Le manga, ce loisir pour adolescent attardé

Dans le cadre du Salon du Livre qui s'est déroulé à Paris de vendredi à lundi, et dont l'invité d'honneur était le Japon, l'édition web du Figaro a publié un article intitulé "Les mangas contre-attaquent" .

Dans sa chronique vidéo qui vient illustrer le papier, Françoise Dargent dresse un rapide portrait de ce genre littéraire spécifique, en exposant sa présence au Salon du Livre. Elle en profite donc pour dresser un petit tour d'horizon du manga et notamment de son accueil sur le marché français depuis Dragon Ball, jusqu'au récent succès des Gouttes de Dieu. Cet historique très raccourci se déroule jusqu'à une ponctuation étonnante, je cite :

La bande dessinée japonaise sort du carcan qui la cantonnait au loisir pour adolescent attardé.

La vidéo complète (1'51) est visible au sein de l'article original, et pour celles et ceux qui veulent l'entendre de leurs propres oreilles, la phrase en question est prononcée à 57 secondes de la vidéo.

Évidemment, comment ne pas s'outrer que l'on puisse penser et surtout prononcer une telle idée ? Certes Françoise Dargent, pourtant journaliste au Figaro Littéraire, ne semble absolument pas experte au sujet du manga ou même de la bande dessinée en général. Selon ses propos qui enchaînent :

Les éditeurs rattrapent leur retard en publiant les classiques, comme Osamu Tezuka, le père d'Astro Boy [...]

N'ai-je pas lu dès 1996 chez Glénat, pourtant, des milliers de pages de Bouddha, Black Jack, Le Roi Léo ou encore Astro Boy qu'elle cite justement ?

[...] ou en éditant des manga dits d'auteur.

Chez ce même Tezuka, je découvrais L'Histoire des 3 Adolf il y a de ça quatorze ans. Ou encore les œuvres de Taniguchi chez Casterman dès 1995. La seconde moitié des années '90 a vu la publication en France de Taiyô Matsumoto (Amer Béton) ou encore de Yoshiyuki Sadamoto (Evangelion). Comme manga pour enfants, on a vu plus accessible...

En France [...] on découvre désormais Naoki Urasawa, qui écrit des séries policières comme Pluto

Urasawa a été publié chez Glénat en 1998 (Pineapple Army), puis chez Kana dès 2001 (Monster) et Panini Comics dès 2002 (20th Century Boys). Sa découverte par le public français ne date donc pas de récemment...

---

Je ne ne pensais pas, en 2012, que l'on puisse encore avoir une vision aussi rétrograde du manga, alors que :

  • en 2002, le genre représentait déjà 25% des nouveautés de la bande dessinée en France
  • en 2003, il y a bientôt dix ans, le très sérieux Festival d'Angoulême remettait le prix du scénario à Quartier Lointain (et une mention spéciale à Bouddha dès 1999, ainsi que le Japon comme pays invité en 2001)
  • en 2005, plus de manga ont été édités en France que de bandes dessinées traditionnelles
  • en 2006, avec treize millions d'exemplaires vendus, la France devenait le deuxième pays consommateur de manga au monde, après le Japon et devant les États-Unis (via)

Ça en fait des "adolescents attardés", n'est-ce pas Françoise Dargent ? Il serait temps de se mettre à la page avant de lancer de telles inepties... On se croirait revenus au temps de la chasse aux sorcières des "japoniaiseries" de Ségolène Royal et des séries violentes du Club Dorothée.

Que penser, enfin, de l'utilisation de l'adjectif "attardé" comme terminologie pour qualifier les supposés jeunes lecteurs de manga ? Fallait-il, jusqu'à présent, accuser d'un retard de développement intellectuel, ou être atteint de handicap mental pour apprécier le genre manga ? Quelle maladresse...

Entre ça et les "jeux vidéo à la c.." de Laure Manaudou, ce n'est pas la bonne semaine pour la culture populaire japonaise !

---

Je tiens à préciser que mon avis sur la question est tout à fait indépendant de la coloration politique du Figaro. Ma réaction aurait été tout aussi outrée si l'idée avait été soutenue par un(e) journaliste de Libération, du Monde ou tout autre journal à diffusion médiatique importante.

Y a-t-il eu dérapage selon vous ?

Article intéressant ?
5/5 (11 votes)

Informations pratiques

Thématiques associées

Kanpai vous suggère également ces articles

Commentaires

Victor von Jul
21 Mars 2012
13:16

Un coup de gueule bien mérité, je pense, même s'il faut reconnaitre qu'en ces temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaitre (heum), Dragon Ball était édité en mini-volumes en librairie à 18 FF chaque mois, City Hunter et Dragon Quest en volumes reliés par J'ai Lu pour 25 FF... Et que le manga "papier" en VF en 1995-1996, c'était plutôt avant-gardiste, non ? Je vais me faire un peu l'avocat du diable mais le manga papier en VF, à mon sens, a vraiment décollé début des années 2000 (soit il y a 12 ans), ce qui en fait un loisir relativement "nouveau" comparé à la BD franco-belge, les comics américains ou encore aux siècles écoulés depuis les grands auteurs comme Verne, Hugo et autres Balzac => vu du Figaro, c'est certainement "tout récent" :P

Thomas
21 Mars 2012
13:35

Il faudrait retrouver la vidéo de la soirée Manga diffusée sur Arte dans les années 90 pour cette journaliste... (je dois avoir la K7 quelque part chez mes parents....)

chtounet
21 Mars 2012
13:38

du bon vieux foutage de gueule -_-

mais très belle démonstration de l'ignorance chronique de ces gens là...

Trit’
21 Mars 2012
14:23

"Loisir pour adolescents" aurait été admissible (faut avouer que la plupart des lecteurs de mangas sont des ados et c'est même le cœur de cible de nombreux titres), mais "attardés"... Ce choix de mot (qu'on ne me fera pas croire innocent) est assurément inacceptable, tant cela témoigne du MÉPRIS que cette personne porte envers tous les lecteurs de mangas.

Après, son ignorance de faits pourtant si facilement vérifiables (preuve en est cet article qui remet les pendules à l'heure, c'est le cas de le dire !) montre que c'est aussi quelqu'un qui n'a visiblement pas une conscience professionnelle assez développée pour faire ce qui est pourtant SON TRAVAIL... Travail qui n'est pourtant pas si difficile que ça, puisqu'aujourd'hui et avec le développement des blogs traitant de cette "culture otaku", le premier clampin venu parvient à faire bien mieux que des "gens de métier" !

Merci pour cet article (et aussi pour les nombreux autres de ce blog, tous très intéressants) !

LP
21 Mars 2012
14:29

Encore quelqu'un non renseigné sur le sujet...

Cola
21 Mars 2012
14:55

Il est vrai qu'on a le sentiment dans cet article que le manga "sérieux" est apparu tout récemment, ce qui est bien évidemment faux. En revanche, je ne crois pas qu'il faille crier au scandale quand elle dit "ado attardé" : certes, c'est qualifier les lecteurs de mangas de personnes bloquées dans leur jeunesse, ce que je renie en bloc, mais il est vrai aussi que les fans ont toujours été très nombreux dans la tranche des 12-25 ans, ce qui laisse supposer certaines choses comme celle-ci chez les personnes qui ne s'y connaissent pas trop. Les préjugés sont inévitables... ! De plus, comme l'a souligné Victor, le manga en France n'a été diffusé sérieusement que depuis - en gros - l'arrivée de Dargaud sur le marché et "l'effet DBZ" passé...
Je trouve que son article est néanmoins encourageant, on sent que les mentalités changent (tant bien que mal) à propos du manga, et de la culture japonaise en général. Après tout, quand on voit le nombre de titres papiers publiés chaque mois dans nos contrées, en parallèle d'une diffusion télé qui prend de plus en plus de poids (Direct Star et son One Piece, notamment) mais aussi des grandes conventions organisées (Japan Expo, ...) ou encore de la montée en puissance de la J-Music, je pense qu'on est dans une tendance positive, malgré tout.

Talee
21 Mars 2012
15:31

HO, je suis une attardée de 47 ans LOL...

Allena
21 Mars 2012
16:09

Mon meilleur ami et moi on est fan de mangas et de jeux vidéos et on est parfaitement sain d'esprits !! On est même exellents au lycée. Les journalistes seraient gentils de se renseigner avant de faire des reportages comme ça.

JG
21 Mars 2012
16:39

"Ado attardé" ne signifie en général pas "adolescent qui aurait une maladie mentale". Dans le langage populaire, cela désigne plutôt des adultes plus vieux qui aiment une culture généralement connue pour être celle de l'adolescence. Les politiquement correct aurait dit "adulescent". Je n'y connais pas grand chose en Manga (je découvre juste Urasawa avec les classiques "20th Century Boy" et "Monster") mais je lis des comics depuis mon adolescence (et j'ai 45 ans) et je revendique, si ça leur fait plaisir, mon statut d'adolescent attardé. Ca vaut mieux que "adulte sans passion et triste à mourir". Pour les grands érudits littéraires de notre pays élitiste (et désuet) la BD a à peine le statut d'acceptable comparé à la littérature. A part quelques grands "auteurs" franco-belges, ils ne lui reconnaissent pas le statut d'oeuvre intellectuelle (artistique encore peut être si on s'appelle Moebius). C'est dommage pour eux. C'est une culture vivante qui ne se regarde pas forcément le nombril avec de grands auteurs et de grands graphistes. Alors le manga pour eux c'est un peu loin et plein de clichés.

MacGivre
21 Mars 2012
18:06

+1

Je le prends comme toi : elle à dû vouloir dire Ado attardé=adulescent. Ce que je suis également (niveau lectures, vidéos, jeux vidéos, collection de jouets...^^;). Ce n'est pas si péjoratif, elle signifie que les manga -plutôt lus par les ados et adulescents jusque là- sont maintenant aussi lus par des "adultes", ou plutôt par des personnes n'ayant pas grandi avec la culture manga, qui découvrent cette culture "sur le tard".

Trit’
21 Mars 2012
19:35

@JG : je ne veux pas être méchant envers cette femme, mais je maintiens que le qualificatif "attardé" contient un fort mépris sous-entendu dont elle aurait pu se passer. De quel droit se permet-elle de juger la maturité intellectuelle des gens sur ce qu'ils aiment ? Parce qu'ils aiment des choses que notre société classe parmi les "trucs pour enfants/ados" (alors qu'il n'y a pas d'âge limite supérieur pour apprécier les choses) ? Désolé, mais non. Juste non.

@JG et MacGivre : pour la même raison, je réfute le terme "adulescent", lui aussi empreint de mépris de la par des "bien-pensants" contre tous ceux qui, à leurs yeux, ne se comportent pas en "adultes" (alors qu'ils ne savent rien de ces gens).

MacGivre
21 Mars 2012
20:06

http://www.linternaute.com/dictionnaire/fr/definition/attarde/
attardé, adjectif
Sens 1 Qui s'attarde, est en retard.
Sens 2 Qui a un retard de développement intellectuel ou physiologique. Synonyme innocent
Sens 3 Arriéré, rétrograde. Synonyme désuet
Ce que je retiens : qui s'aatarde (rien de méchant), innocent (rien de méchant), rétrograde (rien de méchant).
Désolé de revenir dessus, mais malheureusement avec le français, on peut interpréter les mots de 50 façons différentes. Soyons indulgent -envers les ignorants-, ne faisons pas comme eux, au risque de devenir comme eux (réplique qui peut être entendre dans toutes sortes de film : pour dénoncer les violences, les racistes, les extrémistes, ...).
Ca me gonfle qu'on voit toujours le mal partout (moi le premier, je le fais souvent), mais si on vous montre que l'on peut interpréter autrement, merci d'être T.O.L.E.R.A.N.T..
Ok, les mots qu'elle a utilisés vous font bondir, mais bon, qu'est-ce qu'on s'en fout au final ? Moi ça ne me blesse pas, au contraire, je m'amuse de son ignorance.

Zeeeennnnn...

JG
22 Mars 2012
09:29

C'est péjoratif bien sûr comme tout jugement sur les usages d'une nouvelle génération qu'on ne partage pas. Par exemple, un quadragénaire en 2012 est un gamin culturellement parlant par rapport à ce qu'était la génération de mes parents au même âge. Un trentenaire, pire, il a été elevé par le Club Dorothée et sa Playstation. Avant on abandonnait ses passions d'ado quand on devenait adulte. Plus maintenant (l'avantage c'est que je partage beaucoup de choses avec mon fils de 16 ans fan de manga et de jeu vidéo) Normal qu'il y ait un décalage entre les érudits plus vieux quand ils jugent tout ça. Mais on s'en fout, ça va dans la marche normale de l'évolution.
Nos enfants sont tous des geeks (on dit Digital Native en marketing) et sont nés avec une souris et internet au bout des doigts : gageons que quand ils seront adultes, y'aura bien quelqu'un pour dire que les mangas qu'ils lisent ne valent pas les grand auteurs comme Urasawa. Et on trouvera bien un terme bien péjoratif pour exprimer le dédain (et un peu la jalousie .... après tout garder sa jeunesse est plus un atout qu'un problème)

21 Mars 2012
22:06

Mise au point claire, efficace percutante, merci bien.

mikaijin
22 Mars 2012
08:02

tout à fait d'accord pour la protestation. Bibliothécaire bénévole dans un collège, j'ai eu à de nombreuses reprises l'occasion d'échanger avec des élèves de tous niveaux des commentaires tout à fait pertinents sur les sujets traités dans les manga, la profondeur, la moralité du récit, sa complexité.
Cette personne ferait mieux d'inviter pour parle d'un genre littéraire qu'elle ne connaît pas un(e) expert qui pourrait pondre sur la question un article documenté, sérieux et objectif, ce que l'on attend d'un canard comme le sien.
je ne regarde ni desperate houswives, ni plus belle la vie et ne dénigre pourtant pas les adeptes, pa splus que ceux qui se pâment devant secret story ou autre voyeurs à la campagne, qui sotn pourtant des programmes auquels je n'accorde aucuen valeur. De même, comme je n'y connais rien en romans à deux balles, je ne ferai pas de commentaires sur tel ou tel auteur, bon vendeur, juste parceque je n'aime pas le style roman d'amour dégoulinant .
Soyons honnêtes, parlons de ce qui nous avons vu .
Merci à vous qui nous aidez à parfaire notre culture nipponne.

Hiroshi
22 Mars 2012
10:02

Non mais attendez !!!!!!!! Vous vous étonnez ???? 1 c'est une critique littéraire et 2 au Figaro. Ces gens (les critiques) dès qu'il y a une image...... bhein c'est de la M...
Quand au marché du manga en général (je bosse dedans depuis 1999) bhein les fameux titres """"d'auteurs"""" existent depuis les années 50 au japon et depuis le début du manga en france. Et Tézuka c'est pas des manga classique c'est les premiers sous format "moderne".
Quant au marché AUJOURD'HUI il est de pietre qualité car les bons titres sont noyés dans une masse de cochonneries fan services que les éditeurs sont maintenant obligés d'acheter si ils veulent avoir les best sellers.

Bon je m'arrête car je vais encore m'emporter (en même temps ça fait 20 ans que j'entends ce genre de discours débile) mais c'est vrai la BD franco belges c'est ce qu'il y de mieux pas obscène et violent sans nana avec des gros seins etc.....

Sebkun!!
23 Mars 2012
09:29

Alors c'est marrant parce que, hormis les approximations et erreurs qui sont effectivement scandaleuses, le ton de la vidéo ne m'interpellent pas de la même façon.

Certes, elle parle d'ado attardé, mais pour dire justement que les gens commencent à comprendre que le manga n'est pas simplement une BD pour "ces gens-là", mais au contraire un genre qui s'adresse à tout le monde.

Critique littéraire au Figaro, vous n'attendiez quand même pas un article dithyrambique, si ? Elle se montre quand même très positive dans les qualificatifs réservés aux auteurs. Si la forme peut vous blesser avec des choix malheureux, au final dans cette vidéo, il me semble que la journaliste essaie de dire du bien du manga… Et ça, déjà, c'est un beau progrès par rapport à nos débuts.

Bien sûr, l'article et la vidéo sont loin d'être parfaits et les journalistes auraient du vérifier leurs sources, en parler avec les attachés de presse des maisons concernées, voire avec un journaliste spécialisé, néanmoins j'y vois plus de bonne volonté que dans l'article de Pascal Lardellier écrit en 1996 : http://www.monde-diplomatique.fr/1996/12/LARDELLIER/7471

On avance doucement, mais on avance…

arsaisme
05 Avril 2012
12:41

un chef d'entreprise de 36 ans vous signale qu'il se porte trés bien...Et que la culture ado japonaise n'est pas plus attardé que le monde de la fiction u.s qui inonde nos ondes terrestres bien au contraire.

Mina chan
19 Août 2012
06:16

Elle ne connaît pas Death note :D quelque ignorante........

mol
15 Janvier 2014
21:10

Pfff passer à cote de "code geass" et "death note" c'est une honte =)

Ajouter un commentaire