Tournoi de sumo : mon compte-rendu

Puisque je venais en voyage au Japon pour quelques semaines et que j'allais loger à Kyoto pendant une dizaine de jours, je voulais vivre l'expérience sumo au moins une fois. Lors de mes précédents voyages, je n'avais pas eu l'occasion d'assister à l'un de ces évènements et cette fois, j'étais sur place en mars. Il y a des tournois au Japon tous les mois impairs et à Osaka, coup de chance, c'est en mars. L'occasion était donc toute trouvée d'aller y passer une grosse demi-journée et d'en profiter pour voir Yannick et Yūmi. Yannick est un ami expatrié au Japon depuis plusieurs années et c'est Yūmi qui nous a réservé les places. Sur le site officiel, la procédure est assez contraignante (il faut s'inscrire, et je ne suis même pas certain qu'on puisse recevoir les places jusqu'en France) alors que la miss a simplement eu à descendre au conbini du coin pour me choper les billets.

On peut parfois penser à Osaka comme une grande ville "mineure" au Japon à cause de son absence de mise en avant touristique, alors qu’elle est la 3ème ville de l'archipel en terme de démographie. Mais son ambiance dynamique traduite par la Dotombori, qui va quasiment de Namba à Umeda (ses deux pôles), en fait une mégapole très agréable. Amusez-vous à écouter les jeunes parler autour de vous et vous aurez une idée du positionnement d’Osaka par rapport au reste du Japon. C’est aussi un peu dans cet ordre d’idée que l’on constate l’absence quasi totale de jeunes lors de ces tournois.

Je ne m'étais pas spécialement intéressé au sumo et, sauf à être tombé dessus par hasard à la télé, je ne connaissais pas particulièrement le folklore lié à cette discipline. Je suis donc arrivé au tournoi en tant que néophyte. Les billets donnent droit à l'accès au gymnase du matin au soir. Lors d'une journée normale, les combats commencent dans la matinée et se poursuivent jusqu'à la rencontre du Yokozuna (Hakuhô, en l’occurrence) en fin d'après-midi. Lui, c'est la star : en 300 ans d'histoire du sumo, seuls 69 ont été promus à ce titre, c'est dire si le type est vénéré. Les autres, ce sont des « rikishi » plutôt que des « sumotori ». Durant toute la journée, donc, les combats s'enchainent avec une montée en ligue au fur et à mesure des heures. La journée se termine généralement entre 18 et 19:00. Avec le ticket, il est possible de sortir et de ré-entrer une fois, par exemple pour aller manger à l'extérieur.

Les places pour assister au tournoi ont un tarif dégressif au fur et à mesure qu'on s'éloigne du dohyô (c'est ce qui fait office de ring), comme dans tous les stades. Les sumotori sont positionnés est et ouest, le gyôji (juge arbitre à l'intérieur du cercle) est au sud et fait face au nord, la préparation des sumo (le « shiko ») se fait vers le sud-est et le sud-ouest. Les cérémonies du Yokozuna se font face au nord. Pour toutes ces raisons, je préconise un placement dans la tribune nord, et si possible pas trop haut : on voit évidemment mieux les combats et ils sont surtout beaucoup plus impressionnants à mesure qu'on descend et qu'on s'approche du dohyô. Et puis, les rangées du fond sont des tribunes à l'occidentale, étroites et peu confortables, alors qu'un peu plus bas on squatte dans des "blocs" délimités d'un petit mètre carré, plus posés, avec des coussins.

Quand on passe toute une après-midi sur place, être bien installé et pouvoir étendre ses jambes n'est pas forcément un luxe. Je pense donc que ça vaut le coup de mettre au moins 7-8000¥ dans sa place de sumo. En venant en matinée, où il y a encore peu de monde, on peut descendre très près du dohyô pour prendre des photos ou filmer, sortir une fois pour aller manger dans un resto environnant (pourquoi pas du takoyaki, une des spécialités culinaires d'Osaka), puis profiter des matchs poids lourds tout le reste de l'après-midi. C'est en tout cas, comme ça que je ferai la prochaine fois pour en profiter au maximum.

Je conseille en tout cas d'assister à l'une de ces rencontres si vous en avez l'occasion. C'est un moment très intéressant et qui participe encore beaucoup du folklore japonais.

Pour obtenir toutes les informations sur les tournois de Sumo, visitez le site officiel Sumo.or.jp.

Voici des photos de Sumo prises lors de ce tournoi à Osaka (cliquez pour agrandir les miniatures).

Cliquez ici pour afficher toutes les photos de cet article
Galerie - 17 photos
Journée Sumô à Osaka avec le Yokozuna Sumotori
Publié le
8 commentaires
Publié par Gael
Fondateur / Rédacteur en chef
Gael est le responsable de Kanpai depuis sa création. Amoureux de la culture japonaise au sens large, il voyage au Japon régulièrement depuis 2003 et partage ses infos, bons plans et un certain regard sur le Japon.
Kanpai vous suggère également ces articles
Pour en apprendre plus sur le Japon, consultez les eBooks Kanpai

Les deux systèmes syllabaires appelés "Kana" sont à la base de l’écriture nippone et il est indispensable de les connaître sur le bout des doigts pour commencer à lire et écrire le japonais.

C’est pourquoi nous avons souhaité développer notre propre méthode précise et complète, qui vous permettra d’apprendre les Kana japonais rapidement et de bien les retenir sur le long terme.

8 commentaires sur cet article
05 Avril 2010
00:29

Oui!!!
C'est vrai que payer un peu plus cher pour y être plus à l'aise n'est pas superflu quand on ne va pas voir un tournois de sumo tous les mois impaires et qu'on y passe la journée.
Pour ceux un peu plus rugueux il y a quand même la possibilité de se promener partout dans le "gymnase" et de voir les sumos combattrent d'un peu plus près avant de retourner dans des gradins plus éloignés!!!
Vous pourrez également trouver de quoi grignoter sur place mais rien ne vaut un bon bento de la gare la plus proche ou encore d'un bon resto pas loin qui ne vous coûteront jamais aussi cher que tout ce que vous pourriez acheter sur place pour vous contenter ;)

pitchan
23 Février 2011
20:41

Oh oui le sumo vaut bien qu'on y passe la journée. J'y suis allée l'année dernière avec une amie japonaise, à Nagoya et on eu des billets à 10.000 yen (les seuls qui restaient car à cause des histoires de paris il semble que le "stade" ait été plein pendant plusieurs jours d'affilée) mais je ne l'ai pas regretté.
C'est fou ce que les japonais sont bon public, pas une insulte, un respect des sumo même quand un favori perd et en même temps une intensité j'étais bluffée. Le plus drôle vers la fin de la journée quand les tribunes sont toutes remplies, une annonce disant "veuillez ne pas jeter vos coussins s'il vous plait" (parceque parfois quand certains sont mécontent ils jettent les coussins sur lesquels ils sont assis).
On a fait la queue vers midi pour manger du chanko nabe c'était assez bon, sinon on est effectivement sorti une fois pour trouver un combini.
A nagoya les zabuton les plus proches du dohyo valent dans les 40.000 / 50.000 yen et les gens les reçoivent parfois en cadeau (dixit le vieux monsieur japonais qui était tout devant).
Pour ceux qui aiment le sumo, un très bon manga Okami san qui parle d'une sumo beya.

13 Mars 2011
10:15

quel matche ?

13 Mars 2011
15:08

quel match ? quoi ? J'y étais juste 2 jours avant le combat final.

28 Août 2011
11:53

Etant au Japon pour encore 2 mois je vais aller faire un tour à Tokyo pour voir sa :-)
Quelqu'un à déjà été au TOKYO Game Show ? Qui se déroule aussi en septembre

28 Août 2011
14:16
Samantha
17 Juillet 2012
08:23

Merci !!! J'en rêve depuis longtemps et je n'ai pas pu y aller lors de mon dernier voyage... Je ne perd pas espoir :)
Superbes images !

Hakuho
27 Juin 2014
03:16

Excellent article avec des photos très réussies! J'aime beaucoup le sumo et j'ai déjà eu la chance d'assister à plusieurs tournois.

Pour les fans qui veulent en savoir davantage sur le sumo, suivre les tournois avec les résultats et connaitre l'actualité je recommande la lecture de Dosukoi qui est une évolution majeure de l'ancien site sumofr.net:

http://www.dosukoi.fr

Ajouter un commentaire