Oui bon, d'accord, d'habitude on ne fait pas trop dans l'animation internationale, hormis quelques exceptions : Kaena, Corpse Bride ou encore Les Triplettes de Belleville. J'ai décidé encore une fois de poursuivre sur cette petite entorse. Après tout, il n'y a pas de raison que l'animation japonaise se taille la part du lion sur Kanpai!, surtout quand des films comme Ratatouille s'avèrent aussi qualitatifs.

Je suis donc allé voir le dernier Pixar sur les conseils de Julien, alors qu'a priori je n'y étais pas forcément enclin. J'étais resté sur plusieurs déceptions successives du studio : Finding Nemo, The Incredibles et Cars ne m'avaient pas franchement fait bander, surtout face aux irrévérencieux Shrek et autres concurrents sérieux. Ratatouille a le mérite de redresser la barre (haha!) sérieusement et de relancer Disney dans la course au très bon film d'animation.

Techniquement, Ratatouille suit les standards imposés par le studio depuis leurs débuts. Le graphisme est magnifique de part en part, cette fois non seulement sur des textures, mais aussi sur la mise en scène et l'enchaînement des séquences. Le Paris romantique un peu désuet "àla" Montmartre fait l’affaire dans son genre, notamment les quais, les péniches et les chambres de bonne. L'animation n'est pas en reste : les protagonistes se déplacent tous avec une démarche particulière, en particulier les rats dont les mouvements sont, bien sûr, très travaillés. Mignons en solo, plus inquiétants en groupe, la palette de possibilités est vaste et bien employée.

Le studio utilise ses compétences pour donner aux personnages un caractère particulier. Tous ont bien entendu un trait notable, parfois abusif, mais toujours bien géré. Parmi eux, notre petit chef est particulièrement mis en lumière. Mouvements du museaux et anthropomorphisation rappellent que Pixar est bel et bien sous la coupe de Disney. De même, les messages plus ou moins insidieux sur l'affirmation du moi et la trash-food (ici, les plats surgelés) enfoncent cet état d'esprit tout public. Il est toutefois, reconnaissons-le, moins patapouf que dans certains autres Disney. Non, je ne cite pas lesquels, je ne suis pas une balance.

Pour agrémenter tout cela, un scénario intelligent et bien ficelé rythme sans temps mort une action bien calculée. Il y a sans doute un peu de chauvinisme là-dedans, j'avoue, mais Ratatouille (à prononcer avec l'accent américain - so sexy !) s'avère plus que bon... il est délicieux !

Article intéressant ?
5/5 (1 vote)

Informations pratiques

Thématiques associées

Kanpai vous suggère également ces articles

Commentaires

fr4nz
10 Août 2007
11:11

Marrant que tu n'ai pas aimé Nemo et Incredibles. Pour Cars par contre on est d'accord ... un vrai navet de part en part.

Bref, ta petite critique me donne sérieusement envie de voir ratatouille ^^

Ajouter un commentaire