Julien et Raton-Laveur, entre autres, savent que j’adore les jeux de baston. À Soul Calibur II, j’ai dégoûté Julien en le battant uniquement avec Link. À Dead or Alive Ultimate, Raton lâchait sa goule des heures durant à travers le Xbox Live plutôt que d’affronter un aussi piètre joueur que moi. Tekken reste Tekken mais plus Namco sort d’opus différents, plus j’ai l’impression que la saga vieillit mal. Par exemple, ils vendent à chaque fois la même séquence d’introduction avec des hélicoptères et les Heihachi. Bon, cette fois, le père et le fils démarrent ensemble pour que le premier se fasse tuer par le deuxième. Je vous rassure, il n’est sans doute pas vraiment mort puisqu’on nous balance un quatrième Mishima : Jinpachi… Et lorsque tous les autres personnages nous sont présentés un par un dans une longue séquence en images de synthèse, cette fois plus de doute, on est bien dans un Tekken. L’on se retrouve donc avec une liste de personnages impressionnante, qui reprend jusqu’aux vieux de la vieille qui débutaient la série il y a déjà plus de dix ans. Les détracteurs (j’en suis) avanceront qu’ils n’avaient jamais vraiment disparu, puisque dans ce Tekken 5, sur les quelques dizaines de protagonistes jouables, seuls environ la moitié des gameplay se différencient.

Et voilà, c’est reparti comme dans mes précédents articles sur des jeux de la série (Tekken 4, Tekken Tag). J’écrivais d’ailleurs à propos de l’itération précédente : « Dans son gameplay, et c'est peut-être là le plus grave, Tekken 4 aura à peine progressé d'un poil. Jouer fin 2002 avec des coups qui datent de huit ans à peine rejoints par quelques innovations, ou encore frapper en tenant compte des collisions TRES approximatives, inélégamment masquées par des ronds de lumière ridicules, cela reste absolument honteux. ». Qu’ajouter de plus ? Tekken 5 nous ramène dix ans en arrière : 2D et demie castratrice, impossibilité de tourner autour de l’adversaire, de contrer ou presque, des décors faussement interactifs, les coups malhabilement orchestrés et enchaînés, les collisions ridicules, etc., la liste est trop longue. Face à des concurrents aussi féroces et aussi réussis, je ne vois pas bien à qui la série Tekken peut encore plaire. À ceux qui veulent un trip revival avec les trois premiers opus en version arcade ? Ou à ceux qui, tout simplement, nient l’innovation ? Pour ma part, j’ai beau chercher, je ne lui vois plus aucun intérêt.

Article intéressant ?

Informations pratiques

Thématiques associées

Kanpai vous suggère également ces articles