Mythologie Japonaise : les personnages emblématiques

Note : cet article vient compléter notre première approche de la mythologie japonaise.

---

Sur 8 millions de kamis, quelques-uns ont eu un rôle conséquent. Parmi eux, on en notera 4, majeurs :

Izanagi et Izanami

Issus d’une 3ème génération de divinités timides, eux ont suivi un destin différent. Descendus sur le pont flottant céleste pour créer et affermir le monde, armés d’Ame no nuhoko (la lance céleste), ils plongèrent leur arme dans l’eau de mer. En la ressortant naissait ainsi l’île Onogoro, sur laquelle ils décidèrent de vivre. Découvrant innocemment le corps de l’autre, ils finirent par s’aimer. Izanami, la femme, demanda alors de façon désormais rituelle son amant en mariage. Ce qu’Izanagi accepta. Mais leurs enfants naissaient difformes et cela manqua détruire leur amour. Ils finirent par comprendre que l’usage veut que ce soit à l’homme d’en faire la demande. Izanagi remarqua alors à quel point Izanami était belle et alla demander sa main sur les rochers de leur demeure, à Meoto-iwa (Les rochers mariés, péninsule d’Ise-Shima).

Désormais, les choses étaient harmonieuses et le couple donnait naissance à de nombreuses choses qui insufflaient la vie sur terre, mais aussi à toutes les îles du Japon. Tout était beau et heureux. Jusqu’au jour où Izanami donna vie à Kaguzuchi, le kami du feu. Brulée dans tout son corps, la belle mourut et descendit aux enfers. Fou de désespoir, l’amant couru à Yomi-no-kuni dans les profondeurs, pour tenter de récupérer celle qu’il aime. Il la chercha longtemps dans les ténèbres. Lorsque finalement il entendit sa voix, elle lui dit qu’il ne pouvait pas la récupérer, car elle avait mangé la nourriture que l’on sert à ceux du royaume des ombres. Izanagi entreprit alors de demander aux divinités du monde souterrain de lui rendre la vie. Et attendit une réponse. Si longtemps qu’il s’en retourna vers son amante. Elle lui avait fait promettre de ne pas la regarder, mais Izanagi insista. Lorsqu’il alluma une torche, il provoqua la putréfaction du corps de son aimée. Tant qu’il finit par s’enfuir. Humiliée, furieuse, Izanami envoya des démons à ses trousses. Lorsqu’il parvint à rejoindre la terre, il se vit obligé de sceller l’entrée des enfers. Dès lors, elle promit de tuer 1000 personnes chaque jour. Et Izanagi de répondre qu’il en ferait naitre 1500. Ainsi leur amour prenait fin. Izanagi, souillé par son passage en enfer, trouva sur l’île de Kyûshû une eau si pure qu’il entreprit de s’y laver. En aspergeant son œil droit, il fit naitre Tsukuyomi (dieu de la lune). De son nez apparut Susanoo (dieu des océans). Et de son œil droit Amaterasu (déesse du soleil). A ces 3, Izanagi donna ainsi son royaume.

Amaterasu

Emerveillant son créateur, elle fut envoyée par Izanagi pour briller au milieu du ciel. Son frère, le colérique Susanoo, n’était néanmoins pas dépourvu de tendresse. Il aimait sa sœur plus que tout. Pourtant Amaterasu, elle, restait méfiante vis-à-vis de son frère aux attitudes brutales et grossières. D’autant que les kamis venaient régulièrement lui demander de s’occuper de lui et de son appétit destructeur. Un jour où elle s’affairait chez elle avec ses servantes, son toit se fendit et un poulain écorché fit son apparition, blessant de nombreuses personnes dont elle-même. Folle de rage, elle partit affronter l’auteur de ce méfait pour se rendre compte que c’était une provocation de son frère. Dès lors elle s’enferma dans la grotte d’Iwayado, privant ainsi l’univers de lumière. Les kamis entreprirent alors d’apaiser Amaterasu. Après de multiples tentatives infructueuses, ils demandèrent à la déesse Uzume (divinité de la gaité et de la bonne humeur) d’exécuter une danse près de la grotte. Celle-ci provoqua le rire des kamis, si bien qu’Amaterasu fut prise de curiosité et entrouvrit. Là, elle vit une autre déesse. Fâchée d’être si vite oubliée et remplacée, elle sortit pour comprendre qu’elle contemplait simplement son reflet dans un miroir. Derrière elle Tajikarao scella la porte de la grotte. Alors Amaterasu réalisa que les kamis tenaient tant à elle qu’ils en avaient élaboré ce stratagème pour la faire quitter sa tanière. Et ainsi la déesse fut apaisée. Elle chassa néanmoins son frère impétueux des cieux. Et plus tard celui-ci se fit pardonner en lui offrant Kusanagi no tsurugi, l’épée légendaire. Pendant ce temps, la déesse du soleil enfanta. Et l’un de ces descendants fut donc, selon la légende, le 1er empereur du Japon.

A noter qu’Amaterasu est notamment le personnage principal du (sublime) jeu vidéo Okami, dans lequel elle intervient en louve. C’est d’ailleurs un jeu que je ne saurais jamais trop recommander, d’autant que vous y retrouverez de nombreux éléments mythologiques.

Susanoo

Le kami tempétueux, fils d’Izanagi, ne désirait pourtant pas de pouvoir. Tout ce qu’il voulait, c’était aller aux enfers voir sa mère. Il en harcela tant son père à ce sujet que celui-ci finit par le chasser. Susanoo, voulu alors aller dire adieu à sa sœur. Mais celle-ci, toujours méfiante, lui proposa un défi que le dieu gagna. Pris d’une folie destructrice après sa victoire, il finit ainsi par jeter un poulain écorché dans la demeure d’Amaterasu, ce qui engendra son bannissement du ciel. Errant désormais sur terre, il tomba sur la demeure d’un couple et de leur fille, Kushinada. Déguisé en cavalier, il interrogea la famille attristée, car ils devaient donner la dernière de leurs 8 filles à un dragon nommé Yama-no-orochi. Sachant que les 7 autres jeunes femmes avaient déjà été dévorées par l’ignoble créature à 8 têtes. Pris dans sa fierté, Susanoo décida d’aider la famille et échafauda un plan pour détruire la créature octocéphale. Il créa une palissade et fit mettre des piquets tout autour des lieux. Les gens du village se moquèrent alors du plan de cet inconnu, puisque le feu détruirait les défenses en bois. Mais Susanoo persista et créa aussi 8 trous qu’il fit remplir de saké. Lorsque le dragon vint chercher sa proie, tous les villageois s’enfuirent. Pourtant, le kami colérique attendait. La créature était suspicieuse, mais finit par boire le saké qui lui était offert. Susanoo jaillit et trancha une tête du dragon. Celui-ci réagit alors avec violence. Mais il était déjà déstabilisé par l’alcool et Susanoo put ainsi le détruire. Dans sa queue il trouva une épée, Kusanagi no tsurugi, qui n’est autre que celle qu’il remit en excuses à sa sœur Amaterasu. Bien sûr, il épousa la jeune fille qu’il avait sauvée, Kushinada. Avec laquelle il fonda la dynastie de la province d’Izumo (aujourd’hui la préfecture de Shimane).

---

Légendes des peintures et photos, dans l'ordre :

  1. Les rochers mariés à l’aube, Futamigaura, Mie (Rob Tilley, Ref. n°C00207)
  2. Amaterasu sortant de la caverne (1857, Utagawa Kunisada)
  3. Susanoo No Mikoto et le dragon d’eau (1840, Utagawa Kuniyoshi)
Article intéressant ?
5/5 (12 votes)

Galerie photos

  • futamigaura-mie
  • amaterasu
  • susano-no-mikoto

Découvrez les autres articles de Paul

Commentaires

Fuki-Yume
22 Mai 2012
17:19

Wouah j'aime bien cet article c'est super intéressant merci!!!

bakaptain
23 Mai 2012
11:19

C'est excellent, merci !
Là, vous êtes obligés de faire une suite :)

oche
27 Mai 2012
11:06

on dirait les techniques d un certain sasuke!!!
lol

Tristan
17 Juin 2012
03:33

Wow articles vraiment très intéressants, merci :-)

Mikune
26 Janvier 2013
12:00

Oche : ouii j'ai pensé la même chose en voyant le Susano ,c'est logique Naruto est inspiré de la culture et la mythologie japonaise vu que c'est japonais ;)
j'aime bien cette culture ,elle m'a l'air intéressante :D

genzo13
25 Mars 2013
09:34

Superbe article
Mais on voit que naruto est un récit mythologique donc , avec Susanoo et Amaterasu , Uzume (dieu de la gaité = Uzumaki) et Kushinada (Kushina mére de Naruto , qui porter Kyubi démon a 9 queues cette fois-ci).
Conclusion les mangas c'est bon pour la culture .

mythologie nippone
28 Avril 2014
21:45

Très bel article ! Effectivement, on reconnait les divinités qui sont mises en avant dans Naruto !
L'auteur va encore plus loin en représentant la trinité shintoïste à travers le trio Naruto / Sasuke / Sakura. En fait, il y a énormément de références mythologiques dans ce manga et on ne s'en rend compte que quand on s'y intéresse vraiment.
Ca rend le manga encore plus intéressant :)

Ajouter un commentaire