Pourquoi les Japonais sont plus civilisés que le reste du monde

Le confort de la civilisation japonaise

C'est une sorte d'image d'Épinal aussi usée que la maxime "entre tradition et modernité" : les Nippons seraient le peuple le plus courtois au monde, voire obséquieux. Dans mon article Les Japonais ne sont pas polis, j'essayais de prendre un contrepied pour montrer qu'une partie de cette politesse concernerait plutôt une habitude, au seul but de favoriser les rouages du bien-vivre ensemble. C'est sur ces rouages que je veux m'attarder cette fois-ci, par le truchement de la civilisation au sens sociétal. Certains voient le peuple Japonais civilisé comme une rémanence des traditions séculaires voire du code des samurais. Cet article va chercher à comprendre ce qui inspire et ce qui justifie ce fonctionnement de civilisation.

Le Japonais civilisé l'est en réalité principalement à Tokyo. Capitale du Japon, elle est également le confluent de plus d'un quart de sa population totale, en comptant sa métropole. Ce sont pas moins de 33 millions d'habitants qui s'y croisent, empruntent ses rues et ses trains, visitent ses bâtiments et arpentent ses boutiques. Si on n'y suivait pas les règles élémentaires de la civilisation japonaise, Tokyo deviendrait rapidement invivable. Alors, les Japonais répondent à un ensemble de règles qui fluidifient le mouvement perpétuel :

  • on crée des files d'attente dès que l'on est plus de deux à patienter, où l'on se range bien à gauche, et l'on n'oublie pas de la scinder pour laisser du passage si elle est trop longue ;
  • on attend les trains dans ces mêmes files, en laissant tous les passagers sortir avant de rentrer dans une rame ;
  • on met un masque lorsqu'on est malade pour ne pas transmettre ses microbes ;
  • on fait la grève sans bloquer les autres, on manifeste sur les trottoirs ;
  • on ne crie pas, on ne court pas, on ne se fait pas remarquer ;
  • ... vous compléterez cette liste avec d'autres exemples.

Le culte de la règle

L'ensemble de ces règles se dit マナー manaa en japonais, de l'anglais "manner", c'est à dire les bonnes manières. L'expression est si ancrée dans le vocabulaire japonais d'aujourd'hui que le mode vibreur des téléphones se dit マナーモード manaa mode. Pas étonnant lorsque les résultats des enquêtes et études menées par les compagnies de train à Tokyo révèlent, année après année, que ce qui dérange le plus ses utilisateurs reste l'utilisation des téléphones portables. Et c'est un fait que l'on ne retrouve nulle part ailleurs dans le monde à ma connaissance, en tout cas avec autant de respect : le métro tokyoïte est calme, reste propre et dépourvu de nourriture et de boisson. Les campagnes décennales "manner posters" (tiens tiens) rappellent régulièrement tous les mauvais usages incriminés.

Et ce ne sont pas les seules. Les Japonais aiment à afficher un peu partout des panneaux décrivant les bonnes pratiques. Prenez ceux interdisant de fumer dans la rue hors des 喫煙所 kitsuensho (ou smoking area), les lieux dédiés : ils se basent sur l'incivilité et la gène pour autrui, mais jamais sur le risque pour la santé. On pense à l'autre et, par extension, au groupe avant l'individu. Difficile de connaître l'origine du lien de causalité : le peuple japonais est-il si ordonné parce qu'il respecte les panneaux, ou ces derniers viennent-ils affirmer un comportement déjà fermement ancré depuis des lustres ?

Car respecter les règles de bonne conduite, c'est simplifier les rouages de la société et faire en sorte que le bien-vivre ensemble soit possible, quitte à renoncer à quelques libertés individuelles, au moins d'un point de vue occidental. Ce qui conduit certains à soutenir que les Japonais sont de simples moutons veules, crédules et malléables. Le sociologue Thomas Lifson livre une vision plus métaphorique du groupe, que je vous traduis :

Les Japonais sont comme les passagers d'un bateau de croisière. Ils savent qu'ils sont coincés avec les mêmes personnes autour d'eux pour une durée certaine, donc ils sont polis et se comportent de sorte à ne pas se faire d'ennemis, et font tout sur une base amicale et gracieuse.

Les Américains [ND : c'est vraisemblablement applicable aux Occidentaux en général] sont comme les passagers d'un ferry. Ils savent qu'à la fin d'un court voyage, ils descendront et ne se reverront peut-être jamais. Donc s'ils poussent les autres pour descendre en premier, il n'y a pas de vraie conséquence à assumer. C'est chacun pour soi.

En prenant en compte également les données géographiques, cette théorie soumet la forme de la société japonaise à l'architecture naturelle qui l'héberge. Tokyo, urbanisme paroxystique d'un archipel où le terrain vivable est déjà rare et la nature capricieuse, cristallise logiquement cette attitude de respect des règles qui permettent une telle proximité entre les individus. Plus qu'ailleurs dans le monde, l'ordre et le bon comportement deviennent alors nécessité.

L'unité et un certain rejet de l'immigration

Conjointe à la règle est la sanction promise à ceux qui ne la respectent pas. Dans les sociétés judéo-chrétiennes, on enseigne la culpabilité et la moralité des actes. Les anthropologues affirment que la société japonaise raisonne plutôt en culture de la honte, qui prévient l'individu de sortir du cadre par crainte de se faire remarquer et/ou d'être jugé par ses pairs. Ainsi, dès la maternelle, tous les petits Japonais apprennent humilité et dignité. À l'école, ils sont formés à la responsabilité de leur environnement immédiat, au sein de groupes qui nettoient à tour de rôle la salle de classe. L'écrasante majorité des étudiants poursuit des études supérieures et les travailleurs sont amenés à connaître une disparité salariale plus faible que dans de nombreux autres pays. Cela peut expliquer qu'il y ait moins d'aigreur, de jalousie, de pulsion contestataire voire révolutionnaire.

Au sortir de la Seconde Guerre Mondiale, le Japon a connu une défaite cuisante et subi ce que sa population ressent alors comme un asservissement avec l'occupation américaine. La reconstruction puis le développement industriel et économique d'après-guerre se sont basés sur un système social réclamant courage et abnégation, où tous devaient fournir des efforts communs dans la même direction. Cette force du groupe a perduré même suite à l'éclatement de la bulle spéculative à la fin du siècle dernier, sans jamais avoir recours à l'immigration massive.

Le sujet, sans forcément être sensible au Japon, demeure pour la majorité une justification de la force nipponne et une crainte des pertes culturelles potentielles qu'elle engendrerait. Car sans doute plus que partout ailleurs dans le monde, le Japon a soigneusement cherché à éviter la diversité ethnique pour faire évoluer sa société. Ainsi avec moins de 2% d'étrangers sur son sol, dont une majorité d'Asiatiques, le Japonais reste membre d'un groupe auquel il appartient, d'abord car il lui ressemble physiquement, mais également car il partage justement cette éducation. Ils sont alors une majorité à penser que l'immigration créerait une déception qualitative supérieure à ses bienfaits potentiels pour la société japonaise, entretenant peut-être là une forme de xénophobie passive presque traditionnelle. L'étranger correspond toujours, dans l'esprit de nombreux Nippons, à ce gros Américain pataud et un peu sauvage qui n'atteindra jamais leur niveau de bienséance.

Vu le vieillissement rapide de sa population, le Japon pourra-t-il tenir ce discours encore longtemps ?

Vraiment irréprochables ?

Irréprochables sur la courtoisie, les Japonais ? Sans doute, sauf peut-être lorsqu'il s'agit de céder sa place à une femme enceinte, ou encore s'il faut intervenir lorsqu'ils sont témoins d'une agression. Car ils sont plus nombreux que le fantasme occidental ne l'imagine, à fermer les yeux, à détourner le regard, à faire "comme si"... parce que ça ne les touche pas directement.

Il y a quelques jours, un petit blog japonais publiait un long message intitulé "pourquoi je ne cède pas mal place dans le train" qui a beaucoup fait réagir sur Twitter. En-dehors des places prioritaires (où la règle dit que l'on *doit* laisser s'asseoir les femmes enceintes ou avec jeunes enfants, les personnes âgées ou encore blessées), l'auteur étaye sa position en argumentant :

  • qu'il fait moins attention aux femmes enceintes qu'aux autres groupes de personnes à qui il pourrait céder sa place, parfois de peur qu'elles ne le soient pas ;
  • que lorsqu'il est assis, il est moins attentif à ce qu'il se passe autour de lui (il peut lire, dormir ou encore utiliser son smartphone) ;
  • qu'il fait beaucoup d'effort pour connaître les trains et les voitures avec le plus de places disponibles, donc s'il arrive à s'asseoir il est plus réticent à y renoncer ensuite.

Sachant qu'il est de bonne manière de refuser plusieurs fois le cas se présentant, le débat n'est pas prêt de s'éteindre...

Article intéressant ?
4.65/5 (65 votes)

Informations pratiques

Comment s'y rendre

Commandez vos Japan Rail Pass (dès ~240€)

Découvrez les promos vols Japon

Tarif

Retirez vos Yens sans frais avant de partir

Hébergement

Réservez votre hôtel via Booking ou Hotels.com

Choisissez un logement Airbnb (~30€ offerts)

Restez connectés avec un Pocket Wifi (10% de réduction)

Accompagnement privé

Assurance

Soyez couverts en cas d'accident

Thématiques associées

Pour aller plus loin

Bien préparer son voyage au Japon

Guide de conversation audio au Japon

Kanpai vous suggère également ces articles

Commentaires

Wes san
19 Juillet 2013
13:17

Je suis actuellement a asakusa,taito ku exactement, j'ai visité pas mal de quartiers de Tokyo et auparavant j'etais a Kyoto.

Il y a une froideur chez les Tokyoïts que l'on ne retrouve pas chez les Kyotoïts,

Je trouve les hommes de la quarantaine parfois impolis, pas tous biensur mais il n'y aura que eux pour vous passer devant et pas gentleman du tout avec les femmes.

En tout cas ils aiment bien les gaijin, de gros mateur^^

19 Juillet 2013
13:51

Le titre du paragraphe "Le Japonais civilisé l’est en réalité principalement à Tokyo" est risible. Que de clichés ...

19 Juillet 2013
14:27

Très bon article (une fois de plus) qui résume bien ce que j'ai pensé en voyageant au Japon. OUI les japonais sont très (trop?) polis, mais c'est sans doute d'abord une façon de s'effacer devant le groupe, au risque de perdre son individualité.. le parfait contraire de la France en fait.

Pour un touriste, c'est toujours très agrèable (d'ailleurs, dans l'autre sens, les japonais ont beaucoup de mal à se sentir bien en France, cf le "syndrome de paris"), mais je pense qu'à la longue ça peut devenir épuisant.. en tout cas de notre point de vue.

Et concernant l'immigration, c'est effectivement un problème auquel va devoir s'atteler le gouvernement japonais, car le manque de main d'oeuvre sera criant d'ici 5 à 10 ans (départs en retraite des "baby boomers").

Bref, c'est un petit pavé dans la mare qui montre que l'image qu'on a du Japon (et je parle en tant qu'adorateur de ce pays) est quelquefois un peu biaisé..

MacGivre
20 Juillet 2013
05:10

OMG ! L'article que j'attendais sans croire qui quiconque oserait le faire un jour : je suis à 100% d'accord avec le sociologue Thomas Lifson, le fait que la population soit "mobile" n'aide vraiment pas au respects des uns et des autres. Dans "le Singe nu "(The Naked Ape, 1967) de Desmond Morris, on y apprend aussi que l'on fera plus de crasse à une personne que l'on ne connait pas qu'à une personne proche, dans un village de 300 âmes, il y aura moins de délinquance que dans une ville de 30.000 habitants car les gens ne se connaissent pas tous.
Je sais que certains vont crier aux racismes, mais pourtant le problème est là : "je ne fais que passer dans ce pays, rien à foutre, après je rentre chez moi". C'est triste, mais je pense qu'il faut limiter l’immigration, car déjà ça excite les extrémistes mais en plus ça ne règle aucun problème.
Pour réduire les incivilités, il faut vivre en petites communautés, tout en favorisant les échanges entre elles.
Allez-y, lynchez-moi maintenant, je ne fais que donner mon poing de vue.[bras d'honneur]

SADV Cobra
20 Juillet 2013
17:07

Mais non, mais non... ;)

Pour ce qui est des petites communautés, je pense que çela risque d'être un peu dur à faire en terme de place, et de moyens pour faire vivre ces communautés. (quoique, quand je vois l'exemple des petites villes japonaise, et de détroit récemment) Quand à l'exemple, 30000 habitants, ça veut aussi dire, bien plus de chance de tomber sur des idiots que dans un village de "seulement" 300. Après, c'est sûr que de vivre dans un village aussi peu remplie, ça incite à la civilité, tout comme à Tokyo, ou l'incivilité causerait beaucoup de problèmes en raison du nombre cette fois très important.

S'il y a un minimum de courtoisie chez moi avec les gens que je croise, et que je ne reverrais pas, il est certain que je suis plus soucieux de mon comportement avec ceux et celles qui sont dans l'autre catégorie. La famille de la femme de mon frère par exemple, ou les gens avec qui j'ai sympathisé sur le net, etc etc. Et là, je ne suis donc pas d'accord avec l'exemple du Ferry. De plus, que veut dire le nombre? Quand je prend le RER, on est déjà nombreux.

Si les japonais sont ainsi, je pense que l'éducation parentale y joue pour beaucoup. Bien aidé par les exemples donnés dans l'article à l'école. En l'occurrence, pourquoi serais-je récalcitrant à faire des corvées à l'école, puisque cela rend service à tous, et que tout le monde le fait à tour de rôle?

Rames
20 Juillet 2013
08:06

J'avais laissé un commentaire rapide sur twitter car le titre m'avait paru assez caricatural quand même. Je trouve toujours que le titre de l'article est un peu fort mais j'avoue avoir trouvé cet article on ne peux plus réaliste.
Bravo pour cet article bien écrit.

MacGivre > je pense que tu fais erreur (et hop je te lynche !) Le problème de l'immigration n'en est pas un. C'est une question d'éducation avant tout. Le japon est un pays qui sait éduquer assez bien ses enfants pour leur apprendre des manières qu'on apprend pas partout.
Perso, j'ai visité quelques pays (dont le japon) et les étrangers ne sont pas forcément du type cliché du ricain qui gueule et ne respecte rien ni personne. On vois que certains français sont des cons, certains ricains sont des cons, des espagnols, italiens, suedeois etc. Mais on voit aussi des espagnols très calme et respectueux ainsi que des français, américains, anglais, italiens etc.
Tout est un problème d'éducation. Et l'éducation malheureusement de nos jours s'accompagne de la culture de son pays. En France, c'est le bordel, donc l'éducation est fructueuse et donc on est pas toujours très bien respectueux des autres.

MacGivre
20 Juillet 2013
10:01

Exacte, c'est un problème d'éducation, et la génération actuelle (ou la précédente, je ne sais pas comment la désigner) considère que l'éducation doit être faite par la société/l'école, et néglige complètement leurs enfants.
Pour moi le problème ne vient pas de l'immigré, mais de la confrontation/rencontre des cultures, on dirait que lorsqu'on a 2 cultures complètement différentes, l'une doit forcement dominer l'autre :/
Il n'y a pas de culture supérieure, mais de nos jours, la mobilité des gens sur la planète fait se heurter plus rapidement ses différences culturelles, se qui provoquent des conflits.

rames
21 Juillet 2013
12:17

"Pour moi le problème ne vient pas de l’immigré, mais de la confrontation/rencontre des cultures, on dirait que lorsqu’on a 2 cultures complètement différentes, l’une doit forcement dominer l’autre :/"
Pas faux, c'est vrai qu'on peut vérifier ce phénomène assez régulièrement.
Mais il faut rendre à césar ce qui est à césar. haha Pendant mon voyage en Australie, j'ai rencontré un tas de japonais par exemple (des japonais en dehors de leur pays donc) Ben on peut y voir des japonais qui ne respectent pas forcément l'autre culture. Disons que j'ai pu remarquer des japonais qui se comportaient exactement comme un français (ricain, italien etc, enfin ce qu'on veut) au japon qui ne respecte pas tout et qui gueule à tout bout de champs lol.
Conclusion, les japonais sont très calme chez eux, mais dans une situation de voyage, il arrive qu'on voit des japonais au même comportement que nous quand on va dans un autre pays. Le choc des cultures nous fait devenir un peu con des fois :/

akumi
25 Juillet 2013
13:11

Tout à fait d'accord, rames ! Pas besoin d'aller en Australie pour s'en rendre compte, d'ailleurs...
L'année dernière, j'avais visité Versailles, et je me suis fait bien bousculer comme il faut par....une petite obaa-san. Pas d'excuses, et même regard fuyant quand je la fixe pour lui faire comprendre que j'attends qu'elle s'excuse. Tous mes amis japonais à qui j'en ai parlé ont ri en disant que ça ne les étonne pas du tout. Ça rejoint un peu le truc sur la "fausse politesse", dont parlait Gaël.

SeKai
17 Mars 2014
18:05

Je suis tout à fait d'accord avec l'effet " changement de culture ", qui peux transformer le plus grand des gentleman en un espèce de truand sans respect(quoi que, je n'ai jamais vu un truand qui a du respect. oups,hihihi). N'étant jamais allé au Japon je vais donner mon point de vu entant qu'habitant d'un pays (belgique) qui a vu des milliers de touristes japonais dans sa ville ( Bruxelles ). Pour ma part je n'ai jamais vu de japonais impolis. Comme dans tout les pays du monde ils y a des bons et des mauvais partout dans le monde, et chez les japonais aussi. De plus je ne suis pas vraiment d'accord avec la théorie de Gaël sur la "fausse politesse". Je ne pense pas qu'ils font semblant d'être poli, je crois que c'est un mode de vie( tout comme nous, occidentaux, sommes bizarre :p ). Après si je croise des petites grand-mères japonaise qui me bouscule, peu-être que je changerai d'avis :p. Après je laisse place au gens qui on "la" connaissance. Moi, je ne donne que mon simple avis :)

Fred
20 Juillet 2013
15:50

Donc en gros le Japon c'est pareil que la France en plus poli lol.

Wes san
20 Juillet 2013
15:53

J'ai fais les boutiques a shibuya et dans une ruelle il y a (et c'est la premiere fois que je vous ca au Japon) des blacks qui alpaguent les jap surtout pour leur vendre des vetements etc, ils sont bruyants et donne une atmosphere etrange.

J'espere que le Japon restera le japon des japonais
(Pas de racisme ou quoi que ce soit, moi meme etant metisse)

Gunter
20 Juillet 2013
23:04

T'as raison Wes San, c'est la même chose à HARAJUKU. Il y a des black qui accostent les japonais, mais aussi les étrangers. Et ces black parlent souvent français. Un jour j'attendais mon amie qui faisait les boutiques de fringues (tiens, c'est bizarre :-) )et j'ai pu les entendre disserter sur les japonaises qui passaient devant eux. Je ne vais pas dire ici leurs paroles, mais ces gars là n'ont pas leur place au Japon.

22 Juillet 2013
19:14

Pareil, ça fait un mois que je suis au Japon et en dehors de 4 hommes japonais qui m'ont demandée (sans insister) si je voulais bien prendre un verre avec eux, j'ai croisé à Harajuku, Tomigaya, Kabukicho et Shibuya... que des black qui m'ont littéralement attrapée le bras, ils m'ont suivi, criaient pour m'interpeler. Vraiment j'ai cru rêver quoi, j'avais qu'une envie c'était leur balancer un immeuble dans la tête pour qu'ils arrêtent de piailler. En plus de me déranger moi, ils dérangeaient tout le monde autour. J'aime pas, de base, me faire remarquer (pour ça je suis bien tranquille), mais là je sentais aussi les regards des japonais aux alentours qui se posaient à tour de rôle sur moi et sur les black. C'est tellement... je sais pas, j'avais honte quoi. Forcément t'es gaijin ils se jettent sur toi comme si t'es un morceau de viande quoi -_-
Et le plus lourd ; au parc Yoyogi il m'est déjà arrivé de voir des attroupements de black qui boivent, fument, rient à gorge déployée, gueulent, se provoquent, emmerdent tout le monde. Ca m'éneeeeeeeeerve mais d'une fooooooooorce...

22 Juillet 2013
19:17

Je préciiiiise que je n'ai rien contre "les black" en généralité, mais appelons un chat un chat, les mecs étaient des black, donc je vais dire des black. Y'a pas un seul japonais, caucasien (ah si, juste une gamine de 12ans mais bon, 12ans quoi) ou latino qui m'a dérangée. Pas tous les black non plus, hein. Quelques uns, mais que "eux". --'

akumi
25 Juillet 2013
13:14

Oh, gunter. Parce que tu vas me faire croire qu'aucun "Blanc" ne disserte sur les japonaises, en quelques termes (aussi salaces soient-ils) que ce soit ? Donc si je suis ta logique, tous les "Hunters" (je déteste ce mot, mais j'espère que tu suis mon idée) n'ont pas leur place au Japon ? Ça va en faire, de la place, ça c'est sûr.

22 Juillet 2013
21:41

Déjà, ce serait gentil de ne pas écrire 'les jap' et 'les blacks'.

On peut alors reprendre la planète et replacer les français en France, les japonais au Japon, les chinois en Chine, comme cela tout sera bien en ordre...

Considérer tout être humain comme un être à part entière sans considération de couleur de peau, de sexe, d'âge etc... me parait une bonne approche.

Bonne soirée,

Annie
Moi je suis rousse, c'est aussi une catégorie à part et ... bretonne, aïe, cela commence à faire beaucoup et .... Parisienne maintenant, mon sort est fait.

akumi
25 Juillet 2013
13:16

J'ADORE !

25 Juillet 2013
13:35

Merci akumi.

21 Juillet 2013
06:42

Note importante :
Attention aux généralisations et interprétations potentielles, en particulier au sujet de différentes ethnies, que d'aucuns pourraient faire à la lecture de certains commentaires.
Je compte sur tout le monde pour que le débat, en particulier sur l'immigration au Japon, se déroule en bonne intelligence et sans cibler personne. ;-)

22 Juillet 2013
18:51

Bonjour Gaël,
Merci pour ton article de fond et sur le commentaire que tu écris ici.
J'ai les poils qui se hérissent quand je lis des contributions avec des relents communautaristes.
Bonne soirée à la communauté Kanpai.
Annie

Kyushen
19 Août 2013
20:25

J'ai jamais réussi à comprendre en quoi cela peut paraitre péjoratif au yeux de certains quand on dit black, negre, arabe, asiat ou autres. Cela n'a rien de péjoratif c'est juste une façon de parler d'un groupe d'individus en les différenciant d'un autre groupe (les noirs des blancs par ex). C'est pas pour autant que ceux qui emploie ses termes sont raciste, intolérant envers une catégorie de population ou qu'ils ne considèrent pas tout être humain comme un être à part entière annie... C'est juste un moyen de différencier un ou plusieurs individus (après certes y'a des cons racistes, facho etc partout).
M'enfin, ce n'est juste que ma vision de voir les choses. :) C'est sûr que chacun à sa propre vision vis à vis de tel ou tel sujet, et heureusement. :)

Gunter
21 Juillet 2013
08:48

Attention, qu'on ne s'y méprenne pas: je ne généralise surtout pas mais ne ciblais que les 3-4 gars que j'ai entendu.

Noy
21 Juillet 2013
09:06

Heureusement qu'il ne sont pas tous comme ça, de toute façon je me dis que la bêtise humaine existe partout même au Japon (qu'on aurait tendance à idéaliser à tort).

Wes san
21 Juillet 2013
12:41

Nn pas de debat ciblant quiconque mais j'espere juste que les japonais serront assez intelligents, je m'en fais pas pr ca.
Aujourd'hui j'ai vu le gundam geant de odaiba^^

Alex
22 Juillet 2013
01:01

Je suis assez d'accord. Les Japonais sont polis parce qu'ils le doivent et que c'est ancré dans leur politesse. Mais il est aussi vrai que c'est très faux. Bel exemple de la femme enceinte dans le métro, idem pour les personnes âgées.
Mais j'ai déjà eu aussi des bousculades sans excuse, la manière dont ils ignorent les femmes de manière flagrante.

Malgré tout, tout cela est un plaisir quand on vit ici et très hônnetement, je peux comprendre leur volonté de limiter l'immigration car je suis le premier à me plaindre de la présence d'occidentaux et leur incivité(et pourtant je suis d'origine française). Il n'y a qu'aller faire un tour à Roppongi pour comprendre: quartier sale, bruyant où la courtoisie est oubliée!

22 Juillet 2013
19:20

Je plussoie, il y a peu je songeais à aller à Roppongi, mais trois française de ma résidence m'ont très fortement déconseillé d'y aller, y compris quelques expatriés qui m'ont clairement dit que je perdrai mon temps là bas ; incivilité et strictement rien à voir. Donc : j'y vais pas.
Les filles de ma résidence m'ont dit avoir été bousculée et dérangée par des immigrés qui voulaient leur vendre des produits, quand c'était pas les inviter de force...

22 Juillet 2013
20:44

Je réagis plus aux sujets des commentaires que de l'article (en ayant peur de partir un peu en HS) :
Mais faut il désormais craindre d'être ennuyé quand on passe un séjour à Tokyo ou cela reste des cas isolés qu'il faut remballer comme on en a l'habitude. Car le Japon représente aussi pour moi un peu de sérénité, se balader et simplement profiter, loin de la France où à peine quelque mètres à l'extérieur et il faut remballer plein de gens, faire attention à soi et à son sac comme à la prunelle de ses yeux?

Annie
22 Juillet 2013
21:33

Surtout ne t'inquiète pas. Je voyage seule quand je vais au Japon et n'ai jamais rencontré l'ombre d'un souci.
En temps normal, je vis à Paris et je trouve Tokyo plus sûre et plus sécurisante. C'est lié aussi au fait que cela soit plus discipliné et bien organisé.
Evidemment, je fais attention à mes affaires mais, pour te donner un exemple, j'étais allée me laver les mains dans un Starbucks et j'avais laissé mon appareil photo par terre sur la terrasse qui etait situee sur la rue ! Quand je m'en suis rendu compte, mon appareil était à la même place et personne ne l'avait volé. Il y a des tas d'exemples de ce cas.
Le Japon est un pays extrêmement sûr.
Les cas particuliers évoqués ici sont des cas particuliers et je n'en aime pas du tout le ton ni les sous-entendus.
Comme l'a écrit quelqu'un sur ce site, je ne sais plus dans quel article, quand on voyage il faut s'adapter à la façon de vivre du pays que l'on visite.
J'aime beaucoup les Japonais de façon générale. Quand je suis au Japon, je me comporte de façon polie, souriante, non-condescendante, respectueuse et vraiment je passe un moment hors du temps.
Annie

Wes san
23 Juillet 2013
07:14

Alors en disant black et jap il n'y a rien de pejoratif il faut evoluer avec son temps et accepter les nouvelles generations(les jeunes).

Apres avoir l'afrique l'asie tres souvent il n'ya rien de raciste ou autre.

En meme temps annie, je ne sais pas s'ils sont senegalais, zairois camerounais je ne veux pas leur demander.

Hier soir a shibuya meme soucis avec un qui voulait me vendre de la drogue ndans une petite ruelle et bel et bien sous l'emprise d'au moins drogue dure.

Sayonara peace et enjoy japan

23 Juillet 2013
07:51

J'ai bien ri....

Savoir évoluer avec son temps... Tu ne me connais pas et ... me considérer comme une quasi vieille dame :) me fait doucement rire. Parlons plutôt d'état d'esprit et de façon de parler.
J'ai un fils de 25 ans et jamais je ne l'ai entendu dire 'japs' et pourtant il est djeun et est loin d'avoir un style BCBG (pas plus que moi, d'ailleurs).

Bonne journée et ... dis-toi bien qu'on est toujours le 'vieux' de quelqu'un.

Annie

23 Juillet 2013
12:36

Il n'y avait rien de péjoratif dans ce que nous disions. Au même titre que Jean-Hubert s'appelle Jean-Hubert, un japonais est un japonais, tout comme un noir de peau a la peau noir et que moi que je suis une typée caucasienne qu'on qualifiera de "gaijin", quoique je dise et quoique je fasse (d'autant plus que j'en suis une, alors pourquoi le nier ? J'ai pas honte d'être une gaijin, et je pense que les japonais n'ont pas ont d'être des "jap" etc). Ce ne sont que des qualificatifs qui servent à donner, avec plus de précision qu'un vague "quelqu'un", des indications sur la majorité des individus qui nous ont importunés. Il n'y a pas de jugement racial. Faut arrêter de voir une sorte de xénophobie ou racisme quelconque là où il n'y en a pas.

Désolée si nos paroles vous ont paru un peu déplacées et méprisantes. Nous n'avons fait que livrer des anecdotes, du vécu. J'aurais eu aucun mal à dire "un blanc" (donc comme moi) si j'avais eu des embrouilles avec, ne connaissant ni son prénom, ses origines (en dehors de son physique), encore moins l'endroit où il réside.

Bref, pour faire le lien avec le sujet, plus qu'un racisme de bas étage (et décidément servi à toutes les sauces =_= on n'peut plus rien dire, comme "il" dit...) c'est une façon de VIVRE qui ne correspond pas au pays. C'est tout. Au Sénégal, c'est normal de voir les gens courir vers toi pour te vendre des souvenirs, ça fait parti du mode de vie du pays. Y'en a ils s'en foutent. En allant au Sénégal je me braquerai jamais pour ce genre de choses puisque je sais que ça fait partie intégrante du pays. Mais aller au Japon et se retrouver dans une rue où des "gens de couleur à l'accent tellement prononcé qu'on les devine immigrés" nous attrapent (littéralement) le bras, ou nous interpelle quitte à ce que TOUT le monde entende dans la rue, non désolée, ça n'a rien à faire ici. Je vais pas au Japon pour vivre comme au Sénégal (ou comme en France).

"A Rome fait comme les romains", rien de plus, rien de moins. N'oublie pas d'où tu viens, mais n'oublie pas non plus que tu es chez ton voisin.

J'espère que le malentendu est réglé et que la raison de nos "plaintes" est plus claire et explicite ! xD Encore désolée du désagrément, mais je pense que tout le monde peut être en mesure de comprendre qu'il n'y a pas de jugement sur une quelconque "race". Juste un problème de savoir vivre dans un pays radicalement différent.

Cordialement,
Anabelle.

Gunter
23 Juillet 2013
14:26

Bravo Annabelle. On ne peut plus clair.

Car c'est vrai que dès qu'on évoque une quelconque allusion à la couleur de peau, ça par en vrille sur le racisme.

Maintenant, ne nous voilons pas la face (sans jeu de mot) les "différences" existent mais chacun doit s'adapter à 100% à la manière de vivre du pays.

Comment voulez-vous qu'il n'y ait pas de problème si tu veux imposer ta manière de vivre dans un autre pays.

Noy
23 Juillet 2013
18:51

En même temps il me semble avoir que le terme "jap" était péjoratif (personnellement je ne l'utilise japonais), attention quand même de ne pas trop en abuser;).

Noy
23 Juillet 2013
18:53

Je ne l'utilise jamais, je dis "japonais" (je ne suis pas trop adepte du langage SMS faut dire).

akumi
25 Juillet 2013
13:30

La meilleure façon de le dire aurait été "JE PENSE qu'il n'y avait rien de péjoratif."
Parce que tu ne sais pas comment quelqu'un d'autre pourrait prendre tes propos. Je ne veux pas lancer le vieux truc du politiquement correct, mais il serait temps qu'on comprenne qu'avec tout ce que les étrangers se sont pris (et se prennent encore) dans la gueule en France, certains termes sont plus sensibles que d'autres. Notamment "Black", "Noir" et autres, suivant le contexte. Le problème dans ces commentaires, et ce qu'Annie a pointé du doigt, c'est que vous avez englobé toute une communauté.
Je reprends vos mots : "ils sont bruyants et donne une atmosphere etrange." " attroupements de black qui boivent, fument, rient à gorge déployée, gueulent, se provoquent, emmerdent tout le monde."

Ok, vous avez essayé de dire que vous ne faisiez pas de généralité "Pas tous les black non plus, hein. Quelques uns, mais que « eux ». –’" "(Pas de racisme ou quoi que ce soit, moi meme etant metisse)" ( Je vais pas faire la conne, et vous traiter de racistes. Je suis sûre que non. Ce que j'essaie de dire, c'est qu'on utilise parfois des termes sans ce rendre compte de la portée symbolique qu'ils contiennent, et notamment de l'idéologie qui peut suivre derrière. "Les bruits et les odeurs", ça vous rappelle rien ?

Comme le disait Annie, ce sont des HOMMES (dans le sens être humain, hein, je vais pas en plus rajouter la question des genres dans ce débat !) qui vous ont fait chier/honte. Le hasard a voulu que ce soient des noirs, mais donc c'est ça que vous avez retenu. Et si c'était un blanc, je suis sûre (et soyez honnête, s'il vous plaît) que vous auriez parlé du pays (Américain, espagnol...) ou de la catégorie sociale (bourge, etc) d'abord.
Fiou, le long pavé. Mais ça devait sortir. Merci de l'avoir lu :)

25 Juillet 2013
13:49

Eh beh ;) quelle intervention ! Je partage totalement ce que tu as écrit.
Je n'avais pas rebondi sur les commentaires car il vient un moment où l'on se dit que chacun a ses opinions et que ce que l'on pense ne va pas influencer les opinions d'autres personnes.
J'avais lu le commentaire de Maeva qui avait pris au premier degré ma phrase : 'on met les français en France, les japonais au Japon et tout sera en ordre', j'avais commencé à rédiger une réponse et je me suis dit : 'laisse tomber'.

On trouvera toujours des exceptions sur tous les sujets. Je ne me fais pas une idée carte postale du Japon car j'en connais ou imagine les travers. Ce que j'en connais est une vue de touriste qui a maintenant des amies japonaises, je n'y vis pas, n'y travaille pas. Ma propre expérience est très positive et je me plais beaucoup dans ce pays.

Ce qui compte avant tout, c'est son propre comportement, il conditionne le comportement des autres. Cela me fait penser aux parents qui souhaitent donner à leurs enfants une bonne éducation et qui sont odieux avec tout le monde.

Bonne journée tout le monde,

Annie

25 Juillet 2013
18:00

Je ferai pas un long pavé une nouvelle fois mais pour en avoir parlé avec bien des gens venant de différentes ethnies (et chacun est différent donc ils ne sont pas représentatifs de ce que tout le monde pense) ils m'ont clairement expliqué que les seuls que ça "dérange" de dire black, chinois, jap, arabe ou frenchie, ce sont pas les "concernés", mais ceux qui justement n'appartiennent pas à cette ""communauté"". Autrement dit, mes potes "black" sont les premiers à dire "on est black", mais un français qui dit "black" c'est "oh my god il a dit black". En gros. Qu'on m'appelle blanche j'en ai personnellement rien à cirer. Partant de ce principe là... en tout cas chez moi, y'avait rien de péjoratif ^^'

Juste... ne t'avance pas sur ce que "nous" pensons et si "nôtre" façon de nous exprimer, je peux te dire que ce soir c'était un Camerounais qui m'a saoulée, mais c'aurait un blanc et j'aurais pas su son pays, c'est "un blanc". C'est tout...

Mais bon. La prochaine fois je dirai "un gars au tshirt noir avec écrit Nirvana" dessus. Ca portera moins à confusion.

Comme le dit Annie on a tous nos opinions... mais il faut aussi arrêter de voir le mal dès que quelque chose sort de "vos" sentiers battus. (la preuve en est, on est plusieurs à partager une opinion opposée)

Bref, je comprends parfaitement vos raisons, mais comprenez aussi les nôtres !

akumi
25 Juillet 2013
18:13

Ok, c'est pas grave, j'aurais essayé. On m'avait bien dit en psycho que plus on essaie de convaincre une personne, plus elle s'accrocherait à ses idées.
Je voulais juste montrer le problème des étiquettes qu'on aime tant en France. La preuve, je dois te dire que je suis une "Arabe", et que donc je fais partie des communautés concernées par les généralités dont je parlais. Tant pis, mais merci d'avoir répondu quand même.

SADV Cobra
23 Juillet 2013
22:38

Je vais sûrement dire une bêtise, mais il me semble avoir lu que Jap est un terme péjoratif, et que cela remonte à la seconde guerre mondiale durant laquelle il était très utilisé pour désigner ce peuple. Mais je ne sais plus où j'ai lu ça.

Noy
24 Juillet 2013
08:06

Il me semble avoir lu quelque chose comme ça en effet. Il est toujours bon de le savoir même si les jeunes l'utilisent sans en avoir conscience.

Wes san
23 Juillet 2013
14:29

Merci anabelle je ne saurai mieux m'exprimer...
Ton parler et franc et precis........
Faut arreter de vour le xenophobie partout ceux qui la voit sont ceux qui la pratique. J'ai 26 ans et mes amis noir je les surnoms mes negros mes amis chinois les niakwé car je les aime fort et les surnome, et ils en sont fiers, tt comme je suis fier detre un gaijin blanc de peau mais avec des origines algerienne.

Mes amis me sirnoment tissmé comme metisse il fait savoir evoluer tout comme le pauys que tu aimes qui est le japon.....

Ce soir c'etait resto et karaoke boere a volonté^^

Noy
23 Juillet 2013
19:02

Là il s'agit évidemment de personnes de ton entourage, j'imagine bien que tu n'en ferais pas autant avec des inconnu(e)s.^^'

Maeva
23 Juillet 2013
19:19

Donc voila j'ai a peut prés lus la plupart des commentaires , certes j'ai très peut de connaissance de ce pays qui me fait rêver , mais vous m'avez un peut refroidi :x ! A se que j'ai compris il ne faut simplement pas ce faire une perception parfaite de se pays . Oui ils ont leurs propres systeme social , qui'il limites les degats car ils savent tres bien avec une population aussi dense qu'une anarchie et si vite déclencher , comme vous dite la plupart d'entre eux sont voir tres polie ! Mais c'est aussi une faiblesse que des personnes malintentionner ont compris et n'hesite pas a en abuser . Je pense que cette population essaye d'atteindre comment dire une perfection le mot est fort mais aucune faille dans leurs systemes . Mais je n'accepte pas le fait que vous dites les francais en france , les japonnais au japon etc ... si c etait le cas ont serait etouffer par le systeme en autres . Et ont ne saurait rie. Des pays voisins ni leurs cultures bref ont pourrais pas s 'evader et chaques etres humains je pense a le besoin de s'ecarter de la societer et le besoin de decouvrir de nouveau horizon . Voila
Malgré mon jeunes ages ( 14 ans) je veut pas casser cette image que l'ont c 'est faites car se n'est pas partout pareil .

Mizuka
27 Juillet 2013
06:37

La société japonaise à des failles et n'est pas parfaite, comme dans toutes les sociétés. Nous sommes français, nous sommes nés en France, avons grandis en France pour la plupart, nous connaissons les failles de notre société. Nous savons ce qui va et ce qui ne va pas et nous nous attendons à ne pas voir les mêmes choses ailleurs.

Pour vous donner mon point de vue, ce qui fait que j'aime tant le Japon et sa société, c'est parce qu'il y à des différences importantes et un savoir-vivre que je ne retrouve pas en France. Oui, j'aime bien me balader dans la rue sans me faire accoster par des gens qui veulent me vendre des trucs louche (et qui me tutoient alors que je ne les connais pas), savoir que je n'ai pas à cacher mes effets personnels sans avoir la crainte de me les faire voler dans la seconde qui suit, savoir que n'importe quel transport qu'il soit- arriveront à l'heure, et bien d'autres ! Mais par dessus tout, lorsque vous aimez un pays, il faut apprendre à aimer ses défauts également, vous risqueriez de tomber bien bas sinon. Et quand je vais au Japon, c'est certainement pour ne pas voir les mêmes chose qu'en France.

Quand vous vivez ou voyagez dans un autre pays que le votre, il faut s'y adapter, dans le cas contraire, repartez, vous ferez plus de désordre qu'autre chose.

Pourquoi les japonais sont-ils civilisés ? Parce qu'ils sont bien éduqués, et cette éducation fait partie intégrante de la culture pointilleuse de ce pays. Mais attention, il n'est pas rare que je rencontre des Japonais qui fuient leur pays à cause du "trop de règles" selon eux. Nous avons tous une "société modèle" dans laquelle nous aimerions vivre. Je prie pour que chacun puisse trouver la sienne un jour. Chacun chez soi oui ! Mais votre chez-vous est peut-être ailleurs qu'içi ^^.

bossia
31 Août 2013
18:07

avant de regarder chez les japonais et leur politesse il faut regarder la france les supermarket , les coup de klaxon , les injures , les acrochages les coup de colére vous n'avez pas a juger les japonais mais plutot a vous juger vous même.
(heureux couple japonais/portugais/bresilien/français).
et les français ne sont plus le top et matiére de jolie coeur c'est les portugais/brésilien
bonne journée a tous^^ kampai!!!!

Kyushen
31 Août 2013
19:09

A oui donc selon toi si on est pas mieux que certaines personnes (l'article n'a jamais dis que les jap sont moins bien que nous en terme de politesse, bien au contraire... et de loin!)on ne peux pas les juger? Juste une question. Tu est qui toi pour nous dire que on a pas à juger untel et untel??? Tu est Dieu?

sean
26 Octobre 2013
18:25

@bossia, "les coup's' de klaxon" devraient être légion plutôt de l'interdire dans l’hexagone sans raison particulière.
La conduite au klaxon est très présente en Asie et pourtant c'est un bon complément voire remplacement des clignotants que beaucoup ignorent volontairement ou non, on peut être courtois et respectueux tout en klaxonnant et criant(sans injure bien sur).

Sean
26 Octobre 2013
18:19

"le Japon a soigneusement cherché à éviter la diversité ethnique pour faire évoluer sa société. "

Avaient-ils le choix? contrairement à la France qui a eu recours aux immigrés des pays frontaliers et d’Afrique du nord, les japonnais n'avaient pas la possibilité 'légitime' de faire de même, avec les massacres en Chine(concours de décapitations de civils à Nankin), la victoire sur les soviets pendant la guerre de 1905, la colonisation ultra violente et non-productive de la Corée(détruire les infrastructures, obliger les coréens à avoir un nom japonais et à apprendre le japonnais au détriment du coréen...) je doute qu'il y avait une politique et surtout des candidats en grand nombre pour reconstruire l'empire impérialiste régional et un peu trop extrême de l'époque, d’où l'ultra nationalisme des nord-coréens similaire à celui des Nippons.

Quoi qu'il en soit, il n'en est plus de même, désormais ce peuple est un exemple pour le reste de l'humanité pour son humilité et unité nationale, c'est sans rappeler que les Yakuzas(organisation criminelle) contribuent à la sécurité et ont œuvré(Fukushima) à la survie de leur compatriote sans contre partie. Je mets au défi, en temps de crise humanitaire les talibans, ms13, camorra... à faire de même.

karine
31 Décembre 2013
14:43

ce papier est vraiment une absurdité ethnologique, limite raciste, rempli d'a priori, et tellement faux.

alexis
01 Juin 2014
23:49

A kyoto depuis dix jours lever a 7h tout les matins les mecs crient dans les rues font des travaux en gros en ont rien a foutre des autres, meme en general ils sont 'moins poli que nous juste leur regle de communocation nous fait croire le contraire..

richard
09 Novembre 2014
11:54

toute cette discussion sur la "civilité" est très intéressante et permet d'affiner nos propos...je voudrais juste citer 2 faits que j'ai vécus en octobre 2014 au Japon en n'oubliant pas de dire en préambule que c'est un pays où je me suis senti parfaitement bien et où j'ai largement profité de l'amabilité de beaucoup de personnes inconnues...
donc premier fait, une personne tombe dans le bus après un brusque coup de frein, personne ne réagit et je me "dévoue" pour relever cette dame et m'assurer que ça va alors que je ne parle pas la langue et ne connait pas les usages ...un autre jour, deux "clochards" se battent avec violence dans la rue, personne ne bouge, je vais chercher des policiers car ça peut devenir grave...ces deux histoires vécues vont dans le sens exprimé dans un article ci-dessus où il est dit que les japonais peuvent "botter en touche" quand il se passe un événement pas normal, dérangeant...une difficulté peut-être à réagir devant l'imprévu alors que tout est si souvent bien ordonné?

Ajouter un commentaire