Nucléaire : le risque radioactif d'un voyage au Japon

Mon dernier article spécifique sur la question du nucléaire au Japon remonte à la mi-janvier, il s'agit de Fukushima / Tchernobyl : la carte de comparaison. Toutefois, je sens que ce sujet bouillant est très prégnant dans vos interrogations, d'où sa fréquente immiscion dans les discussions, notamment en commentaires des articles publiés sur Kanpai autour du voyage au Japon.

J'ai donc décidé de proposer cet article afin de rouvrir clairement et spécifiquement le débat, ceci en priorité pour deux points : d'abord pour montrer à certains ce que j'assure depuis le 11 mars 2011, c'est à dire que je ne bloque pas la discussion intelligente, ni n'ai d'idée fermement arrêtée autour de la crise nucléaire japonaise ; et pour que chacun puisse clairement exposer son avis, ses interrogations, ses arguments sur le sujet.

Mon avis sur la question du nucléaire au Japon n'est jamais définitif. Tout simplement car, d'une part, je ne suis pas expert du sujet ; comme la plupart d'entre vous d'ailleurs, bien que dans les médias, et Internet n'y fait pas exception, on ait vite tendance à s'auto-proclamer ou se faire proclamer spécialiste. D'autre part, il est illusoire de penser qu'on connaisse aujourd'hui la portée réelle de conséquences que des dizaines d'années et la difficile levée du secret d'un état mettront à dévoiler.

Dans un sens général, je suis de ceux qui pensent qu'il y a potentiellement un danger à voyager au Japon mais que pour l'écrasante majorité des touristes, c'est à dire ceux qui restent dix à vingt jours sur place, ce risque se range quelque part entre le minime et le réduit. C'est la raison pour laquelle je continue à encourager les personnes ayant cette volonté de partir visiter le Japon, à y voyager (exception faite, il va sans dire, de la zone interdite des 40km autour de la centrale).

Je maintiens ce que j'ai déjà exposé dans ces pages, à savoir qu'à mon sens, on court du risque à se trouver un peu partout dans le monde. D'autres failles sismiques menacent des populations, par exemple celle de San Andreas en Californie. On a l'impression que chaque semaine marque sa découverte d'un nouvel élément cancérigène dans la viande, les récoltes, les boissons que l'on nous vend en occident. Bien entendu, cela n'atténue pas la crise japonaise, mais il est toujours plus facile de voir la paille dans l'oeil de son voisin que la poutre dans le sien.

Evidemment, toutes ces idées ne reflètent que mon humble conviction, elle n'ont pas portée de parole d'évangile et je ne forcerai jamais quiconque à être d'accord avec moi. Pour les inquiets (que je ne juge absolument pas, chacun est libre de sa pensée) ou ceux qui partent avec des enfants et veulent minimiser le risque en évitant le Tôhoku voire Tokyo et Aomori / Hokkaidô, il reste tout le sud du Japon : Okinawa, Kyushu, Hiroshima / Miyajima, Shikoku voire Osaka et le Kansai : Kyoto, Nara, etc.

Je veux également exprimer que, toute considération politique mise à part, j'ai une tendance plutôt écologiste dans le sens où je souhaite véhiculer des valeurs de respect pour la nature au sens général et de cohésion entre sa sauvegarde et les nécessités liées au développement démographique.

Il y a, en revanche, une action que je trouve déplorable : c'est la manière dont certains, sous couvert de vouloir prévenir les populations, agressent leurs interlocuteurs et se posent en défenseurs de la (seule) bonne parole, censeurs de la conscience juste et objecteurs du savoir penser correctement. Si je partage certains points de fond, je suis généralement en total désaccord avec la forme, le ton et les termes gnomiques employés.

Cette dérive (à mon sens) du discours vers l'anxiogène ou l'ingérence va à l'encontre de l'intérêt commun qu'ils cherchent à protéger. Quelle que soit la gravité de la crise, cela ne peut pas justifier le ton anti-débat brutal voire menaçant qu'on trouve parfois. Je ne crois pas que l'on puisse faire passer un message intelligent en jouant sur la peur, la culpabilité et la division des esprits.

Il existe des tonnes de liens, d'études et analyses, de compte-rendus tous plus contradictoires les uns que les autres, auxquels on cherche surtout à s'accrocher pour confirmer ce que l'on ressent à titre personnel. Pour cet article, je pointerai seulement vers deux sources. D'abord Sciences², qui me semble faire preuve de beaucoup de sérieux et de précaution autour de ce qu'on résume souvent à tord à "Fukushima" ; libre à chacun d'interpréter leurs propos. Puis le flux Twitter de Karyn Poupée, journaliste Franco-Japonaise correspondante pour l'AFP à Tokyo, qui effectue notamment un travail de curation sans relâche sur l'après 11 mars.

Terminons par une donnée factuelle : à ce jour, il ne reste plus qu'un seul réacteur nucléaire en activité au Japon, sur les 54 qui l'étaient au 11 mars 2011. Tepco n'exploite plus d'unité nucléaire en fonction aujourd'hui. Début mai, il n'y aura plus aucune centrale en opération sur le territoire japonais.

Se pose désormais la question de savoir combien de ces arrêts de réacteurs sont définitifs. Avant l'épisode Fukushima, l'énergie nucléaire représentait environ 30% de la production d'électricité du pays. Dans quelle mesure le Japon va-t-il être en capacité de trouver des énergies alternatives qui ne constituent pas un danger, tant sur le plan de la pollution que d'un point de vue sanitaire pour ses ressortissants, expatriés et touristes ?

Centrale de Fukushima et voyage à Tokyo
Publié le
137 commentaires
Publié par Gael
Rédacteur en chef
Gael est le fondateur et responsable de la publication sur Kanpai. Amoureux de la culture japonaise au sens large, il voyage au Japon régulièrement depuis 2003 et partage ses infos, bons plans et un certain regard sur l'archipel nippon.
Kanpai vous suggère également ces articles
Pour en apprendre plus sur le Japon, consultez les eBooks Kanpai

Les deux systèmes syllabaires appelés "Kana" sont à la base de l’écriture nippone et il est indispensable de les connaître sur le bout des doigts pour commencer à lire et écrire le japonais.

C’est pourquoi nous avons souhaité développer notre propre méthode précise et complète, qui vous permettra d’apprendre les Kana japonais rapidement et de bien les retenir sur le long terme.

137 commentaires sur cet article
Gaële
26 Mars 2012
12:21

Très intéressant comme article. Nous sommes partis avec mon mari en novembre après l'annulation de notre voyage en mars suite aux événements qui se sont produits. C'est vrai que le risque de radioactivité nous préoccupait un peu mais en partant une semaine à Tokyo et une autre à Kyoto avec une journée à Hiroshima le risque pour des touristes n'est pas autant élevé que pour ceux qui y vivent. Mais ce qui est certain c'est que si c'est pour partir la peur au ventre dès que vous mangerez quelque chose ou que vous êtes en plein air autant choisir un autre voyage plutôt que de se gâcher la vie !
En tous cas, je ne regrette pas notre voyage et le Japon est tel que je l'imaginais. Et dès qu'on peut, c'est certain on veut repartir.
Petit lien sur une étude de la radioactivité ressentie en fonction de qui on est : http://www.courrierinternational.com/article/2012/03/09/contamination-ra...

26 Mars 2012
12:28

Amusant ton lien, Gaële, il me fait penser à quelque chose : La contamination nucléaire au Japon vue par... ;-)

Gaële
27 Mars 2012
05:35

Oups ! Je n'avais pas vu cet article....

E. SERVANT
08 Avril 2012
15:00

Je pense pour vous qu'il serait bon d'en savoir plus sur les dangers (un homme ou une femme avertie en vaut deux ) https://www.facebook.com/pages/Fukushima-Informations-La-page/2499455083...

Zoé
15 Octobre 2014
13:30

Très bon lien!!! Je suis cette page depuis longtemps. Partageons tous ce que nous savons :)
Il y a également cette page www.facebook.com/ActuConscience? qui partage des articles de nombreux sujets, mais principalement de nucléaire et de Fukushima (ouvert en 2011 suite à l'accident).
Et bien entendu la page du journaliste japonais www.facebook.com/FukushimaDiaryFR?fref=ts

tunimaal @ Blog d'un Gaijin au Japon
26 Mars 2012
14:17

Très intéressant comme article. On y voit ton ouverture d'esprit.

Pour ma part, je me souviens que lorsque le problème Fukushima était apparu, j'étais alors à Vancouver - Canada. J'avais déjà mon visa et mon billet d'avion pour le Japon. Des amis me déconseillait de m'y rendre.

Il était hallucinant de voir la différence de traitement de l'information. je suivais les médias Nord-Américain et Français en parallèle, tout en jettant un oeil sur les médias arabe. Lorsque j'allais sur les médias français j'avais l'impression que l'on nous disait que le Japon allait disparaitre. J'étais presque choqué d'un tel écart entre tous les médias, à mes yeux les médias français étant les plus alarmistes.

A ce même moment, il se trouvait que j'étais en train de lire un livre intitulé "Shockwave, countdown to Hiroshima", par pur hasard. Et lorsque je lisais ce livre, je me disais "mais il y à des gens qui étaient à quelques kilomètre d'une bombe nucléaire et qui ont survécu, certains n'étant même jamais réellement malade". Certes les dégâts étaient monstrueux et les conséquences ont été énorme, mai cela m'a fait relativiser ce que les médias français pouvaient nous annoncer à longueur de journée.

Et puis d'ailleurs dans ce livre, l'auteur annonçait clairement que des traces radioactives de Hiroshima et Nagasaki sont toujours présentes dans l'air, et ce sur l'ensemble de la surface de la terre. J'ai essayé de m'informé, mais comme tu le dis si bien, avec tous ces messages contradictoires, cela devenait presque impossible.

Ce qui m'a énormément déçu, ce sont les personnes qui sont là à nous annoncer à longueur de journée que Fukushima c'est le drame du siècle, que tous les japonais sont contaminés, que tous le monde aura un cancer. Il y à des personnes qui ont carrément créer des blogs uniquement dédié à cela sans avoir aucune expérience ni aucune connaissance scientifique. Et malheureusement beaucoup de personnes croient ces gens là. C'est dommageable.

Personnellement, et ce n'est que mon point de vue, je pense que oui il peut y avoir un risque sur le long terme. Mais qu'elle est l'importance de ce risque. Tous les jours n'importe où dans le monde d'autres soucis bien plus grave peuvent arriver. Il ne faut oublier qu'en France il y à une centrale nucléaire tous les 200km, et il suffit que l'une d'entre elle explose pour que ce soit un drame.

Comme tu l'as bien noté, le Japon n'aura plus de centrale nucléaire d'ici à Mai 2012, en espérant que ce soit définitif, ce qui veut dire que de ce point de vue là, le Japon sera plus sûr que la France, si je comprends bien, puisqu'il n'y aura plus de risques nucléaires.

Enfin bon c'est un sujet complexe, mais tout cela pour dire, que personnellement cela ne m'a pas empêché de venir au Japon et de rester depuis Mai 2011. Vais-je en mourir? Qui sait, je ne sais pas lire le future et je veux profiter de ma vie sans me soucier de l'ensemble des potentiel problèmes qui pourrait me tuer, sinon je resterais à dormir chez moi (et encore)

Aizen [Team Kibô]
27 Mars 2012
05:02

"Il y à des personnes qui ont carrément créer des blogs uniquement dédié à cela sans avoir aucune expérience ni aucune connaissance scientifique. "

Qu'est ce que tu en sais qu'ils n'ont pas de bagages scientifiques? Certains veilleurs de Fukushima sont justement aidé par des biologistes, des épidémiologistes, des physiciens, ils sont aussi en contact avec le responsable de la criirad...Pierre Fetet (auteur du blog de Fukushima ) a même eu l'opportunité d' interviewer Michel Fernex.

En quoi est ce "dommageable" de chercher à comprendre ce qu'il se passe actuellement? Je suis désolée d'avoir à le dire, mais je te trouve particulièrement nonchalant.

Ensuite permet moi de réagir à une des tes phrases qui me fait tiquer:

"Comme tu l’as bien noté, le Japon n’aura plus de centrale nucléaire d’ici à Mai 2012, en espérant que ce soit définitif, ce qui veut dire que de ce point de vue là, le Japon sera plus sûr que la France, si je comprends bien, puisqu’il n’y aura plus de risques nucléaires."

D'ici mai, ce sont les réacteurs qui vont être arrêtés. Jamais il n'a été question de supprimer définitivement les centrales nucléaires. A t'écouter, on croirait presque qu'ils vont réussir à les faire disparaître comme par magie! Une centrale nucléaire ne s'élimine pas comme ça, aussi aisément. Une centrale nucléaire, doit pour ne plus exister, être démantelée. Et même cela pose de gros problème actuellement aux responsables de la filière nucléaire, car ils ne savent pas vraiment comment s'y prendre. L'arrêt des réacteurs ne signifie en aucun cas qu'il n'y a plus de risques: car le combustible stocké dans les piscines de tout le Japon et les tonnes de déchets hautement radioactifs sont encore là. Certains sont là pour 250 000 ans.

Je te conseille vraiment de t'informer mieux à ce sujet, car il est évident que tu fais d'énormes amalgames qui t'induisent en erreur.

Sorata Mangasanctuary
27 Mars 2012
08:53

Si je peux me permettre, il n'a pas non plus complétement tord. Une centrale nuclaire est beaucoup moins dangeureuse arrêté qu'en activité.
« Il y à des personnes qui ont carrément créer des blogs uniquement dédié à cela sans avoir aucune expérience ni aucune connaissance scientifique. »
Je vois pas ce qui te choque dans cette phrase, logiquement parlant il ne dit pas que tout les gens qui ont créer des blogs sur le sujet ne sont pas scientifique. Il dit simplement qu'il y en a. Il suffit d'ailleurs d'en trouver 2 pour prouver qu'il a raison ;)
Sinon je reviens sur le commentaire de tunimaal, de manière plus général... C'est sympa à toi d'avoir rapeler les catastrophe d'hiroshima et nagasaki. Tu as surtout raison de dire que malgrés l'horreur de ce qui c'est passé des gens exposé à de très hautes dosent de radiation ont survécu. Et c'est bien le "problème " du nuclaire. Le danger est relatif à trois choses, nature de la radiation, taux de la radiation (sous entendu distance), et surtout le plus important : temps d'exposition. Sans compter que les effets sur le corps humain sont aussi diverse que varié en fonction de votre état physique naturelle. En gros pour schématiser 2 personnes au même endroit subissant la même exposition au rayonnement n'auront pas forcément les mêmes symptomes et je pense que tout le coeur du problême est là. Le nuclaire c'est dangereux, mais on est forcé de reconnaitre que ça tue moins que les accidents routes....

Aizen [Team Kibô]
28 Mars 2012
15:38

"Une centrale nuclaire est beaucoup moins dangeureuse arrêté qu’en activité."
Encore une fois, cette affirmation généraliste est erronée. Les barres de combustibles stockées dans les piscines de désactivation de chaque centrale sont extrêmement dangereuses, et ce, même quand les réacteurs sont éteints.
L'exemple même peut être observé pour la piscine du réacteur n°4 à Fukushima: il sufffit qu'il y ai une fuite d'eau et que le combustible sorte de l'eau pour provoquer la fonte (fusion) du combustible. Et quand il s'agit du MOX (présence de plutonium): "cela obligerait à une évacuation de plus de 300 km à la ronde" (source: Professeur Koide Hiroaki, expert nucléaire via radio MBS tanemaki journal)

Autrement, ce n'est pas le fait que Tunimaal ait dit « Il y à des personnes qui ont carrément créer des blogs uniquement dédié à cela sans avoir aucune expérience ni aucune connaissance scientifique. », qui m'a gênée, mais le fait qu'il dise que c'était "dommageable".

Je trouve cela irrespectueux envers toutes les personnes qui investissent leur temps et leur énergie pour partager des informations sur le Japon post fukushima. Il faut savoir que personne ne le fait par plaisir. Notamment les veilleurs de Fukushima le font parce qu'ils ont voulu combattre la censure des médias officiels et la désinformation depuis mars 2011. Tout le travail fourni par ces personnes de bonne volonté est honorable, car ils le font pour aider les japonais, à faire un travail de fond, à organiser des débats, à mieux comprendre les conséquences.

"Le nuclaire c’est dangereux, mais on est forcé de reconnaitre que ça tue moins que les accidents routes."

Cette comparaison est récurrente, absurde et absolument pas constructive. Un accident de la route ne contamine ni n'anéanti des pans de territoire entier sur des générations. Un accident de la route ne tue pas des milliers de personne par effet domino. Un accident de la route est certes plus fréquent mais comparer ce type d'accident aux accidents nucléaires c'est comme dire: "il y a plus de chance de se brûler en utilisant mon four que d'être irradié.

Soyons sérieux.

Ce n'est pas pour rien si même un ingénieur d'EDF , J.P. Pharabod , avait déclaré dans Science et Vie (n°703, avril 1976) au sujet de potentiel accident nucléaire:

« il n'est pas déraisonnable de penser qu'un grave accident survenant à Superphénix pourrait tuer plus d'un million de personnes »

CinnamonJapan
08 Avril 2012
07:01

Le problème n’est pas seulement vous ou moi, et pas seulement ici et maintenant. Le problème, ce sont surtout les enfants, ceux d’aujourd’hui et ceux à venir, et l’environnement qu’on va leur laisser. L’énergie nucléaire est un peu comme l’ogre des contes de fée qui avale tout ce qui passe, c’est un gouffre dans lequel risquent de tomber les générations futures condamnées d’avance par nous. Car sous prétexte de confort électrique ici et maintenant pour vous et pour moi, on a mis en route un processus mortifère qui impose désormais des choix de vie, de gestion, de pollution, d’accidents potentiellement insurmontables… à des dizaines et des dizaines de générations à venir (pour ne pas dire centaines — voyez les phrases suivantes). Par exemple, on ne se pose pas assez la question de savoir qui va gérer les démantèlements de centrales dans le monde entier ? Rien que pour le Japon, il faudra de 40 à 60 ans pour démanteler, si tout se passe bien. En France tout autant, à condition qu’on n’en construise plus, et toujours si tout se passe bien. Qui sera formé pour ça ? D’où viendra l’argent pour gérer pout ça ? Avez-vous remarqué quelles difficultés l’Ukraine a rencontrées pour rassembler l’argent d’un nouveau dôme pour Tchernobyl en 2011 ? Jusqu’au dernier moment on a bien cru qu’elle n’y arriverait pas, et pourtant c’était indispensable. La prochaine fois, ça se passera comment ? Et ensuite, que fera-t-on des déchets ? 100 000 ans pour certains, 240 000 ans pour le plutonium239. En supposant que des êtres nous ressemblant un tant soit peu soient encore sur Terre entre-temps, comment fait-on pour les prévenir de ne pas y toucher ?
Dans le monde entier, actuellement, les étudiants qui choisissent la filière du nucléaire sont en diminution très sensible. Au Japon, par exemple, 50% en moins ont fait ce choix cette année. Sur qui va-t-on compter ?
Les conséquences sanitaires des accidents nucléaires ou tout simplement de l’exploitation de centrales nucléaires même sans incident majeur sont largement méconnues (tenues secrètes) parce que l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) a été obligée de signer en 1959 un accord avec l’AIEA (Agence International à l’Energie Atomique) lui interdisant d’en parler (Lien = http://www.sortirdunucleaire.org/index.php?menu=actualites&sousmenu=doss... ) . Chaque jour, depuis le 26 avril 2007 (date anniversaire de l’accident de Tchernobyl), des protestataires venus du monde entier se relaient devant le siège de l’OMS à Genève, demandant qu’un terme soit mis à cette vassalisation honteuse. On les appelle les Vigies d’Hippocrate. Un lien au hasard sur le Net : http://www.globalmagazine.info/article/144/75/Vigie-d-Hippocrate
Je ne voudrais vous lasser en écrivant plus sur un sujet qui désormais me passionne, mais je voulais monter que quand il s’agit du nucléaire, les imbrications sont multiples et complexes, profondément politiques et historiques, et qu’elles concernent notre survie-même. Ne jamais oublier, si l’on veut comprendre comment on en est arrivés là, que c’est Eisenhower, président des Etats-Unis, qui a officiellement lancé l’idée de ce qu’on appelait alors « l’atome pour la paix » (Atoms for Peace) dans un discours célèbre prononcé en pleine guerre froide, le 8 décembre 1953. Le but non avoué était de pousser l’Europe de l’Ouest à s’engager sur la voie des armements atomiques, moins coûteux et plus efficaces (hélas) que les armements conventionnels. Les centrales nucléaires sont un parfait alibi pour produire du combustible nucléaire utisable dans les armements. Dans toutes les centrales nucléaires du monde, il y a suffisamment de combustible pour faire une bombe en 3 mois maximum. Sans la 2nde Guerre Mondiale et sans la guerre froide, nous n’aurions pas de centrales nucléaires aujourd’hui, nous aurions certainement développé une énergie moins dangereuse, plus propre, renouvelable.
Lien utile: http://en.wikipedia.org/wiki/Atoms_for_Peace

CinnamonJapan
07 Avril 2012
20:36

Le problème n'est pas seulement vous ou pour moi, et pas seulement ici et maintenant. Le problème, ce sont surtout les enfants, ceux d'aujourd'hui et ceux à venir, et l'environnement qu'on va leur laisser. L'énergie nucléaire est un peu comme l'ogre des contes de fée qui avale tout ce qui passe, c'est un gouffre dans lequel risquent de tomber les générations futures condamnées d'avance par nous. Car sous prétexte de confort électrique ici et maintenant pour vous et pour moi, on a mis en route un processus mortifère qui impose désormais des choix de vie, de gestion, de pollution, d'accidents potentiellement insurmontables... à des dizaines et des dizaines de générations à venir (pour ne pas dire centaines -- voyez les phrases suivantes). Par exemple, on ne se pose pas assez la question de savoir qui va gérer les démantèlements de centrales dans le monde entier ? Rien que pour le Japon, il faudra de 40 à 60 ans pour démanteler, si tout se passe bien. En France tout autant, à condition qu'on n'en construise plus, et toujours si tout se passe bien. Qui sera formé pour ça ? D'où viendra l'argent pour gérer pout ça ? Avez-vous remarqué quelles difficultés l'Ukraine a rencontrées pour rassembler l'argent d'un nouveau dôme pour Tchernobyl en 2011 ? Jusqu'au dernier moment on a bien cru qu'elle n'y arriverait pas, et pourtant c'était indispensable. La prochaine fois, ça se passera comment ? Et ensuite, que fera-t-on des déchets ? 100 000 ans pour certains, 240 000 ans pour le plutonium239. En supposant que des êtres nous ressemblant un tant soit peu soient encore sur Terre entre-temps, comment fait-on pour les prévenir de ne pas y toucher ?
Dans le monde entier, actuellement, les étudiants qui choisissent la filière du nucléaire sont en diminution très sensible. Au Japon, par exemple, 50% en moins ont fait ce choix cette année. Sur qui va-t-on compter ?
Les conséquences sanitaires des accidents nucléaires ou tout simplement de l'exploitation de centrales nucléaires même sans incident majeur sont largement méconnues (tenues secrètes) parce que l'OMS (Organisation Mondiale de la Santé) a été obligée de signer en 1959 un accord avec l'AIEA (Agence International à l'Energie Atomique) lui interdisant d'en parler (Lien = http://www.sortirdunucleaire.org/index.php?menu=actualites&sousmenu=doss... ) . Chaque jour, depuis le 26 avril 2007 (date anniversaire de l'accident de Tchernobyl), des protestataires venus du monde entier se relaient devant le siège de l'OMS à Genève, demandant qu'un terme soit mis à cette vassalisation honteuse. On les appelle les Vigies d'Hippocrate. Un lien au hasard sur le Net : http://www.globalmagazine.info/article/144/75/Vigie-d-Hippocrate
Je ne voudrais vous lasser en écrivant plus sur un sujet qui désormais me passionne, mais je voulais monter que quand il s'agit du nucléaire, les imbrications sont multiples et complexes, profondément politiques et historiques, et qu'elles concernent notre survie-même. Ne jamais oublier, si l'on veut comprendre comment on en est arrivés là, que c'est Eisenhower, président des Etats-Unis, qui a officiellement lancé l'idée de ce qu'on appelait alors "l'atome pour la paix" (Atoms for Peace) dans un discours célèbre prononcé en pleine guerre froide, le 8 décembre 1953. Le but non avoué était de pousser l'Europe de l'Ouest à s'engager sur la voie des armements atomiques, moins coûteux et plus efficaces (hélas) que les armements conventionnels. Les centrales nucléaires sont un parfait alibi pour produire du combustible nucléaire utisable dans les armements. Dans toutes les centrales nucléaires du monde, il y a suffisamment de combustible pour faire une bombe en 3 mois maximum. Sans la 2nde Guerre Mondiale et sans la guerre froide, nous n'aurions pas de centrales nucléaires aujourd'hui, nous aurions certainement développé une énergie moins dangereuse, plus propre, renouvelable.
Lien utile: http://en.wikipedia.org/wiki/Atoms_for_Peace

Zoé
15 Octobre 2014
13:37

Salut à toi, que je suis sur facebook!
Bon juste pour dire qu'au début la France a carrément minimisé l'info. Nous a menti (pas de problème, on gère la situation). Puis ils n'ont plus pu rien cacher.
Aujourd'hui, on en entend plus parler et pourtant... chez TepCo c'est toujours une bataille (sans fin?). Bref j'arrive à trouver tous les jours plusieurs articles (pas bidons) mais faut vraiment creuser pour avoir une info (oui tous les jours). Mais pour ceux qui regardent la TV (la plus mauvaise des infos à mes yeux) ils ne verront pas, ils oublient Fukushima et leurs habitants.
Zone interdite: 20km seulement autour de la centrale.
Je connais un enfant qui habite là-bas, je vais bientôt y aller, et bien cette enfant saigne régulièrement du nez, il a 11 ans et il n'a pas d'enfance.
Mais lui, et tous les autres, on les oublie... :(

Anaïs
26 Mars 2012
16:29

Article très intéressant. Pour ma part je pense qu'un touriste ne risque presque rien à aller au Japon, ou du moins il risque autant au Japon qu'en France. Bien qu'étant contre l'énergie nucléaire, il ne faut pas oublier que cette dernière existe de façon naturelle, en particulier dans certaines roches ou sols. De plus, je crois que même pour les japonais le risque peut être relativement faible quand on sait que la radioactivité est un phénomène aléatoire ( "cassure" d'un atome en deux) et que ces atomes radioactifs ont une durée de vie plus ou moins longue (exemple du Césium 137 période de 30 ans). Après bien sure les risques existent mais il ne faut pas tomber dans la psychose surtout que le nuage radioactif n'est pas resté qu'au Japon mais s'est déplacé sur l'ensemble du globe donc au finale le Japon n'est pas plus risqué que le reste du monde.
Néanmoins je respecte le choix de certains d'éviter la région, il ne faut pas oublier que cette énergie n'est pas encore assez connu, de même pour l'ampleur des dégâts puisque je doute que TEPCO nous dise tout...

Azash [Team-Kibô]
01 Avril 2012
20:49

Aïe aïe Anaïs, Deux contre vérité majeures en une seule phrase. Je reprends :
"la radioactivité est un phénomène aléatoire" : Faux, la radioactivité n'a rien d'aléatoire. Si effectivement le moment exact de la désintégration d'UN atome est inconnu, on sait très bien que pour 100 milliards d'atomes elle aura lieu dans certaines proportions qui, elles, sont connues, et potentiellement dangereuses. La disposition des automobiles sur une autoroute est aussi "aléatoire" si on veut. Par contre je ne vous recommanderai pas d'essayer pour autant d'en traverser une les yeux bandés un week-end du 15 août... Pour tout "aléatoire" qu'en soit la position des véhicules, il y a malgré tout de grandes chances pour que vous y risquiez votre peau...
"l’énergie nucléaire, [...] existe de façon naturelle" : Faux également : La radioactivité naturelle existe mais ça n'a absolument rien de comparable. Comparer à la va-vite un gramme de granit et un gramme de plutonium revient à comparer en dangerosité un morceau de minerai de fer et un porte-avion (nucléaire ou non).
Après, il revient à chacun de prendre les risques qu'il souhaite, ou d'en faire prendre à sa famille. Nos discours soit-disant alarmistes ne nous rapportent pas d'argent : Nous n'avons aucun sponsor qui nous paye des droits publicitaires pour vanter les mérites d'un produit ou d'une destination.

Anaïs
02 Avril 2012
06:08

Peut être que je me suis mal exprimée, bien sûre quand je parle de phénomène aléatoire je sais qu'au vu du nombre d'atomes les risques sont bien présents mais je me met ici du point de vue d'un simple touriste qui aura surement moins de chance de se faire contaminer que la population elle même du moins sur une courte période. De même pour la radioactivité naturelle, si les centrales utilisées les mêmes éléments et en mêmes proportions que ceux existant à l'état naturel je crois qu'il n'y aurait pas à s’inquiète, pourtant ce n'est pas le cas et comme je l'est dit dans mon commentaire chacun est libre d'avoir son point de vu sur la question, il est normal de s’inquiète surtout lorsque l'on sait qu'il manque de nombreuses informations aussi bien du côté de TEPCO mais aussi celui des chercheurs, cette énergie n'est pas suffisamment connu pour être utilisé de cette manière.
Au vu de votre dernière phrase je tiens tout de même à préciser que je ne suis pas une spécialiste (sponsorisée ?), loin de là puisque je suis simplement une lycéenne.

Azash [Team-Kibô]
03 Avril 2012
18:57

Un point probablement vrai : Le risque est d'autant plus court que le séjour l'est. Par contre il est impossible de parler de risque zéro d'autant qu'il a été démontré à maintes reprises que des aliments anormalement contaminés avaient été mis sur le marché.
Pire que tout, les normes "sanitaires" ont été multipliées par 10 dans l'alimentation et par 20 pour l'exposition. Le tout, en faisant fi de toutes les études précédemment menées, dans un seul but : Continuer à vendre de la nourriture contaminée, voire de mélanger de la nourriture hautement radioactive avec de la nourriture plus saine pour faire un aliment "juste à la limite".
Ta remarque sur les centrales nucléaires qui fonctionneraient "à la radioactivité naturelle" est par contre la preuve d'une naïveté évidente ainsi qu'une ignorance totale de ce qu'est réellement une centrale nucléaire, de son fonctionnement, du raffinage des matières radioactives et leurs utilisations. Rajouter que TEPCO ignore la situation ou "manque d'information" montre que tu n'as absolument pas cherché à te mettre au courant des mensonges caractérisés formulés par le gouvernement japonais. Tu peux alors en toute quiétude dire "chacun est libre d'avoir son opinion", c'est tellement simple d'avoir un opinion sur un sujet dont on ignore tout...
Je t'invite par contre - afin d'avoir une opinion sur la situation construite sur du concret et non sur des rêves de jeune fille - à rechercher des informations sur le sujet, voire à lire les articles de Kibô-Promesse si le cœur t'en dit. Tu pourras te rendre compte que nous ne sommes pas d'odieux obscurantistes ou des passéistes forcenés. Nous formons un groupe de personnes qui cherche à soutenir le peuple japonais et dénoncer les mensonges d'une industrie qui les tuent à petit feu, les privant, eux et leurs enfants, du droit à la santé et à la transparence.

Marine
26 Mars 2012
19:14

Dans les références, j'ajouterais http://www.laradioactivite.com/fr/site/pages/intro.html. Si on va en bas de la page dans "à propos du site", on peut lire que le site a été écrit par des chercheurs du CNRS spécialisés dans la radioactivité, ce qui, du coup, me semble être une source fiable ! Ce site explique TOUT sur la radioactivité (naturelle, artificielle), ou même les catastrophes nucléaires connues jusqu'à présent, comme Fukushima. Ils font même une comparaison avec ce qui s'est passé à Tchernobyl. Bien qu'ils utilisent beaucoup le conditionnel (comme quoi, même des chercheurs spécialisés ne peuvent être sûrs de rien sur le long terme), ils atténuent pas mal le problème de la radioactivité au Japon. Après chacun interprète les données comme il le sent, mais ce site m'a plutôt rassurée pour pouvoir partir au Japon 14 jours loin de la zone sinistrée en toute tranquillité.

SETH
26 Mars 2012
22:46

Le nucléaire , ce n'est pas que la fission , ne pas faire de raccourci, le nucléaire par la fusion contrôlée a un potentiel énorme pour notre avenir.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Fusion_nucl%C3%A9aire
Le Japon a dix ans environ pour développer ses autres sources d'énergies, la France, quant à elle traîne des pieds, et pourtant... http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89nergie_renouvelable
Rendez_vous dans après cette décennie écoulée pour suivre un Japon devenu sans doute exemplaire, alors que nous aurions dû par prévention, suivre le même chemin

La plèbe s'appuiera toujours sur des peurs pour vivre, une personne censée vivra sa vie, et visitera le pays.

Aizen [Team Kibô]
27 Mars 2012
04:41

Je trouve en effet que c'est constructif que d'avoir fait un article comme celui ci, ouvert au débat. Quelque part, je trouve cela rassurant, parce que cela ne divise pas tous les amoureux du Japon que nous sommes en 2 clans: à ceux qui pensent que ce n'est pas si grave / et ceux qui se font sérieusement du soucis.

Du coup, le débat peut justement se faire dans le calme et la lucidité, justement parce qu'on invite tout un chacun à se poser des questions et surtout à observer les faits. Ce n'est pas de voyager que je critique en général, chacun fait ce qu'il veut, mais nous ne pouvons pas affirmer qu'il n'y a pas de problème... Je dois aussi dire que j'ai souvent été très mal à l'aise de voir de nombreux blogueurs Japon, ces derniers temps pousser au tourisme tout en disant que ce n'était pas si dangereux, sans savoir, sans être sûr de rien... et c'était plutôt cette impression qu'on minimisait inconsciemment encore un peu plus ce qu'il se passait sur place au Japon qui me gênait . Et je ne suis pas entrain de dire que je sais tout. Mais justement, parce qu'il y a trop de choses que nous ne savons pas, n'est-il pas plus sage de bien évaluer tout cela? Ceci est mon ressenti personnel.

Je me permet alors de partager mon avis aussi sur la situation. J'ai pas mal de contacts qui habitent sur place. Mais, même s'ils sont encore peu nombreux, je connais déjà personnellement des gens qui ont actuellement des symptômes. Ce qui m'a troublé était de constater qu'ils avaient souvent les mêmes : diarrhée, saignement de nez, état grippal, fatigue, sècheresse de la gorge, toux.

Vous allez peut-être me dire que c'est du hasard. Moi, je ne crois pas au hasard.

Je vous laisse imaginer l'état dans lequel on peut être quand on saigne soi meme du nez chaque jour, ou quand, sans raisons depuis des mois vos diarrhées ne s'arrêtent pas...car tout ceci n'est absolument pas normal. Et notamment si vous avez des enfants en bas âge, vous angoissez plus pour votre enfant que pour vous meme. Ces personnes là sont prêtes à témoigner, analyse médicale à la main. Ils sont sur le point de le faire, quand d'autres aussi l'ont déjà fait... Ainsi, une femme habitante à Tokyo, de meguro s'est retrouvée après analyse d'urine, comme étant positive à l'Uranium, au Zirconium et au strontium. source > http://ameblo.jp/hidy0701/entry-11093799250.html

Cela fait maintenant 1 an que je fais de la veille informationnelle quotidienne pour l'association Kibô-Promesse avec d'autres bénévoles. Cela est souvent usant, éreintant, triste, consternant, mais il a fallu le faire pour pouvoir comprendre mieux ce qu'il se passait, pour pouvoir aider aussi, permettre aux japonais qui le voulaient de témoigner, ou d'envoyer des fonds aux enfants de Fukushima...

Actuellement le Japon connait plusieurs types de problèmes simple suite aux retombées de Fukushima :

1/Rien n'est sous contrôle à la centrale (piscine du réacteur n°4 remplie de combustibles qui se trouve dans un bâtiment totalement dévasté, le corium est introuvable, les fuites continuent, les liquidateurs sont sur la corde raide, leur suivi est extrêmement opaque et non respectueuse des droits humains, des liens avec la mafia ont été signalés )

2/ Le gouvernement et tepco n'ont cessé de mentir et d'agir de façon criminelle : ils ont menti sur les DATA de speedi, menti pour l'arrêt à froid, menti sur l'explosion du réacteur 3, menti sur les conséquences de la radioactivité sur l'organisme en embauchant de faux scientifique comme le professeur shunichi yamashita (cf: "sourire vous protège des radiations), ils n'ont pas distribué les pastilles d'iode les premières semaine à la population (voir conférence de la criirad > http://kibo-promesse.org/2011/08/criirad-project-47-conference-bruno-cha...) , et maintenant ils veulent même aller jusqu'à abolir la zone d'exclusion des 20-30km et faire revenir les gens sur des terres contaminées. Après tant de mensonges avérés, comment pouvons nous encore faire confiance alors aux officiels, au site de l'ambassade et les croire sur parole les yeux fermés?

3/ La contamination de la chaîne alimentaire est notamment aggravée par les dispositions qu'ont pris le gouvernement japonais à : d'une part rehausser les normes autorisées pour l'alimentation (jusqu'à 500bq/kg autorisé dans les produits alimentaires, alors qu'ils sont meme nettement plus élevé que ceux qui étaient jadis autorisés à Tchernobyl, d'autre part en favorisant la prolifération et en de produits contaminés du Tôhoku dans tout le Japon, et en encourageant les populations à en consommer, en jouant sur le patriotisme et le besoin de solidarité.

4/ L'incinération de tonnes de débris contaminé, que l'état est actuellement entrain de faire accepter à toutes les communes à travers le Japon. (Chiba, Okinawa, Kansai, hokkaido...la liste est consternante) > si vous voulez aller le vérifier Goshi Hosono, ministre de l'environnement japonais s'est même donné du mal à mettre en place un site officiel dédié à cette activité qui va bientôt empoisonner de façon régulière l'air respiré par les habitants qui auront le malheur de se trouver dans les circonscriptions participantes. http://kouikishori.env.go.jp/

Par ailleurs, je vous donnes aussi pendant que nous y sommes les chiffres officiels du taux de contamination de ces dits-débris, puisqu'ils sont généreusement offert par le ministère : http://kouikishori.env.go.jp/howto/houshanou-noudo.pdf
Remarque : pour être sûr de ne pas être la seule à halluciner, vous remarquerez qu'il y a des taux de contaminations radioactives supérieurs à 200bq/kg. (allant jusqu'à 1330 bq/kg). Voyez par vous même.

Et c'est la contamination interne qui me préoccupe le plus. Car personne, absolument personne ne peut à l'heure actuelle dire que tout ira bien après ingestion ou inhalation. Cela dépend aussi de l'isotope, de la résistance de chaque individu qui n'est pas forcément égalitaire, à pleins de facteurs organiques. Alors évidemment, rester 1 semaine fait que le temps d'exposition / de possibilité de cumul par ingestion ou par inhalation est plus faible...

MAIS. Il y a un MAIS. N'est ce pas une hésitation légitime? Si 1an après Tchernobyl, des blogueurs avait encouragé à partir en Ukraine, je ne sais pas si on aurait considéré les choses de la même façon...toutes ces questions ne méritent-elles pas d'être posées?

Quoi qu'il en soit, je me contenterai de poser des questions, ou de partager les données. Je ne dirai à personne de ne pas partir, car vous êtes libre de le faire en toute conscience.

Et aux dernière nouvelles, sensiblement, lentement mais peu à peu, les niveaux de radioactivité augmentent même dans les partie ouest du Japon. J'ai pu le constater sur le site officiel de MEXT http://atmc.jp/
Alors le bémol sur les chiffres officiels, c'est qu'ils relèvent les niveaux à parfois à plusieurs mètres de haut du sol, et donc je ne sais pas comment nous devons interprêter les chiffres. Car en effet, les niveaux ne seraient-ils pas plus élevés s'ils étaient justement pris à meme le sol?

Voilà...beaucoup de questions restent ainsi sans réponses, mais il y a chaque jour un peu plus de bribes d'informations aussi qui sont révélée. Je ne fais que humblement tenter de recomposer le puzzle dans l'espoir de comprendre et d'anticiper la suite...

Actuellement un comité d'enquête sur l'accident de Fukushima, composés d'experts indépendants est entrain de faire une investigation et les premières constatations sont visibles sur leur site officiel et celui ci n'est pas glorieux :
http://rebuildjpn.org/en/ ainsi que sur le site bulletin of atomic scientist http://bos.sagepub.com/content/68/2/9

Tout cela m’atterre...

J'aimerais au fond de moi que cela puisse être un mauvais rêve. Mais c'est malheureusement des faits. Je n'ai pas inventé ces chiffres, je n'ai rien inventé de toutes ces informations. Je partage ici sincèrement mon dégoût face à la façon dont les dirigeants méprisent la vie et la santé des japonais à l'heure actuelle. Je ressens une tristesse profonde face au peuple et au pays qui m'a vu naître. Ce n'est pas le tourisme que les citoyens du monde entier devrait soutenir, mais des mouvements citoyens pour sauver, en partie tous ces enfants japonais innocents et ces population qui devraient être évacués et qui ne le sont toujours pas...

Alors après tous ces faits, il est clair que "mes envies de voyages" me semblent être tout sauf prioritaires à l'heure actuelle (je parle pour moi) et ne peuvent être insouciantes. Depuis l'année dernière, il n'y a pas un seul jour où je n'ai pensé à mon pays.

Voilà...

Je vous remercie de m'avoir lue, en espérant que ce débat, ici ou ailleurs, aidera à crever l’abcès du malaise entre toutes les personnes qui n'ont pas forcément les mêmes points de vu. En espérant aussi que cela puisse aider les uns et les autres à considérer ces problèmes plus sérieusement, que cela puisse pousser les voyageurs ou et les autres à s'informer plus amplement sur le sujet.

VALAT Angeles
31 Mars 2012
15:32

Merci Aizen pour ce commentaire/témoignage direct et lucide.
On veut parfois, obstinément, courir ou s'aggriper à quelque chose de beau à la base et, dans ce cas précis, à ce beau pays attirant et intéressant, il est vrai, mais il y a une réalité et comme vous les dites : "ce sont des faits", cela ne s'invente pas et une contamination réelle et latente a assez haut risque existe et risque de perdurer. C'est comme si l'on niait que ce joli pays est, hélàs, à fort risque sismique, nul besoin de le démontrer.
Enfin ce qui me laisse très perplexe c'est de lire qu'il ne reste plus qu'un seul réacteur nucleaire sur 54 actuellement ! et que bientôt plus aucune centrale ne sera ouverte(en activité) !??? ah bon, alors on en a eu besoin pourquoi jusque là ? ou comment peut-on, en très peu de temps, ne plus produire cette énergie et s'en passer, et donc, aussi, la remplacer par quoi ? (pour ce pourquoi elle était apparamment si utile!) et pdt combien de temps? Tiens on s'est aperçu que l'on pouvait produire autrement ? quelle découverte !

Aizen [Team Kibô]
31 Mars 2012
21:12

Merci Valat Angeles, pour ton commentaire. Je pense que, comme tu le dis si bien les gens "s'agrippent à quelque chose de beau", et en oublient presque que cette chose si belle, a en parti volé en éclat.

C'est triste mais c'est humain: les gens ont du mal à accepter la réalité, quand celle ci est trop cruelle. Tu es perspicace, car en effet, tes interrogations vont évidemment dans le sens logique.

"alors on en a eu besoin pourquoi jusque là ? ou comment peut-on, en très peu de temps, ne plus produire cette énergie et s’en passer, et donc, aussi, la remplacer par quoi ? "

Cette question, que tu as posée est l'EVIDENCE même et la preuve du lavage de cerveau que l'on nous fait en permanence, soit, le fait de nous faire croire qu' "il est impossible de sortir du nucléaire".

C'est le professeur Hiroaki Koide, expert en physique nucléaire qui disait texto récemment :

"Même si nous arrêtons toutes les centrales à ce jour, le Japon ne manquera pas d'énergie ni d'électricité. Nous devrions arrêter immédiatement cette filière afin de ne plus continuer à mettre en danger notre peuple" (via l'émission de radio tanemaki jounal MBS)

A ce jour, les japonais ne vivent ni à la bougie, ni en pédalant dans leur garage, ni ne sont revenu à l'âge de pierre.

En effet, le dernier réacteur sera bientôt arrêté au Japon: la production entre temps, a été remplacée par l'énergie produite via le gaz, le charbon, l'énergie thermo-hydrolique et quelques solutions naissantes en renouvelable. En attendant de développer massivement les productions d'énergie renouvelable, ils ont optés pour ces solutions temporaires. Les japonais sont technologiquement capables d'assurer cette transition énergétique.

Seulement voilà: le gouvernement actuel ne compte pas arrêter l'exploitation nucléaire (il y a bien trop de profits à se faire), ils veulent redémarrer les réacteurs dès que possible, en ignorant la demande expresse et démocratique d'une grande partie de son peuple.

C'est là que le combat risque de faire rage au Japon. Car dans 5 ans, les premiers vrais symptômes de morbidités commenceront à se faire plus visibles, notamment chez les plus vulnérables: les enfants.

Les japonais sont-ils prêt à sacrifier une partie de la jeunesse nippon, quant bien même ils n'ont déjà pas suffisamment de relève, sur le plan démographique, pour subvenir à leur besoin vitaux sur le plan sociétal?

Evidemment, pour ce qui est des "preuves", ils feront évidemment tout pour cacher, pour minimiser, falsifier les dossiers afin de ne pas avoir à se justifier,de ne jamais avoir, en ce qui concerne les responsables, à comparaître devant la justice.

Un tribunal de Russel capable de juger les crimes atomiques contre l'environnement et l'humanité est actuellement entrain de se mettre en place.
source: http://www.tribunalrusselnucleaire.org/

Il me semble plus que nécessaire à ce jour, d'agir en tant que citoyen du monde, en soutenant ce type de projet.

VALAT Angeles
02 Avril 2012
21:22

Aizen, je connaissais ces solutions énergétiques( charbon, thermo-hydrolique,....certes polluants mais bcp moins dangereux que le nucléaire) de "dépannage" en place, du temporaire-provisoire qui pourrait durer(?) à la limite espérons-le, car il en résulte être des transitions sages, faute d'autres. Je ne veux pas jouer les trouble-fête mais un doute m'envahit ; cette exploitation, mise en place, si rapidement, m'étonne un peu, comment peut-on détourner, avec autant de rapidité, de leur finalité habituelle ces filières énergétiques pour rapidement remplacer le nucléaire japonais dans son ensemble et en outre, ces filières ne vont elles pas être en carence dans leurs secteurs habituels.
Le Japon, comme tu le dis, n'a pas regressé (technologiquement,....) je rajouterais qu'il ne semble pas être freiné bcp ds Son activité économique (ou fréiné plutôt par la crise mondiale mais n'ayant aucun lien avec sa catastrophe nucléaire). Je n'ai pas connaissance qu'il y ait des champs d'éoliennes (ce n'est pas la Hollande) parsemés et dissimulés ds les montagnes (on aurait un peu de mal à les faire tourner) ou que chaque foyer japonais en possède une sur sa toiture !
Non non, moi je pense plutôt au recours d'une importation massive énergétique (bien qu'on ne le clame pas).
Le problème posé par cette importation est de renforcer la dépendance énergétique du Japon par rapport à l'Etranger et de ce fait de peser lourdement sur l'économie japonaise. Ce qui risquerait à long terme de redorer le blason de l'énergie nucléaire.
Le sage Professeur Hiroaki Koide semble avancer l'évidence même de la facilité de la sortie du nucléaire(et on le comprend) mais pourquoi cette sortie est introuvable et on peut même se dire à l'heure actuelle qu'elle ne se fera pas (en France il y en a qui s'accrochent aussi à leur centrale nucléaire!)
Bon évidemment quand on se retrouve avec 54 réacteurs nucléaires sur les bras, enrobés de centrales titanesques, ce doit pas être simple à ranger dans un placard ou à enterrer, alors hop autant les remettre en service discrètement, d'autant plus qu'il y a bcp d'intérêts économiques en jeu.
Et là on arrive à faire du nucléaire durable !
Je me suis permise de dire plus haut que la sortie ne se fera pas car aux dernières nvelles l'AIEA a approuvé les normes de sécurité nucléaires du Japon (selon quels seuils ?) la délivrance d'un permis de réouverture est quasimment officielle.
Et puis aux nvelles d'hier aussi, la zone interdite autour de la Centrale a été réouverte à ses résidents, (taux de radioactivité > normes tolérées, compris ds le séjour) et il est très probable, que ces personnes, n'aient pas d'autre choix d'installation ailleurs.

Aizen [Team Kibô]
09 Avril 2012
03:49

@Valat Angeles: Cet échange avec toi fait vraiment plaisir, parce que tu es intelligent : tu as compris tous les enjeux par toi même et il te suffit d'aller à la pêche aux sources d'information les plus variées pour compléter ton puzzle. Je n'ai donc absolument pas à te dire comment ni où chercher, puisque naturellement, tu possèdes cette logique, tu es quelqu'un de censé.

Quand au sage professeur Koide ne s'est jamais battu pour savoir comment techniquement ils allaient sortir du nucléaire, mais ce qui coince c'est de savoir comment pragmatiquement, il était possible de déjouer l'étau dans lequel le lobby nucléaire a emprisonné la population mondiale.

Car au fond, des solutions pour en sortir, il y en a: le Japon n'est pas plus dépendant que cela de l'étranger, et c'est là où tout les mythes et mensonges sur l'impossibilité de sortir du nucléaire ou sur la sécurité des centrales a volé en éclat. Et sinon oui, le ralentissement du Japon est due plus grandement à la crise économique mondiale plutôt qu'à cause de l'arrêt des réacteurs.

Et puis bon, il ne faut pas réfléchir à l'envers: ce n'est pas parce qu'on a arrêté les réacteurs que l'économie du Japon a ralenti. C'est justement parce qu'ils ont été irresponsables et qu'ils ont laissé faire une catastrophe nucléaire qu'ils ne sont pas fichu de gérer, que le pays est mis à mal.

Pour finir, l'AIEA donnera toujours son aval pour réouvrir les centrales et remettre en activité les réacteurs, puisque son objectif ultime et officiel est de "promouvoir le développement du nucléaire dans le monde"! On ne va tout de même pas demander aux plus grands intéressés de défendre le point de vu des victimes alors qu'ils sont eux meme stratégiquement les collaborateurs de Tepco.

On ne peut évidemment pas non plus compter sur un quelconque soutien de l'OMS (organisation mondiale pour la santé), qui a pieds et mains liées par convention, car assujettie à l'AIEA, qui empêche tous rapports non conforme à leurs intérêts, de voir la lumière...

Voilà...et tu as terminé sur les zones réouvertes des 20-30 km...eh bien je le répète: c'est inadmissible et meurtrier.

Aizen [Team Kibô]
10 Avril 2012
05:11

@Valat Angeles : Comme je constate que tu es quelqu'un d'extrêmement censée, d'analytique, que tu as des raisonnements intéressants et qu'en plus de cela le courant passe bien, je souhaite donc te proposer de me laisser ton mail via le formulaire de contact du site Kibô-Promesse. Je souhaite continuer ce débat avec toi, pour le développer, si tu le souhaite, au calme et réfléchir ensemble. Car on ne va pas noyer toute la conversation sur cette page non plus. J'espère que tu accepteras de te manifester. Amitiés.

CinnamonJapan
08 Avril 2012
07:06

Bravo Aizen pour ce témoignage honnête, franc, terrible et touchant.

okinawa
03 Septembre 2013
05:28

Donc tu es japonaise Seth?

Erstam
27 Mars 2012
07:57

Je ferai un court commentaire pour dire que l'accident de Fukushima n'est pas le seul véritable problème. Le gros problème, c'est plutôt la manière dont le gouvernement gère la catastrophe. Après Tchernobyl, le gouvernement soviétique avait interdit un périmètre de 80 km autour de la centrale, évacué et relogé les population et tout fait pour que la radioactivité reste confinée (notamment le corium, arrêté par une dalle de béton), quitte à sacrifier des milliers de soldats et de mineurs.
En comparaison, le gouvernement japonais n'a évacué que 20 km, lesquels seront habités à nouveau dans peu de temps. Les récoltes contaminées ont été distribuées à la population, le problème du corium n'a pas été réglé (de ce qu'on en sait, il se balade peut-être dans l'océan à l'heure qu'il est).
Tout ça pour dire que c'est moins la radioactivité que les humains qui la gèrent qui me font peur.
Oh, j'en profite pour signaler que je vis au Japon. Et pour dire qu'aimer un pays ne signifie pas qu'on doit prendre des risques quand on y va. Je vis mon Japon quotidien avec ma pectine et la carte quotidienne des vents et grâce à ça, je réduis les risques au maximum.

Sorata Mangasanctuary
27 Mars 2012
09:20

En tout cas c'est article à le mérite d'être ouvert et ma fois je le trouve très bien rédigé. Je t'admire un peu car j'ai souvent du mal à m'exprimer par écrit et essayer de faire passer des idées...
Enfin bref, tout ça pour dire que je suis d'accord avec toi sur l'ensemble de ton article et j'ajouterai même que je suis toujours super étonné de voir comment les gens ont peur des choses qu'ils ne peuvent pas voir.
Je travail sur les phénomène des rayonnements électromagnétique et je peux vous dire que des fois je "rigole" bien quand dans mon entourage ils se demandent si c'est vrai tout ce qu'on raconte sur le dangé des ondes. Enfin façons de parler car comme pour toute fillière scientifique de pointe, beaucoup de point nous sont encore assez méconnu notament en matière de santé publique. Ce qui est vrai pour ma fillière l'est aussi pour le nuclaire. En gros ce que je veux dire c'est que jusqu'à présent est personne est capable de vous dire très exactement et clairement : "vous avez été en contact avec un objet radio actif ==> vous allez mourrir." ça dépend de tellement de paramaître plus ou moins mesurable d'ailleurs et avec des degrés d'incertitude telle qu'on ne pourra jamais être aussi catégorique que de dire que la tour eiffel mesure précisément 324m.
J'espère avoir été claire dans ce que je voulais vous faire partager. J'ajouterais pour finir, que je serais toujours contre les gens qui font tout pour installer un climat anxiogène sur n'importe quel sujet d'ailleur. Car il n'existe pas une seule vérité, la vérité est multiple.

Aizen [Team Kibô]
28 Mars 2012
15:06

Je n'aime pas du tout ta façon de considérer la situation: encore une fois, avec un commentaire comme le tien, on a la preuve qu'il existe des personnes capables de minimiser et de faire croire que rien n'est jamais assez grave pour qu'on en parle sérieusement.

Par ailleurs ce que ton raisonnement est absurde et simpliste quand tu dis :

"En gros ce que je veux dire c’est que jusqu’à présent est personne est capable de vous dire très exactement et clairement : « vous avez été en contact avec un objet radio actif ==> vous allez mourrir. »"

Tout dépend du niveau de rayonnement/ du temps d'exposition/ de l'irradiation externe ou si celle ci est interne et touche des organes. Et des morts il y en a eu, et il y en aura encore.

Ce qu'il se passe actuellement au Japon, ce que la population doit endurer est plus que grave. Ils risquent leurs vies et leurs santés. Cela est certain pour les zones les plus contaminées, et les zones faiblement contaminées mais dont le bruit de fond radiologique est omniprésent (comme à Tokyo, Chiba, etc), cela est vrai aussi à cause de leur alimentation. Malheureusement, personne ne veut y croire tant qu'il n'y aura pas un nombre conséquent de décès. Cela se prouvera dans le temps. Les personnes qui ont un esprit logique et scientifique parviendrons aux mêmes hypothèses.

Bien sûr qu'il y a des preuves scientifiques à présent. Il y a eu bien assez de recherches sur toutes les victimes d'essais nucléaire, sur les victimes de Hiroshima Nagasaki, sur les victimes de Three Miles Island et de Tchernobyl, ainsi que sur les victimes des basses doses depuis Marie Curie, le suivi des ouvriers en centrale, les effets secondaires de la radiothérapie, pour savoir que OUI, les rayonnements ionisants sont dangereux et létals suivant la dose cumulée, suivant le temps d'exposition. Et Tchernobyl a fait près d'un million de morts en 20 ans, que ce soit directement ou indirectement à cause des radiations/ contamination interne. Toutes les morbidités dues aux radiations de Tchernobyl ont été rassemblée (plus de 20 ans de recherche épidémiologiques/ médicales ) dans un ouvrage de référence édité par l'académie des sciences de New York, rédigé par les scientifiques Alexei Yablokov et Vassily Nesterenko.

Source > http://www.strahlentelex.de/Yablokov%20Chernobyl%20book.pdf

"je serais toujours contre les gens qui font tout pour installer un climat anxiogène sur n’importe quel sujet d’ailleur. Car il n’existe pas une seule vérité, la vérité est multiple."

Ce ne sont pas "des gens" qui installent un climat anxiogène. ça ne plait à personne d'installer un climat anxiogène. Car c'est LA SITUATION qui est extrêmement grave. Une catastrophe nucléaire ne peut JAMAIS être autre chose qu'anxiogène. C'est le fait que l'on puisse sous-entendre le contraire qui est aberrant et illogique.

Quand au fait que "la vérité est multiple", il ne s'agit en aucun cas de croyances, ni de sentiments, ou d'opinions, mais de faits, de résultats, d'analyses scientifiques. La vérité dans ce cas n'est pas multiple. Pour chaque cas, il n'y aura qu'une seule vérité.

Sorata Mangasanctuary
31 Mars 2012
09:26

Je n'ai jamais nié la dangerosité ou le faite que Fukishima soit une catastrophe de grande envergure. Tu dis qu'il faut se méfier des gens qui disent que tout va bien et bah moi je suis d'accord avec ça mais je dis aussi qu'il faut se méfier des gens (comme toi apparemment) qui noircisse tout et qui se cache derrières des fait plus ou moins vérifiable. De toute les manières le climat anxiogène que tu entretient me rappel vaguement celui de la grippe H1N1. On prévoit des millions et millions de morts et au final plus de peur que de mal en faite.
Attention je ne dis pas que cela ne puisse pas arriver je ne suis pas idiot! tout peux arriver par exemple : savez vous qu'on a plus de chance de mourir en ayant reçu un objet venue de l'espace sur la tête qu'en avion???
Pour finir je terminerais sur un chiffre qui me semble intéressant : "L'OMS estime annuellement le nombre de décès dus à l'air pollué à 1,3 millions dans le monde". Je suis d'accord le chiffre est difficilement vérifiable mais tout de même comparé au 50 000 annuelle de Tchernobyl c'est tout de même super relatif (j'aurais pu aussi le comparer aux chiffres des morts du sida).
Alors je le répète oui le nucléaire c'est dangereux! Oui il y a un risque non négligeable pour ta santé. Mais compte tenu de tout le reste je pense qu'il faut arrêter les discours alarmiste sur la situation sinon on a pas fini et on vivra tous les jours dans la peur!

Azash [Team-Kibô]
01 Avril 2012
21:00

L'histoire de la dangerosité du virus de la grippe A a été montée en épingle par la France qui a été la SEULE au monde à acheter 20 fois plus de vaccins qu'il n'a été distribué, et ce pour la modique somme d'un milliard d'euros... Payée par le contribuable au profit de grands groupes pharmaceutiques avec qui nos dirigeants s'entendent à merveille. Pour faire simple, le climat anxiogène était là non pour sauver des vies mais pour vendre un produit, faire de l'argent. Il ne faut jamais perdre de vue QUI est le bénéficiaire d'un climat de peur, surtout à l'approche d'un événement important comme une campagne présidentielle, par exemple.

CinnamonJapan
10 Avril 2012
07:42

@Sorata Mangasanctuary
La référence à l'OMS est mal venue, pour une raison simple mais fondamentale : l'OMS a signé en 1959 un accord avec l'AIEA, l'Agence Internationale à l'Energie Atomique, lui interdisant de rendre publiques les données concernant les morts et les maladies liées à l'énergie nucléaire et ne l'autorisant à publier quoi que ce soit qu'avec l'accord de l'AIEA. Depuis le 26 avril 2007 (date anniversaire de l'accident de Tchernobyl), quotidiennement, de 8h à 18h, les "Vigies d'Hippocrate" manifestent devant le siège de l'OMS à Genève. Il s'agit d'un piquet de protestation composé de personnes venues du monde entier qui se relaient pour exiger que l'OMS renonce à cet accord infâme. Beaucoup de médecins, chercheurs et biologistes y participent. L'OMS ne recense que quelques morts à Tchernobyl parce qu'elle n'a pas le droit d'en dire plus. C'est tragique et immonde. Et tant qu'on ne le sait pas on ne peut rien comprendre à ce qui se joue sur la planète au nom du nucléaire.
Liens:
http://www.dailymotion.com/video/xd1g3c_day-after-day_news
http://www.globalmagazine.info/article/144/75/Vigie-d-Hippocrate
http://fr.wikipedia.org/wiki/Agence_internationale_de_l'%C3%A9nergie_ato...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Fichier:Affiche_OMS-AIEA.jpg

Aizen [Team Kibô]
31 Mars 2012
09:55

Ecoutes moi bien, je ne vis pas dans la peur, je ne vis pas dans le dénis non plus. Je ne suis pas entrain de noircir le tableau, et toutes les informations que je poste sont vérifiables par leurs sources. Les as-tu au moins parcouru réellement?

Ensuite, j'ai été pas plus tard qu'avant hier à la Fondation Charles Léopold Meyer, à la conférence de la CRIIRAD et du CRMS, et j'ai pu écouter le compte rendu scientifique et les analyses de Bruno Chareyron, physicien nucléaire et expert en radioprotection. Je compte évidemment poster dès que possible la vidéo, les dossiers, les chiffres, les analyses de ce compte rendu.

Donc excuse moi, si mes sources sont un peu plus sérieuses que tes suppositions (et ton orthographe) hasardeuses.

"je dis aussi qu’il faut se méfier des gens (comme toi apparemment) qui noircisse tout et qui se cache derrières des fait plus ou moins vérifiable"

Par ailleurs, je ne me cache absolument pas. Bien au contraire.Tu peux me trouver via le formulaire de contact de l'association Kibô-Promesse, association à but non-lucratif, enregistré par l'état de façon parfaitement légale.
Nous sommes une équipe composée en partie de scientifiques, Nous serons, moi y compris, ravis de répondre à tes questions, si tu en as.

Morelli
04 Avril 2012
01:46

Aizen je ne ferais personnellement pas conscience en la CRIIRAD qui aussi indépendante soit elle et avant tous souvent du coté des anti-nuclaire, ce qui tend a prouver qu'ils ne sont pas objectif dans leur affirmation.

Concernant Fukushima et le malsain comparatif avec Tchernobyl je dirais juste qu'il na jamais lieu d’être au vu de la total différence de l'accident, Fukushima a était et restera une catastrophe nucléaire bien moins importante. Il n'y a pas eu d'explosion de réacteur, mais 'seulement" des fuite de vapeur radioactive, avec de l'eau. Contrairement a Tchernobyl ou il fut rependu des déchets nucléaire partout et ou il fallut les ramasser.

Azash [Team-Kibô]
04 Avril 2012
18:26

Votre commentaire est d'une mauvaise foi affligeante et preuve que vous ne connaissez absolument RIEN à la situation actuelle au Japon, voire pire, que vous cherchez à la dissimuler : Il y a eu explosions de réacteurs. Il y a des matières radioactives disséminées en quantité énorme. Vous osez parler de "fuite de vapeur" en parlant de Fukushima ? Mais de qui vous moquez-vous donc ainsi ? Qui croyez vous convaincre avec de telles âneries ?
La CRIIRAD est un organisme qui ose parler de la contamination que les lobbies du nucléaire dissimulent. La CRIIRAD n'est pas anti-quoi-que-ce-soit- sinon "anti-mensonge". Pensez vous que les militants pour une fin du nucléaire sont assimilables, de part leurs convictions, à des religieux extrémistes ? Qu'on devient antinucléaire bêtement par simple fondamentalisme idéologique ? Permettez-moi de vous dire que les gens que vous fustigez sont de loin bien plus au courant que le citoyen lambda, qu'ils se renseignent, lisent des publications, celles de la CRIIRAD justement qui fait autrement plus preuve de transparence que n'importe quel exploitant nucléaire.
Je vais quand même vous donner deux liens vers nos articles - abondamment cités de plus de 20 sources à chaque fois - pour que vous ne puissiez pas dire que vous ne saviez pas que vous racontiez des énormités...
D'abord un rapport sur l'état de la centrale de Fukushima début 2012 : http://kibo-promesse.org/2012/02/centrale-de-fukushima-interminable-cauc...
Voici ensuite notre article relatant de la situation du Japon nucléaire six mois après l'explosion : http://kibo-promesse.org/2011/09/japon-6-mois-apres-le-cauchemar/
Ayez l'honnêteté de lire ces documents, d'aller voir les liens, et revenez m'affirmer que Fukushima se résume à quelques fuites d'eau...

CinnamonJapan
07 Avril 2012
18:40

La CRIIRAD a le très grand mérite d'avoir permis la création dans la ville de Fukushima du CRMS, le premier centre de mesures de la radioactivité pour les simples citoyens, et d'avoir formé le personnel pour utiliser les appareils. C'est un service irremplaçable pour la population locale et les gens viennent de loin pour vérifier leur degré de contamination. http://fr.crms-jpn.com/

Aizen [Team Kibô]
08 Avril 2012
22:43

La CRIIRAD est un laboratoire et une organisme indépendant qui s'est crée notamment parce que certains ont refusé d'accepter de se laisser berner par les mensonges dont a été l'objet Tchernobyl et a comme unique vocation de protéger la population des dangers de la radioactivité par leur expertise. Ils ne sont ni pro ni anti-nucléaires. Ils sont des spécialistes en physique nucléaire mais justement ils sont objectifs car ils n'ont rien à vendre !
Ils ne font que leur travail (relevés, analyses, rapport d'expertises, contrôles sanitaires réguliers). Leur compteurs geiger ainsi que leur machines de mesures sont totalement agrées et les chiffres relevés ne sont pas des inventions fantasmagoriques. Ils sont dans cette jungle d'irresponsabilité totale en ce monde, une des rares sources incontestable d'expertise sur le plan de la radioprotection : leur présence est un garde fou, dans ce monde peuplé de puissants lobbys industriels capable des pires mensonges pour continuer à sauver leurs business.

L'équipe de la CRIIRAD est composée de personnalités courageuses, qui ont souvent eu bien plus à perdre qu'à gagner, en clamant haut et fort la vérité. Ils abattent un travail considérable, et le font aussi pour certains, en s'exposant eux même aux dangers, en prenant des doses. Ils sont donc absolument conscient de ce à quoi est exposé la population japonaise à l'heure actuelle. Merci de respecter ceux qui tentent de venir en aide à ceux qui sont actuellement toujours entrain de se faire irradier à cause de manquement scandaleux d'un gouvernement laxiste au JAPON.

Aizen [Team Kibô]
09 Avril 2012
00:05

"Des fuites de vapeur, avec de l'eau"...lol

je ne sais pas ce que tu fumes mais apparemment tu vis dans un monde parallèle...celui de X-files peut-être?

Car dans le monde réel, a été retrouvé autour de la centrale de Fukushima, et parfois relativement loin : du plutonium, de l'américium, du strontium, du neptunium, uranium...choses qui n'existent pas dans la nature, et qui ne peuvent apparaitre que lors de réactions en chaîne (cf: américium > cf professeur kaltofen ).

Donc il y a bien eu explosion et rejet radioactif, avec présence de radio-isotopes extrêmement dangereux.

Et vois-tu, tu te discrédites tellement tout seul, que c'en devient pathétique...car tu parles sur un ton rassurant (qui ne rassure que toi même), à déblatérer des énormités et à prendre les gens pour des imbéciles...

Si tu as encore un tant soi peu de bonne foi ou d'honneur, tu peux encore te rétracter et dire que tu es désolé d'avoir dit des bêtises après avoir bien visionné les sources ci-dessous/ rapport scientifiques mettant en lumière les présences d'isotopes comme le plutonium en provenance de Fukushima :
Source: http://fukushima-diary.com/2012/03/pu-239-will-be-detected-at-high-doses/
http://www.nature.com/srep/2012/120308/srep00304/full/srep00304.html
http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/22206700

Quant aux cartes de dépots de contamination, un professeur japonais volcanologue, Hayakawa Yukio a réalisé une carte de contamination particulièrement fiable du cesium 134 et 137. Donc si, cela existe, et il est bon de rappeler que l'on peut justement comparer avec Tchernobyl. Et que là où il est particulièrement dramatique est
1/ de constater que le tôhoku est plus densément peuplé que les alentours de Tchrnobyl à l'époque.
2/ qu'il y a eu la fusion d'un seul réacteur à Tchernobyl contre 3 à Fukushima
3/ que la population n'a hormis les 30km alentours jamais été évacué, alors que l'Ukraine l'a fait plus drastiquement
4/ Les mesures sanitaires de l'état ukrainien concernant les dangers de la contamination interne et les contrôles sanitaires ont été plus sévères qu'à Fukushima, pour une quantité cumulée de rejet radioactif pas moins important qu'à Tchernobyl. (contamination de l'océan pacifique, contamination des nappes phréatiques et des rivières, contamination de l'air et du sol, constants rejets, contamination par dispertion de débris incinérés, contamination par laxisme du controle de la chaine alimentaire...)

Sources: http://kipuka.blog70.fc2.com/blog-entry-397.html
http://www.chinadaily.com.cn/world/2012-03/12/content_14814975.htm

Azash
04 Avril 2012
16:37

Merci Morelli pour ce commentaire sponsorisé par TEPCO et les lobbies nucléaires : Vous annoncez des platitudes sans jamais prouver quoi que ce soit. Ayez l'honnêteté intellectuelle d'aller consulter d'autres sites que ceux qui ont des part de marché à défendre dans le traitement de l'uranium et évitez s'il vous plaît de simplement répéter bêtement les arguments de ceux qui vendent une technologie dépassée, mal contrôlée et mortellement dangereuse.
La CRIIRAD qui défend les anti-nucléaires ? Sachez monsieur que ces "antinucléaires" dont vous parlez c'est simplement le peuple qui s'éveille à la conscience, qui se rend compte qu'on l'a trompé. Libre à vous de croire que les antinucléaires, ou simplement les gens qui en étudient les méfaits, sont de dangereux passéistes.
Fukushima reste l'accident nucléaire le plus important de tous les temps, jusqu'au prochain. Le monde entier se prépare à la transition énergétique, la France, elle, pense encore pouvoir faire face au 21ème siècle avec une énergie du milieu du 20ème.
Quand à votre mensonge : "Il n’y a pas eu d’explosion de réacteur", mais OUVREZ les YEUX ! Vous n'avez pas vu les vidéos ? Vous n'avez pas vu ces bâtiments éventrés ? A qui pensez-vous pouvoir faire croire qu'à l'heure d'internet, de l'information instantanée on peut toujours réussir à balancer de tels argument mensongers sans risquer de passer pour un rigolo ?
Merci en tout cas pour votre témoignage, nous avons de ce fait la preuve que les négationistes du nucléaire existent bien, et qu'ils sont actifs. C'est pour combattre de telles paroles que notre association a vu le jour. Parce qu'aider, c'est d'abord informer et non se plier aux mensonges des nucléopathes.

MONCEY LOUIS HENRI
04 Avril 2012
20:00

Merci Angeles, pour tes deux contributions. Elles conduisent à enrichir le débat (qui est animé mais néanmoins se précise....) ouvert par ce remarquable article. Tout ce qui est dit ne peut hélas que renforcer notre inquiétude face aux dangers de l’énergie nucléaire. Minimiser ce danger est faire preuve d'un grand aveuglement, presque criminel!

Alanis
04 Avril 2012
21:25

Ni pour, ni contre le nucléaire mais totalement contre extrémistes dans les 2 sens.

Asash a dit : "une technologie dépassée, mal contrôlée et mortellement dangereuse."

- Dangeureuse oui. Dépassée? En quoi? Mal contrôlée? Elle est bien plus contrôlée que dans les années 50 - 60 et a été bien améliorée depuis.

Asash a dit "Quand à votre mensonge : « Il n’y a pas eu d’explosion de réacteur », mais OUVREZ les YEUX ! Vous n’avez pas vu les vidéos ? Vous n’avez pas vu ces bâtiments éventrés ?"

- Un réacteur ne peut pas exploser, l'uranium 235 est enrichi à 3% et il faut qu'il soit enrichi à 99% pour faire une bombe. Donc non le réacteur n'a pas explosé car il ne peut pas exploser. La cuve du réacteur n'a pas non plus explosé car elle ne contient pas de produits explosifs. En revanche l'hydrogène accumulée en haut du bâtiment lui a explosé entrainant la destruction de la partie supérieur du bâtiment qui n'est pas en béton et des matériels à ce niveau.

- Par ailleurs dire que Fukushima est la pire catastrophe nucléaire c'est infondé. De un on a pas de cartographie de la contamination autour de Fukushima. (La carte postée dans un précédent article montre la contamination des sols à Tchernobyl et montre l'irradiation autour de Fukushima ce qui est totalement différent et il ne faut pas se focaliser sur les jolies petites couleurs identiques des 2 cartes.)
Toutefois les deux accidents sont différents et pour résumer, Tchernobyl c'était un enfer incontrôlable alors que Fukushima a été d'une certaine manière "contenu". (Je met entre guillemets car rentrer dans les détails de ces 2 catastrophe serait trop long et difficilement appréhendable.)

- Et enfin faire des pronostics sur les futures victimes est précoces. En l'absence de suivi dosimétrique et d'anthropogammamétrie des populations alentours on ne peut rien affirmer quand à la contamination et à l'irradiation de ces populations.

P.S. : Petit message au pro et anti nucléaire. J'aimerais qu'on n'oublie pas les "sacrifiés volontaires", des personnes conscientes des dangers à Fukushima ont certes fait leur boulot pour lequel ils sont formés mais n'ont pas hésité à sacrifier leur santé pour préserver celle des autres.
Malheureusement je n'en vois nul part mention dans les commentaires, ces mêmes commentaires préférant arborer des discours reflétant plus une bataille du bien contre le mal comme si tout pouvait se résumer à quelque chose d'aussi simpliste mais faut croire que les politiques ont su au fil du temps bien ancrer ce "combat" dans la mentalité des gens.

CinnamonJapan
07 Avril 2012
19:18

Bonjour,
Contrairement à ce que vous pensez, l'éventuaité d'une explosion nucléaire n'a pas été écartée. Vous serez certainement intéressé par la lecture de cet article (en anglais) du magazine américain NATURE, repris en japonais dans NATURE ASIA :
Référence de la version américaine : publication papier le 14 décembre 2011, publication sur le Net (accès payant) : le 15 décembre 2011. N° du volume: 480. DOI:10.1038/480313a Titre: "Nuclear energy: Nationalize the Fukushima Daiichi atomic plant".
Auteurs: Yukio HATOYAMA, ancien Premier Ministre du Japon (2009-2010), parlementaire (Chambre des Représentants) et Tomoyuki TAIRA, parlementaire (Chambre des Représentants), qui faisaient tous les deux partie de la "commission B" mise en place le 24 mars 2011 pour tenter de trouver une solution à la crise nucléaire. Les conclusions et recommandations de cette commission sont indépendantes des positions du gouvernement, de TEPCO et de la NISA.
Dans l'article, il est mentionné très clairement que l'éventualité d'une explosion nucléaire ne peut pas être écartée. Je vous recopie les passages tels quesl, en anglais:
1. Dans l'introduction:
"Particularly important is finding out whether the 'worst-case' scenario occurred: that is, whether self-sustaining nuclear reactions were re-ignited in the core ('re-criticality'), creating more fission products and heat damage; whether the explosions that rocked the plant days after the earthquake were nuclear in origin, releasing radioactive metals from damaged fuel rods; and whether molten fuel has broken through the reactor's base, threatening environmental contamination."

2. Dans le paragraphe "NUCLEAR EXPLOSIONS":
"Another question that must be answered is what caused the explosions at the site. They were initially reported as being caused by the ignition of hydrogen generated by a high-temperature chemical reaction between the alloy covering the fuel rods and the vapour in the core. But, again, this has not been settled. Other possibilities include a nuclear explosion, or the ignition of other gases.
Knowing whether a nuclear explosion took place is essential for predicting how much radioactivity might have been released, what it would have consisted of and how far it would have spread, as well as the state of the spent-fuel rods stored in a pool in unit 3. Two observations suggest that this is plausible. First, some metals heavier than uranium have been detected tens of kilometres from the plant. Second, the steel frame on top of the unit-3 reactor building is twisted, apparently as a result of melting.
“Solutions for the Fukushima nuclear disaster must be based on the worst-case scenario.”
Japan's Ministry of Education, Culture, Sports, Science and Technology (MEXT) reported finding heavy metals such as curium-242 up to 3 kilometres from the reactor site and plutonium-238 up to 45 kilometres away. These isotopes are deadly poisons if ingested, causing internal exposure to radiation. Because 242Cm has a short half-life (about 163 days), and because the concentrations of 238Pu around the plant were much higher than usual, MEXT concluded that these radionuclides were not fallout from past nuclear tests in the atmosphere, so must have come from the Fukushima reactor. If so, they suggest that broken spent-fuel rods might be scattered around the site — a considerable hazard.
Such elements are too heavy to have been borne in a plume, like the lighter caesium and iodine, so they must have been blown out with great force. Whether a hydrogen explosion would have been powerful enough to scatter heavy metals that far remains unclear. And a hydrogen explosion should not have generated enough heat to melt steel. Initially, TEPCO claimed that the explosion in unit 3 generated white smoke; on re-examination, the smoke was black, and therefore unlikely to have been caused by a pure hydrogen explosion. So a nuclear explosion is a possibility. Whether other explosive gases were present on the site would be equally important to establish."

Si vous éprouviez des difficultés à comprendre le texte anglais, je vous le traduirais volontiers. Ecrivez-moi, votre réponse paraîtra sur ma boîte e-mail.

Alanis
07 Avril 2012
23:48

Je ne rentre pas dans les détails et il y a certains risques mais qui peuvent être évités.

Aizen [Team Kibô]
08 Avril 2012
23:03

@Alanis: Ah lala...tes déclarations continuent de me faire tiquer parce qu'incorrectes, ou approximatives :
Je vais te répondre point par point:

"En quoi? Mal contrôlée?" > Je l'ai encore une fois déjà dit, mais Fukushima est une erreur humaine: la stupidité première d'avoir construit des centrales sur un archipel en constant mouvement sismique est premièrement à relever. Ensuite, il y avait déjà eu des avertissements de tsunami et de l'insuffisance des barrières à la centrale de Fukushima daiichi: les reponsables n'ont pas jugé bon de tenir compte de garantir de la sécurité maximum. Donc il y a eu laxisme, irresponsabilité,littéralement du "je m'en foutisme"!

"Tchernobyl c’était un enfer incontrôlable alors que Fukushima a été d’une certaine manière « contenu »."
ça a tellement été "contenu" comme tu dis, que tepco a déversé des millions de terra-becquerel de radioactivité dans l'océan pacifique! C'est si beau de nous faire croire que tout a été contenu quand on a cessé de camouffler ne serait ce que la fusion de 3 réacteurs, alors qu'ils le savaient dès les premiers jours de l'accident! D'ailleurs, ils ont tellement "contenu" le problème qu'ils ne savent meme pas où se trouve le corium à l'heure actuelle. Et le gouvernement, idem, a tellement "contenu" l'information qu'on a pu constater l'affligeant black out médiatique, et ils n'ont même pas été fichu d'utiliser leur programme SPEEDI de simulation des risques en cas d'accident majeur, et ont même été jusqu'à cacher les données! (vérifique et vérifiable via tous les médias internationaux)...ils n'ont pas été fichu non plus de protéger les populations la première semaine car ils n'ont meme pas distribué de pastille d'iode aux gens de Fukushima! Idem pour l'AIEA qui s'est rendu au Japon en début d'année pour féliciter le travail (totalement foireux) de tepco sans meme évoquer un seul mot de soutien aux victimes de la catastrophe nucléaire (vérfiable sur la vidéo de l'AIEA et de la conférence au Japon du mois de janvier)

PS: Le seul point sur lequel je suis d'accord, c'est sur la profonde tristesse que je ressens pour les liquidateurs qui mettent leur vie en danger. Et encore, leur dosimétrie n'est absolument pas correctement mesurée, et il y a eu assez de scandale concernant leur embauche par les yakuzas, leurs intégrations sous de fausses identités, les échanges de dosimètres, les suivis insuffisant, et chaque fois que l'un d'eux a trouvé la mort, tepco s'est empressé de dire qu' "ils n'étaient surtout pas mort à cause des radiations" !

Après quoi, on se rend compte que la seule chose qu'ils ne se sont pas "contenu" de faire, c'est de se foutre de la gueule du monde.

CinnamonJapan
10 Avril 2012
07:21

@ Alanis
Alanis écrit : "P .S. : Petit message au pro et anti nucléaire. J’aimerais qu’on n’oublie pas les « sacrifiés volontaires », des personnes conscientes des dangers à Fukushima ont certes fait leur boulot pour lequel ils sont formés mais n’ont pas hésité à sacrifier leur santé pour préserver celle des autres."
C'est gentil à vous, mais vous pouvez être persuadé(e) que si quelqu'un se fait du souci pour les "liquidateurs" et les "sacrifiés" c'est certainement en priorité les antinucléaires, car on devient antinucléaire justement le jour on l'on n'accepte plus l'ampleur du désastre humain qu'entraîne cette énergie monstrueuse.
Quant à dire que les travailleurs de Fukushima sont des personnes formées à cela, vous devriez nuancer vos propos. On ne trouve plus suffisamment de gens prêts à travailler sur la centrale, et Tepco a enregistré de nombreuses démissions et abandons de poste. Ne négligez pas le rôle joué par la mafia japonaise dans le nucléaire au Japon. En faisant une petite recherche sur Internet, vous tomberez vite sur des extraits de documentaires et des interviews de travailleurs du nucléaire qui donnent la nausée. Regardez notamment "Nuclear Ginza" sur DailyMotion http://www.sott.net/articles/show/226517-Nuclear-Ginza-A-look-inside-Jap... . Ce n'est pas nouveau mais ça montre comment les choses se passent dans ce pays. Les travailleurs temporaires qui courent d'une centrale à l'autre et font tout le sale boulot dans des conditions abjectes sont légion au Japon et tout le monde s'en fout (un exemple donné est d'éponger à la serpillère, mains nues, sans aucune protection, de l'eau radioactive). Aujourd'hui, les yakuzas recrutent toujours pour la centrale de Fukushima. De pauvres bougres qui ont contracté des dettes auprès d'eux à des taux d'usure dépassant l'entendement se voient obligés d'aller travailler sur la centrale pour rembourser ce qu'ils doivent. Des chômeurs aussi viennent de tout le pays pour tenter de gagner quelque chose sur le site de la centrale. Ces gens sont désespérés et acceptent de faire à peu près tout ce qu'on leur demande. Ne croyez pas qu'ils sont formés ni même informés. Comme ce sont des temporaires, ils ne bénéficient ni de suivi médical ni d'avantages sociaux. ils peuvent aller crever une fois terminée leur mission, personne n'ira vérifier jusqu'à quel point ils ont été irradiés et de quels soins ils auraient besoin. Vous retrouverez dans la presse en français (Le Monde, Le Courrier International, Marianne etc), mais aussi en anglais et en japonais, des reportages et articles impressionnants sur ces questions. Beaucoup de ces travailleurs viennent sous un faux nom et une fausse adresse et ce milieu interlope laisse transparaître des situations de pleine illégalité.
(En ce qui concerne la France, le documentaire "R.A.S. Rien à signaler" d'Alain de HALLEUX (passé sur la chaîne ARTE) montre bien, pour la France et la Belgique, le danger de se reposer sur des travailleurs temporaires non formés et corvéables à merci, puisque ce phénomène se développe dans nos pays aussi, et comment les responsables poussent les employés "à la fermer" http://www.dailymotion.com/video/x9owq5_r-a-s-nuclaire-de-alain-de-halle... )

Morelli
05 Avril 2012
00:19

Alanis a écris tous ce que je voulais marqué sur les fameuse explosion d’hydrogéné (voulu par tepco justement pour évité des dommage en enceinte) et non des enceinte de confinement qui son resté intacte sauf légère fissure la ou a Tchernobyl il a complétement volé en éclat.

Je ne suis ni pro nucléaire ni anti contrairement a vous azash qui bien que vous prônez le débat ne faite qu'annoncé des vérité qui pour vous sont indiscutable et parole d’Évangile, de plus de façon agressive, signe typique d'un anti...

Il est en effet par contre triste je le reconnais Alanis que nous ne parlions que peut des gens qui on risqué et qui risque encore leur vie aujourd'hui dans la centrale. Nous ne pouvons que espéré qu'ils seront moins atteint que ce de Tchernobyl grâce a ce que nous avons appris avec les années.

Ce qui est sur c'est que Fukushima reste un accident grave, mais aussi qu'il faut mettre en avant des faiblesse de construction assez problématique (un seul circuit de secours de mémoire la ou les réacteur français en ont 5). Comme il fut je pense une erreur de ne pas vouloir demander de l'aide au pays plus a la pointe comme la France et les USA, et surtout de façon général il vaut toujours mieux trois tête qu'une seul dans ce genre de cas.

De façon générale je ne suis pas contre une sortie du nucléaire remplacé par des énergie propre, mais a l’heure d'aujourd'hui croire que nous pouvons sortir du nucléaire en 5 ans et ridicule.

CinnamonJapan
07 Avril 2012
19:41

Bonjour,
Je ne suis pas certaine qu'une sortie du nucléaire en 5 ans soit ridicule. Bon gré, mal gré, le 6 mai 2012, le Japon sera peut-être sorti du nucléaire. Nous ne savons pas encore si des réacteurs seront remis en service, mais si les populations locales et les gouverneurs des diverses préfectures concernées (c'est-à-dire non seulement les préfectures où se trouvent des centrales mais ausis les préfectures voisines qui ont maintenant compris les risques des retombées radioactives) arrivent à se faire entendre du gouvernement, il est parfaitement possible que le Japon sorte définitivement du nucléaire ce jour-là, un an et 2 mois après la catastrophe de 2011.
J'aimerais porter à votre attention le fait que dans toutes les manifestations antinucléaires récentes au Japon, les mots d'ordre ont évolué et sont devenus : "Non au redémarrage des réacteurs!", "On a assez d'électricité!", "On n'a pas besoin du nucléaire!" Les gens ne sont pas fous, ils se rendent bien compte que le Japon fonctionne normalement aujourd'hui avec un seul réacteur nucléaire (à Hokkaido), et zéro réacteur sur toute l'île centrale de Honshu.
La plus grande crainte du "village nucléaire" (comme on appelle le lobby nucléaire au Japon), c'est précisément que les citoyens japonais réalisent qu'on peut très bien se passer du nucléaire. Les projections faites pour la prochaine période de pic de consommation électrique (l'été 2012) montrent que le pays disposera de moins d'électricité que pendant l'été 2010, certes, mais plus que pendant l'été 2011. Un éditorial très intéressant du journal ASAHI (5 avril 2012) évoquait cette question: le gouvernement craint que si les Japonais passent un été sans nucléaire, c'en sera fini du nucléaire dans ce pays ! Les grands journaux épousent de plus en plus les principes de prudence et de méfiance à l'égard de cette source d'énergie mortifère, mais cet éditorial est simplement descriptif de la situation : http://ajw.asahi.com/article/behind_news/politics/AJ201204050087

Alanis
07 Avril 2012
23:51

Vive les centrales thermiques qui puent et polluent.

Azash
08 Avril 2012
22:37

L'alternative aujourd'hui au nucléaire (en France) resterait le gaz et le fuel, à condition d'avoir ces moyens de production en grand nombre.
L'hydroélectricité produisait 70% de l'électricité en France dans les années 70, l'éolien et le solaire n'ont pas été développé pour des raisons politiques et stratégiques.
Jeremy Rifkin est un homme d'affaire visionnaire qui prédit qu'à l'avenir, chaque bâtiment produira son électricité (de la même manière qu'on produit notre eau chaude individuellement et non à partir de centrales. Seulement pour développer une telle chose en France, il faudrait d'abord passer par la fin du quasi monopole énergétique d'EDF qui rachète l'énergie produite par les particuliers à des tarifs variant dans des proportions de 1 à 10 en fonction de leur provenance (éolien ou photoélectrique).
Vous vous rendez compte aussi que vous reprochez presque aux pro-renouvelables (je préfère ce terme à celui d'antinucléaire) de devoir utiliser une technologie qu'ils remettent également en question ? Ne vous trompez pas de cible : Ce n'est pas nous qui avons fait massivement le choix de produire de l'énergie à base de combustibles, quels qu'ils soient.
Je possède un exemplaire du magazine "La Science et la Vie" daté de novembre 1921 qui précise déjà comment réaliser son installation éolienne pour éclairer sa maison. Et aujourd'hui, 90 après, on en est encore à aller chercher son électricité depuis une "centrale", justement, là où la production pourrait être totalement décentralisée.
Mais j'ai foi en l'avenir : Un parc offshore doit voir le jour au large de St Nazaire, à Bordeaux, c'est une centrale solaire urbaine d'une puissance de 12Mw qui sera inaugurée en mai.
L'avenir est au renouvelable, c'est évident. Il faut être fou (ou économiste) pour croire qu'une croissance infinie peut se baser sur des ressources finies.

CinnamonJapan
10 Avril 2012
06:40

@ Alanis Sophisme! Où est-il dit qu'en étant antinucléaire on est pro-thermique ????

CinnamonJapan
07 Avril 2012
19:43

Monsieur Morelli,
Je vous invite à lire la réponse que je viens de faire à ALANIS (post ci-dessus) à propos des explosions d'hydrogène dont vous parlez ici. Vous pourriez apprendre 2 ou 3 choses.
Sincères salutations.

SETH
05 Avril 2012
00:56

Sortir du nucléaire en 5 ans, non. D'autant qu'il sera utile par d'autres voies (la fusion) à notre expansion future, là où les énergies renouvelables marquent leurs propres limites (exploration spatiale par exemple). Mais commencer , d'ors et déjà, pour que dans 10 ans, ce soit fait, et là, ce n'est pas faux te dire, que le pied traîne encore sur le frein en France.
Appréciant les discours éclairés de certains, comme Alanis, j'estime que le monde doit tirer des leçons des erreurs faites. Les avertissements coûtent chers, trop et le fait que certains continuent de se voiler la face, faisant le jeu des antis, est bien dommage.
Dommage pour l'Humanité, dommage pour ceux qui paieront le prix de ces erreurs...
Maintenant, regardez quel est la place de la France dans les pays consommateurs d'électricité, et bien notre petit pays, a de l'appétit! Ceux qui veulent l'abandon du nucléaire ont tôt fait d'oublier leur gourmandise ..
Quand tout va bien, personne ne critique, quand la situation se détériore, on crache dans la soupe...Sans pour autant donner de solutions...
Heureusement, elles existent, certaines nucléaires d'ailleurs, un autre type de nucléaire, mais à 90%, elle seront de types renouvelables. Il serai bon, qu'on ouvre en grande pompes les portes à ces technologies , sans avoir à subir un ultime avertissement sur notre territoire, en guise de détonateur , pour enclencher ces solutions du 21eme siècle.
Et il n'y a pas de programme national propre à donner cet élan, et l'envergure nécessaire aux énergies renouvelables. ..Ce n'est pas 20% d'augmentation par an, d'une portion ridicule, qu'il faut viser, mais 100 fois plus!
Le Japon économiquement va sans doute énormément souffrir de,cette perte de cette partie de son indépendance énergétique, et la tentation de revenir à la fission nucléaire sera grande, mais au moins, il fera les efforts pour y palier dans la décade à venir.
Alors que nous...

CinnamonJapan
07 Avril 2012
19:47

Bonjour SETH,
Vous serez peut-être intéressé(e) à lire ma réponse à M.MORELLI ci-dessus sur l'éventulaité d'une sortie du nucléaire rapide au Japon.

SETH
07 Avril 2012
21:23

@CinnamonJapan: J'avoue que mon commentaire peut induire en erreur, pour moi effectivement il n'est pas impossible pour le Japon de sortir du nucléaire sur une courte durée, on est un peut loin du simple interrupteur à mettre sur "off", mais, oui, une "sortie du nucléaire" peut se résumer à cela.
Mais lorsque j'évoque une sortie en 10 ans, je pense au résultat qui amènerai le Japon à une certaine indépendance énergétique, aujourd'hui les gazoduc à 50 milliards, les importation de Corée et de Russie (avec qui subsiste quelques tensions), utiliser les anciennes centrales thermiques, en acheter des neuves, a un coût, financier, écologique énorme. Où croyez-vous que le Japon trouve son électricité aujourd'hui?! Il ne s'agit pas de déplacer le problème, mais de bel et bien le résoudre avec des solutions d'avenir.
Dans 10 ans, le Japon aura construit ces installations d'avenir propres à l'exploitations des énergies renouvelables, mais tout est à faire, pas sûr que les acteurs du secteur aient tous envies de se lancer là-dedans...Votre article le montre bien.
En France,nous aurions la possibilité de couvrir 110% de nos besoins électriques rien qu'avec l'éolien offshore, existe t'il seulement un plan pour construire un dixième de ces installations dans les 10 ans à venir, chez nous...Non, mais par contre, il existe des lois pour empêcher un nouvel acteur/intervenant de produire trop de watt de cette manière.
Mais si le pouvoir politique japonais ne fait rien pour promouvoir ces nouvelles technologies très rapidement (aux détriments des anciens acteurs), vous pouvez être certaine que le pays prendra plus de 10 ans pour se sortir de cette dépendance énergétique problématique.

Alanis
07 Avril 2012
23:56

L'éolien a plein de défauts comme celui de ne pas alimenter régulièrement le réseau et on a beaucoup besoin de sources de production stables et constants.
Personnellement je crois plus au développement des fours solaires comme énergie en partie alternative.

SETH
08 Avril 2012
09:00

Ne pas mettre ses oeufs dans le même panier , Alanis, bien sûr, l'éolien AVEC remontées de masse d'eau dans des réservoirs quand l'énergie est disponible, cette eau sera utilisé pour produire de l'électricité par « turbinage » (l'eau stockée tombe et actionne la turbine ) quand il n'y a plus de vent., l'energie hydrolienne* qui elle est produite par l'utilisation des courants sous marins , les fours solaires, etc...voir le lien wiki sur les énergies renouvelables http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89nergie_renouvelable
Tout est là! Il faut le développer , faut il que les acteurs s'y mettent, le gouvernement japonais a donné son feu vert (installation d'un eolien offshore au large de Fukushima d'ailleurs) , mais le Japon est le pays qui a investi le plus dans le nucléaire, et la non-construction de la vingtaine de centrales prévues, et un virage à 180° pour des sociétés qui financièrement sont dans une situation maintenant fort délicate.
En France, ces sociétés ont tout à gagner à amorcer dès à présent ce virage.

*développée par le constructeur des...sous-marins nucléaires en France

Alanis
05 Avril 2012
19:09

Quelques petites précisions et aussi quelques suppositions de ma part qui bien sûr n'engage que moi donc ce n'est pas à prendre comme vérité universelle afin d'étayé telle ou telle argumentation en faveur ou non du nucléaire.

TEPCO aurait semble t'il voulu cette explosion d'hydrogène afin de je ne sais pas quoi. Vrai ou fausse déclaration de TEPCO, l'explosion est selon moins tout à fait accidentelle car elle a détruit une voir deux barrières de confinement.
C'est loin d'être quelque chose que l'on souhaite au contraire car en plus on détruit pas mal de systèmes de sécurité. En France et normalement aussi au Japon il y a des systèmes de sécurité pour empêcher l'hydrogène de s'accumuler comme ça et provoquer une explosion. Pourquoi ça a merdé? J'en sais rien j'y étais pas et je ne m'aventurerais sur aucune supputation quand à la raison du dysfonctionnement car je n'ai rien vu sur le net de concret.
.
Explication sur le confinement. Il existe 3 barrières de confinement. La première qui est la gaine du combustible. Le tube dans lequel est enfermé l'Uranium. La deuxième qui est le circuit primaire. (La cuve et les tuyauteries qui passent par le générateur de vapeur, le pressuriseur et la pompe primaire.) La troisième étant le bâtiment réacteur.
.
Dans le cas de Tchernobyl il n'y avait strictement plus rien. En gros le bâtiment du réacteur était éventré, la cuve du réacteur avait la gueule ouverte et tout le coeur avait fondu. Donc plus aucune barrière et dispersion en grande quantité d'éléments radioactifs.
Dans le cas de Fukushima le haut du bâtiment a lui aussi était pulvérisé donc une barrière de foutue. L'explosion a plus ou moins endommagé une partie de la tuyauterie du circuit primaire donc une 2ème barrière de fichue. Ensuite certains éléments du combustible ont fondu (je ne connais pas le pourcentage exact) donc la 3ème barrière fut pour une partie du combustible elle aussi foutue.
Vu comme ça on ne voit pas grand chose qui différencie Tchernobyl de Fukushima d'autant que pour ce dernier il y eu plusieurs réacteurs d'endommagés. La différence vient que les réacteurs ont été plus vite maîtrisés et que la contamination a été moins dispersée. Ce qui semble t'il a évité une trop forte propagation d'éléments radioactifs dans L'environnement.
(Pour que mes propos ne soient pas mal interprétés je ne dirais rien sur la gestion de la crise. Il est toutefois dommage que pour une (ou des) raison(s) X, TEPCO ai refusé une partie de l'assistance proposée et qui est pourtant faite pour les accidents nucléaires.)
.
Pour finir, même si le Japon arrête ses réacteurs il doit toujours avoir des sources d'alimentation électrique et là c'est via les centrales thermiques (charbon, gaz et pétrole) qui émettent du CO2 dans l'atmosphère qui prennent le relai. Ce n'est pas génial comme impact sur l'environnement non?!
Je rajouterais également que l'électricité provenant du nucléaire représente dans le monde que 15% de la quantité totale fabriquée. Tirez en les conclusions que vous voulez mais messieurs les écolos bien que votre combat comme contre pouvoir aux pro-nucléaire soit louable et tout à fait indispensable afin de toujours mieux améliorer la sureté nucléaire, n'oubliez pas de favoriser l'économie d'énergie. Les lampes mais aussi les ordinateurs qui restent allumés et surtout l'isolation des maisons...

Morelli
06 Avril 2012
03:59

Des information que j'ai les explosion était bien voulu par TEPCO car justement faire explosé le toit des bâtiment était moindre important que si l'hydro c’était tellement accumulé qu'il aurait fait sauté tout, dont le l'enceinte de confinement qui dans le cas présent na jamais explosé mais a juste était fissuré, les bâtiment n’était que l'habillage qui aller autour. TEPCO a pris le risque de faire explosé l’hydrogéné qui s’accumule pour limité les dégât d'une explosion non contrôlé au final. Cela a en parti fonctionné car seul le bâtiment qui entoure l'enceinte de confinement a explosé mais pas les enceinte qui sont la 3eme et plus importante protection qui isole totalement le combustible de l’extérieur. Dans le cas de Fukushima seul une des 4 enceinte a était légèrement touché (fissure) mais aucune na explosé. Heureusement sinon cela aurait était pareil que Tchernobyl dans ce cas la.

Les central japonaise non rien a voir avec les central française en France nous avons 5 sécurité par réacteur 1 a 2 au japon seulement Alanis. De plus le combustible a fondu oui en parti de façon plus ou moins important selon les réacteur mais il sont théoriquement resté enfermé dans la cuve qui se trouve dans l'enceinte de confinement ce rien que ca fait que Fukushima et bien moins grave que Tchernobyl.

CinnamonJapan
07 Avril 2012
18:34

monsieur Morelli, vous croyez au Père Noël. Vérifiez tout ce que vous dites, il y a des erreurs à chaque ligne.
Bon courage.

Aizen [Team Kibô]
08 Avril 2012
22:25

@Morelli:

"De plus le combustible a fondu oui en parti de façon plus ou moins important selon les réacteur mais il sont théoriquement resté enfermé dans la cuve qui se trouve dans l’enceinte de confinement ce rien que ca fait que Fukushima et bien moins grave que Tchernobyl."

J'adore ton point de vu tellement approximatif! Heureusement que c'est pas toi qui gère la crise et qui est aux commandes de la centrale, je te le dis!

Parce que le corium, n'est pas "théoriquement" resté au fond de la cuve. Le professeur Koide Hiroaki, a clairement spécifié que la probabilité que ce dernier se soit échappé de la cuve pour cause de la trop haute température capable de faire fondre le cuve était le scénario le plus logique et probable! C'est peut etre d'ailleurs justement pour ça qu'on a pu constater l'arrêt à froid: si le corium s'est fait la malle, pour s'enfoncer plus bas dans le sol, au delà du confinement de la cuve, c'est normal et logique de constater une baisse de température, puisqu'il n'y a plus de corium dans la cuve!

Après on peut arroser une cuve vide autant qu'on veut, pour moi, c'est juste pathétique.

Ensuite, quand on considère un tant soit peu sérieusement une crise nucléaire, on part du principe de prendre en compte le scénario le plus grave, afin de mettre en place les mesures les plus drastiques dans le but de contenir un maximum de problème pour éviter que les choses n'empirent. La réalité actuellement est totalement inverse: on a minimisé, et donc la situation a empiré.

Tout cela on peut déjà le lire dans l'introduction au rapport plus poussé de la commission indépendante d'enquête officielle sur l'accident de Fukushima (RJIF > cf voir le site officiel)

Mais si "théoriquement" tu considère de base que le corium est resté dans la cuve, tout comme l'a fantasmé tepco, c'est par laxisme que ce genre de façon de penser met en danger non seulement les travailleurs de la centrale, mais aussi l'environnement, les populations locales, et la nation toute entière.

On appelle cela: un manque d'anticipation couplé à de l'irresponsabilité.

CinnamonJapan
07 Avril 2012
21:03

Petite correction au passage : les réacteurs n'ont pas été plus vite maîtrisés, ils ne sont simplement pas maîtrisés du tout.
Dans le réacteur 2, il y a 60 cm d'eau là où TEPCO pensait qu'il y en avait 3 mètres au moins. Radioactivité: 72 sieverst/heure, même les robots n'y résistent pas. Pour un humain: nausées en une minute, mort en 3 à 4 minutes.
Dans les réacteurs 1 et 3, personne ne sait ce qui se passe, il n'y a aucun moyen de vérifier: c'est ou mieux ou pire ou pareil que dans le 2...
Lors de la visite des journalistes étrangers sur le site de la centrale le 20 février, la radioactvité à l'extérieur des bâtiments des réacteurs, mesurée dans l'autocar, atteignait 1500 microsieverts/h. Comme précisé dans cet article, personne ne peut pénétrer dans le bâtiment du réacteur 3, ce qui laisse penser qu'il n'est pas en meilleur état que le 2 !
http://blogs.wsj.com/japanrealtime/2012/02/20/another-look-at-the-inside...
Vouloir nous faire croire que les réacteurs sont sous contrôle et en arrêt à froid est au mieux une plaisanterie et, au pire, c'est criminel.

CinnamonJapan
07 Avril 2012
21:05

Petite correction au passage : les réacteurs n’ont pas été plus vite maîtrisés, ils ne sont simplement pas maîtrisés du tout.
Dans le réacteur 2, il y a 60 cm d’eau là où TEPCO pensait qu’il y en avait 3 mètres au moins. Radioactivité: 72 sieverst/heure, même les robots n’y résistent pas. Pour un humain: nausées en une minute, mort en 3 à 4 minutes.
Dans les réacteurs 1 et 3, personne ne sait ce qui se passe, il n’y a aucun moyen de vérifier: c’est ou mieux ou pire ou pareil que dans le 2…
Lors de la visite des journalistes étrangers sur le site de la centrale le 20 février, la radioactvité à l’extérieur des bâtiments des réacteurs, mesurée dans l’autocar, atteignait 1500 microsieverts/h. Comme précisé dans cet article, personne ne peut pénétrer dans le bâtiment du réacteur 3, ce qui laisse penser qu’il n’est pas en meilleur état que le 2 !
http://blogs.wsj.com/japanrealtime/2012/02/20/another-look-at-the-inside...
Vouloir nous faire croire que les réacteurs sont sous contrôle et en arrêt à froid est au mieux une plaisanterie et, au pire, c’est criminel.

Super Furax
07 Avril 2012
18:19

http://www.temoignagechretien.fr/ARTICLES/Essais/Fukushima-les-dieux-son...

Docteur Folamour

Les experts font défaut, se réfugiant derrière des propos de docteur Folamour : « La radioactivité n’affecte pas les gens souriants mais seulement les gens soucieux », laissant la population à son incertitude. Et abandonnant les ouvriers de Fukushima, minuscules fourmis oubliées, à leur sort terrible, dont les témoignages sont les ultimes pages d’un réquisitoire contre la folie et la volonté de puissance humaine. 

nelson311
07 Avril 2012
20:33

Franchement, de savoir que je suis en France après avoir évacuer ma petite famille du Japon et d'entendre tellement d'ignorance sur le sujet défi tout ce que je pouvais imaginer. Mais je n'irais pas argumenter vos idées "optimistes" sur le Japon. Mes amis a Fukushima rêvent de se sauver et ,ici, ont rêvent d'y aller. Alors moi je propose une chose. ON ECHANGE! Ca marche? Vous venez tous avec vos enfants et les leurs viennent ici. Un exchange programme! Pas de problème, comme tout vas bien au Japon. Et si vous rester assez longtemps, vous aurez soit la chance de participer a l’écroulement du réacteur 4 (eh oui, fort possible), ou un gros tremblement de terre (ou plusieurs) ou même bouffer du Cesium a longueur de journée. Je vous conseille fortement le Japon. Par contre sachez que votre venu ne feras que du mal a ceux qui veulent s'en fuir et qui se battent pour leurs enfants et de faire pression sur le gouvernement. Mais ça a mon avis, c'est pas votre problème. Je vous souhaite donc de superbes vacances en tant que spectateurs ... et bon courage!

CinnamonJapan
07 Avril 2012
21:44

Je voudrais mettre en garde tout visiteur au Japon contre une chose que nous craignons tous ici (j'habite à Tokyo) et qu'a évoquée Aizen, je crois : l'effondrement annoncé de la piscine de désactivation du réacteur N°4 de Fukushima. Imaginez une piscine remplie de combustibles nucléaires non seulement usés mais aussi quasiment neufs (le réacteur 4 avait été vidé de ses barres de combustibles pour opération de maintenance et elles se trouvent dans la piscine), soit environ 300 kilos de combustible, suspendue à 20 mètres de haut dans un bâtiment complètement délabré dont une explosion a soufflé les murs et le toit. TEPCO a renforcé la structure avec des piliers de soutien mais les opinions divergent sur ce qu'il faudrait faire/aurait fallu faire pour la sécuriser un peu plus. Il est capital que cette piscine soit constamment remplie d'eau, l'eau faisant barrage aux radiations. La principale cause de problèmes gravissimes envisageables est l'effondrement des structures et de la piscine en raison d'un nouveau gros séisme (et tsunami éventuelelment) ou en raison des tremblements de terre moins forts qui continuent de secouer la région au quotidien (même de faible magnitude, ils contribuent à affaiblir les ruines). De simples fissures dans la piscine suffiraient à faire baisser le niveau de l'eau. A partir du moment où les combustibles sont au contact de l'air, il n'y a plus d'intervention possible, c'est la catastrophe intégrale, avec évacuation obligatoire sur au mons 300 km (y compris Tokyo et sa banlieue). Tout l'hémisphère Nord serait d'ailleurs concerné.
Idéalement, il faudrait enlever les barres de combustible, mais pour l'instant personne ne sait comment s'y prendre. On parle de plusieurs années avant de pouvoir le faire, mais ce sera fait en priorité car c'est une épée de Damoclès au-dessus de nos têtes. Au total, il est question de 40 ans pour démanteler la centrale. Je viens de trouver une vidéo "brute" faite par TEPCO le 10 février et publiée par Reuters qui montre assez bien l'état des lieux. Les commentaires sont écrits à droite en anglais. http://www.reuters.com/video/2012/02/10/tepco-releases-video-of-nuclear-... . TEPCO a déclaré (c'est dans les explications) que les assemblages paraissaient abîmés ou déformés. Tout ça pour vous dire que ceux qui viennent au Japon doivent connaître ce risque particulier. Après, c'est personnel: quels risques on est prêt à prendre, est-ce qu'on comprend assez de japonais pour comprendre ce qui se passe et ce qu'il faut faire en cas de catastrophe.... à chacun de voir. Mais dire que le Japon est sorti d'affaire serait totalement mensonger.

Alanis
07 Avril 2012
23:00

@CinnamonJapan
Ce n'est pas parce qu'il y a énormément de radioactivité dans un bâtiment que le combustible est hors de contrôle et un arrêt à froid ne signifie pas qu'il n'y a plus de radioactivité. C'est l'arrêt de la fission dans le combustible. C'est différent.
La situation est certes loin d'être normale ou même idéale mais verser dans le catastrophisme en mal interprétant des termes techniques cela sert juste à se tromper sur les réels problèmes qui sont rencontrés et cela nuit à une bonne compréhension de choses compliquées qui ne sont pas appréhendable par une grande partie du public.
(Chacun son métier après tout.)
.
Ne pas pouvoir rentrer dans un bâtiment ne signifie pas qu'on puisse ne rien savoir totalement du combustible et de son activité. Je ne rentre pas dans les détails mais il y a des appareils de mesures pour connaître certaines choses.
Sinon un débit de dose de 1500 microsieverts/h n'est pas catastrophique. On peut y travailler mais on y restera pas 3 plombes.
.
Concernant la piscine et le combustible stocké. Le combustible neuf est inoffensif car pas activé.
Le combustible usagé et le bâtiment sont certes très préoccupant mais pas catastrophique et si une fuite venait à apparaitre il faudrait remplir fréquemment avec de l'eau borhée (chose qu'ils ont déjà fait) mais en aucun cas paniquer et évacuer un rayon de 300 km. C'est excessif.

CinnamonJapan
08 Avril 2012
06:13

Alors, Alanis, merci d'adresser un mail directement au professeur Koide et à son équipe. Vous pourrez parler entre spécialistes. Mais je vous préviens que vous ne tomberez pas d'accord. Avant, vous pourrez vous trouver bien de regarder cet extrait d'émission, sous-titré en français, avec les explications de M.Koide : http://www.dailymotion.com/video/xpidxf_fukushima-dr-koide-si-la-piscine...

CinnamonJapan
08 Avril 2012
06:25

Pour les personnes intéressées, ce blog donne des pistes intéressantes pour aller plus loin, notamment cette page critique sur le controversé arrêt à froid des réacteurs : "Announcement of “Cold Shutdown” of Fukushima Reactors Is Based On a Political Decision, Not Science"
http://www.globalresearch.ca/index.php?aid=28353&context=va

Super Furax
08 Avril 2012
05:18

Bonjour Tout le Monde
je pense qu'il y a parmi les Commentateurs des VRP de chez Tepco et Areva

Tous les Partisans de la Fumisterie Atomique sont des Criminels Irresponsables

http://www.tribunalrusselnucleaire.org/

En 1966, le Tribunal Russell-Sartre jugea les crimes de guerre contre l’humanité notamment commis par les Etats-Unis au Viêt-Nam. On y condamna aussi le nucléaire militaire.
En 2012, un nouveau Tribunal d’opinion doit juger les crimes du nucléaire civil.
Les Tchernobyl et les Fukushima passent mais le nucléaire ne trépasse pas.
Le gouvernement japonais lui-même ne cesse de se plaindre de l’opacité que pratique la société gestionnaire donc responsable de la catastrophe humaine et écologique.
Ce nouveau Tribunal Russell est indispensable pour que la vérité succède aux mensonges.
Ce nouveau Tribunal Russell est indispensable pour que la politique succède à la peur.
La parole doit revenir d’abord aux citoyens et à leurs élus et non aux experts mercenaires.
Nous ne pouvons pas rester sans agir dans l’attente d’une nouvelle catastrophe
(Etats-Unis 1979, URSS 1986, Japon 2011) alors que nous sommes le principal pays nucléocrate.
Nous entendons faire entendre notre voix d’ici 2012 et bien sûr au-delà.
Nous, citoyens, élus, intellectuels appelons donc l’ensemble de la population à signer cet appel le plus massivement possible et à le faire connaître par tous les moyens.

++ SALUTATIONS CITOYENNES ++

Folky
08 Avril 2012
11:03

Je n'ai pas encore lu les comms, uniquement l'article et...
je le trouve malsain, une apologie du tourisme catastrophe.

Promouvoir le tourisme catastrophe en Islande par exemple au niveau des volcans, est une chose. Ils connaissent leurs volcans, les étudient et peuvent plus ou moins prédire quand ils entreront en action. La sécurité des habitants et des touristes est assurée.
Mais dans le cas du Japon, depuis le 11 mars 2011 et jusqu'à aujourd'hui, c'est une autre histoire. Les hôtels pour touristes pourraient avantageusement héberger les victimes qui n'ont toujours pas de toit tout en les maintenant éloignés des zones à risques.
Pour les victimes, et pensant simplement à un accident de la route (l'attente des secours, le travail de ces secours), si j'étais à leur place, je crois que je maudirais ces touristes mieux lottis que moi.

Cécile
08 Avril 2012
12:29

Bonjour à tous,

Il existe d'innombrables moyen de soutenir le Japon, sans pour autant aller faire du tourisme... Les campagnes qui incitent les touristes à revenir au japon n'ont d'autres buts que de faire croire que la contamination radioactive du pays n'est pas dangereuse. Pour ma part, qui suis en contact avec de nombreuses personnes au Japon, j'ai reçu beaucoup de demandes d'aide. Mais aucun d'entre elles ne m'a jamais demandé de venir au Japon... Si vous voulez soutenir l'économie japonaise, vous pouvez reverser le prix de votre billet d'avion a une association de soutien aux victimes du tsunami, cela me semble bien plus efficace...

Concernant ensuite le risque lui-même, il est effectivement difficile de s'y reconnaitre quand on n'est pas un spécialiste. Cependant, on peut simplifier les risques ainsi :
> le risque liée à l'irradiation, c'est-à-dire à l'exposition aux rayonnements radioactifs,
> la contamination interne, c'est-à-dire le risque que des particules radioactives rentrent dans votre corps (en respirant, en mangeant, en buvant)
> l'instabilité de la centrale elle-même.

Concernant l'irradiation, on pourrait discuter longtemps. Certains soutiendront que les mesures de radioactivité ne sont pas alarmantes quand on ne passe que quelques jours sur place. Je rappellerai seulement que l'on retrouve la fameuse "substance noire" au cœur même de Tokyo (http://fukushima-diary.com/2012/04/black-substance-found-in-katsushika-k...) ou de Chiba (http://fukushima-diary.com/2012/04/black-substance-is-covering-all-the-k...), et que celle-ci a par ailleurs donné lieu a des mesures de 3,4 millions de Bq/kg rien que pour le Césium (http://fukushima-diary.com/2012/03/minamisoma-city-gov-flows-contaminate...). A ces mesures là, je ne vous conseille pas de poser vos pieds sur le sol, ne serait-ce qu'une seconde...

Concernant la contamination interne, tout le pays est concerné, car non seulement les particules radioactives sont présentes dans l'air, dans les sols, mais aussi dans la nourriture, dans l'eau... Évidemment, plus vous être proches de la centrale, plus la densité dans les poussières sera importante (et encore, on voit bien l'exemple de la substance noire), mais pour la nourriture et l'eau potable, c'est partout pareil... Les japonais qui désirent faire attention galèrent tout les jours pour essayer de s'approvisionner en nourriture et en eau moins contaminée, alors comment un touriste pourrait-il s'y retrouver ? Or, pour ceux qui ne le savent pas, le problème de la contamination interne, c'est qu'il suffit d'une seule particule radioactive ingérée ou inhalée pour être exposée à un risque réel pour la santé. D'autant plus que la centrale a rejeté (entre autres) de l'uranium et du plutonium, des particules radioactives dotées d'un tel pouvoir destructeur qu'une infinitésimale quantité peut s'avérer mortelle.

Enfin, reste l'état de la centrale lui-même. Vous n'êtes pas sans savoir qu'il y a une piscine située à 40m de hauteur dans un bâtiment en mikado (réacteur 4)... Et que dans cette piscine se trouvent des tonnes de combustibles nucléaires usagés, contenant d'autres tonnes de plutonium et d'uranium... A chaque tremblement de terre important, le risque de voir cette piscine s'écrouler ressurgit et terrorise ceux qui, sur place, connaissent le risque. Si cette piscine s'écroule, tout l'hémisphère nord sera dangereusement contaminé, mais plus encore la majeure partie du japon deviendra instantanément inhabitable. C'est-à-dire, pour parler clairement, un risque d'exposition mortelle pour tous ceux qui se situent sur le territoire. Même quand on ne passe que quelques jours sur place, on peut se trouver là au mauvais moment. Personne n'est à l'abri d'un tremblement de terre de grande importance pendant son séjour. Mais vous pouvez aussi aimer jouer à la roulette russe...

Reste que, dans cette catastrophe, nous sommes tous confrontés à notre propre jugement, mais aussi à notre propre conscience. Alors chacun fera ce qu'il pense bien, en son âme et conscience... Moi, en mon âme et conscience, je vous dirai seulement ceci : vous qui êtes adultes et pouvez décider que faire avec vos vies, faites ce que vous voulez. Par contre, si vous ne devez retenir qu'une seule chose de ce commentaire, je vous en supplie, ne partez pas avec vos enfants. Ayez au moins le bon sens de vous dire qu'en l'absence de discours clair, il est impossible de prendre ne serait-ce qu'un soupçon de risque pour un enfant. Pensez à tous ces parents, au Japon, qui tremblent et pleurent pour leurs enfants, à tous ceux qui se lèvent à 5h du matin pour préparer pour l'école un bento fait maison avec des produits importés, à tous ceux qui s'endettent pour acheter des compteurs geigers, à tous ceux qui ne dorment pas en pleurant sur leur avenir... et, s'il vous plait, pensez à toutes ces familles déchirées, à tous ces couples qui se sont séparés pour pouvoir mettre leurs enfants à l'abri, à tous ces enfants en exil dans des pays étrangers, qui vont grandir sans leurs pères pour échapper à la maladie et à la mort...

Et repensez à ma première proposition : reversez le prix de votre billet d'avion à une association, ce sera le véritable acte d'amour et de soutien...

Alanis
08 Avril 2012
18:29

@Cécile.
La radioactivité des substances noires présentes dans les articles que tu cite et dont les valeurs indiquées sont certes au dessus de la radioactivité naturelle mais elles sont très faibles.
Mettons que tu ne te lave pas et que tu tienne dans ta main cette poussière noire pendant un an. Ca te donnera toujours une faible dose qui n'aura aucune conséquence sur ton organisme.
.
Un autre de tes liens parle de Minamisoma. Personnellement je n'irais pas y foutre les pieds tout simplement parce que les informations communiquées ici et là sont trop différentes et sujettes à caution des 2 cotés et parce que les zones contaminées sont trop disparates. Ce n'est que mon avis et y rester quelques temps n'est pas forcément dangereux mais bien que je compatisse et ai donné à des oeuvres comme la croix rouge, faire du tourisme pour voir des lieux ravagés ce n'est pas vraiment mon truc.
.
Après Minamisoma est à coté de Fukushima hein. Le reste de l'île n'est pas un no mans land radiologique il ne faut pas paniquer comme le font certaines familles selon tes dires.
Ces familles risquent plus d'avoir des problèmes de santé liées à leur anxiété plutôt qu'à la radioactivité.
Bref le pays est quand même et heureusement sans danger.
Après bien sûr qu'on ne va pas aller manger du riz cultivé aux alentours de Fukushima.
.
Je n'aime pas spécialement réagir à ce genre de choses mais quand je vois la propagation d'idées fausses à droite et à gauche, des gens qui paniquent parce que des personnes interprètent à leur manière différentes choses comme les liens de CinnamonJapan où on voit qu'il y a des risques avec le Corium mais sans donner de probabilités et un autre où on voit donc le pseudo journaliste, les invités et CinnamonJapan partir dans une panique totale parce que le professeur Koide a dit "ce serait la fin" après un scénario catastrophe sans préciser ce que ça impliquerait comme problème, je me fais toujours la même réflexion.
Les mots ont un impact et plus particulièrement quand il s'agit de nucléaire. Je ne veux absolument rien minimiser mais il est toujours important de bien expliquer et bien trouver ses mots quand on parle de ce genre de choses.
L'exercice est très difficile surtout quand on s'adresse à des personnes non initiées et encore plus dans une catastrophe où les personnes ne retiendront que les passages qui leur font peur sans vraiment écouter le reste.
C'est humain comme comportement mais cela nuit grandement à la véritable information et cachent finalement les vrais problèmes.

Aizen [Team Kibô]
08 Avril 2012
21:53

@Alanis: Je me permet de réagir à ce que tu viens de dire. Car je trouve tes déclarations totalement laxistes, et plutôt irresponsables, ou alors j'ai de la peine pour toi car tu n'en as même pas conscience. J'ai maintes fois expliqué dans les commentaires précédent, le pourquoi il était dangereux, mais si tu sais aisément déblatérer des légèretés, tu ne sais apparemment pas lire correctement ni analyser des sources d'informations de façon appropriée.

"Ces familles risquent plus d’avoir des problèmes de santé liées à leur anxiété plutôt qu’à la radioactivité."

Faux : des test d'urine sont régulièrement faites sur des enfants ou des adultes et ont été retrouvé positif au cesium 134, 137, voire au strontium ou d'autres radio isotopes, dans divers lieux au Japon, et ce, pas seulement près de Fukushima et aux alentours, mais je le répète, on en a retrouvé jusqu'à Wakayama, Chiba, Yokohama etc. Les tests de thyroides sont aussi effectué et il y a clairement un problème, et ce, pas seulement dans le Tôhoku.

Le fait même de soulever le danger du stress plutôt que des radiations montre ici parfaitement que tu es déjà entrain de minimiser, ce qui est insultant pour ceux qui vivent les symptômes comme les saignements de nez, des diarrhées, des tournis, de la fatigue aigue, des crises de tachycardie, des intolérance à l'alcool, une baisse immunitaire au quotidien (souvent tous ces symptômes sont couplés)...et je trouve cela assez insupportable.

Et c'est exactement ce type d'attitude qui cause du tort aux japonais qui sont victimes de la crise nucléaire actuelle: car c'est cela qui empêche les japonais qui veulent évacuer, de le faire dans des conditions acceptable. Le gouvernement japonais se permet de les abandonner, de les laisser se faire irradier, justement parce qu'il y a encore en masse, des gens comme toi qui osent dire que "tout va à peu près bien". Preuve en est avec la phrase ci dessous:

"Bref le pays est quand même et heureusement sans danger."

> Là, tu fais une affirmation que je trouve totalement scandaleuse car je l'ai déjà dit plus haut en insérant toutes les sources scientifiques: nombreux sont les scientifiques indépendants ou non, de tous pays confondus qui ont déclaré exactement le contraire de ce que tu avances par ignorance totale : Tokyo est un exemple, mais se situe déjà à 230 km, une ville actuellement devenue zone radiologique, chiba est connu pour être un hot spot ceci n'est absolument pas un secret, des mesures ont été prise, et même si la radioactivité est répartie, elle est anormalement élevée. Ceci a été mesuré même à l'extérieur de l'aéroport de Narita, avec un niveau 3 fois supérieur à la normale, relevé par Bruno Chareyron (expert scientifique en physique nucléaire et radioprotection) de la Criirad (mesure bientôt disponible sur le site criirad.fr) et bien d'autres mesures sont disponibles chez fairwind associate) ou chez Arnie Gundersen (expert consultant en énergie, et expert nucléaire), on peut aussi trouver des mesures sur les sites américains tout aussi officiels, chez le professeur Kaltofen...etc.

Les mots peuvent mentir, mais des chiffres présentés en vidéo et en live sur un compteur geiger, ça ne ment pas et les analyse de labo non plus. Moi, je tiens à rester non pas dans les états d'âme ou dans les mots, mais à présenter des FAITS indiscutables.

"Après bien sûr qu’on ne va pas aller manger du riz cultivé aux alentours de Fukushima."

La dessus, tu sembles totalement oublier qu'actuellement le risque majeur viennent de la contamination interne, et non pas d'irradiation externe. Le riz de Fukushima et d'autres préfectures contaminée du Tôhoku est vendu légalement par le gouvernement et se retrouve donc en boutique et en supermarché pour être vendu dans tout l'archipel. On en a même retrouvé à Okinawa. "Le pays est heureusement sans danger me disais-tu? ". Quel cynisme!

Le niveau autorisé actuel de radioactivité, je me re-re-re-répète mais est de 500 bp/ kg. Fais le calcul, c'est mathématique: si tu mange un morceau de poisson de 500g, des épinards et du champignon (particulièrement connu pour concentrer les radionucléides) pour 250 g, ceci fait déjà une assiette pour un seul repas: en considérant qu'à chaque assiette tu manges pour 250 bq pour 500 grammes de nourriture multiplié par trois puisque tu vas manger 3 fois par jour, à ton avis, à combien le taux de radioactivité vas tu cumuler en 1 an? Le problème vient du cumul. Allooooo? On se réveille!

A cette réponse, je te laisse prendre toi meme ta calculatrice. Mais il se pourrait bien que cela dépasse largement les 20millisievert / an autorisé actuellement. (qui est déjà criminel d'imposer à une population : car en France, le niveau d'exposition autorisé est de 1 millisievert / an). Il n'y a normalement que les professionnels aptes à travailler dans l'industrie nucléaire qui devraient être habilité à être exposé à 20 millisievert / an. On appelle cela l'effet Petkau : exposition à faible dose de radiation : ce niveau d'exposition est déjà une exposition à risque.

Après, libre à toi de te balader au Japon en touriste, pour aller goûter le fameux riz contaminé pour tes 2 semaines de vacances. ça ne te fera peut-être rien.

Mais je trouve que cautionner cela est déjà particulièrement malsain. C'est quoi en fait le délire des gens?
Car moi je le comprends ainsi : "moi, en tant que voyageur touriste gaijin, JE NE RISQUE PAS GRAND CHOSE, et donc, même si les japonais qui habitent sur place risquent leur santé, tant que moi, je peux voyager à moindre risque au pays de mes rêves, je n'ai pas à me préoccuper de l'état sanitaire du pays ni de ce que je mange"?

Par ailleurs, je tiens à préciser que partir au Japon et le fait que les touristes soient encore là sert d'arguments au gouvernement japonais qui instrumentalise cette présence étrangère pour faire croire que TOUT VA BIEN, et surtout, cela donne l'illusion qu'il n'y a pas à s'inquiéter. Par ailleurs, le fait de renflouer l'économie du pays, va surtout aider le gouvernement à renfluer ses propres caisses, tout en oubliant de venir en aide de quelconque façon que ce soit, aux japonais du Tôhoku. (relire mes commentaires précédents, j'explique tout)

Car l'argent récolté par le gouvernement, sert à subventionner l'incinération de débris contaminé dans tout le pays.

Bravo, c'est vraiment du joli. On assiste vraiment à chaque jour un peu plus à un show de démence et d'absurde total depuis mars 2011. C'en devient pathétique pour ceux qui osent dire après qu'ils aiment le Japon, tout en se persuadant lâchement que "les choses ne vont pas si mal". Je me demande quand les gens vont se réveiller. Certainement dans 20 ans, quand il sera trop tard.

Tu sais, c'est extrêmement fatiguant d'avoir à se répéter, face à des personnes non seulement insouciantes, butées, qui pour la plupart aiment à se tapir dans le déni. Faut-il que toi même tu saignes quotidiennement du nez, pour comprendre la situation et te rendre compte que pour rien au monde la situation est "normale"?

J'ai encore le courage de réagir, quitte à perdre de mon temps et de mon énergie, justement parce que je me sens concernée par ce pays que j'aime.

SETH
08 Avril 2012
23:50

Mmmh...Si j'en crois ce que tu viens d'énoncer Aizen ( et il n'y a pas de raisons pour que je mette tes dires en doute ), les effets passés, présent, à venir, qu'importe..Condamne le Japon à la perte de son tourisme, à l'isolement, et à la fuite de son peuple, qui n'aurait presque pas d'autres choix que de quitter sa terre.
Comme si la catastrophe s'arrêtait aux frontières...
Le Japon paye le prix de l'irresponsabilité de quelques compagnies privées, mais aussi difficile que c'est à croire, ils vont devoir vivre avec, car pour la plupart, ce pays abîmé reste le leur, et ils n'ont pas envie tous, de le quitter.
De la même manière, certains d'entre nous penseront que le tourisme n'y est plus possible, tandis que d'autres penseront, que de toute façons rien ne s'est arrêtés aux frontières, puisque c'est si grave, la planète souffre de maux engendrés par l'espèce humaine, alors quel que soit le risque, quelque soit l'endroit, on n'est pas à l'abri, et ils feront à leur guise.
Les allemands ont décidés de sortir de la fission nucléaire..bien, mais tant que leurs voisins anglais et français ne feront pas la même chose, le risque qu'ils encourent un jour, reste identique,
Ais je déjà été contaminé par Tchernobyl..? Ou le serai-je seulement en me rendant au Japon? Il ressort de cette discussion, beaucoup d'incertitudes en fin de compte.

Je ne crois pas qu'Alanis ou d'autres cherchent à minimiser l'ampleur de la catastrophe, il bien difficile pour un citoyen de s'informer convenablement , entre les mensonges des irresponsables, les "vérités" d'internet...Ce qui est sûr, c'est ce qui est fait, est fait.. La vie continue, et pour la plupart, leur vie reste au Japon, touriste ou japonais, .

Alanis
09 Avril 2012
00:06

Aizen j'ai été poli alors tu serais prié de l'être également. ;)
Personnellement je doute que tu le puisse vu tes précédentes contribution mais comme tu dis que je suis plutôt optimiste, je vais l'être aussi avec toi.
.
C'est bien beau de balancer des chiffres mais encore faut il les comprendre exactement.
La dose globale autorisée sur 12 mois glissant pour les travailleurs du nucléaire en France est de 20mSv qui est une dose faible et en deçà des préconisations internationales.
(Et des travailleurs du nucléaire qui arrive déjà à 16mSv t'en as pas beaucoup.)
Pour les mains la limite est de 500mSv, pour le cristallin elle est de 150mSv.
.
La limite que tu parle de 1mSv c'est pour ceux qui n'y travaille pas. Genre les visiteurs.
.
On va continuer sur les chiffres.
Sache que la dose moyenne naturelle reçue en 1an en France est de 2 à 3mSv.
Au Brésil c'est de 10mSv et dans certaines régions de l'Iran ça va même jusqu'à 100mSv par an.
Lorsque tu fais des examens médicaux une radio de l'abdomen c'est 1mSv que tu prends. Un scanner c'est de 5 à 20mSv, une scintigraphie c'est de 1 à 6mSv.
Déjà ça remet un peu les choses en place concernant les doses que l'on peut recevoir dans l'année.
.
Après mélanger une activité (en Bq) et une dose équivalente (en mSv) c'est montrer à quel point quand on ne connait pas, on sort pas des trucs comme ça pour faire peur.
Mais soit. On va sur ton terrain. Tu parle de l'activité et tu annonce la limite relevé à 500 Bq/Kg.
Sait tu ce que ça représente? La radioactivité naturelle des terres oscille entre 500 et 5000 Bq/Kg. Rajoute dedans des engrais qui sont eux aussi ont une activité et t'arrive rapidement à retrouver 500 Bq/Kg dans ta nourriture.
Ensuite sache que le Granit a une activité de 1000 Bq/Kg. Même s'il ne mangent pas leurs murs car ça fait mal au dents, ils sont exposés aux radiations. Est ce que les petits bretons ont des soucis?
.
Sinon t'as raison. C'est parfois fatiguant d'avoir affaire à des gens plutôt butés et qui ne comprennent pas tout.

Aizen [Team Kibô]
09 Avril 2012
01:25

@Alanis: La radioactivité naturelle n'est en aucun cas comparable à la radioactivité artificielle. L'exposition et la dose reçue lors d'une radiographie est ponctuelle et en aucun cas permanente, ni continue.

Déjà, je reste polie, mais je considère que tu es de mauvaise foi, car tu ne vas pas dans le sens de la protection citoyenne, mais dans le sens de la minimisation afin de protéger "je ne sais quel autre intérêt".

Le cumul en bq/ kg se cumule en dose, et ne fais pas semblant de pas comprendre, ce serait insultant pour l'intelligence des autres lecteurs. Car on peut évidemment transposer les doses cumulées, mesurable en faisant un whole body counter ou en faisant une mesure de coups / seconde (dose). Car c'est justement ce cumul qui est dangereux pour l'organisme notamment par irradiation interne.

Les organes internes, s'ils sont continuellement "bombardés" par les rayons ionisants, peuvent évidemment subir cela et être victimes de lésions, de cassures aussi au niveau de l'ADN: les risques pour la santé sont formels car ils sont proportionnels à la quantité reçue et aussi au temps d'exposition. Chaque individu est différent et par conséquent, présentera des fragilités ou des résistances qui ne sont absolument pas prévisibles.

Oui les 1 millisievert c'est la norme pour ceux qui ne travaillent pas. Et 20 millisievert est déjà un niveau d'exposition qui a révélé après études des conséquences des cumuls de faibles doses de façon continue, des problèmes de santé récurrents, qui peuvent notamment être constatée chez les travailleurs en centrales, certains professionnels en radiothérapie.

J'ai moi même assez comparé et étudié certaines bibliographies entre les victimes de Tchernobyl, les victimes d'essais nucléaire, les victimes de Three Miles Island, etc, pour dire qu'il y a déjà des symptômes similaires, des prémices de ce qui attends la population constamment exposée aux radiations.

Il serait ridicule de nier.

Il y a évidemment de nombreuses études qui sont menées par des scientifiques dans tous les pays. Et avait notamment récemment lieu un colloque scientifique au parlement national de Bruxelle : « radioactivité et santé : risques et radioprotection » avec l'intervention de Annie Thébaut Mony. Ce rapport montre clairement les manquements et les minimisations des faibles doses des radiations.

Source du rapport: http://www.asso-henri-pezerat.org/wp-content/uploads/2012/03/A_Thebaud-M...

Annie Thébaut Mony n'est évidemment pas la seule experte à travailler et étudier les impacts réels de la radioactivités sur le corps humain. Le professeur Tatsuhito Kodama, éminent chercheur de la Todai a largement démontré dans ces études que, peu importe les doses, l'exposition longue et continue à des radioisotopes artificiels étaient parfaitement dangereux et provoquaient des morbidités variées.

Actuellement la dose thyroidienne mesurée par l'armée américaine est de 150 millirem/heure pour la population de Tokyo.

Source: http://enformable.com/2012/02/march-20th-2011-navy-vice-admiral-reports-...

Evidemment une multitudes de scientifiques bondiraient en te lisant actuellement.

La conférence de la Criirad (les analyses et observations de Bruno Chareyron et de Wataru Iwata) qui a eu lieu à Paris dernièrement allait parfaitement dans le sens des recommandations de : Arnie Gundersen, Chris Busby, Hiroaki Koide, Tatsuhito Kodama, Hayakawa Yukio, Sebastian Pflugbeil, Marco Kaltofen, Joseph Mangano, Janette Sherman, Helen Caldicott... on ne compte plus les scientifiques qui ont manifestés leurs consternations face à l'ampleur du désastre de Fukushima.

Mais toi, évidemment, tu dis que tout va bien, et que rien n'est grave. Mais tu sais, si tu dis que ce n'est pas grave, tu peux toi même faire l'expérience sur ton propre organisme, mais par contre, je te demanderai de ne pas agir irresponsablement face à la vie d'enfants innocents au Japon ou ailleurs.

Il est risible de constater que ceux qui tentent justement de minimiser et de défendre que les risques des radiations ne sont pas graves, ne donnent étrangement JAMAIS DE SOURCES.

Ton cynisme me donne la nausée et je te le dis poliment, pour ne pas être hypocrite.

Alanis
09 Avril 2012
11:10

Moi c'est votre discours alarmiste exagéré et en dehors de la réalité qui me donne la nausée.
Et quoi que tu essaye de dire par des tournures de phrases et autre discours qui fait pleurer les chaumières (ça en devient assez saoulant d'ailleurs) je n'ai jamais minimisé ni l'accident, ni les risques actuels et futurs de toute installation nucléaire en activité ou en situation d'accident et leur impact sur l'environnement et les gens. La seule chose que je minimise c'est vos discours excessifs propagandistes et qui ne sont là que pour faire peur. Ca dessert tout le monde et ça ne fait que creuser un fossé entre les personnes sans faire avancer le schmilblick.
Fin du débat pour ma part.

Aizen [Team Kibô]
09 Avril 2012
11:45

@Alanis:

Avec toi on se croirait à la cours maternelle. C'est le jeu du "c'est toi qui l'a dit donc c'est toi qui l'est".
Ridicule.
Biensûr que tu minimises et tu vas même jusqu'à dire qu'avoir 500bq/kg comestible dans une assiette est acceptable!

Arrête de faire semblant d'être "neutre" car entre toi et moi, on sait qui bosse pour la propagande! Parce qu'à t'écouter, tenter de sauver les enfants de Fukushima par un travail associatif et caritarif est de la propagande? Car c'est ce que je tente de faire: aider les gens dans le Tôhoku. Toi, apparemment, tu as d'autres intérêts à défendre que la vie des enfants sur les territoires contaminés! Parce que oui, d'après toi "le Japon est heureusement pas en danger"
Tu crois quoi? Que ça me fait plaisir de passer du temps à lire et à répondre à des TROLL comme toi, alors qu'on est sensé parler d'un sujet extrêmement grave? Oui, on parle d'accident nucléaire majeur, et ce n'est pas moi qui "tente de faire peur", mais la situation elle même qui est parfaitement critique! Toi tu es tellement de mauvaise foi, que tu arrives à faire croire aux gens que même après une catastrophe nucléaire, on peut faire comme si de rien n'était, à continuer de faire exactement tout comme avant? On appelle les gens comme toi, des MOUTRUCHES: mouton pour avoir trop bloqué sur les discours rassurant d'Eric Besson ou de Sarko, et autruche pour faire comme si de rien n'était. Au moins je sais que si tu pars au Japon, tu voyageras la tête dans le sable.

Azash [Team Kibô]
11 Avril 2012
16:50

Pour ma part ce sont les discours mensongers ou approximatifs qui me donnent la nausée : Comparer la radioactivité du radon, un gaz rayonnant en Alpha, qui ne transitera qu'un instant dans l'organisme et celle du césium, un métal rayonnant en Beta qui va se fixer durablement (pour une période d'au moins 70 jours, cf "Césium 137" sur Wikipédia) dans le corps est un non-sens.
Pour rappel, une fine couche d'air ou une simple feuille de papier arrête le rayonnement Alpha alors qu'il faut beaucoup plus pour arrêter des rayons Beta. De plus, le radon est un gaz inerte, il ne se fixe pas dans l'organisme alors que le césium est analogue au potassium, à ceci près qu'il se fixe plus facilement que ce dernier.
Les besoins en potassium des enfants durant la croissance et plus importante que celle des adultes. De ce fait, il sont environ 10 fois plus vulnérables que nous à un empoisonnement au césium.
Ajoutez à cela qu'une carence ou un excès de potassium est fatal pour le cœur et vous obtiendrez une explication aux morts subites "étranges" qui émaillent le Japon depuis quelques mois.
Je rappelle également que le Japon a réévalué la limite de césium 137 à 500Bq/kg mais n'a rien fait contre le plutonium, l'uranium, l'américium, le strontium, etc...

Aizen [Team Kibô]
09 Avril 2012
02:34

@Alanis

-500 bq/ kg la limite comestible érigée par le gouvernement japonais quels que soit le type d'aliments, d'ailleurs. et ne préconise en rien la différence de dose cumulée que ce soit pour un adulte ou pour un nourrisson.
Même en Ukraine, ils ont été plus responsables!

"Déjà ça remet un peu les choses en place concernant les doses que l’on peut recevoir dans l’année."
Désolée, mais toi, tu parles de radioactivités naturelles ou des radios : personne n'en fait tous les jours, ni même tous les ans, cela dépend de l'individu et il est évidemment pas recommandé d'en faire trop souvent. Ce qui fait que ce type d'exposition localisée qui plus est, contrôlée et temporaire n'est en rien comparable à une exposition interne aléatoire par ingestion ou inhalation, due à une contamination nucléaire durable.

Dernièrement la "UNITED STATES OF AMERICA NUCLEAR REGULATORY COMMISSION" a rendu public une retranscription d'un rapport audio déclarant avoir mesuré à 150 millirem par heure, c'est à dire 1.5 mSv/h concernant la dose thyroide reçue dans le sud de Tokyo.

Encore une fois, prend ta calculatrice. Ce qui donne un impact sur 30 jours d'une journée de 24h d'exposition, dans la dites zone, fait un total de 1080 mSv/h, ce qui équivaut à 1.08 Sv au total. Ce qui est énorme par cumul, au fil du temps. Il est donc relativement aisé, dans certaines zones contaminées, de dépasser largement la limite des 20 mSv / an.

La "German Society for Radiation Protection" fait des recommandations aux populations japonaises, qui sont réaliste face aux dangers des radiations:

Je cite:

"The basis for estimates of health effects being uncertain, we must
recommend that no food with a concentration of more than 4 Becquerel of the
leading radionuclide Cesium-137 per kilogram shall be given to infants,
children and adolescents.
Grown-ups are recommended to eat no food over 8 Becquerel per kilogram of
the leading nuclide Cesium-137." (via le site officiel : strahlentelex.de)

Les recommandations de la société allemande de radio protection est très très loin de cautionner comme tu le fais, une concentration élevée en radionucléide (ici il est question du cesium). Ils demandent à ne pas administrer un aliment contenant plus de 4 bq/ kg à un enfant en bas age, aux adolescents...8 bq/kg pour un adulte!

On est ici, bien loin de ton optimisme, face à un problème redoutable.

Alors qu'au Japon, la norme actuelle de 500 bq/ kg de contamination autorisée pour n'importe quel individu, pour le cesium 134 et 137 combiné...

ce qui prouve par là meme le profond laxisme et le danger qu'encoure la population, notamment les enfants.
Je crois surtout que c'est toi qui est dérangé de voir qu'il y a des personnes qui comprennent un peu trop bien les risques actuels subis par la population japonaise dans certaines zones contaminées. Et il n'y a pas que la préfecture de Fukushima qui est concernée puisque toute la chaine alimentaire est actuellement touchée.

Tu pourras faire diversion autant que tu veux avec ton granit et sa radioactivité naturelle, les personnes intelligentes comprendrons par eux même et iront faire eux même le calcul, et comprendrons très vite toutes les choses qui ne tournent pas rond en ce moment au Japon.

Alanis
09 Avril 2012
07:39

Je ne m'éternise pas parce que ça me saoule mais avec vos blablas je ne comprends pas pourquoi il n'y a pas la moitié du Japon à l'hôpital ou dans les cimetières.
Si certains gobent tout ce que dit TEPCO vous vous gobez tout ce que n'importe qui dit ou au mieux l'interprétez à votre sauce les comptes rendus en ne sachant pas qu'une radioactivité relevée 3 fois supérieur à la moyenne naturelle annuelle c'est rien du tout. Ca sert juste à dire que ça a augmenté mais ça reste très loin d'être dangereux et inférieur à bien des endroits naturels sur Terre.
.
Pis bon. On va en rester là. On a compris qu'aller au Japon ça ne vous intéresse pas et que vous êtes les "veilleurs". Donc je ne comprends pas ce que vous fichez sur ce blog d'autant que l'auteur n'a rien dit de mal. Mais bon. Je ne cherche même pas à comprendre et cette dernière réflexion ne demande de votre part aucune explication.

Aizen [Team Kibô]
09 Avril 2012
11:26

Justement, tout est explicable. Car à moins d'avoir un manque flagrant de logique et l'intelligente, il n'y a qu'une seule autre possibilité de ta part de répondre comme tu le fais: la malhonnêteté.
Si les gens ne sont pas encore dans les cimetières c'est évident: c'est parce qu'il ne s'est encore passé qu'une seule année après la catastrophe! Mais tu es à un point stupide ou de mauvaise foi que c'en est affligeant. Tout ce que j'explique, est vérifiable via des sources scientifiques parfaitement valides, agrée et reconnue, tandis que ta stratégie de déni, ta façon d'essayer de discréditer un discours justement étayé et logique, ou ta façon de ne JAMAIS DONNER AUCUNE SOURCES montre à quel point tu es de mauvaise foi. Si je poste le plus d'explication possible sur "les dangers de la contamination radioactive" c'est justement parce que c'est le sujet de ce post! L'objectif ce n'est pas de faire une guerre argumentaire sur un blog pour amuser la galerie, mais tenter d'aider les japonais, et d'agir pour tenter de sauver les enfants qui n'ont pas été évacué! Et ce n'est pas en allant tranquillement faire du tourisme que l'on va y arriver. Ce n'est pas une question que l'auteur ait dit quelque chose de mal ou pas, arrête de faire style je tente de défendre l'auteur pour paraitre plus sympathique au regard de tous! L'auteur a lui même dit qu'il n'était pas expert et donc, il a certainement de l'intérêt à lui même comprendre certains facteurs, puisqu'il semble s'intéresser au sujet. L'auteur a clairement spécifié la possibilité du débat sur ce post, et je suis sûre qu'il lit de façon assidue, chacun des commentaires qui sont postés, et l'avis de chacun.

Si je m'insurge ici, c'est parce que ton discours est insupportable et dangereux.

C'est justement parce qu'il y a des gens comme toi, qui font mine de savoir et qui en réalité confondent tout, que la crise nucléaire japonaise ne trouve pas l'écho nécessaire dans les médias ni dans la communauté internationale, afin de permettre de réelles actions pour envisager ne serait-ce que l'évacuation de toutes les personnes dans les zones les plus contaminée! Pendant que toi, tu minimises, il y a des enfants qui prennent des doses chaque jours, des mères de famille qui désespèrent, des liquidateurs qui sacrifient leur vie, des japonais qui veulent évacuer ! Et toi, tout ce que tu trouves à faire comme projet, c'est de vouloir partir en vacances? Le monde est absurde et c'est juste immonde de voir à quel point certains se soucient plus d'aller voyager la bouche en coeur, que de tenter d'aider son prochain. En tout cas j'ai bien compris une chose: tu n'es qu'un TROLL au service de la campagne de minimisation des conséquences de Fukushima.

VALAT Angeles
09 Avril 2012
16:49

Aizen, je soutiens ce que tu réponds.
Les signes de contamination radioactive sont couramment instantanés ou ne mettent pas logntemps à apparaître, il serait de mauvaise foi de les mettre -ds ce sujet- sur le compte d'autre chose.
En outre, cette contamination se fait inéxorablement aussi sur le temps, tout en sachant qu'il y a absence de véritable connaissance sur un temps d'exposition nécessaire par rapport au taux de radiation pour devenir nocif sur tout organisme vivant (on peut nourrir avec des chiffres supposés des Becquerel/kg (dosage) (et pourquoi pas en nano,pico...gramme!) mSv/h/jr....an.... par s, mn! (durée-temps), je rigole un peu allé, mais il vaut mieux ne pas pdre cela à la légère, c'est plus réaliste donc plutôt être prudent (enfin pour ceux qui le peuvent : touristes ou ceux qui peuvent partir ailleurs)!
Les taux déterminés -issus de la théorie même- n'ont pas fait l'objet d'études -teneurs/temps- assez poussés. Le nucléaire en activité depuis 60 ans env. ayant été mis en service en passant du nucleaire militaire au nucleaire civil, n'a pu fixer, convenablement, des taux acceptables. Sur quel seuil d'observation et d'étude correcte cela a pu se faire? selon des seuils hypothétiques mais même en considérant les "plus bas" ils sont Excessifs ds tout organisme vivant. On a pu certes constater depuis les effets de la catastrophe Tchernobyl (plus dispersée et en conséquence une atteinte plus vaste) ces deux catastrophes ne sont pas sur le même terrain Et cpdt cela ne veut pas dire que fukushima n'aie pas le même impact ou en fin de cpte fasse moins de victimes!
Je vais citer un bref exemple (rien à voir directment avec notre discussion) : en pharmacologie constatez les effets secondaires désastreux révélés officiellement du jr au lendemain causés par des molécules, alégrement mises sur le marché pharmaceutique/médical, dont ont a peu et mal mesuré le dosage à leur prise-durée/...temps, (tiens! ce qui rappelle aux bq/kg x mSv/T en nucléaire!). Ces grpes pharmaceutiques étaient devant une inconnue mais il était important de balancer l'original sur ce marché afin de récupérer au moins le coût de l'élaboration du "poison-medicament".
Je sais,je me suis un peu égarée,c'était afin d'aider certains à comprendre, similitudes du danger provoqué aussi par le nucléaire et cette catastrophe, même si on prend comme base des taux de radiation bas(et expositions plus ou moins constantes) mais à mon humble avis se révélant qd même très très nocifs! Angeles

CinnamonJapan
12 Avril 2012
09:42

@ Alanis Parmi ceux qui répondent il y a au moins moi qui suis au Japon, et d'autres qui en sont originaires ou qui y ont vécu, donc ne dites pas n'importe quoi. Ensuite, la radioactivité naturelle et les radionucléides rejetés par une centrale en folie qui se baladent et qu'on ingère, ça n'a strictement rien à voir. Vous le savez forcément, non ? Alors pourquoi n'en parlez-vous pas ????

Aizen [Team Kibô]
09 Avril 2012
00:34

@Seth: Merci, j'apprécie ton intervention car justement tu poses des questions plutôt que de minimiser. Malheureusement si certains minimisent consciemment, d'autres le font par déni. Evidemment que la contamination ne s'est pas arrêtée à la frontière...ça me semble être évident. Mais après, plus on est proche, et plus le risque d'exposition est grand. Après, le problème de contamination du reste du Japon s'empire à cause des décisions politiques, sanitaires, sociales totalement scandaleuses et criminelles de la part du gouvernement japonais actuel : car toutes les dispersions autres que celles engendrées par la centrales est VOLONTAIRE (volonté d'incinérer les débris dans tout le Japon, volonté de vendre des produits et encourager les gens à manger des choses contaminées, avoir relevé volontairement le niveau d'exposition des populations à 20 millisievert par an, avoir relevé volontairement la quantité admissible de radioactivité dans la nourriture, avoir encouragé à sa commercialisation pour soi disant soutenir l'économie au détriment de la santé des citoyens, agir de façon totalement anti démocratique et fascistes en refusant d'écouter la voix des citoyens japonais en colère et légitimes de refuser ces décisions...
Tout ceci est criminel. Tout comme l'a dit l'acteur Yamamoto Tarô, je considère moi aussi que ceci est un meurtre de masse, et apte à être qualifié de crime contre l'humanité, à non assistance à population en danger de mort.

Non, tous les japonais ne veulent pas rester et de nombreuses personnes demandent leur évacuations mais leurs voix sont étouffées, certaines se sont même retrouvé à se faire refusé une demande d'asile en tant que réfugié nucléaire (il y a eu notamment un refus des autorités canadiennes). Il y a un manque total de solidarité internationale à ce niveau, et même l'ex premier ministre Naoto Kan avait à demi mot exprimé le possible scénario d'évacuation de Tokyo.

Au final j'entend dire quoi? Avec fatalisme qu'il "faut apprendre à vivre avec".
Crois tu qu'on puisse vivre avec?
Non, ceux qui seront exposé apprendrons à mourir avec, et ceci a déjà commencé. On constate qu'il y a de plus en plus de cas de mort subite, d'arrêt cardiaque : on sait pertinemment par études biologique expérimentale et épidémiologique que les isotopes comme le cesium vont être absorbé par les muscles. Le coeur est un muscle, et il dérègle par accumulation, le rythme cardiaque, va affaiblir le système immunitaire, les isotopes comme l'uranium, le strontium, vont s'accumuler dans les os, il y aura toutes sortes de morbidités, et pas que des cancers ou des leucémies.

Jamais je n'accepterai que l'on dise " il faut apprendre à vivre avec".
Cautionner cela, c'est devenir soi même complice du crime. Et tout cela doit être jugé par un tribunal, notamment le tribunal de Russel, que des personnalités de tous bords, sont entrain de tenter de mettre en place.

Il est insupportable de regarder tout cela se produire, et de laisser faire.
Il est hors de question de se dire avec légèreté que "la vie continue". Non, il faut avoir enfin le courage de se battre contre ces actes immondes perpétrés en ce monde.

J'aimerais alors que les gens puissent se poser la question suivante:
-que puis-je faire à mon échelle pour aider les enfants à évacuer?
-Que puis-je faire pour aider à punir les actes criminels et irresponsables de certains individus à la tête des états/ et ou des institutions?
-Que puis je faire pour m'informer mieux autrement qu'en regardant la TV?
-A quels genre d'actions puis-je participer pour aider directement les victimes?
-A quoi sommes nous exposés et quels sont les risques sanitaires, environnementaux à travers le Japon, mais aussi les risques similaires pouvant se reproduire ailleurs dans le monde?

Si déjà les gens cherchaient à connaitre la vérité en allant en se sens, le conscience globale ferait évoluer le système actuel.

Bien à toi.

Eric X. N. Ast
09 Avril 2012
12:13

Essai texte court

Eric X. N. Ast
09 Avril 2012
12:20

Après lecture des 74 commentaires sur kanpai, je comprends seulement maintenant où se situe, l’incompréhension.
C’est que la notion de contamination (radiation interne) n’est simplement pas comprise.
Des personnages comme Alanis sont extrêmement sur de la compréhension scientifique et mettent toutes le mesures sur le même niveau et oubli simplement la notion de distance entre sources polluantes et les éléments récepteurs.
Tout rayonnement agit sur son environnement immédiat et lointain, l’énergie transmise est cependant inversement proportionnelle à la distance au cube. (C’est à dire que l’énergie transmise du pollueur vers le receveur est totale s’ils sont en contact, et l’énergie reçue décroit de manière exponentielle si on s’éloigne de la source de pollution.
L’exposition aux radiations est cumulative.

Donc pour faire simple, il vaut assister à une explosion d’une bombe ato mique thermonucléaire que n’avoir dans son corps (fixé sur un os, un rein, le poumon) un microgramme (1 millionième de gramme) de Plu to nium 239 voire un nanogramme (1 milliardième de gramme) de Plu to nium 238.
Et ces produits sont aujourd’hui en liberté et il y a en a beaucoup plus qu’à Tchernobyl.
J’étais longtemps un ignare de type Alanis connaissant même pas le sens de contamination croyant avoir compris les radiations, jusqu’au jour ou j’avais eu l’occasion de manipuler concrètement du Plu to nium et de comprendre toute les précautions et l’importance du confinement.
Une poussière radioactive dans le corps casse les chaines ADN des milliers de cellules avoisinantes.
Tant qu’il y aura beaucoup d’Alanis avec leurs convictions (c’est à dire hautement instruit mais pas encore assez) nous aurons à faire un travail de pédagogie.

Alanis
09 Avril 2012
15:38

Si ça vous plait de croire que je ne sais pas ce qu'est la radiation, la contamination, les différents types de rayonnements, leurs conséquences, leur portée, les différents appareils de mesures...
Après tout ce n'est pas comme si c'était pas un peu mon métier... Ah si en fait.
Ca fait un an que vous bouffez tout et n'importe quoi, du bon comme du mauvais qui vous explique plus ou moins comment ça marche et voila le résultat. Un amalgame de tout juste là pour servir un catastrophisme exagéré.
C'est sûr qu'à coté de vous on a l'impression que je minimise toujours tout.
Bref. Tchao là aussi.

Aizen [Team Kibô]
09 Avril 2012
15:47

Justement on y vient! C'est ça qui est intéressant. Car ça ne m'étonnes absolument pas si tu travailles dans la filière nucléaire, avec tes propos si rassurants. Alors, c'est Areva? EDF? Tu peux nous le dire, si tu tiens à être si transparent. On comprendra pourquoi tu tiens tant à défendre ton gagne pain. En tout cas, des experts, j'en ai rencontrés au CMRS, de la CRIIRAD, ou à l'IRSN, et ils n'ont certainement pas ton point de vu. Tu as du faire un stage chez Eric Besson, car tu masterise à merveille le même style de discours. Pour continuer à vendre du nuke, même en voyage à Fukushima, il s'est dit "être rassuré". ça nous fait une belle jambe.

Eric X. N. Ast
09 Avril 2012
12:22
Eric X. N. Ast
09 Avril 2012
13:40

Plutonium, vous avez dit plutonium, comme c'est plus ton nium

Charles
09 Avril 2012
14:55

Fukushima a explose (hydrogene) exactement comme Chernobyle a fait (hydrogene) et comme le fera le prochain reacteur qui s'emballera a nouveau, c'est la seule certitude et ceux qui croivent pouvoir empecher cela sont des fous et je terminerai en citant Einstein : "Définition de l'insanité: faire la même chose, encore et encore et s'attendre à un résultat différent." Einstein.

Béné
09 Avril 2012
19:33

Après avoir lu l'article et l'ensemble des commentaires, je ne vais pas réagir mais tenais juste à dire que je suis assez choquée par quelques commentaires, assez durs, limite agressifs de certains membres de Kibô Promesse. Pensez-vous qu'avec une telle virulence des personnes aient envie d'aider votre cause ? Pour ma part ça m'en a éloigné.

Azash [Team-Kibô]
09 Avril 2012
20:31

Venons-y justement Béné.
Avez-vous des convictions, des vraies, celles qui valent qu'on se batte pour les faire valoir ? Je ne parle pas de supporter de foots, de recettes de cuisine ou de religion mais de la conviction qu'un lobby industriel nous vend du mensonge en payant des "experts" pour faire passer des centaines de milliers de morts pour une trentaine de décès (31 décès "officiels" pour Tchernobyl).
Pensez vous que pour être sympathique il faille passer à la télé, être ancien sportif ou star de la chanson et faire des discours sirupeux sur des causes médiatiques ? Ces gens ont besoin d'une cause morale pour vendre plus d'albums et se donner une image populaire...
Notre conviction passe par de l'information à défaut de paillettes. Nous en "mangeons" plusieurs heures par jour depuis un an, digérant, régurgitant sous forme d'articles complets au point d'en avoir la nausée. Nous avons lu des centaines d'articles et visionné autant de vidéos. Nous vivons Fukushima au quotidien et nous devons répéter sans cesse les même arguments aux sceptiques...
L'information que nous distillons est là pour aider les profanes à se faire une idée de la situation, à la comprendre dans son ensemble. Un seul de nos article regorge de nombreuses références toutes vérifiées et recoupées par de nombreux médias.
Quand à ceux que nous nommons "négationnistes" ou "nucléopathes", ils ne cessent de saper, souvent par ignorance - sinon à dessein - notre action. Il apparaît - Ô surprise - que ceux-ci ont souvent des métiers qui se rapprochent de la filière nucléaire. Facile alors pour eux de se dire "experts" ou "concernés" alors qu'il faudrait surtout, et avant toute chose dire "intéressés financièrement".
Ces gens vendent du confort, de la tranquillité et de la sécurité. Ils aiment vous dire que c'est super pour votre avenir d'économiser l'énergie qu'ils produisent. Pour un peu, ils auraient presque de gros cœurs collés sur le ventre et vous feraient des câlins pour vous aider à dormir... Alors que nous, les "anti" (ça sonne déjà comme un nom de méchant), nous ne serions là que pour vous faire peur, vous faire angoisser et vous dire que votre avenir c'est des masques à gaz et des dosimètres...
Vous n'êtes absolument pas obligé d'adhérer à notre cause, j'imagine qu'à l'approche de période électorale, vos yeux sont tournés ailleurs. Pourtant je vous invite à lire un ou deux de nos articles, ne serait-ce que pour vous donner une idée de la situation sur place.
La vérité que nous présentons n'est pas toujours très belle à voir en face et nombreux sont ceux qui préfère vivre avec un beau mensonge à la place. Peu de personnes sont à même de vouloir remettre en question des choses auxquelles il croyaient et il est bien normal qu'ils s'y attachent avec toute l'énergie dont ils sont capables, malgré les preuves qui s'accumulent.

CinnamonJapan
10 Avril 2012
12:16

Trop dommage, Béné, car ce combat est juste et désintéressé. Il faut du courage pour résister, et le combat d'AIZEN est un acte de résistance... Puissiez-vous un jour comprendre ce qui l' anime, ce qui NOUS anime, et pourquoi il est important de lutter sans relâche, d'expliquer encore et toujours....
Puissiez-vous ne jamais être concernée, vous ou quelqu'un que vous aimez, par la contamination et la radioactivité.... (mais en disant cela je sais que c'est impossible, car l'humanité toute entière est en péril)

CinnamonJapan
12 Avril 2012
08:34

Moi aussi je fatigue. On est en plein dans la merde ici au Japon et des petits prétentieux (qui ont en plus tellement de difficultés avec l'orthographe et la grammaire qu'on se demande comment ils peuvent comprendre de quoi ils parlent) veulent nous convaincre que c'est tout dans la tête et qu'on n'y connaît rien. Merci, mais en attendant on essaie de vivre en surveillant sans arrêt ce qui se passe et de protéger nos enfants, et franchement c'est pas une partie de plaisir. Les gens qui quittent le Japon ou s'éloignent vers le Sud sont nombreux (Japonais ou non). Mais comme d'hab', ce sont ceux qui ont le plus d'argent et qui appartiennent aux catégories socio-professionnelles privilégiées qui peuvent choisir une autre vie. Pour les autres, c'est sans issue. Pour ceux qui voudraient une source d'information complémentaire, le travail du blog de Fukushima est remarquable aussi.Le voici : http://fukushima.over-blog.fr/article-a-fukushima-si-la-piscine-de-l-uni...

Aizen [Team Kibô]
09 Avril 2012
21:45

@Béné : J'ai bien vu que tu t'en étais éloignée. Mais Azash a tout dit je crois. Il faut savoir qu'en effet, c'est humain. Nous, notre mission c'est d'aider ceux qui souffrent, et nous sommes investi depuis 1 an, nous avons donné de l'énergie, du temps, du coeur...les gens ne se doutent pas un seule instant à quel point c'est éreintant, usant, déprimant, triste et désolant moralement de se lever Fukushima, de lire Fukushima, de manger Fukushima du soir au matin chaque jour, sans relâche, pour que ce triste désastre ne soit jamais oublié. Azash a raison: "La vérité que nous présentons n’est pas toujours très belle à voir en face et nombreux sont ceux qui préfère vivre avec un beau mensonge à la place." Eh bien moi je préfère même souffrir plutôt que de me mentir à moi même. Car moi aussi j'aurai pu faire semblant que tout va mieux pour rassurer ma petite personne et mieux dormir la nuit. Mais si j'avais agit ainsi, j'aurai eu honte de moi même. Je n'aurai plus jamais pu dire que j'aimais mon pays! Depuis mars dernier, nous avons tellement vu de choses dégueulasses que c'en serait même inhumain de ne pas en avoir la nausée. C'est épidermique, vrai, honnête! Mais ce courage là, nous l'avons : c'est celui d'accepter de voir la réalité en face, bien que celle ci soit écoeurante, immonde. Et, vois-tu, j'ai des amis qui souffrent, j'en ai même un, habitant actuellement à Chiba, qui saigne du nez au quotidien en ce moment, qui a des diarrhées, et commence même à avoir mal à la poitrine... il a été obligé d'aller chez le cardiologue aujourd'hui. A son retour, il s'est confié, et me dit qu'il a peur, qu'il sait que ces symptômes ne sont pas habituels parce que cela dure, qu'il n'a jamais eu ça auparavant, et que cela ressemble exactement à ce que d'autres personnes ont au Japon. Alors quoi? Que faire? On ferme les yeux? Il en est hors de question. Son quotidien ce résume en ce moment à chercher un centre pour faire un whole body counter, et à trier comme un fou au super marché pour trouver de la nourriture saine pour lui et son bébé, qui ne soit pas contaminée, qui ne vienne pas du nord...il ne mange plus en extérieur, il ne mange plus au konbini, il a peur pour son fils de 1 an. Tu crois que c'est une vie, ça? Je suis désolée, mais si c'est nos commentaires que tu trouves agressifs et qui te choquent, plutôt que des gens qui te disent que "la centrale n'a jamais explosé et qu'il n'y a eu que de la vapeur", ou que "le pays n'est heureusement pas en danger", c'est toi qui a un problème ma belle. Il faut comprendre une chose: nous, pour Kibô, on n'est pas payé, on donne de nous et on ne reçoit pas de l'asso, on n'est pas des employés de grosses ONG, on le prend sur notre temps, en sacrifiant de notre vie privée, de nos heures de sommeil, de notre patience. Alors oui, excuse moi si on est encore humain et qu'on a des réactions passionnées, parfois même sèche quand j'entends des choses scandaleuses ou des tissus de mensonges. Mais je me refuse de faire dans l'hypocrisie sous prétexte qu'il faut bien se faire voir. J'ai une éthique, de la volonté, un honneur, une promesse, de la loyauté et de l'amour pour mon pays et pour ce peuple. Si tu n'as pas compris cela, si tu t'es simplement arrêtée sur quelques remarques un peu "rentre-dedans", c'est que tu nous as jamais compris. On ne se bat pas pour être anti nucléaire. On se bat pour que des gens puissent témoigner et rester en vie, en bonne santé, au Japon. On se bat de tout notre être! Peux-tu le comprendre?

15 Avril 2012
08:58

Pour faire suite à l'avant-dernier paragraphe de mon article :
"Le gouvernement japonais a jugé sans danger et nécessaire, vendredi 13 avril, le redémarrage de deux réacteurs nucléaires de l'ouest du pays, qui remplissent les conditions posées à toute relance après l'accident de Fukushima."
Lire la suite sur lemonde.fr

CinnamonJapan
15 Avril 2012
13:04

Pour information, voici la réaction du gouverneur de la préfecture de Fukushima, M.Yuhei SATO, au projet du gouvernement de redémarrer la centrale d'Ôi, parue le 12 avril dans ASAHI Shimbun (avec ma traduction) :

“As the governor of a disaster-stricken prefecture, I think the central government’s discussion of the restart of a nuclear power plant based on political considerations is unacceptable."
“I wonder if they really understand the severity and the reality of a nuclear power plant accident."
("En ma qualité de gouverneur d'une préfecture qui a subi une catastrophe, je pense qu'il est inaceptable que le gouvernement central parle de redémarrer une centrale nucléaire sur la base de considérations politiques. Je me demande s'ils comprennent vraiment la gravité et la réalité d'un accident nucléaire.")

Réaction de Keiji Yamada, gouverneur de Kyoto:
“The government should be cautious about resuming operations while only stopgap measures are in place since it has been tasked to come up with permanent safety measures,”
("Le gouvernement devrait se montrer prudent en remettant la centrale en service avec seulement des mesures 'cosmétiques' alors qu' il a été chargé de trouver des mesures de sécurité permanentes.")

Quant à Yukiko Kada, gouverneure de Shiga, elle a déclaré :
“I do not believe a nuclear accident on the scale of what happened in Fukushima can be avoided solely with these countermeasures in place. The influence of the earthquake on the Fukushima nuclear plant accident has yet to be fully clarified.”
("Je ne pense pas qu'un accident nucléaire de la même échelle que celui qui est survenu à Fukushima puisse être évité simplement par les mesures mises en place. Le rôle joué par le séisme dans l'accident nucléaire de Fukushima n'a pas encore été pleinement élucidé.")

Source : http://ajw.asahi.com/article/0311disaster/fukushima/AJ201204130055

CinnamonJapan
15 Avril 2012
14:52

Nouvelles du soir:
Ce jour, dimanche 15 avril, le ministre de l'industrie Yukio EDANO a annoncé dans un discours à Tokushima que tous les réacteurs nucléaires (au nombre de 54, un seul restant encore en service) du Japon seront à l'arrêt le 6 mai. Cette déclaration laisse supposer que le gouvernement n'a pas réussi à convaincre le gouverneur de Fukui, Issei NISHIKAWA, de la nécessité et de l'innocuité de redémarrer la centrale d'Ôi.
Source: http://www.japantimes.co.jp/text/nn20120415x2.html

Aizen [Team Kibô]
15 Avril 2012
16:31

@Gael: Je n'aime pas du tout cet article du monde qui ne se contente que de donner le point de vu du gouvernement japonais, dans lequel beaucoup d'entre nous n'avons absolument plus aucune confiance, du fait de leur actions irresponsables, mensongères et criminelles dont nous avons été témoin depuis 1 an. La déception est grande, surtout quand on est soi-même japonais. ça fait mal de se dire qu'on a été trahi, qu'ils ne vous protègeront pas, ni votre santé, ni votre vie, qu'ils vous ont décidé de sacrifier la santé de son peuple par intérêt. Comment ne pas avoir de colère? Quant à la "nécessité" pour subvenir aux besoins énergétique, on sait parfaitement bien que le Japon peut se passer de son dernier réacteur...avant ils disaient avoir besoin des 54 réacteurs...Tu vois, c'est ce genre d'article qui pousse les gens trop peu informés des détails cruciaux, à croire que "tout va bien". La majorité des français ne comprennent pas grand chose au débat nucléaire, et notamment à ce qu'il se passe au Japon. Et ça ne va pas aller en s'arrangeant si on ne leur donne qu'un seul son de cloche : l'officiel, le gouvernemental.

@CinnamonJapan: Je te remercie pour ces infos fraîches, directement issues de sources d'informations japonaises, qui donnent aussi le point de vu des divers gouverneurs des préfectures, et qui nous font bien comprendre que le gouvernement a comme objectif de faire du forcing pour redémarrer ses centrales, quitte à aller à l'encontre de la volonté du peuple japonais. Actuellement, ce qu'il se passe au sujet de l'arrêt définitif ou du redémarrage des réacteurs est crucial et hautement symbolique. Tous les pays qui soutiennent le business du nucléaire mettent la pression sur le gouvernement japonais dans les coulisses pour leurs redémarrages car il serait hautement dérangeant qu'un pays comme le Japon puisse arrêter la production d'énergie nucléaire. Ce serait un symbole bien trop révélateur, qui, comme une trainée de poudre donnerait à d'autres l'idée de s'en passer. Ce serait tellement un manque à gagner...pour la France par exemple! Une des raisons pour lesquelles Nicolas Sarkozy se targue de ne jamais mentionner Fukushima comme une catastrophe nucléaire, mais uniquement comme un tsunami. Ce dernier a tellement fait un bad buzz concernant son voyage imaginaire à Fukushima, qu'il s'est tourné en ridicule aux yeux du monde entier. L'opportunisme fait faire des choses pitoyables aux hommes au pouvoir.

jpnn80
05 Mai 2012
15:56

Kanpaï cite Karyn_poupée en tant que source fiable, et pense que le rayon de sécurité défini à 40km est suffisant. Il a donc du râter la carte qu'elle avait tweeté et qui montre la véritable étendue de la contamination radio-active:
http://www.scoop.it/t/tsunami-japon/p/410362879/jpn-nouvelle-carte-de-me...

Elle m'a d'ailleurs confirmé que si les chaînes publiques pratiquent la langue de bois de rigueur, heureusement ce n'est pas le cas pour les chaînes privées comme le montre cette vidéo à la conclusion choquante:
http://www.youtube.com/watch?v=Mq6hDakOuOs

A mon sens si le gouvernement décide de ne pas paniquer les foules à travers ses médias, c'est car il est tout simplement incapable comme celui de n'importe quelle pays de faire face à la crise économique qu'un exode massif implique, et a recours à ce genre d'initiatives à mon sens ridicule et suicidaire pour rassurer les esprits:
http://www.nautiljon.com/actualite/divers/de+l-eau+de+fukushima+bue+par+...
http://www.nautiljon.com/actualite/divers/nourriture+radioactive+pour+le...

06 Mai 2012
07:52

Merci de ne pas faire de raccourci et déformer mon propos. Je n'ai pas dit que "le rayon de sécurité défini à 40km est suffisant". Voici mon paragraphe, à l'adresse des touristes et non des résidents :

"Dans un sens général, je suis de ceux qui pensent qu’il y a potentiellement un danger à voyager au Japon mais que pour l’écrasante majorité des touristes, c’est à dire ceux qui restent dix à vingt jours sur place, ce risque se range quelque part entre le minime et le réduit. C’est la raison pour laquelle je continue à encourager les personnes ayant cette volonté de partir visiter le Japon, à y voyager (exception faite, il va sans dire, de la zone interdite des 40km autour de la centrale)."

D'ailleurs je suggère plutôt, par sécurité, de viser Tokyo (à plus de 250km) et tout ce qui est à son sud-ouest.

Et puis, à part Matsushima, tu m'expliqueras où faire du tourisme immanquable dans la région autour des centrales de Fukushima. Même Nikko, Dewa Sanzan, Yamadera ou Niigata se trouvent à plus de 100km. Alors, en y passant quelques heures...

CinnamonJapan
06 Mai 2012
10:00

La zone interdite n'est pas de 40 km mais de 20 km.

jpnn80
06 Mai 2012
12:55

Pour moi même Tokyo ne paraît plus sûre vu les taux relevés par un scientifique japonais en banlieue Nord-Ouest en février 2012 :
http://www.gen4.fr/blog/2012/02/tokyo-est-radioactif-les-petits-mensonge...

Je vous invite à lire les commentaires de la source citée à la fin de l'article ci-dessus, et qui sont assez révélateurs de l'état d'esprit de la population locale : http://ex-skf.blogspot.fr/2012/02/prof-yukio-hayakawas-walk-with-his.html

Si d'autres zones de la ville s'avéraient aussi contaminées, au bout de combien de jours de séjour on dépasserait la dose acceptable d'irradiation mentionnée en 5ème partie de cette page?
http://www.astrosurf.com/luxorion/radioactivite-mesure-protection-civile...

Enfin peut-on croire l'explication trouvée par le gouvernement sur le fort taux relevé en 2011 dans une rue de Tokyo?
http://www.lemonde.fr/asie-pacifique/article/2011/10/13/le-fort-taux-de-...

Aizen [Team Kibô]
05 Mai 2012
17:07

@JPnn80: Les mesures prises par les experts en radioprotection de la CRIIRAD prouvent que 40 km est totalement insuffisant pour protéger la population locale. Ils ne sont pas les seuls scientifiques à le dire...
Après, vous avez raison sur une chose : le gouvernement est totalement incapable de gérer cette situation.

21 Mai 2012
12:24

Nouvelle source d'information intéressante : "Les conséquences de la catastrophe nucléaire de Fukushima" à lire sur http://nippon.com/fr/features/c00705/

Aizen [Team Kibô]
21 Mai 2012
15:51

@Gael : Il serait intéressant de comparer les propos de ce colloque de la faculté de médecine de Fukushima, avec les résultats et propos tenus par les médecins indépendants d'un évènement international qui s'est tenu récemment à Genève les samedi 12 et dimanche 13 mai. , « Le Forum Scientifique et Citoyen sur la Radioprotection : de Tchernobyl à Fukushima » organisé par le Collectif “IndependentWHO”, et aussi avec la conférence de la Criirad et du CRMS qui s'est tenu à Paris il y a quelques semaines.

http://independentwho.org/fr/2012/05/14/forum-geneve/
http://independentwho.org/fr/2012/05/19/le-forum-en-images/

Ce qui me fait me méfier fortement de la source que tu as envoyé, c'est quand je vois des gros titres tels que : "Une fausse rumeur concernant l’exposition interne aux radiations" ou "L’exposition aux radiations n’est pas forcément dangereuse".

Les propos tenu à ce colloque à Fukushima, si je compare avec les propos d'autres scientifiques indépendants tels que les ingénieurs et spécialistes de radioprotection de la Criirad, ou à ceux du collectif IndependantWHO (multiple collectif de scientifiques internationaux), ne semblent absolument pas dans le même sens.

Une chose me revient aussi en tête : Qui est le président de l'université de médecine de Fukushima déjà?
Ah oui...il s'agit de Shinichi Yamashita. Vous vous rappelez? Celui qui disait que "si vous souriez, les radiations ne vous atteindront pas".

Dans ce monde absurde, tout est apparemment possible, lorsqu'il est question de défendre des intérêts financiers d'une industrie mondiale, et même qu'un imposteur puisse présider ce type de colloque. Excusez moi si j'émet la plus grande méfiance face à leurs résultats.

De plus participent au colloque que vous citez, notamment au sein des trente scientifiques, ceux de l’UNSCEAR, de l’ICRP, de l’AIEA et de l’OMS : ils sont surtout connu pour quoi déjà? Ah oui...promouvoir le nucléaire.

Faites donc Gaël, je pense que vous aussi vous êtes capable de comparer les sources et surtout de vous faire votre propre avis. Croyez-vous réellement qu'il y ait de quoi se rassurer face aux conséquences de Fukushima?

Je vous remercie en tout cas, de continuer à vous intéresser à ce sujet et à vous sentir concerné.

Sorata Mangasanctuary
24 Mai 2012
18:03

"La Commission de recherche et d'information indépendantes sur la radioactivité (Criirad) est une association créée, en mai1986, par Michèle Rivasi (aujourd'hui députée européenne d'Europe Écologie) à la suite de l'accident de Tchernobyl."
MDR! Où est l'objectivité là?

Alanis
24 Mai 2012
23:34

La CRIIRAD, l'ASN, les exploitants, les politiques... sont tous chacun d'un coté de la balance et il y a donc une sorte d'équilibre des forces.
Il est d'ailleurs très réducteur de croire que les deux cotés s'affrontent tout le temps même s'ils ont des opinions différentes. Les uns poussant les autres à mieux faire le tout dans une sorte d'équilibre.
Ce que ne comprennent pas certaines personnes.
Pour la petite histoire, l'ancienne patronne d'AREVA a toujours milité pour la sureté et a refusé de faire du nucléaire (et donc de la sureté) low cost.
Ce qui a profité à d'autres constructeurs de centrale dans le monde moins regardant et qui ont eu les marchés.
Le monde n'est pas blanc ou noir. Les gentils contre les méchants.

Aizen [Team Kibô]
24 Mai 2012
23:21

@Sorata Mangasantuary : Parce que Tchernobyl c'était pas assez grave pour faire réagir peut-être? Parce que toi aussi tu es de ceux qui croient religieusement ceux qui, "objectivement" ont annoncé que le nuage s'était arrêté aux frontières? Tu crois que l'AIEA (qui a pour mission de promouvoir et de vendre des centrales nucléaires dans le monde) est une organisation objective ? Qui gagne des millions dans l'histoire sur le dos de millions de morts? C'est sûrement pas Michel Rivasi!
Elle au moins, s'est battue pour tous ceux qu'on a laissé crever à Tchernobyl, elle et bien d'autres être humains courageux concernés qui ont osé dénoncer la désinformation et les mensonges dès 1986 ! Mais quelle honte de lire ce type de commentaire...il y a de quoi être consterné.

Alanis
24 Mai 2012
23:39

Toujours aussi poli avec les gens.
Pas sûr que ça serve ta cause d'être aussi extrême dans tes réactions et que tu convaincs les gens.
M'enfin bon. Je ne m'attends pas à ce que tu essaye de comprendre vu ton coté très buté.
Après si ça te gêne tant que ça tu peux ne plus lire les commentaires.

Aizen [Team Kibô]
24 Mai 2012
23:56

Et toi toujours aussi réactif pour ne rien dire et brasser du vent, Alanis! Moi, j'ai rencontré Bruno Chareyron de la Criirad en personne. Je l'ai vu pleurer de douleur en discutant avec une vieille dame japonaise victimes des radiations! J'ai aussi rencontré Wataru Iwata, du CRMS en chair et en os : un homme qui se sacrifie pour sauver la vie des enfants à Fukushima, à lutter pour donner la possibilité aux gens d'analyser ce qu'ils mangent, de leur permettre de faire des test d'urine, pendant que le gouvernement ne fait rien pour les évaucer ! C'est la Criirad qui a fait don de quasiment toutes les machines, whole body counter au CRMS. Bruno est allé dans les pire hot spot à Fukushima pour tenter de dénoncer le drame humain qui se passe au Japon. Alors je ne vous permet pas de dire du mal de ceux qui sauvent des vies au péril de leur propre santé.

Alanis
25 Mai 2012
00:08

Wow ! o__0
Ah ouais quand même.
Bah apprend à lire ce qu'écrivent vraiment les gens avant de faire des discours grandiloquent.

Aizen [Team Kibô]
25 Mai 2012
00:34

Et toi tu pourrais cesser de traiter d'extrêmes ceux qui ont de la tristesse et de la colère face à cette situation. Il n'y a rien d'extrême à vouloir défendre la VIE. Pendant que certains expliquent le non manichéisme de la philosophie politique, il y a des enfants entrain de se faire irradier, là maintenant, et ce, depuis plus d'un an. Et c'est juste insupportable. Je suis fatiguée de ce topic, tu sais pourquoi? Parce que j'ai cité des dizaines et des dizaines de sources, et c'est toujours la même chose: plutôt que de se concentrer sur ce qui est important, toujours on dérive sur les critiques infondées. Là on s'en prend à Michèle Rivasi ou à la Criirad, plutôt que de montrer du doigt le gouvernement japonais qui agit de façon criminelle : non assistance à population en danger . ça ne vous fait pas réagir? Il vous faut quoi, qu'il y ai des millions de morts pour vous sentir désolé et enfin face à la réalité?

Aizen [Team Kibô]
25 Mai 2012
00:50

@Alanis: "Le monde n’est pas blanc ou noir. Les gentils contre les méchants." sans blague...
Peu importe les camps, et les conflits d'intérêts : la mort, elle, ne discrimine aucun camps. Les radionucléides ne demandent pas notre avis pour s'immiscer dans notre organisme.

25 Mai 2012
09:37

L'OMS vient de publier un rapport de 120 pages où elle explique qu’en-dehors de certains spots de la zone dite « interdite » autour de la centrale Fukushima DaiIchi, la radioactivité n’a jamais dépassé 10 millisieverts (mSv) dans tout le Japon. Quant au reste du monde, l’impact est estimé à 0,01 mSv au maximum, soit un niveau très faible largement en deçà des normes admises.

Pour les intéressés, la discussion se trouve à cette adresse : http://www.kanpai.fr/japon/fukushima-oms-doses-radiations.html

Aizen [Team Kibô]
25 Mai 2012
09:40

@Gael : Merci je viens tout juste de lire ton article et de te répondre au sujet du rapport de l'OMS. Je me ferai un plaisir de comparer et de passer au peigne fin leur donnée, afin de comparer avec d'autres avis, indépendants cette fois.

Umiko
25 Mai 2012
10:48

Bonjour à TOUS!

Et bien, dans ce lieu que j'apprécie, plein d'énergie positive vient de circuler, en ouvrant un vrai débat citoyen sur le sujet!
J'apprécie la capacité des uns et des autres à aborder ce problème que, comme d'autres, est source de controverse et pas facile à traiter.

L'objectivité reste difficile par manque de connaissances pour une grande part d'entre nous et par les liens affectifs et culturels, qui nous lient à ce pays.
Là, est tout l'intérêt de nous écouter, les uns et les autres, de nous renseigner, d'essayer de comprendre, sans perdre de vue la réalité de toute une région qui a été durement touchée et éprouvée.

Le Japon a toujours su vivre avec les éléments naturels, s'en accommoder des dégâts, reconstruire et repartir!
Ce qui c'est passé à Fukushima, était prévisible.
Seulement, comme partout,on ne savait pas quand... On a pensé aussi que cela n'arriverait jamais...

Nous savons tous que nous allons mourir un jour. Personne y échappera!
C'est naturel!
Les conséquences liées à la radioactivité libérée lors de l'accident, la centrale elle même dans l'état actuel, n'est pas un moyen naturel d'en mourir!
La TERRE est malade,la MER est malade, les ENFANTS sont malades et ce PAYS que nous aimons tant, cette région magnifique où les cerisiers ont encore fleuri ce printemps, est en souffrance, vraiment.

Nous apprenons toujours avec nos erreurs, n'est-ce pas?
Alors, tout ça nous mène à réfléchir:

- PEUT-ON SE PASSER DU NUCLÉAIRE?
- Quel est la place de l'être humain?
- Où en est son intérêt?

Nous sommes toujours profondément tristes face à cette tragédie qui a emporté tant de vies, sans que l'on puisse faire grand chose...
Cependant, concernant les dégâts provoqués par le NUCLÉAIRE, c'est tout autre chose...

Ce sont des débats qui doivent se poursuivre sans tabous ni état d'esprit.

Une énergie que l'homme ne domine pas à 100%, est forcément dangereuse, rappelons-nous!

Passez lire ce Conte écrit par un japonais respectueux et attaché à son pays.
Il fait partie de l'ancienne génération.

Ses enfants vivent à Tokyo et lui et sa femme se font du soucis,car ils vivent plus loin...
Leurs vies se poursuivent dans le contexte économique actuel qui, comme partout est difficile.

Il s'exprime en français, langue qu'il apprend et pays qu'il aime!
Eh oui, lui aime la France :)

Je tiens, très sincèrement à remercier chacun de vous pour l'effort et le contenu apportés.

Le Conte de Fukushima: http://lepapillonetlempereur.blogspot.fr/search/label/Un%20Conte?m=0

Okasan 海子

26 Mai 2012
12:03

Tout d'abord merci encore pour tes articles ! toujours trés interressant.
Perso, je ne comprends rien à toutes ces doses, ces bequerels cité dans tous les articles. Je me tiens au courant pour voir l'avancé des choses mais je suis incapable de comprendre tout ça.
Je me fie plutôt à mon instinct ! je devais partir 15 jours en Août 2011, quand j'ai vu le terrible drame, j'ai pris peur puis j'ai suivi 24h/24h les infos pour savoir si on pourrait remettre les pieds sur le sol japonnais un jour (j'y suis déjà aller 2 fois et ça me manque terriblement)? Dans mon équation, j'ai un mari, un enfant de 5ans1/2 (qui était déjà venu précédemment) et je veux tomber enceinte depuis 2ans... donc la solution est toute trouvé : j'annule mon voyage! et au mois de septembre 2011, je tombre enceinte (lol) !!!! bref, je m'éloigne.
Du coup, là, je suis obliger d'envisager un voyage dans lloongtemmpsss ! je prends patience et garde toujours un oeil sur la situation. Je prévoit mon voyage pour Août 2013 avec les 2 enfants mais j'avoue que j'ai quand même peur de tout ce qui est raconter. Mais finalement, et c'est là où je veux en venir, je relativise, je me dit, que nous sommes maître de nous même et responsable avant tout de nos propres actes. Le fait même de prendre l'avion pendant 12 heures d'affilé (j'en ai des frissons) peut être un danger ! aller dans n'importe quel autre pays ou sortir de chez soi peut l'être également la seule chose, c'est est-ce qu'on la fait consciemment ou pas?
Je veux repartir au JAPON ça c'est sûr, je prépare tout le voyage de A à Z, je patiente et quand le moment sera venu pour moi de dire consciement, ok j'y vais, j'y prendrais un réel plaisir !!!

Cédric
10 Août 2013
10:02

Merci pour tous vos commentaires. Je viens de passer 1h à tout lire. J'avais prévu un voyage au Japon avec mon fils de 13 ans dans trois jours. Et bien après vous avoir lu, je décide d'annuler.
Suis un peu triste car mon fils est passionné par le Japon et culturellement, j'aurai adoré lui faire découvrir cet extraordinaire pays.
Mais, en tant que parent, après la pesée du pour et du contre, j'estime personnellement que je me dois d'appliquer le principe de précaution.
Il me paraît trop tôt pour ce voyage et je crains qu'il soit préférable d'attendre que mon fils soit adulte (donc déjà moins à risque et maître de ses décisions personnelles) ET d'avoir un recul d'au minimum 10 ans après l'accident de FUKUSHIMA.

Je retiens principalement que :

(1) les normes limites de contamination pour les aliments ont été augmentées et qu'il y a donc un risque accru de contamination en mangeant.
Comment se prémunir contre ce risque de contamination si ce n'est en partant avec tous les aliments à manger durant 10 jours dans ma valise ? Cela serait absurde.

A cause de ces normes, je ne saurais jamais, même en allant dans les restaurants les plus chers, en faisant mes courses dans les supermarchés les plus stricts, si les aliments n'ont pas été contaminés.

(2) Tokyo n'est qu'à 350 km de Fukushima à vol d'oiseau et que lors de l'accident de Tchernobyl, la zone d'exclusion était de 80 km autour de la centrale.
Il me paraît dès lors probable que le bruit de fond radioactif que vous mentionnez dans vos commentaires soit bien réel à Tokyo (où j'avais prévu d'aller) et qu'en se rendant la-bas, on soit exposé de façon plus intense à la radio-activité que dans une ville de l'Union Européenne qu'elle quelle soit.
Certes tous les habitants de Tokyo ne vont pas mourir pour l'exposition à la radio-activité. Mais en restant 10 jours à Tokyo, on cout un risque d'être exposé à des radiations potentiellement bien plus dangereuses qu'ailleurs.

Même si je ne connais pas la réalité d'une telle exposition, le raisonnement dit "paysan" s'impose.

Car on peut sortir toutes les théories et études possibles en maximisant ou minimisant le risque de contamination,la courte distance entre Fukushima et Tokyo est un fait incontestable

Ce blog est très utile et intéressant . Merci !

jpnn80
10 Août 2013
10:48

Très sage décision pour ton enfant, en sachant que le principe de précaution est de mise plus que jamais de mise vu cette information répandue dans les nouvelles ces derniers jours, et dont on peut en déduire que la faune marine pourrait aussi être touchée alors qu'elle constitue un des principaux éléments de l'alimentation japonaise: http://www.20minutes.fr/planete/1207979-20130807-fukushima-dernieres-ann...

okinawa
03 Septembre 2013
06:04

J'annule aussi
Adieu japon

Justine_DbZ
03 Octobre 2013
09:28

Après avoir lu le commentaire de Cedric, je comprends mieux pourquoi mes parents ne veulent pas m'emmener au Japon, ni en Asie elle-même. J'ai 13 ans et je suis passionnée par le Japon, mais j'ai étrangement aimé ce pays 1 semaine avant Fukushima. Avec mes parents me rabâchant tout le temps que TOUT le Japon est radioactif, j'ai laissé tomber. J'attendrais d'être adulte pour y aller, le temps de finir d'apprendre les katakanas et les kanjis (2 des trois alphabets japonais, vu que je maîtrise déjà les Hiragana) Les risques radioactifs dans 10 ans seront sûrement moins élevés, et puis si je vais au Japon un jour, ça sera à Tokyo ou à Nara, pour trois jours grand maximum.

海子 Okasan
03 Octobre 2013
12:17

Bonjour Justine,

j'ai regardé hier "Le ventre de Tokyo"
un documentaire Arte à regarder sans faute pendant qu'il est visible en ligne.

Ce documentaire tient compte de la situation du Japon avant et après l'accident nucléaire de Fukushima Daiichi.

Un état des lieux de cette mégapole de 36 millions d'habitants, dix-sept mois après la catastrophe nucléaire de Fukushima. Des poissons au césium à la pollution tous azimuts, le bilan dressé par les habitants de Tokyo (poissonniers, éboueurs, employés du service des eaux) est accablant.

http://www.arte.tv/guide/fr/049797-000/le-ventre-de-tokyo

radium man
06 Novembre 2013
23:44

Bonsoir à tous . Fukushima est une catastrophe planetaire car le pire est à venir ! Je ne suis qu un modeste trimardeur du nucléaire ( chaire à neutron ) soudeur interimaire dans les cuves à réacteur du parc atomique francais... je ne suis pas expert en la matiere mais je suis sur d une chose IL N Y A PAS DE DOSE INNOFENCIVE DE RAYONNEENT MEME MINIME POUR LE CORP HUMAIN ! LES EFFETS AUSSI BIEN A COURT TERME QU A LONG TERME SONT DÉVASTATEUR ET LA MESURE EN SIEVERT N EST QU UNE MASCARADE POUR CALMER LA MASSE POPULAIRE CAR LA SEUL VRAI MESURE EST LE BEQUEREL ! L URANIUM BOMBARDÉ DE NEUTRON PRODUIT LES PIRES ISOTOPES !

09 Mars 2014
22:36

Juste pour mettre mon grain de sel... Comme certains le savent, j'ai passé un peu moins de trois mois l'été dernier à Sendai, à environ 100 kilomètres de la centrale de Fukushima-1. Je viens de passer un scanner cérébral (de routine) la semaine dernière. Mon neurochirurgien est formel : zéro changement par rapport à avant. Aucune nouvelle tumeur apparue, et la petite existante n'a pas bougé d'un millimètre.

09 Mars 2014
23:02

Et avant qu'on me fasse des procès d'intention, je n'ai pas la prétention de me mettre à la place de la population de Fukushima. Je ne sais d'ailleurs même pas pourquoi ce sujet est apparu ici, puisque le titre de l'article est très clair : il parle du voyage au Japon, et de rien d'autre. Personne ne nie les terribles conséquences de l'accident pour la population locale, alors je ne vois pas bien pourquoi les Team Kibô, que je respecte beaucoup par ailleurs, montent de la sorte sur leurs grands chevaux.

jpnn80
10 Mars 2014
01:21

Relevé de la radio activité à 0.24 microSv par un japonais avec un compteur geiger en 2011 à Sendaï :

http://www.mobypicture.com/user/biofoodparis/map

A mettre en relation avec les doses admissibles:
http://www.laradioactivite.com/fr/site/pages/LimitesDoses.htm

En sachant que TEPCO a confirmé l'écoulement dans l'océan en continue d'eau radioactive des centrales, çà n'a pas du s'arranger autour.

Maintenant si tu ne vois pas d'effets immédiats, tant mieux pour toi mais à mon humble avis mieux vaut ne pas crier victoire tout de suite car suite à une radiation à faible à dose, les effets sont encore difficiles à évaluer avec les moyens scientifiques actuels :
http://www.liberation.fr/monde/2011/03/16/quelles-consequences-sur-le-co...
http://radioetsante.chez.com/effets1.htm

Donc perso je préfère appliquer le principe de précaution, et attendre encore au moins 10 ans avant de vérifier si par exemple des parents japonais auront malheureusement donné à des enfants mal formés suite à une dégénérescence de leurs gênes.

Parce que bon c'est pas non plus pour rien si 1 ans et demi après la catastrophe, on a constaté des papillons de plus en plus mal formés sur 3 générations !:
http://www.lemonde.fr/planete/article/2012/08/15/des-papillons-mutants-a...

10 Mars 2014
08:19

0,24 µSv/h, cela fait 0,24*24*365 = 2102 µSV = 2,102 mSv par an. En supposant que, corrigez-moi si je me trompe, le compteur compte à la fois la radioactivité naturelle et la radioactivité artificielle, on est bien en-dessous des doses qu'on reçoit en France :

"Rappelons que la population française est exposée chaque année à une dose efficace par habitant de 3,7 mSv. Ces 3,7 mSv se répartissent en 2,5 mSv de radioactivité naturelle, 1,1 mSv d’origine médicale et 0,06 mSv de radioactivité liée aux autres activités humaines dont le nucléaire."

10 Mars 2014
09:10

Mais pour tout le reste je suis d'accord et n'ai jamais dit le contraire : il y a énormément d'incertitude, et absolument personne ne croit Abe quand il va raconter au CIO que la situation est sous contrôle. Après, chacun analyse les informations dont il dispose et fait ce qu'il souhaite en fonction de son seuil de tolérance au risque. Je ne prétends pas être plus malin qu'un autre.

okinawa
09 Mars 2014
23:41

Tant mieux pour toi si ton scanner ne trouve rien

Mais je voudrai bien voir comment ça se passe pour ceux qui voyagent au Japon dans quelques années

bornay
12 Mars 2014
16:35

Bonjour a tous...
Je fait juste une remarque, peut etre pas constructif, mais tout a ete dit.
Si vous avez peur d aller au japon en vacances a cause des radiations, alors le japon n'a pas besoin vous... rester bien au chaud en france dans la polution de Paris.
il y a des millions de gens qui y habite dont des amis, et de vous lire leur donnerai de l urticaire.
Vous vous engoisser pour vos vacances... pauvres de vous...
Moi, j'y retourne, surtout la ou vous n'irez pas...dans les zones qui ont besoin de l'argent des touriste..
Remy
EVIAN
Un amoureux incondionnel et solidaire du Japon

12 Mars 2014
16:52

Je peux comprendre ton sentiment, mais je crois que tu t'avances un peu en prétendant de la sorte parler à la place des habitants.

"alors le japon n’a pas besoin vous"

"et de vous lire leur donnerai de l urticaire"

"dans les zones qui ont besoin de l’argent des touriste.."

Sur ce dernier point, surtout. Ce dont la région a le plus besoin, ce n'est pas tellement de l'argent des touristes, même s'il ne peut pas faire de mal, mais d'une vraie volonté politique de la part du gouvernement japonais de lui venir en aide. Et ça, c'est pas demain la veille que ça arrivera, car le gouvernement est très occupé à flatter les plus rétrogrades de ses électeurs.

http://www.japantimes.co.jp/opinion/2014/03/11/commentary/japanese-jingo...

bornay
12 Mars 2014
16:57

Tu a suremement raison. Je precise, c'est juste mon sentiment. j ai surtout reagit a chaud en lisant l article...ca ma un peu choquer... ca m empechera pas d aller partout meme ou craint..

Okinawa
12 Mars 2014
20:04

Aller au Japon oui mais aller dans les zones ou ça craint....

A moins d'avoir de la famille sur place, je ne trouve pas ça très intelligent

Grenat
03 Octobre 2014
01:00

Bonjour,
Merci pour cette article ! Je prévois d'aller au Japon en octobre 2015 pendant 2 à 3 semaines . J'arriverai à Tokyo (je resterai plusieurs jours) puis je descenderai jusqu'à Osaka pour finir sur une ile d'Okina (Ishigaki)

Je voudrais savoir si ca sera toujours risquer d'y aller ?
Mon agence de voyage me propose de la plongée à Ishigaki . Qu'est ce que vous en pensez ?

Ces questions vous paraisseront peut être bête mais Je n'ai aucune connaissance en matière de radioactivité qui relève au dessus du lycée .

Merci d'avance

Ajouter un commentaire