Dead or Alive Xtreme 2

Pour moi, cette version supposément paradisiaque de Dead or Alive a grillé ses cartes lorsque son titre est passé de Xtreme Beach Volleyball au simple Xtreme 2. Replaçons les choses dans leur contexte : je n’ai pas fait le premier opus. Rien à faire, je n’ai pas réussi à m’y intéresser. Acheter plein pot ce genre de jeux pervers, alors que d’autres sont gratuits et beaucoup plus honnêtes, ce n’est pas mon truc. Lorsqu’Xtreme 2 m’est tombé entre les mains, je me suis dit qu’il était temps de tenter l’expérience. Pour la culture, l’aventure, et pour savoir si les rumeurs sur ITAGAKI (le monsieur aurait harcelé sexuellement une ancienne employée de sa Team Ninja) pouvaient être fondées.

ITAGAKI est donc un détraqué sexuel, ça ne peut faire aucun doute. Par contre, il n’a pas souvent dû tâter du nibard, tant leur comportement est toujours aussi étrange. On est loin des rebondissements douloureux de Dead or Alive sur Saturn, mais les Japonais ne le sauront jamais assez : la poitrine des femmes n’est pas faite en gélatine. C’est factuel. Quand bien même les seins des héroïnes de DOAX seraient refaits, ils devraient encore moins être soumis à la gravité. Ça, c’était la minute d’éducation sexuelle. Pour le reste du rendu, la Team Ninja n’a plus grand-chose à apprendre : tout est très joli et très propre grâce à la Haute Définition. On notera juste la présence trop marquée d’aliasing et, surtout, la physique des cheveux toujours aussi grotesque.

De toute façon, l’intérêt du titre n’est pas de regarder les coiffures des minettes, mais le reste. Pour cela, les donzelles se plient à vos quatre volontés de pervers. C’est bien connu d’ailleurs, deux bombasses en mini-bikini adorent se trouver une clairière pour laper, comme des petites chattes, une glace pour deux. Dans le genre, on a aussi la glande au soleil, le tape-cul à la piscine, ou encore les inévitables beach-volley et jet-ski. A jouer, les attractions sont toutes aussi insipides les unes que les autres : le volley est toujours du sous-Beach Spikers, le jet-ski ferait mourir de rire Nintendo et leur Wave Race. Quant au reste, c’est tellement du sous-jeu vidéo qu’on atteint facilement le néant ludique vers le tout lubrique.

Il se trouve que cet Xtreme 2 n’est rien d’autre qu’un dôkyûsei déguisé, balancé sur des musiques de teenage movie entre deux temps de chargement. Alors oui, pour les véritables obsédés, il y a un semblant de scénario pour chaque gonzesse. Mais il s’agit surtout d’une collection hallucinante d’objets à acheter : barrettes, chaussures, bikinis, robes, chapeaux, mais aussi jet-ski, ballons, appareils-photo sans pellicule (!), etc. Après des heures de chienlit rébarbative, vous pourrez au moins être le plus grand fétichiste de console Microsoft, le Densha Otoko du Xbox Live, quoi. La classe internationale, en somme.

Pour les gens normaux, très rapidement, on se fait chier. Car DOAX2 est vide de sens et d’intérêt. Comme le dit si bien Jibé de ZePlayer, on peut aimer ce jeu, mais on ne peut pas dire qu’il soit bon. J’ajouterai juste que je trouve ça un peu déplacé de le vendre 60€, car à ce tarif on a une pute qui, elle, fait bien plus que se trémousser en bikini sur la plage. Bon ok, elle n’est pas en HD mais là, messieurs, vous faites la fine bouche.

Article intéressant ?
5/5 (1 vote)

Informations pratiques

Kanpai vous suggère également ces articles

Commentaires

Mainger
18 Mai 2007
00:57

Une critique telle mérite plus qu'une simple page web ... Je dis chapeau ^^
Et merci moi qui cherche en jeu du niveau de wave race, je n'investirai pas maintenant en espérant qu'un dévellopeur sorte un pur jeu de jet a l'ancienne ;)

Si tu as des infos sur une sortie éventuelle parles-en ^^

Ajouter un commentaire