. Toujours au rayon des accessoires, il faudra quand même noter cet élément assez incroyable dans l’histoire du jeu vidéo. Nintendo, qui a toujours été un lanceur de tendance dans le design des manettes, a tout simplement repris le design du pad Xbox 360 pour son controller pro ! Pour en revenir au GamePad, deux déceptions sont tout de même à noter. L’autonomie s’élèverait à 3 à 5 heures. Il va falloir prévoir les rallonges USB pour les longues parties. Enfin, si Nintendo annonce que l’on pourra bien utiliser deux GamePads sur la même Wii U, la vitesse d’affichage sera automatiquement divisée par deux. Deux problèmes qui ont été relativement mis sous silence, ou en tout cas annoncés de manière très anecdotique, mais qui pourraient bien coûter le succès du, pour le reste, très prometteur GamePad.

Au final, ce que je reprocherai à Nintendo cette année, c’est de ne pas vraiment avoir profité de l’occasion pour donner une vision cohérente et à un peu plus long terme de leurs objectifs pour la Wii U. Il y a un GamePad qui s’annonce excellent, malgré les problèmes d’autonomie, avec une machine dont les spécifications, si les fuites se confirment, sont suffisamment bonnes pour être un bon point intermédiaire entre cette génération et la suivante. Mais comme ils ne jouent pas la carte de la puissance, j’ai besoin de plus que du recyclage et de la prise de risque minimale pour me motiver. D’autant plus que Nintendo a toutes les cartes en main pour jouer sur les sentiments des joueurs. Un simple teasing de la direction dans laquelle ils iront pour des franchises comme Mario, Zelda ou Metroid aurait suffit à changer complètement la perception de cette conférence. Là, à se contenter de la fenêtre de lancement, personne ne sait vraiment s’il y a des raisons suffisantes à faire l’investissement d’entrée de jeu. Certes, Reggie a promis plus d’informations dans les semaines qui nous séparent du lancement, mais j’ai peur que jusqu’au jour J, on reste cantonnés à ces titres déjà connus, ou trop peu ambitieux pour une machine qui elle, l’est totalement.

Quant à la 3DS, elle n’a eu droit qu’à une dizaine de minutes, mais également une conférence séparée. Lors de cette conférence, rien de réellement neuf, mais juste des démonstrations de jeux attendus, comme Castlevania, Epic Mickey, Luigi’s Mansion, Paper Mario ou New Super Mario Bros. 2. La petite portable continue son chemin. Nintendo a eu chaud au lancement, mais la machine semble lancée et même si on ne lui prévoira pas un succès identique à la DS, tant son écosystème a radicalement changé, merci Apple, Nintendo devrait pouvoir compter dessus pour ramener de l’argent à la maison. Malgré tout, si les choses sont claires du côté de la DS, elles ne le sont clairement pas face à la Wii U et Nintendo doit maintenant sérieusement se ressaisir et profiter du temps restant pour ancrer dans la tête du plus grand nombre que la Wii U sera LE truc à avoir en fin d’année, comme c’était le cas au lancement de la Wii. Gael testera la Wii U jeudi prochain. Attendez-vous à ses impressions en direct sur Facebook et Twitter, et des comptes-rendus plus détaillés sur Kanpai! dès vendredi.

Bilan global

D’une manière générale, l’E3 est un reflet de cette industrie. La dernière année a été dure, dans un monde en crise où les gens n’investissement plus autant dans les loisirs futiles. Le jeu vidéo est également entré chez les gens d’autres manières, via les smartphones et tablettes et surtout, en jouant les prolongations, l’industrie perd cette ébullition source d’enthousiasme que ça soit pour la presse et pour les joueurs. Sans parler des coûts de développements restés pharaoniques et poussant les plus résistants à jouer la sécurité, les plus faibles à disparaître. Heureusement, restent les plateformes de distribution numérique pour voir fleurir les jeux indépendants et les expériences un peu plus risquées, bien que celles-ci se fassent plus discrètes sur ce genre de show.

Toujours est-il que si à son plus grand show annuel, cette industrie n’arrive plus à créer l’événement, il y a de quoi se soucier de sa pérennité. Aujourd’hui, les gens paient quelques Euros un jeu sur tablette ou smartphone, s’en contentent le temps qu’il faut et passent à autre chose. Comment leur demander de payer des centaines d’Euro une machine qui fait tourner des jeux en coûtant des dizaines qu’on leur ressort chaque année ?

La prochaine génération a également fait son apparition chez certains développeurs. Square-Enix a par exemple montré Agni’s Philosophy et clairement, ça en jette. Nommez-le Final Fantasy XV ou XVI et je signe toute de suite. Ceci dit, qu’est-ce que cette Next-Gen pourra apporter de plus, pour combler la lassitude du joueur qui reçoit chaque année sa ration de même licence, que de meilleurs graphismes ? En tout cas, actuellement, il est devenu tellement difficile de mettre un jeu au dessus de l’autre, avec une trop forte prédominance de certains gameplay, qu’il est dur de ne plus se sentir blasé et perdre quelque peu le goût du jeu vidéo. Dans ce marasme ludique, Ubisoft est très probablement l’éditeur qui tire le mieux son épingle du jeu. Ils ratissent large, très large même, et sont courtisés par tous les constructeurs. Ils cèdent certes facilement à l’argent vite gagné (Just Dance 4 n’est très probablement que l’apéritif d’un déluge de titres casual douteux sur Wii U), mais parallèlement, ils offrent aussi de plus en plus de AAA, de nouvelles licences ou de la réinvention de franchises. Comme s’il y avait un cercle vertueux, où le jeu ultra grand public, vite développé, vite vendu avec de la marge finançait de quoi satisfaire n’importe quel gamer. Et avec Watch Dogs, ils ont sans doute présenté l’un des jeux les plus impressionnants du salon, bien que j’ai énormément de peine à imaginer ça tourner nos grands-mères que sont la PS3 et la Xbox 360.

Cette industrie doit malgré tout sérieusement songer à se remettre en question et la piètre prestation de cette année doit leur servir d’avertissement. Je reste donc déçu de cet E3 2012, mais garde une pointe d’optimisme pour l’an prochain. Nintendo n’aura cette fois pas le choix que de se dévoiler à un peu plus long terme, pour faire face aux grosses cartouches que Sony et Microsoft se réservent pour leurs nouvelles machines. Ca va saigner et je l’espère bien, puisqu’il pourrait s’agir là de la toute dernière génération de consoles.

Article intéressant ?
4.67/5 (3 votes)

Galerie photos

  • e3-2012
  • xbox-smart-glass
  • watch-dogs
  • nintendo-land
  • the-last-of-us

Informations pratiques

Kanpai vous suggère également ces articles

Commentaires

Fongli
08 Juin 2012
12:54

Les gars, vous avez eu raison. le vrai E3 à pas rater c'est l'année prochaine! Excellente article. Ne despérons, je ne sais pas pourquoi mais je pense que La nouvelle IP d'ubisoft envoie un message fort au marché du jeux video en baisse de régime.L'idéal serait juste que call Of se casse la gueule en fait...
See Ya

08 Juin 2012
13:32

Très bon compte-rendu.. bien qu'un peu long ;)
Pour moi, le manque de "wooow effect" à cet E3 2012 est due à 2 choses:
- Internet, qui donne un coup de vieux monumental aux conférences en dévoilant (presque) tous les gros jeux avant l'E3.
- Le fait que cette industrie arrivé à maturité: les entreprises (Sony, Crosoft...) ne sont pas la pour nous faire des "surprises" mais pour faire de l'argent! Voila pourquoi les suites (COD, Assasins Creed..) sont encore légion cette année.
Bref, l'E3 n'est plus ce qu'il était.. les temps changent!

Maxobiwan
11 Juin 2012
01:48

La conférence qui s'est le plus démarqué c'est celle d'Ubisoft : Elle a su montrer ce qu'on voulait plus ou moins voir, des jeux (et des nichons).

Le but des conférences est de vendre du rêve... Sauf que là, les constructeurs l'ont vendu aux actionnaires et non aux joueurs.

Nigun
12 Juin 2012
12:06

Après avoir lu tout ce qui pouvait s'écrire sur l'E3, et avoir tiré une tête de six pieds de long à chaque fois, bien que non surprise, merci Julien pour ta prose. Au moins, sur ton article, j'ai pu rire un peu :)

JeuxVidéo
15 Juin 2012
11:31

Sony a su préparer le champ d'arrivée pour la PS4, en incluant la Wii dans une génération à part. Par conséquent, Shuhei Yoshida ne voit pas la Wii U comme la première console de la prochaine génération.

Ajouter un commentaire